Climat

Une banque pour le climat

1000 milliards climat

 

Pour mener la guerre climatique, il faut de l’argent, et beaucoup d’argent. Où le trouver ? Dans la poche des populations, citoyens déjà en large détresse économique, ou peuples menacés de la fin de leur monde ?  Pour tenter de gagner la bataille climatique, il nous faut 1000 milliards d’euros. 1 115 exactement. En Europe seulement, et par an. Où les trouver ? Une solution voit le jour ce 19 février : La création d’une banque européenne pour sauver le climat qui totaliserait jusqu’à 300 milliards d’euros par an, grâce au pacte finance-climat européen, rendu public ce 19 février par un comité d'experts, qui vise à financer la transition écologique sur le territoire de l’UE, mais aussi en Afrique et qui a mobilisé de prestigieux soutiens, dont 600 personnalités de douze pays qui militent pour son adoption.
 
A moins d’être un climatosceptique sourd, aveugle et d’un cynisme insondable, nul ne peut nier l’aggravation des phénomènes climatiques. On ne cesse de le répéter, tous les voyants sont au rouge et le dernier rapport du GIEC n’est pas là pour apaiser les esprits. Pour éviter le pire, il faudrait réduire par deux nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Onze petites années pour tenter d’enrayer la machine infernale. Les grands ordonnateurs de la planète, au premier rang desquels figure l’ONU, demandent à tripler nos investissements dans les énergies nouvelles si l’on veut rester en-dessous de la barre fatidique des 2°C. Or la mission semble tellement impossible que les bras en tombent. 
 

Nerf de la guerre

Le nerf de la guerre climatique qu’il faut mener, c’est l’argent. Et les gouvernants, pris en tenaille entre les lois du marché, la pression des grands industriels et les règles supranationales ne savaient où en trouver ni à quel saint se vouer. Impossible de mener la moindre politique climatique sans d’immenses financements. Comment financer les travaux d’amélioration de l’habitat pour combler les passoires énergétiques dans lesquels les gens vivent ? Comment arriver à la neutralité carbone sans investissements massifs ? Pour passer à l’action à grande échelle, celle que nécessite l’ampleur de la crise climatique, les petits gestes ne suffiront plus. Comme ne suffisent plus les mesures qui déchargent sur les populations la responsabilité et le poids des engagements.
 

1000 milliards

Il faut trouver 1000 milliards d’euros. Ce chiffre n’est pas un slogan incantatoire proclamé par quelque écolo surmené. Non, il provient de la Cour des comptes européenne. Dans un rapport publié le 20 septembre dernier, la Cour estime que les 28 devraient investir chaque année 1115 milliards d’euros pour atteindre leurs objectifs en matière de lutte contre le dérèglement climatique.
Dans leur livre Finance, climat, réveillez-vous ! (Éditions Indigène), Anne Hessel, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou expliquent ce chiffre. Selon les auteurs, les auditeurs de la Cour des comptes européenne connaissent parfaitement les contraintes économiques. S’ils avancent un chiffre aussi énorme c’est qu’ils ont compris « qu’il existe des contraintes d’un niveau supérieur sur lesquelles nos sociétés vont se fracasser » si nous ne sommes pas capables de trouver ce financement. Pour cela, il faut innover et sortir des sentiers battus. On ne peut demander aux citoyens de financer cette somme. La moitié d’entre eux n’ont aucune épargne et bouclent difficilement leurs fins de mois. Compter uniquement sur la taxe carbone est voué à la résistance citoyenne qui a besoin de sa voiture pour se déplacer, et donc à l’échec. Pour l’économiste Pierre Larrouturou, il existe des marges de manœuvre. Les dividendes des grandes entreprises cotées ont bondi de 23 % l’an dernier en France, le taux moyen de l’impôt sur les bénéfices est passé, en moyenne dans toute l’Europe, de 45 à 19 %, moins qu’aux Etats-Unis de Donald Trump.
Mais cela n’est rien comparé à ce que peuvent faire les banques, notamment les banques centrales.
 
Entre avril 2015 et fin décembre 2017, la Banque centrale européenne (BCE) a mis à disposition des banques plus de 2500 milliards d’euros. Soit 1000 milliards par an. On n’en parle quasiment jamais dans le débat public. Pourtant, la BCE a réussi ce tour de force de créer, ex nihilo 2 500 000 000 000 euros. Difficile de dire, à propos du climat, que les caisses sont vides.
 
Objectif initial de cette création de monnaie hors norme : créer des investissements de long terme, utiles au bien commun et au développement économique. En réalité, où sont passés ces 2 500 milliards ? Selon Pierre Larrouturou, seulement 11 % de cette somme, soit 280 milliards d’euros, ont été alloués par les banques à des crédits d’investissement. Le reste, c'est-à-dire l’essentiel, est parti alimenter la spéculation sur les marchés financiers. Le résultat, on le connaît aujourd’hui : un niveau de spéculation et un niveau d’endettement jamais vus. La dette mondiale a atteint cette année 164 000 milliards de dollars soit 225 % du PIB mondial ! Il y a trop d’argent injecté dans la sphère financière et peu dans la sphère économique ; explosion de bulles et krach violent se profilent au bout du chemin.  
Crise financière doublée d’une crise climatique, le monde, tel le Titanic fonce dans le mur. « Non seulement l’argent qui permettrait de financer la transition écologique existe, mais au lieu de régler cette question majeure, il va au pire endroit : alimenter la spéculation, booster les inégalités, jusqu’au krach final » alertent les auteurs de Finance, climat, réveillez-vous !
 

Solution

Pour changer de paradigme et d’orientation, il faut agir vite ; et les solutions existent si la volonté politique s’en mêle. Pierre Larrouturou, l’un des auteurs du livre vient d’être nommé par le gouvernement Macron membre du tout nouveau Conseil pour le climat.  Créé en pleine crise des Gilets jaunes, cet organisme, vite qualifié de comité Théodule par certaines mauvaises langues, est censé apporter des solutions aux gouvernants pour affronter la crise climatique. Pierre Larrouturou propose des idées radicales et notamment un Pacte pour le climat. L’idée, supportée par des personnalités venues de tous bords, 180 députés et l’un des hauts responsables de la Banque européenne d’investissement (BEI), consiste à créer une Banque européenne du climat, en moins d’un an.
 
Pierre Larrouturou (photo Baltel / SIPA)
 
Cette banque, créée de toutes pièces, serait filiale à 100 % de la BEI. Chaque pays disposerait d’un droit de tirage c'est-à-dire d’une enveloppe correspondant à 2% de son PIB de financements à taux 0 pour la transition écologique. Et ce, chaque année pendant trente ans. La France ainsi disposerait chaque année de 45 milliards à taux 0 pour des investissements privés ou publics. Petit détail qui a son importance : les investissements publics ainsi financés seraient sortis du calcul du déficit public (les 3 % de Maastricht). Pour l’économiste Pierre Larrouturou, ce prêt serait complété de subventions européennes qui porterait le montant à environ 55 milliards d’euros : « ça change beaucoup de choses ». D’autant plus si le gouvernement oriente les banques et les assurances par des incitations vers les green-bonds, s’il modifie les règles du jeu des établissements financiers en instaurant des systèmes de bonus-malus.
 
« C’est une vraie révolution » affirme Pierre Larrouturou. Mais il poursuit aussitôt dans une interview accordée ce jour à UP’ Magazine que cette initiative, qui devrait prendre corps à l’occasion du Sommet européen des 22 et 23 mars prochains, ne peut se mettre en œuvre sans la pression du peuple : « Il faut un lobby citoyen, une force citoyenne bienveillante qui mette de l’intelligence dans le débat ».  Selon lui, « la fièvre des Gilets jaunes peut être cette occasion en France. Celle de provoquer un sursaut qui suscitera des réponses concrètes et apportera du sens ».
 

Et ils l'ont fait ...

Une force qui bouscule l’inertie des dirigeants, cette inertie incompréhensible, mystérieuse, « scandaleuse » pour Pierre Larrouturou, alors que les alertes se multiplient depuis plusieurs années : « Depuis 2008 ils n’ont pas changé les règles du jeu. Il y a une inertie du système. Il y a 18 mois on pensait qu’il allait y avoir un grand débat sur la refondation de l’Europe et là on en est juste à gérer la sortie de l’Angleterre ». Il insiste : « l’Europe va se disloquer si elle n’a pas un nouveau projet, il faut d’urgence redonner un nouveau contenu, un nouveau cap au projet européen ».
 
Hé bien, cette force a rassemblé des centaines de personnalités qui se sont emparées de l’idée des initiateurs du projet, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou, pour lancer concrètement le Pacte Finance-Climat. La création d’une « banque européenne du climat et de la biodiversité » (BECB) serait un des deux outils majeurs du projet de Pacte Finance-Climat : une première historique pour répondre conjointement à la crise du climat, au déficit d’emplois de qualité et à la perte de sens du projet européen.
Ce pacte comprendrait deux outils : la Banque européenne du climat et de la biodiversité et le Fonds européen climat et biodiversité. Ce projet de traité n’a d’autre vocation que de servir de support de négociations entre les États membres, à l’image du Pacte mondial pour l’environnement, proposé en 2017 par un think-tank français et qui est aujourd’hui en cours de négociation aux Nations Unies.
 
Le journal Le Monde explique qu’en France, 241 députés de tous bords (hors Rassemblement national) ont signé le projet, dont 55 % des représentants de la majorité présidentielle. S’y ajoutent des anciens ministres (Nicolas Hulot, Laurent Fabius, Jean-Marc Ayrault ou encore Alain Juppé), des climatologues (Hervé Le Treut, Robert Vautard), des chefs d’entreprise ou encore le président de la Confédération européenne des syndicats, Rudy De Leeuw. Et une ribambelle de jeunes, tels que les étudiants à l’origine des grèves scolaires pour le climat en France et en Belgique. Selon un sondage IFOP réalisé les 13 et 14 février, 72 % des Français se disent favorables au pacte.
 
Ce mardi 19 février, à partir de 18h, une grande session du Grand débat sera consacrée à ce projet, en présence de nombreuses personnalités. >Pour suivre le débat en direct :
 
 
Le regard sur l’histoire montre que, quand les dirigeants politiques sont capables de courage et de volonté, des transformations inimaginables auparavant peuvent se réaliser ; dans des délais extraordinairement courts : Roosevelt et son New Deal, Kennedy et sa conquête spatiale, Schuman et Adenauer pour l’Europe. Aujourd’hui, les gouvernants des démocraties européennes subissent de plein fouet une crise de confiance, une crise de foi. Ce sont les citoyens qui se montrent dans la lumière de l’histoire et veulent exister, qui se battent pour prendre leur destin en main. Ces révolutions peuvent accoucher de monstres comme de nouveaux mondes. Et si les crises que nous traversons (économique, climatique, sociale, sociétale) étaient une chance ? Pourquoi ne seraient-elles pas l’arme des peuples pour pousser leurs gouvernants à agir, à être plus courageux, plus audacieux ? Serait-ce une émeute ? Non, une révolution.
 
 
Finance, climat, réveillez-vous ! Les solutions sont là, d’Anne Hessel, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou, éd. Indigène, 2018, 160 p., 8 €.
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Un sol commun -Lutter, habiter, penser

Un Sol commun : Lutter, habiter, penser de Marin Schaffner – Edition Wildproject – Collection « Le monde qui vient », 10 mai 2019 – 200 Pages   Cet ouvrage résume une décennie d’écologie, vingt...

De nouveaux défis pour l'écologie politique

De nouveaux défis pour l'écologie politique d’Alain Coulombel – Editions Utopia, février 2019 – 256 Pages   Jamais les préoccupations écologiques n'ont été aussi présentes dans les esprits, jamais les...

Haut Conseil pour le Climat : ça s'organise !

Le 27 novembre dernier, le Président de la République installait le Haut Conseil pour le climat. Composé de douze membres scientifiques, économistes, ingénieurs, et experts, il est chargé d’apporter un...

L'Europe : un continent à bout de souffle ?

Il n’y a pas qu’en France que la campagne pour les élections européennes a du mal à s’engager. La situation est la même dans les 28 Etats membres de l’Union européenne. Au Royaume-Uni, la partie de...