Close

Monsanto achète la licence du CRISPR, le plus puissant outil de manipulations génétiques

MOnsanto
Cela fait longtemps que l’on parle dans les colonnes de UP’ Magazine du CRISPR-Cas9, ce formidable ou terrifiant - selon les points de vue – outil de modification génétique. Une invention due à Jennifer Doudna et Emmanuelle Chapentier qui fait l’objet d’une féroce bataille de brevets. Mais Monsanto, sans s’intimider devant ces embuches juridiques, a décidé d’acheter la licence d’exploitation du CRISPR pour passer un nouveau cap dans les modifications génétiques des semences et des plantes. De quoi donner un sacré coup de ringardise aux bons vieux OGM.
 
Le géant Monsanto, qui a été acheté il y a quelques jours par l’allemand Bayer, vient d’annoncer la conclusion d’un accord avec le Broad Institute du MIT et d’Harvard. L’accord porte sur la licence d’exploitation du CRISPR-Cas9 pour une utilisation dans le développement de semences. Avec cette acquisition, Monsanto va pouvoir créer de nouvelles plantes résistantes à la sécheresse ou de nouvelles propriétés agréables pour le consommateur comme une huile de soja modifiée de telle sorte qu’elle soit aussi bonne que la meilleure des huiles d’olive.
 
Dans un sursaut éthique, les vendeurs du MIT et de Harvard ont imposé quelques restrictions d’usage. Monsanto ne pourra pas par exemple, utiliser le CRISPR pour fabriquer un gene drive, c'est-à-dire un gène capable de se reproduire sur toutes les générations d’une population. En revanche, Monsanto pourra utiliser cet outil pour accroître le rendement des plantes, pour réduire l’utilisation des pesticides chimiques (une plante modifiée pourra ainsi contrecarrer certains types d’insectes), ou pour rendre des souches de végétaux tolérantes à la sécheresse ; un marché juteux par ces temps de réchauffement climatique.
 
Le Broad d’Harvard et du MIT stipule aussi dans sa cession de licence que Monsanto ne pourra pas utiliser CRISPR pour créer des semences stériles, les fameuses semences Terminator. Celles-ci ne produisent plus de graines fertiles, ce qui oblige les agriculteurs à se réapprovisionner chaque saison chez Monsanto. Un marché captif de plusieurs milliards de dollars et la ruine des exploitants agricoles fragiles financièrement.

Accélération des manipulations

Malgré ces quelques restrictions, Monsanto estime que sa licence lui permettra d’améliorer dans des proportions considérables sa technique, vieille de plusieurs décennies de fabrication d’OGM. Cette technologie consistait à insérer des gènes étrangers, de façon aléatoire, sur le génome d’une plante. "La grande majorité de ces insertions ne fonctionnent pas comme prévudéclare Tom Adams, qui dirige la biotechnologie de Monsanto. Changer les caractéristiques d’une culture prend ainsi plusieurs années. « Mais avec l’édition du génome [permise par CRISPR – ndlr] vous pouvez cibler précisément une caractéristique et la modifier sans toucher à sa voisine ».  « En outre, ajoute-t-il, dans les OGM, le gène d’origine est encore présent. Alors qu’avec CRISPR, on peut modifier un gène pour qu’il apporte un caractère à la plante, mais le gène d’origine disparaît, comme une faute de frappe corrigée ». Le représentant de Monsanto s’enthousiasme alors : « Je pense que nous verrons une accélération dans l’évolution dans caractéristiques végétales à un rythme que les créations traditionnelles d’OGM ne nous permettaient pas ».
 
 
En modifiant de façon discrète les végétaux, une nouvelle dimension est apportée, qui ne réjouira certainement pas les opposants traditionnels de Monsanto. Mais le géant des manipulations génétiques voit un autre intérêt, de taille, à l’utilisation du CRISPR. En effet, le département américain de l’Agriculture a statué que les modifications apportées à une plante par CRISPR ne nécessitent pas d’approbation réglementaire, comme c’est le cas pour les OGM. L’argument avancé par l’administration américaine est que cette technique d’édition génétique n’insère pas de gène étranger dans une plante et se « contente » de supprimer ou modifier un gène existant.
Cette décision avait alarmé les ennemis des OGM traditionnels qui avaient pointé des risques similaires entre les deux technologies. D’autant plus qu’avec CRISPR, la puissance de précision est telle que cela implique des connaissances sur les processus biochimiques complexes que nous ne sommes pas sûrs de posséder. Un risque majeur pour la sécurité dont semble s’affranchir les apprentis sorciers des labos biotechs.

Foire d’empoigne

Cette annonce de la mainmise de Monsanto sur le CRISPR vient avec, en toile de fonds, une foire d’empoigne sur la propriété des brevets du CRISPR. Une bataille qui révèle une facette pas très reluisante de la science lorsqu’elle s’accompagne d’un potentiel très commercial.
 
D’un côté, l’université de Berkeley, en Californie, a été la première à déposer une demande de brevet. De l’autre, l’institut Broad, au Massachusetts, a demandé au Bureau américain des brevets un processus expéditif et a du coup obtenu un brevet avant Berkeley.
D’un côté, Broad allègue que la demande initiale de Berkeley ne couvre que la manipulation génétique des bactéries, pas celle des animaux. De l’autre, Berkeley réplique qu’il allait de soi que la technique pourrait être utilisée au-delà des bactéries et que des « personnes d’habiletés ordinaires » seraient en mesure d’utiliser la technique sur des souris ou des humains, comme en témoignent les équipes de Jennifer Doudna et Emmanuelle Charpentier (université de Berkeley), George Church et Feng Zhang (institut Broad), ou Jin-Soo Kim (Corée du Sud).
Ce à quoi Broad réplique que de tels chercheurs hautement spécialisés ne correspondent pas à la définition juridique d’une « personne d’habiletés ordinaires ».
Pour compliquer les choses, CRISPR-Cas9 — « scalpel biologique » qui peut servir à manipuler les gènes avec une grande précision — existe déjà dans la nature ; ce que les chercheurs ont mis au point en 2012, c’est une façon de l’utiliser comme bon leur semble. Ce qui n’est pas peu dire : depuis 2012, des laboratoires des quatre coins du monde se sont mis à l'expérimenter sur toutes sortes de génomes et, selon la revue Nature, il y aurait actuellement 860 demandes de brevets déposées pour autant d’applications liées à CRISPR.
 
La dispute devant les juges du Bureau américain des brevets (USPTO) dure depuis janvier et une autre demande a été déposée devant le bureau européen des brevets. Le jeu est serré et certains des arguments entraînent les juges très loin de la science. Berkeley a par exemple soumis aux juges un courriel d’un nommé Shailiang Lin, qui était étudiant à l’institut Broad en 2011 et 2012. Il y alléguait que l’équipe de Feng Zhang se serait inspirée d’un article publié par Jennifer Doudna et Emmanuelle Charpentier, plutôt que de développer indépendamment sa propre technique. L’institut Broad réplique que l’étudiant était alors en recherche d’emploi auprès de Jennifer Doudna, donc en conflit d'intérêt. Berkeley a voulu faire témoigner l’ex-étudiant, les juges s’y sont opposés le 14 septembre, les arguments des deux parties devraient être déposés à la fin du mois.
 
Une telle rancœur est inhabituelle entre deux institutions universitaires, commente dans Nature Mark Summerfield, un avocat australien en droit des brevets. Mais il ajoute d’emblée que derrière ces deux universités, il y a une liste de compagnies qui paient les frais de justice. « Ce qui est vraiment derrière, ce sont les intérêts commerciaux... Ils ne vont pas arriver à s'entendre, ils vont se battre jusqu’à la fin. »
 

LIRE AUSSI DANS UP’ :
CRISPR : Révolution dans l’histoire humaine ou méga bombe à retardement ?
CRISPR: entre peur et euphorie, la bataille de l'éthique bat son plein
Ces OGM cachés que les industriels veulent nous faire passer en douce…
« Forçage génétique » : droit de vie et de mort sur les espèces vivantes, jusqu’où ?
Modifier génétiquement une plante n’est pas anodin
Un OGM n’est jamais « naturel »
Bayer rachète Monsanto : le « mariage des affreux »

 
Source : Agence Science Presse, Scientific American