Close

Climate Chance : nouveau sommet "Espaces génération climat" en 2016

climat change Nantes
Evénement mondial, Climate Chance, lancé lors de la COP21 du Bouget, est le prochain rendez-vous de l’ensemble des acteurs non-étatiques engagés dans la lutte contre le dérèglement climatique qui se veut régulier. La première édition de Climate Chance sera accueillie à Nantes du 26 au 28 septembre 2016, à la Cité, le Centre des Congrès de Nantes.
 
Collectivités, entreprises, associations, syndicats, organismes scientifiques et citoyens de tous pays sont au premier rang de la lutte contre le dérèglement climatique : un sommet mondial pour la société civile dédié au changement climatique sera organisé pour la première fois en 2016 et c’est la ville de Nantes qui l’accueillera. 
Nantes, métropole reconnue pour son avance sur les questions climatiques et environnementales, invitera ces acteurs à se rencontrer régulièrement, pour échanger et partager les solutions concrètes qu’ils expérimentent avec succès sur le terrain. Ce premier sommet mondial des acteurs non-étatiques engagés dans cette lutte, aura donc lieu du 26 au 28 septembre 2016 à Nantes.
 

La première édition d’un sommet international pour accélérer les actions pour le climat

 
Evénement mondial, Climate Chance a vocation à devenir le rendez-vous régulier de l’ensemble des acteurs non-étatiques engagés au quotidien dans la lutte contre le dérèglement climatique, et accueillera des participants venus du monde entier. Ce sommet sera l’occasion de dessiner l’état de l’action à travers le monde, d’approfondir les échanges sur les réussites comme sur les difficultés et de favoriser la mutualisation des expériences et des innovations, dans le but d’identifier les opportunités naissant de ce combat résolu. « Climate Chance doit être le lieu de réunion de l’ensemble des acteurs non-étatiques, un accélérateur de l’action pour le climat » souligne Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole.
« Lors du sommet Ecocity en 2013, nous avons démontré la capacité des acteurs non étatiques à travailler ensemble. Après le sommet de Lyon en juillet 2015, le rendez-vous de Nantes ancre dans la durée la collaboration entre acteurs non étatiques, sans la mobilisation desquels les états n’atteindront pas leurs propres engagements sur la réduction de gaz à effet de serre» ajoute Ronan Dantec, Conseiller municipal de Nantes et Porte-Parole climat de CGLU.
 

Un dialogue concret entre société civile locale et société civile internationale

 
Quelques mois après la COP21, la société civile réunie à Nantes tirera donc les premiers enseignements des engagements pris par les Etats et de leurs premières réalisations concrètes. Plénières et forums, avec des personnalités clés de l’action climatique internationale, permettront d’approfondir des sujets essentiels tels que le lien indissociable entre climat et développement, le nouveau cadre de la ville durable, le financement de l’action climatique, la mobilisation  des acteurs locaux, des femmes et des jeunes… 
A quelques semaines d’habitat III à Quito et de la COP22 au Maroc, ce sommet sera également l’occasion de délivrer les nouveaux messages communs des acteurs non-étatiques. « La COP21 n’est qu’un début : après le temps des négociations viendra celui de l’action. De l’action résolue » poursuit Johanna Rolland.
 

Nantes, des ambitions et des actions concrètes pour le climat

 
Loin d’être un hasard, l’initiative de la ville de Nantes d’accueillir ce premier sommet mondial est le reflet de l’engagement historique de la métropole en matière de lutte contre le dérèglement climatique et de préservation de l’environnement. Elue Capitale Verte de l’Europe en 2013 et porte-parole pour le climat du réseau Cités et Gouvernement locaux unis (CGLU), la ville s’illustre en effet par une ambition déterminée en la matière, qui se traduit par des actions concrètes. A titre d’exemple, depuis 2010, la politique de maîtrise de l’énergie au sein de son patrimoine de près de 900 000 m² a été chaque année récompensée par le label européen Cit’ergie, déployé en France par l’ADEME. 
De nouvelles actions en faveur de la ville apaisée, de l’optimisation des transports de marchandises en ville, de la rénovation énergétique sont à l’étude, tels que l’alimentation de 50% des logements sociaux par les réseaux de chaleur en 2020, la réduction de 10% du volume des déchets ménagers collectées d’ici à 2020 ou encore la réduction de 50% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.
 

La contribution au cœur du dispositif

 
Un appel à contribution sera lancé du 15 janvier au 7 avril 2016 auprès de tous les acteurs non-étatiques qui souhaitent présenter et partager leurs initiatives, innovations, bilans d’actions, réflexion… pour sélectionner les communications nourrissant les ateliers. Les thématiques choisies – adaptation, coopération et planification territoriales, économie et emploi, forêts, transport, énergies… - seront toutes abordées avec les mots-clés d’une action réussie : Penser,  Faire, Mobiliser, Financer.
 
Plus d’informations sur le site: www.climatechance2016.com