Climat & Ressources

L’Europe met à disposition toutes ses données climatiques. On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas…

climat
C’est au service Copernicus, programme phare de la commission européenne pour l'observation de la Terre lancé en 2014, que revient la tâche de mettre à disposition libre et gratuite, pour tous les publics, de l’intégralité des données passées, actuelles et futures sur le climat. Baptisé « magasin des données climatiques » pour l’Europe (CDS en anglais), cette initiative a pour objectif de changer la manière dont la société appréhende le climat. Une bonne intention, en forme de parapluie : nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.
 
La plateforme CDS a été développée par le service Copernicus, programme phare de la commission européenne pour l'observation de la Terre lancé en 2014, concernant le changement climatique (C3S) au Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT). Elle met en accès libre des données opérationnelles et des services d'informations qui permettront aux utilisateurs de disposer d'informations fiables et actualisées, en lien avec les questions environnementales et la sécurité.
 
Le magasin de données va donc s'appuyer sur l'immense richesse des données d'observation de la Terre collectées jour et nuit dans le cadre du programme Copernicus. Un programme qui fédère tous les systèmes de surveillance de la Terre, de l'observation par satellite aux stations de mesure à terre et en mer en passant par les ballons sondes, qui permet de suivre l’évolution des océans et de l'atmosphère, de suivre les changements climatiques et les applications concrètes comme la sécurité des populations et les alertes en cas de catastrophes naturelles.
 
 
Les questions environnementales et climatiques sont devenues progressivement incontournables dans le débat politique et citoyen depuis le début des années 1990. Ces enjeux sont aujourd'hui fréquemment discutés au niveau mondial, au même titre que les conflits armés, ler terrorisme, ou encore de la pauvreté et des migrations.
 
D'après le GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat), il est certain à plus de 95% que le réchauffement climatique est d'origine humaine. D'ici 2100, quelle que soit l'ampleur de l'action internationale pour le climat, il est assuré que nous allons connaître une accélération de la fonte des glaces et de la montée des eaux, ainsi qu'une augmentation globale des températures. Nous devrions assister à une augmentation des températures d'environ 4,8°C d'ici la fin du XXIe siècle.
Un scénario catastrophe se met ainsi inéluctablement en place.
 

Scénario catastrophe

L’Europe n’est pas épargnée par ce scénario. Elle est la région du monde où les températures annuelles connaissent la plus forte hausse de toute la planète. Si le réchauffement a été globalement de 1,1°C depuis le début de l'ère industrielle au XVIIIe siècle, les données européennes montrent que depuis le milieu des années 1970, on assiste à une hausse de 0,1°C tous les cinq ou six ans.
Par ailleurs, les variations annuelles y sont les plus fortes. Les deux années les plus chaudes -2014 et 2015- ont connu des températures de 2°C supérieures aux trois années les plus froides des années 1980. La variabilité est plus importante en hiver. Ainsi, entre 2010 et 2013, les températures hivernales ont été en-dessous de la moyenne tandis qu'entre 2014 et 2016 elles étaient supérieures.
 
Quant à l’été 2018, il sera « plus chaud que la normale ». C’est la prévision actuelle de Météo France pour une bonne partie de l'Europe et du bassin méditerranéen. Alors, comment palier le risque de voir des populations entières quitter leurs pays et des familles abandonner leurs lieux de vie et de travail ?
 
Les scientifiques spécialistes du climat ne veulent plus endosser seuls l’immense responsabilité que représente la connaissance de données climatiques de plus en plus alarmantes. Les conséquences sur les sociétés les dépassent ; elles concernent les Nations, les organisations internationales mais aussi, et en tout premier lieu, les citoyens.
 
C’est sans doute la raison qui a poussé les climatologues de Copernicus de mettre dans le cloud des pétaoctets de données brutes, et de permettre aux utilisateurs, que ce soient des entreprises, des décideurs ou de simples particuliers de créer leurs propres applications, cartes et graphiques en ligne en temps réel et d'accéder à toutes les informations pertinentes sur le climat en un clic.
Avec les données, les scientifiques livrent aussi une boîte à outils qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres applications et d'analyser, de surveiller et de prédire les changements climatiques – tels que la température de surface et l'humidité du sol – ainsi que leur impact sur les secteurs d'activité comme l'énergie, la gestion de l'eau ou le tourisme.
 
Dès lors, les données deviennent des informations à forte valeur ajoutée, distribuées le plus largement possible pour assurer la connaissance – et donc la prise de responsabilité, en pleine conscience – des citoyens européens. Espérons qu’ils sauront s’en servir intelligemment.
 
 
Photo d’entête : Satellite Sentinel 2A du programme Copernicus ©Airbus DS
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Le coût des catastrophes climatiques explose

Les pertes économiques directes dues aux catastrophes climatiques enregistrées au cours des vingt dernières années ont été 2,5 fois plus élevées que durant la période 1978-1997, a indiqué l'ONU dans un...

Le vivant comme boussole

Des marches pour le climat, des pétitions massives pour appeler à l’action politique, des tribunes qui pleuvent pour mobiliser un sursaut définitif... jusqu’aux artistes – bientôt aussi atterrés que les...

Plus d'articles
Alerte climatique : qui va nous sauver du drame annoncé ?
Un peu plus, un peu moins… La stratégie cynique de l’administration américaine sur le climat
9 pays sur 180 seulement respectent leurs engagements climatiques
Une note interne révèle l’impréparation de l’ONU face aux migrations climatiques qui s’annoncent
Comment le Medef européen veut secrètement saboter les objectifs climatiques
Des documents révèlent que, depuis les années 80, les pétroliers ont massacré le climat en toute connaissance de cause