Close

Parrainez un arbre pour le Climat à Davos

Le Forum Economique Mondial à Davos est connu pour être le rendez-vous des leaders mondiaux. Il réunira cette année plus de 40 chefs d’Etat et de gouvernements et 2 500 patrons d’entreprises et leaders d’opinion.
Pur Projet sera présent et lance à cette occasion une nouvelle application pour planter des arbres et agir contre le changement climatique.
L’application est leur message aux leaders mondiaux, les engageant à soutenir la plantation d’un arbre à Davos ou dans les 25 autres projets de reforestation que le collectif Pur Projet développe à travers le monde. Jusqu’à aujourd’hui Pur Projet a planté plus de 4 millions d’arbres et a prévu d’en planter 15 millions d’ici 2020.

Afin de nous mobiliser – « nous citoyens responsables » autour de cette initiative de reforestation, à moins d’un an de la COP 21 à Paris, il suffit juste de parrainer un arbre, gratuitement et en un clic, sur : davos.purprojet.com
Et c’est beaucoup plus simple que de planter de bonnes idées dans la tête des « davosiens » !

Et un peu de pensée-poésie – l’arbre ? Il nous parle et depuis fort longtemps. On sait ainsi que l’invention du premier alphabet aurait été inspiré à Mercure par la forme de certains arbres et certaines plantes au fur et à mesure de leur apparition. À lire Ovide ou encore Virgile, on a pareillement l’impression que dans chaque arbre habite une histoire, un dieu : les sœurs inconsolables d’Apollon se cachent dans l’aulne et dans le peuplier ; Daphné qui voulait échapper à Apollon s’est transformé à jamais en laurier. De manière plus prosaïque, l’arbre est sans doute une des métaphores de l’homme les plus énergétiques : ne dit-on pas que le bois est vivant ? Qu’il est fertile, actif, évocateur…Avec ses racines, l’arbre puise sa force et sa nourriture dans les matériaux de la terre. C’est une suite d’énergies qui montent. Il se nourrit aussi de la lumière et du soleil qui le vivifient et lui donnent tout son éclat.
Apporteur de fruits et d’ombre, rythmeur de saisons, il nous accompagne dans nos vies. Il est aussi élévation et invite à élever chaque chose à une qualité supérieure. Tout arbre va de l’humus où l’attachent ses racines vers le ciel. Un élan l’emmène tout droit vers le ciel. La verticalité même de l’arbre indique un parcours de montée de sève, donc de vie pour l’homme qui est bien plus stimulant qu’un regard transversal.

Observant les oiseaux qui venaient s’y poser, Bachelard disait joliment que « l’arbre était aussi une réserve d’envolées. » Comme l’homme, l’arbre a ainsi les pieds sur la terre et la tête dans l’air, dans les rêves. Cette aspiration vers le ciel, toujours vive, illustre sa dignité, mais ne lui permet pas pour autant d’atteindre le ciel. D’autres types de correspondances peuvent nous venir à l’esprit : « l’oiseau et l’arbre sont conjoints en nous, l’un va et vient, l’autre maugrée et pousse », découvrait ainsi René Char… L’arbre nous rappelle donc que la nature parle à qui veut bien l’écouter. C’est pour cette raison que l’on va se ressourcer en forêt.

Et puis l’arbre, comme la nature, les vins, etc. nous invite à la pensée sensible, au sentiment océanique, à l’unité …. Je m’explique .. Il faut distinguer, dans notre parole, la signification qui naît de la chose même et celle qui découle du fait des mots. Si je dis « cet arbre est un chêne », c’est là une vérité de langage, car les connaissances qu’elle suppose – la distinction entre chêne et hêtre,bouleau, etc – n’existent que par un jeu de différences dans notre langage, et comme conséquence d’observations que seuls les concepts permettent. Mais si maintenant je regarde le chêne éployer ses branches ou si je m’engage sous son couvert, dans le mouvement et les ombres de son feuillage, j’aurai rapport cette fois à une sorte de réalité, elle, à jamais non verbalisable – dont vous remarquez, cependant, qu’elle n’est pas par autant simple impression fugitive, simple dehors vain de la science, mais une vraie expérience, aussi peu réductible que spécifique et tout à fait susceptible de développements dans notre conscience, par la voie des analogies.
A regarder le chêne, en effet, ou plutôt l’arbre, ou plutôt encore cela, qui est devant nous, emplir sa forme de sa présence, coïncider avec soi, transcender de par ce grandissement intérieur tous nos repères sensibles, on peut se sentir au centre du monde, percevant celui-ci comme désormais tout autre chose et bien plus que l’espace géométrique.

Enfin …l’arbre, symbole d’une Pure conscience planétaire pour rebondir et rendre hommage à Pur Projet. Je passerai par l’Inde et le Le Brahman qui comme vous le savez n’est pas un Dieu qui serait pensé à l’image des hommes comme un surhomme. C’est un Etre Pur, une Conscience pure, un Illimité, ou, selon une autre triade à la fois un Être pur, une Conscience pure et une Béatitude. Macrocosme et microcosme se rencontrent sans cesse en Brahman. Il est à la fois l’énergie, la vie, et la diversité du monde.

Certains l’ont comparé à un grand figuier : quel que soit le nombre de coupures qu’on lui fasse, la blessure se cicatrisera et l’arbre continuera à vivre ; et quand bien même l’arbre tout entier se dessécherait, la vie continuerait, car « la vie ne meurt pas ». Brahman est donc la vie éternelle.

Louis Renou définissait le Brahman comme « énergie qui utilise la parole, mais pour laisser entendre par voie d’énigmes l’inexprimable ».* Etre arbre, Vivre arbre – vivre en poésie !
*Louis Renou, l’Inde fondamentale, Hermann, 1978, p 4.

Maryline Passini, Fondatrice et directrice de l'agence Proâme

Parrainez gratuitement votre arbre aujourd’hui sur : http://davos.purprojet.com/
ou par l'envoi d'un simple email à davos[at]purprojet.com