Climat

COP 24 non officielle : le lobbying citoyen contre l'inertie des gouvernements

climat

Une action de lobbying citoyen pour faire pression par le nombre et sortir de l’immobilisme face à l’urgence climatique

Une COP 24 NON OFFICIELLE a fait son apparition en parallèle de la COP 24 de Katowice. Une COP nourrie d’un lobbying puissant, celui des citoyens. Malgré l’urgence climatique et tous les rapports alarmants du GIEC, pas un seul des 197 pays signataires n’est aligné sur les objectifs nécessaires de la COP 21 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Sans la pression des citoyens, cette COP risque d’être un non-événement et un nouveau rendez-vous manqué alors qu’il y a urgence à agir.
 
Comment donner aux gens l’envie de s’engager ? Comment intervenir pour créer de l’intercommunication et de la coopération entre citoyens ? Malgré une multitude de divers mouvements éparpillés, l’avenir de notre planète devrait inciter à nous rassembler tous ensemble. Partant du précepte de Gandhi « L’exemple n’est pas le meilleur moyen de convaincre, c’est le seul », deux hommes ont décidé d’allier leurs compétences et leurs réseaux pour donner à chacun de nous la possibilité d’exercer ses responsabilités face aux enjeux climatiques. 
 

Une histoire d’hommes

Au début il y a Patrick Samama, ancien vice-président de la LICRA et spécialiste des logiques d’écosystèmes, et Stéphane Pellerin, qui se présente comme « facilitateur de réseaux ». Tous deux ont eu plusieurs vies et de nombreux combats. Aujourd’hui, c’est la planète qu’ils veulent sauver avec un collectif impressionnant de citoyens, de personnalités (1) et d’associations (2).
 
Tous croient au lobbying citoyen et à la puissance du nombre pour faire levier. En créant COP 24 NON OFFICIELLE, leur intention est de donner à̀ chaque citoyen l’envie d’exercer son droit de regard sur les travaux de cette COP24 qui n'intéresse pas grand nombre de gouvernants, puisqu’ aucun chef d’État du G20 n’a pris la peine de faire le déplacement pour l’ouverture le 2 décembre dernier.
 
Chaque citoyen de notre planète peut devenir Membre Officiel de la COP24 NON OFFICIELLE. Ce sont des citoyennes et citoyens, conscients de l’effondrement des écosystèmes et de l’urgence climatique et de leurs conséquences sociétales, qui s’engagent depuis longtemps au quotidien pour la transformation de notre société, pour qu’elle soit plus écologiste et solidaire. Ils pensaient être des milliers ; ils sont en réalité des millions.
Ils ne veulent plus déléguer aveuglement à nos dirigeants la responsabilité d’agir pour notre avenir commun. Être présents à Katowice, c’est être attentifs et décidés à demander des avancées concrètes. « Climate change » dit la signature de la COP24. Nous sommes en droits de poser la question : « How ? When ? »
 
Avec les Marches pour le climat, un mouvement pour se coordonner, fédérer les énergies et gagner en visibilité est amorcé. Cette nouvelle action citoyenne veut l’encourager, le prolonger sur les réseaux sociaux et dans la société pour mobiliser le plus grand nombre, en particulier le public peu informé et non politisé qui reste encore sur la réserve.
 
Avec cette nouvelle façon de faire, ils veulent augmenter la coordination et les interconnexions entre les associations, comités citoyens, ONG, experts, personnalités pour créer une caisse de résonance et générer un effet de masse capable de toucher un public large. Il s’agit en même temps de s’adresser aux médias, aux acteurs économiques et aux décideurs politiques. C’est aussi l’occasion de mettre en valeur les actions des associations et les initiatives citoyennes qui sont nombreuses pour donner envie à ce public nouveau de s’impliquer dans une nouvelle manière de faire société.
 
 

Une histoire de réseaux

L’objectif de la COP24 NON OFFICIELLE est d’encourager le public mobilisé à soutenir trois grands types d’actions de lobbying citoyen : les actions en justice menées par des enfants contre des Etats ; les actions locales menées par des citoyens et les initiatives collectives ; les actions incitatives et juridiques pour rendre les engagements de Paris contraignants et effectifs rapidement en matière de réduction des émissions (-50% à horizon 2030…). Avec quel programme ?
 
1/ Interpeller le grand public : Pourquoi Katowice ?
Katowice (Pologne) est la capitale européenne du charbon. On peut s’étonner du choix de cette ville pour une conférence destinée à lutter contre le réchauffement climatique. Sur le site de la COP24, on trouve une photo de cette ville mais elle est tellement retouchée qu’on croirait voir une image de programme immobilier. Or il suffit de taper sur le web « Katowice smog » pour en avoir une toute autre vision.
Si la COP24 a lieu en Pologne, on peut supposer qu’elle a comme objectif d’inciter le gouvernement polonais à modifier sa politique énergétique. En tous cas, nous avons le droit de lui poser la question. Et nous sommes aussi en droit d’attendre une réponse.
 
2/ Informer le grand public : Les enjeux de la COP dans un langage accessible à tous
Le collectif ne cherche pas à cibler la Pologne en particulier. Ce serait même injuste quand on voit le peu d’empressement des autres pays à enclencher des mesures pour lutter contre l’urgence climatique. Leur intention est d’ouvrir une conversation par cette voie pour parler entre citoyens responsables de tous les sujets qui seront abordés pendant cette COP.
 
3/ Faire campagne sur les réseaux sociaux avec un JT Officiel de la COP 24 NON OFFICIELLE en live
Tous les thèmes de la COP sont suivis chaque jour sur Twitter et Facebook et les enjeux décryptés. La ligne éditoriale comporte quatre grandes rubriques :
1. Poser chaque jour une question à la COP24 que chacun pourra relayer
2. Relayer les actions menées par les associations (en France ou à l’international) pour donner envie aux citoyens, acteurs et décideurs de les soutenir et les partager
3. Mettre en valeur des initiatives citoyennes (en France ou à l’international) qui soient inspirantes, qui montrent que des citoyens agissent chaque jour et qu’une « révolution tranquille » est en cours
4. Proposer un décryptage des enjeux de la COP24 dans des termes clairs pour un public non initié.
 
Le JT du vendredi 14 décembre recevra Jean Jouzel.
Et après la COP 24 ? Pour Patrick Samama, un bilan sera fait mais l'aventure continuera !
 
Cette nouvelle initiative montre que la société civile se mobilise pour faire bouger le manque d’actions et de décisions des dirigeants. Ce n’est pas nouveau mais ce que l’on voit apparaître c’est l’émergence de mouvements citoyens apolitiques, qui s’engagent sur des enjeux sociaux et climatiques, avec pour dénominateur commun les leviers des réseaux sociaux.
Cela leur permet de contourner les circuits traditionnels, institutionnels, pour prendre la parole et agir, non de façon isolée et individualiste, mais dans l’expression d’une force horizontale, composée de personnalités et d’individus très différents formant des mouvements protéiformes, voire contradictoires, pour faire bouger les choses.
Une nouvelle forme démocratique qui viendrait à se substituer aux dirigeants inertes ?

LIRE AUSSI DANS UP’ : Quand les réseaux sociaux s’invitent dans la démocratie

Twitter : @NonOffCOP24
#COP24NONOFFICIAL
#Wearelastclimatechance
 
 
(1) Parrains et marraines :
Corinne LEPAGE
Dominique BOURG
Jean JOUZEL
Isabelle DELANNOY
Pierre LARROUTUROU
Sandrine ROUDAUT ROTILLON
Jean-Marc BARR
Pascale d’ERM
Jean-Marc JANCOVICI
Hervé NAILLON
Anne HESSEL
Françoise COUTANT
Ronan DANTEC
Bérengère BATIOT
Jean-Pierre GOUX
Beatrice CAMURAT JAUD
Eric PIOLLE
Bruno DUMONTET
Joel LABBE
 
(2) Associations et comités citoyens :
A tree for you
Association 4D
Assemblée virtuelle
Agrodurable
Bio vivre en brie
Ca le fait pour la planète
Climate chance
Ecocentre La ferme dans les arbres
Economie symbiotique
En’jeux communs
Expédition MED
Fondation Mais Oui
GoodPlanet Fondation
Graine de vie
Green Minded
Gretz en transition
I-Boycott
Incroyables comestibles Cergy
Le bois gourmand
Le collectif citoyen pour le climat (Il est encore temps)
Les désobéissants
Les petits débrouillards
Little citizens for climat
Monnaie locale les blés
Moulin du Pont-Rû
Mountain Wilderness
Noise agro
ISF Paris Grignon
Pacte Finance Climat 2020
Permaculture St André les Vergers
Permaculture des 3 vallées Beaune en brie
Place des faites
Plastic Attack
Résistance climatique
Shift Project
SQY en transition
7 milliards d'urbanistes
Transition 2030
Together for earth
Transition 2030
Transition 2030 paris
Triel environnement
UCIT
Unlimited Cities
l'Université Populaire des Grands Voisins
WECF
WWF
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
Un sol commun -Lutter, habiter, penser

Un Sol commun : Lutter, habiter, penser de Marin Schaffner – Edition Wildproject – Collection « Le monde qui vient », 10 mai 2019 – 200 Pages   Cet ouvrage résume une décennie d’écologie, vingt...