Close

Le rapport de l’ADEME sur l’électricité 100% renouvelable pour 2050 : dérangeant ? Mais pour qui ?

transition énergétique

Hier, mardi 14 avril, et pendant deux jours, l’ADEME tient deux journées de réflexion sur les énergies renouvelables dans le mix électrique. L’agence gouvernementale y dévoile une étude sur la photographie d’une France où l’électricité proviendra à 100% des énergies renouvelables qui puisse satisfaire la consommation projetée à l’horizon 2050. Une étude sérieuse et réaliste mais qui dérange, selon Greenpeace...

Cette étude a été financée par l’ADEME, avec la contribution de la Direction Générale de l’Energie et du Climat, dans le cadre de réflexions sur les conditions et les impacts précis qu'aurait la mise en place d'un approvisionnement électrique à haut taux de pénétration des EnR (entre 80% et 100 % en énergie) à l'horizon 2050 et en consultation avec des acteurs institutionnels : le Ministère du développement durable et la Direction générale énergie – climat, des entreprises (GDF, EDF et le Réseau de Transport de l’Electricité, RTE), ainsi que des experts tels que NégaWatt ou Hespul, mais aussi des ONG telles que Greenpeace. C’est notamment RTE, le gestionnaire de réseau qui publie chaque année le bilan électrique français, qui a mis à disposition ses moyens pour simuler l’équilibre en temps réel entre l’offre de puissance et la demande, afin de s’assurer que ce réseau 100% renouvelables fournirait de l’électricité aux utilisateurs à toute heure (industries, TGV, entreprises, foyers…).

Les problématiques abordées dans l’étude proposent notamment de répondre aux questions suivantes :
• Sous quelles contraintes est-il possible de fournir une électricité 100% renouvelable ?
• Quel sont les mix énergétiques optimaux, associés aux différentes projections d’évolutions technologiques, de consommation, … ?
• Comment se répartissent géographiquement les différents moyens de production renouvelables ?
• Quels sont les impacts économiques d’un mix 100% renouvelable ?

Quelles perspectives ?

Les résultats de l'étude ont ainsi permis d’évaluer les conditions et contraintes associées à la perspective d’atteindre un mix fortement renouvelable à l’horizon 2050. Il a d’une part été vérifié qu’un mix 100% renouvelable pouvait être robuste à des conditions météorologiques défavorables (notamment des périodes sans vent sur
l’ensemble du pays, de vagues de froid, ou de sécheresse).
D’autre part, la possibilité de parvenir à une fourniture d’électricité 100% renouvelable a été étudiée pour plusieurs scénarios d’évolutions sociétales, en termes de niveaux d’acceptabilité ou de maîtrise de la demande.

En outre si la mixité des technologies exploitées n’est pas un prérequis absolu pour l’atteinte d’un objectif 100% renouvelable, il a été avéré que la complémentarité du solaire et de l’éolien, ainsi que la combinaison de stockages de durées plus ou moins longues était l’un des paramètres essentiel quant à la maîtrise du coût annuel de la fourniture d’électricité.
De nombreuses pistes restent aujourd’hui à explorer et dans les mois à venir de nouveaux cas d’études pourront être considérés, dans le but de répondre à des questions comme :
- Quels seraient les impacts d’une flexibilité de la consommation industrielle ? :
o Le surplus pourrait-il être mieux valorisé, et en plus grande quantité ?
o A quel point les mix étrangers 80% EnR modélisés contraignent-ils le parc optimisé français ?
o Quels seraient les effets socio-économiques associés à la réalisation d’un tel mix, incluant le volet macroéconomiques (croissance, création
d’emplois, effets redistributifs sur les autres secteurs de l’économie), et le volet énergie/environnement (mesures des externalités, indépendance énergétique) ?
- Comment compléter le modèle avec des contraintes non encore prises en compte ? :
o Comment prendre en compte un éventuel coût supplémentaire relatif à l’extension du réseau de distribution ?
o Quel serait l’impact d’un mix 100% EnR sur le réseau de répartition ?
o Quels impacts si l’on étend la valorisation du gaz de synthèse produit par le power to gaz à des usages non électriques (mobilité notamment) ?
o Quels seraient les impacts d’une faible acceptabilité sociale à la fois relative au réseau, à l’occupation terrestre et à l’occupation marine ?

Une étude dérangeante pour l'industrie nucléaire, selon Greenpeace

La publication de cette étude aurait été hésitante en raison de « la sensibilité du contexte politique de publication », pour reporter sine die sa sortie. L'article de Greenpeace publié ce jour explique pourquoi :
"Mediapart, dès la semaine dernière, la rendait publique (l'étude) en révélant qu’un mix électrique 100% renouvelables est on ne peut plus sérieux et réaliste. Ce n’est pas le sérieux de l’étude qui est remis en cause. C’est ce qu’elle démontre qui dérange l’industrie nucléaire dans le contexte de l’élaboration de la loi de transition énergétique qui, pour la première fois depuis 60 ans, choisira de fermer de réacteurs nucléaires en France.

L’électricité 100% renouvelable en France, réalisable et économiquement abordable : Tout d’abord, et c’est le résultat le plus éblouissant, l’ADEME fait pour la première fois l’inventaire du potentiel de renouvelables en France – un potentiel quasi unique en Europe – largement capable de répondre aux besoins en électricité du pays. D’autre part, ce système électrique renouvelable proposerait des coûts d’exploitation largement compétitifs par rapport à ceux du maintien d’un système nucléaire comme celui qui existe aujourd’hui.
L’étude ADEME établit un coût (hors taxe) de l’électricité d’origine renouvelable en 2050 compris entre 100 à 120€/Mwh. Donc pas plus cher que le coût de l’électricité produite par le nucléaire de type EPR qui est déjà de 100 à 120€/Mwh (avec un risque d’augmentation au regard des derniers événements …), ou par le nucléaire ancien rénové (133€/MWh).

L’ADEME va plus loin que le scénario de Greenpeace : En 2013, nous publiions le premier scénario de transition énergétique de Greenpeace pour la France.
Au niveau du potentiel de production éolien, le scénario de l’ADEME est en phase avec celui de Greenpeace : selon l’ADEME, en 2050, 250 à 300Twh d’électricité proviendront de l’éolien terrestre ou maritime. Nous estimions ce chiffre à 276TWh. Cela nécessiterait d’installer 15 à 20 000 éoliennes terrestres, un objectif largement atteignable lorsque l’on constate que plus de sept riverains de parc éolien sur dix sont satisfaits de l’implantation des éoliennes.
C’est du côté de la production solaire que l’ADEME est plus prometteuse : entre 60 et 100TWh , selon ses estimations, contre seulement 52 TWh dans le scénario de Greenpeace publié en 2013. La projection de l’ADEME est aujourd’hui tout à fait légitime au regard des de la forte réduction des coûts identifiés ces deux dernières années.

Le savoir, c’est le pouvoir : Le 19 mai le débat sur la loi de Transition énergétique reprendra à l’Assemblée Nationale et le texte devrait être voté en juillet. Il s’écoulera ensuite quelques mois avant la publication de la programmation pluriannuelle de l’énergie, PPE, qui décrira le plan d’actions du gouvernement jusqu’en 2018. Ce plan devra fournir les moyens pour accélérer le développement des énergies renouvelables et le nombre de réacteurs fermés pour atteindre 50% de nucléaire d’ici 2025, conformément aux engagements de M. Hollande !

Cette étude de l’ADEME montre qu’au sein même du gouvernement, plus personne ne peut ignorer le potentiel et les avantages des renouvelables.

A l’heure de ce débat, il est plus que jamais crucial de mener avec transparence et rigueur un inventaire des coûts et des performances techniques des renouvelables, et de les comparer aux autres moyens de production d’électricité comme le nucléaire.

La conférence des Nations Unies sur le climat qui se tiendra à Paris en fin d’année doit rappeler au gouvernement que la solution face aux dérèglements c’est l’action pour les renouvelables, et que cela commence au niveau national."
(Source : Greempeace /14 avril 2015)

Lire l'étude de l'ADEME