Biodiversité

L'ONU déclare la guerre à l'océan de plastiques

biodiversité
L'ONU Environnement lance une campagne d'envergure mondiale, #OcéansPropres, visant à mettre fin aux déchets marins. Plus de 8 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans chaque année - l'équivalent d'une benne à ordure de plastique déversée chaque minute. Dix pays sont d'ores et déjà membres de la campagne, répondant à l'appel d'Erik Solheim, directeur de l'ONU Environnement : « Il est grand temps de s'attaquer au problème du plastique responsable de la dégradation de nos océans. La pollution plastique est visible sur les plages indonésiennes, s'installe aux fonds des océans du Pôle Nord, et s'invite tout au long de la chaîne alimentaire jusque dans nos assiettes. Nous avons joué le rôle de spectateur pendant trop longtemps et le problème n'a fait que s'aggraver. Cela doit cesser. »
 
L'ONU Environnement a lancé aujourd'hui une campagne mondiale visant à l'élimination de deux sources majeures de déchets marins : les micro-plastiques présents dans les cosmétiques et l'utilisation excessive de plastique à usage unique à l'horizon 2022.
Lancée lors du Sommet mondial sur les océans organisé à Bali, la campagne #OcéansPropres appelle les gouvernements à adopter des politiques de réduction du plastique, interpelle les industries à minimiser les emballages plastique et à repenser à la conception des produits, et invite les consommateurs à changer leurs habitudes du tout-jetable - avant que nos océans ne soient endommagés de manière irréversibles.
 
Tout au long de l'année, la campagne #OcéansPropres relaiera les importantes mesures prises par les pays et les entreprises comme l'élimination des microbilles présentes dans les produits d'hygiène, l'interdiction ou les taxes imposées sur les sacs plastique à usage unique, et les réductions notables de tout autre article en plastique jetable.
 
Dix pays se sont déjà engagés à rejoindre la campagne avec la promesse de mettre fin au raz de marée de plastique. L'Indonésie s'est engagée à réduire les déchets marins de 70% à l'horizon 2025, l'Uruguay imposera une taxe sur les sacs plastique à usage unique dès la fin de l'année et le Costa Rica prendra des mesures pour réduire considérablement l'utilisation de plastique à usage unique grâce à une meilleure gestion des déchets et à des campagnes d'information.
Eneida de León, ministre de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement d'Uruguay déclare : « Notre but est de décourager l'utilisation du plastique par le biais de réglementations, en fournissant des alternatives au personnel du secteur du traitement des déchets, en développant des programmes éducatifs relatifs à l'impact de l'utilisation des sacs en plastique sur notre environnement. Ces mesures sont indispensables pour atteindre les objectifs de développement durable. L'Uruguay s'engage à avancer dans cette direction et la campagne #OcéansPropres est une contribution précieuse. »
Pour la Norvège, Vidar Helgesen, ministre du climat et de l'environnement déclare : « Préserver nos océans et notre vie marine des dommages causés par le plastique est une question urgente pour la Norvège. Les déchets marins plastiques représentent une menace croissante pour la vie marine, la salubrité des produits de la mer et a un effet négatif sur la vie des personnes résidant dans les zones côtières du monde entier. Nous encourageons tous les pays à rejoindre la campagne Océans Propre et à développer des mesures efficaces pour éviter que des produits en plastique à usage unique se retrouvent dans l'environnement. Nos océans ne peuvent plus attendre. »
 
De son côté, Peter Thomson, Président de l'assemblée générale des Nations Unies, déclare : « L'Océan est le moyen de subsistance de notre planète, et pourtant nous l'empoisonnons avec des millions de tonnes de plastique chaque année. Il est grand temps de mette fin au raz de marée plastique. Alors que les États du monde se préparent pour la conférence des océans qui sera tenue à new York du 05 au 06 juin prochain, je leur demande à tous de rejoindre la campagne Océans Propres et de faire des promesses ambitieuses afin de réduire la consommation de plastique à usage unique. Qu'il s'agisse d'une taxe sur les sacs plastiques ou de l'interdiction des microbilles dans les cosmétiques, chaque pays doit agir pour préserver l'intégrité de la vie dans l'Océan. »
 
Chaque année, plus de 8 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans, ravageant les espèces sauvages marines, les pêcheries et le tourisme et générant un coût d'environ 8 milliards de dollars en dommages aux écosystèmes marins. Près de 80% de tous les déchets présents dans nos océans sont des déchets d'origine plastique.
 
Selon certaines estimations, au rythme actuel auquel nous jetons nos bouteilles en plastique, nos sacs et récipients suite à un seul usage, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans à l'horizon 2050, et environ 99% des oiseaux marin auront ingéré du plastique.
 
Le top model Nadya Hutagalung, soutient la campagne #OcéansPropre et demande à l'industrie cosmétique de ne plus ajouter de microplastiques à leurs produits. Près de 51 billions de particules microplastiques - 500 fois plus que le nombre d'étoiles dans notre galaxie - polluent nos océans et posent une sérieuse menace aux espèces sauvages marines.
 
Le chanteur-compositeur-interprète et ambassadeur de bonne volonté des Nations Unies pour l'environnement, Jack Johnson, fait la promesse de s'engager contre la pollution plastique avec ses fans et d'encourager les sites où il se produira pour sa tournée de l'été 2017, à réduire l'utilisation de plastiques à usage unique. Jack Johnson fait également la promotion d'un nouveau documentaire The Smog of the Sea qui met en évidence la question des microplastiques qui pénètrent dans les océans du monde.
« Je soutiens la campagne Océans Propres parce que je crois qu'il existe de meilleures alternatives aux plastiques jetables à usage unique et que nous, les consommateurs, pouvons encourager l'innovation et demander aux entreprises de prendre la responsabilité de l'impact de leurs produits sur l'environnement. », a déclaré Jack Johnson.
« Nous pouvons tous commencer dès aujourd'hui en prenant des engagements personnels pour réduire les déchets de plastique en utilisant des sacs réutilisables et des bouteilles d'eau, en disant non aux pailles en plastique et en choisissant des produits sans microbilles et emballages plastique. Soutenons les efforts des leaders qui émergent parmi la jeunesse et qui oeuvrent dans le monde entier pour des océans sains dépourvus de plastique. »
 
Plusieurs marques internationalement connues rejoignent également la lutte contre la pollution marine. Le constructeur informatique DELL a dévoilé aujourd'hui une chaîne d'approvisionnement à l'échelle commerciale utilisant du plastique repêché au large d'Haïti. Le géant des ordinateurs se servira de plastique récupéré pour l'emballage de ses produits.
« DELL s'engage à mettre à profit sa technologie et son expertise pour oeuvrer vers des océans sans plastique », affirme le Vice-Président pour les opérations mondiales, Piyush Bhargava. « Notre nouvelle chaîne d'approvisionnement nous rapproche un peu plus de la vision de l'ONU Environnement pour des océans propres en prouvant que les plastiques présents dans les océans recyclés peuvent être réutilisés dans le commerce. »
 
Au vu du raz de marrée des déchets marins, toutes ces mesures seront cruciales. Aujourd'hui, nous produisons vingt fois plus de plastique que dans les années 60. Environ un tiers de tous les plastiques est utilisé pour les emballages. À l'horizon 2050, notre production de plastique aura augmenté de trois à quatre fois afin de répondre à notre demande. Une part importante de cette production terminera dans les océans où elle y demeurera pendant des siècles.
 
L'acteur Adrian Grenier, célèbre pour son rôle dans la série télévisée Entourage et le film du même nom, est également le fondateur de Lonely Whale Foundation et a rejoint la campagne #OcéansPropres, il demande à tout un chacun de repenser leur choix quotidien : « Que nous choisissions d'utiliser des sacs plastiques au supermarché ou boire à l'aide d'une paille en plastique, ce qui peuvent nous sembler être de petites décisions quotidiennes ont des effets dramatiques sur nos océans », a-t-il déclaré. « Il est de notre ressort de changer nos habitudes. Aujourd'hui, je m'engage publiquement à apporter ma contribution en refusant d'utiliser tout plastique à usage unique, en commençant par les pailles en plastique. Je réaffirme également mon engagement à travailler avec des entreprises telles que DELL afin de réduire les emballages en plastique. Si nous commençons par des petits changements et que nous nous tenons mutuellement responsables, je crois qu'ensemble nous pouvons encourager à la prise de mesures à travers le monde entier et assurer la bonne santé de nos océans. »
 
Plusieurs annonces importantes seront attendues à l'occasion de la conférence des Nations Unies sur les océans qui aura lieu au siège de l'ONU à New-York du 5 au 9 juin et en décembre lors de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement à Nairobi au Kenya.