Close

L’agriculture est-elle en crise alors que le bio pourrait nourrir 9 milliards d’humains en 2050 ?

Agriculture biologique
On dit l’agriculture en crise. On la voit moribonde. Or, et plus particulièrement en France, l’agriculture possède des atouts car elle présente plusieurs facettes. Certaines, effectivement, ne résistent pas aux changements d’échelle des règles du jeu économique qu'on leur impose et meurent à petit feu, alors que d’autres, qui misent sur de nouvelles formes d’agriculture, sur des méthodes innovantes, sont gagnantes. Un rapport récent vient ainsi de confirmer qu’en se reconvertissant massivement vers le bio, les agriculteurs pourraient nourrir durablement, sainement et profitablement toute l’humanité sur cette planète. L’agriculture n’est pas perdue et, dans l’Hexagone, les performances de ceux qui misent sur l’innovation et la valeur font déjà de ce secteur un pôle largement excédentaire dans notre balance commerciale.
 
Les stands du salon de l’agriculture dévastés par des agriculteurs en colère, le Président de la République chahuté, les barrages routiers partout dans les régions de l’Ouest, s’ils témoignent d’une profonde crise, en particulier celle des éleveurs, ne doivent pas occulter les réelles performances de l’agriculture et les enjeux qu’elle peut être capable de surmonter. Pour y parvenir, l’agriculture française doit changer de modèle en profondeur, et adopter la dynamique de ceux qui gagnent parce qu’ils ont fait le choix de produire moins pour produire mieux, de miser sur la valeur plutôt que sur la masse, qui ont opté pour le bio et les circuits courts. Ceux-là ne sont pas en crise et prouvent qu’un retour sur investissement est possible.  

Adopter de nouveaux modèles

Une étude de vaste ampleur a été publiée dans la revue scientifique Nature Plants début février. Elle est signée par deux agronomes américains, John Reganold et Jonathan Wachter, qui ont compilé une centaine de recherches pour comparer l’agriculture biologique à l’agriculture conventionnelle. Leur conclusion est limpide : « Sur la base de données actuelles, nous soutenons que, bien que les systèmes en agriculture biologique produisent des rendements plus faibles qu’en agriculture conventionnelle, ils sont plus rentables et respectueux de l’environnement, et délivrent des aliments autant ou plus nutritifs avec moins ou pas de résidus de pesticides ».
Ainsi, alors que l’on pousse depuis des années les agriculteurs à produire plus, à adopter des méthodes de production intensive, à se perdre dans des combats inégaux avec leurs filières de distribution industrielle, cette étude soutient que d’autres modèles pourraient être envisagés profitablement.
 
Et c’est urgent. En effet, avec un secteur laitier en ébullition, une crise porcine, la chute des prix de la production, la guerre des prix menées par les grands distributeurs, les agriculteurs traversent une crise profonde car beaucoup d’entre eux ne vivent plus de leur travail. Les pouvoirs publics ont beau lancer de grands plans à coups de millions d’euros, rien ne semble y faire. La situation semble catastrophique et pourtant des voies d’optimisme et d’espérance existent et se développent chaque jour.
 
 
 
Des agriculteurs de plus en plus nombreux se rendent compte que les voies vers lesquelles ont leur demandait d’aller sont sans issue. L’injonction qu’on leur faisait de nourrir une population sans cesse grandissante a justifié le recours à des pratiques de plus en plus controversées quand elles ne sont pas qualifiées de criminelles. Dans une tribune publiée le 28 février par Libération, les deux auteurs, Gilles Fumey, géographe à l’université Paris-Sorbonne et Olivier Assouly, philosophe, spécialiste de l'alimentation, poussent un cri de colère : « Désormais qu’une partie de la profession paysanne est menacée de mort violente, la question va se poser des responsabilités. Comme chez Orange où il a fallu des dizaines de suicides pour qu’on change de stratégie. Qui peut prétendre qu’au nom de la compétitivité de la France et d’une libéralisation fossoyeuse des hommes et des terroirs, les recommandations de la FNSEA faites aux « paysans » d’agrandir leurs exploitations, de se confronter aux marchés avec des outils « plus compétitifs », d’accroître leurs investissements n’aient pas été un pousse-au-crime ? Pire, une faute impardonnable. Alors que, de toutes parts, sonnaient les alarmes sur ce modèle productiviste à bout-de-souffle. »

Une prise de conscience brutale

Aussi, un mouvement de fond semble prendre son essor. Comme une sorte de prise de conscience brutale. Une prise de conscience qui s’exprime sur des facteurs qui ne sont pas qu’économiques. Une suspicion sérieuse s’est installée sur les modes de production agricoles. Les consommateurs mais aussi les agriculteurs se demandent quels sont les effets à long-terme des cocktails constitués par les résidus de produits agrochimiques (pesticides, herbicides, insecticides, inhibiteurs de germination et régulateurs de croissance des plantes) retrouvés dans notre alimentation. Que dire de l'utilisation justifiée par l'optimisation des coûts de production, de quantités excessives d'antibiotiques dans un système alimentaire concentrationnaire (la moitié des antibiotiques vendus est destinée aux animaux d'élevage) ? Comment envisager la responsabilité d’accroître la probabilité de faire émerger des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques et donc de rendre la menace infectieuse ingérable ?

LIRE DANS UP : Les bactéries, de plus en plus coriaces, résistent aux antibiotiques

Il n’est donc pas étonnant estiment dans leur tribune Gilles Fumey et Olivier Assouly que « de plus en plus d’agriculteurs voulant croire en leur avenir se risquent, souvent avec succès, dans des voies dissidentes, alternatives, moins anonymes, empruntant des filières plus courtes ou locales. Des voies qui, en plus de valoriser économiquement le travail des agriculteurs, de promouvoir un savoir-faire unique, trouvent dans l’opinion publique des marques de reconnaissance et de solidarité ».

Le bio, une réponse à la crise ?

Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à abandonner les pesticides pour se convertir au bio. « Un secteur porteur et une réponse à la crise agricole ? » S’interroge l’Expansion. Un mouvement qui semble s’installer durablement estime l’Agence bio qui affirme, chiffres à l’appui, que ce secteur séduit chaque année plus d’agriculteurs et d’éleveurs. Les surfaces agricoles engagées en agriculture bio ont bondi de 17% en un an pour atteindre 1,3 million d'hectares. Cela ne représente que 6.5 % des exploitations agricoles françaises, mais la dynamique semble enclenchée.
Des innovations de toutes natures (robots, drones, techniques d’agroécologie, etc.) se multiplient pour amener les agriculteurs vers des pratiques moins agressives contre l’environnement et la sécurité alimentaire.

LIRE DANS UP : INRA: les 10 enjeux qui vont révolutionner l'agriculture et Agriculture bio : des robots pour en finir avec les herbicides ?

Du côté des consommateurs, une tendance lourde se met en mouvement et la demande explose aussi. Selon une étude réalisée par CSA, 65 % des français ont consommé du bio de manière régulière l’année dernière. C’est deux fois plus qu’il y a quinze ans. « Le bio continue son ascension et répond aux attentes des consommateurs », notent les spécialistes qui parlent de « niveaux inédits atteints » en terme d'achats. On estime qu'en France, ce marché a progressé de 10% sur un an, pour atteindre « un chiffre record de 5,5 milliards d'euros ».

La question du rendement ne se posera plus

Les auteurs de l’étude publiée par Nature Plants démontent la critique classique, le point faible toujours mis en exergue contre l’agriculture biologique, à savoir la question des rendements. Pour les scientifiques, l’écart de rendement entre l’agriculture biologique et l’agriculture conventionnelle peut être réduit à 9 % avec la polyculture, là où les estimations étaient plutôt de l’ordre de 20 % en 2012. En clair, l’agriculture bio, si on y met les moyens, pourrait avoir des rendements égaux voire supérieurs à ceux de l’agriculture conventionnelle. Cette conclusion corrobore celle d’une autre étude d’envergure publiée en 2014 par Claire Kremen, professeur de sciences de l’environnement et codirectrice du Berkeley Food Institute de l’Université de Californie. Selon cette universitaire, « des investissements accrus en recherche agroécologique pourraient améliorer les productivités de l’agriculture durable, qui pourraient atteindre, voire dépasser celle de l’agriculture traditionnelle. »
 
 
Pour les chercheurs, cette question du rendement est un argument contre le bio qui n’aura plus de valeur d’ici quelques années. Ils soulignent toutefois que l’intérêt de l’agriculture biologique peut être mesurée à l’aune d’autres paramètres, tout aussi révélateurs. Ils notent que, du fait du changement climatique, nous avançons vers un monde qui sera dominé par de larges périodes et zones de sécheresse. Or à cet égard, l’agriculture biologique l’emporte haut la main sur les cultures conventionnelles. En étant plus résiliente en cas de sécheresse sévère, le bio permet aux agriculteurs d’obtenir des rendements stables et ainsi de se projeter dans l’avenir malgré des conditions climatiques extrêmes.

La rentabilité n’est pas un leurre

L’étude met aussi en avant un argument économique qui ne devrait pas laisser indifférent les agriculteurs : selon les chercheurs, les agriculteurs bio dégagent des marges plus importantes. Les produits se vendent en moyenne 32 % plus cher, leur assurant un revenu supérieur de 22 % à 32 % au revenu perçu en agriculture conventionnelle. L’Expansion rappelle en outre : « aujourd’hui, le lait, en conventionnel, se négocie autour de 270 euros la tonne. Contre 400 à 450 euros en bio. CQFD. »
 
De plus, comme le souligne le journaliste Pierre Thouverez, prendre en compte les externalités négatives de l’agriculture conventionnelle (par exemple, la pollution par les pesticides chimiques) et les externalités positives de l’agriculture bio (par exemple, la hausse de la biodiversité) dans le prix des productions permettrait d’améliorer nettement la compétitivité du bio. Ainsi, une étude a estimé que le passage à une production 100% biologique en Grande Bretagne ferait baisser les coûts externes de l’agriculture de 75 %, passant de 1,96 milliards d’euros par an, à 498 millions.
 
 
Il est désormais admis que l’agriculture biologique présente un impact environnemental moindre ; cet avantage peut se mesurer économiquement. « Par exemple, de telles études globales ont constaté que les systèmes en agriculture biologique ont toujours des sols présentant une teneur en carbone plus élevée, une meilleure qualité des sols et une moindre érosion des sols », relèvent les chercheurs. En outre, précise Matthieu Combe de la revue Natura-sciences, les fermes biologiques présentent généralement une plus grande biodiversité des plantes, des insectes, des animaux, des microbes et de la diversité génétique en général, ainsi qu’une plus grande variété de paysages. Cette biodiversité augmente les services rendus par la nature, comme la pollinisation.
 
Le bio présente d’autres avantages environnementaux : il ne participe pas à la pollution des eaux par les pesticides chimiques et les fermes présentent généralement une meilleure efficacité énergétique. Il relâche également moins de nitrates et de phosphore et moins de gaz à effet de serre par hectare.

Pour vivre mieux

L’étude met enfin en évidence des arguments pour lesquels les agriculteurs ne devraient pas rester indifférents : leur bien-être. En effet, l’agriculture biologique diminue l’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides chimiques, un point important pour leur santé. Par ailleurs, elle permet des interactions sociales de meilleure qualité entre les paysans et les consommateurs auxquels elle offre des produits réputés de meilleure qualité. Elle induit enfin un taux d’emploi supérieur et une meilleure coopération entre agriculteurs.
 
Les auteurs concluent que le bio devrait, à l’avenir, prendre une part plus importante dans la production agricole aux côtés d’autres alternatives respectueuses de l’environnement, telles que l’agroforesterie ou l’agriculture intégrée. L’agriculture bio pourrait nourrir les 9 à 10 milliards d’êtres humains vivant sur cette planète en 2050. Pour y parvenir, il faudra sortir du schéma du rendement et s’intéresser à une production plus locale, qui incite à éviter les gaspillages, qui démultiplie les solutions d’accès et de distribution des productions. Pourrait-on craindre ou espérer des formes d’ubérisation de l’agriculture ?
Il s’agit d’un changement de mentalités auquel appelle cette étude. Un changement qui pourrait s’astreindre à réduire une des inégalités les plus criantes de notre monde : près de 2 milliards d’humains sont en surpoids alors que deux autres milliards ne mangent pas à leur faim.
 
 
Ailleurs, comme en Inde par exemple, le mouvement bio s’est déjà implanté comme une pratique exclusive et quotidienne. L’État du Sikkim (Himalaya) est ainsi devenu la première région où l’agriculture est exclusivement biologique. Au-delà du symbole, le pays est en passe de devenir un producteur incontournable de produits bios. Serait-ce la seconde « révolution verte » indienne ? s’interroge l’agence wikiagri. Cette dynamique régionale traduit une orientation nationale offensive. En 2014, l’Inde a produit 1,24 millions de tonnes de produits bios : riz basmati, épices, fruits secs, miel, thé, céréales, coton (le pays fournirait 74% du coton bio mondial) … Le marché intérieur progresse petit à petit, de même que les exportations : les Indiens ont exporté 135 produits bio différents dans le monde pour un montant de 403 millions d’US $. L’Europe représente la moitié des volumes, puis viennent le Canada, les États-Unis et l’Asie. Un mouvement vertueux qui fait que, aujourd'hui, les standards indiens en agriculture biologique sont notamment reconnus par l’Union européenne, la Suisse et les États-Unis. Les exemples à suivre se multiplient partout sur la planète. Une dynamique est lancée. L’agriculture française n’a pas le droit de se tromper de direction dans ce monde qui change.
 

MISE A JOUR DANS UP' [1er mar 2016] : En Normandie, les agriculteurs se ruent vers le bio