Sécurité alimentaire et agrostratégies

Agriconomie : un champ bien semé rapporte du blé

agrostratégies
L’INSEE vient d’annoncer que le revenu moyen des agriculteurs pourrait chuter de 26 % sur l’année 2016. Une catastrophe à laquelle s’ajoutent les mauvaises récoltes cette année et une détresse flagrante des agriculteurs. Mais le secteur sait se réinventer et innover. Pour preuve, l’initiative Agriconomie.
Photo ©Agriconomie
 
Cette crise n’est pas une fatalité. Face aux problèmes des agriculteurs, des solutions existent, et la réponse n’est pas toujours institutionnelle : preuve en est l’initiative d’Agriconomie (1), qui permet aux agriculteurs de comparer les prix, et de pouvoir être un service d’aide à la décision pour les exploitants, sur l’achat de différents produits : les engrais, les semences ou encore les pièces de matériel. Une solution qui permet aux agriculteurs d’économiser jusqu’à 5 000 € par an… soit, par mois, l’équivalent du salaire moyen de 60% des agriculteurs français.

Un monde agricole en grande difficulté

L’année 2016 a été désastreuse pour l’ensemble du secteur agricole. Pour l’élevage, s’est ajoutée à la crise du secteur laitier en début d’année une crise sanitaire dans de nombreuses régions (fièvre catarrhale, retour de la grippe aviaire…). Pour les grandes cultures, les conditions climatiques ont entraîné de mauvaises récoltes. A cela s’ajoute un problème bien plus structurel dans le milieu agricole : la gestion des exploitations en fait de véritables entreprises, les normes sont contraignantes et les agriculteurs voient leurs revenus diminuer.
Un enjeu auquel Agriconomie a décidé de s’atteler il y a déjà deux ans. Aujourd’hui, l’entreprise chiffre les gains qu’elle permet de faire réaliser aux agriculteurs.

Entre 3 000 et 5 000 € d'économies par an pour les agriculteurs

Agriconomie a été fondée en 2014 par trois jeunes entrepreneurs issus du secteur agricole : Clément Le Fournis, fils de céréalier marnais et ancien joueur de rugby semi-pro, premier diplômé à sortir d’HEC Paris avec un bac agricole en poche ; Dinh Nguyen, fils de viticulteur aubois et grand passionné de physique-chimie, surdoué de l’informatique, diplômé de l’école Epitech ; et Paolin Pascot, petit fils d’éleveur poitevin. Ce serial entrepreneur ayant étudié dans cinq pays différents, est à l’initiative des conférences TEDx HEC Paris.
 
 
A eux trois, ils ont ainsi créé la première place de marché spécialisée dans les approvisionnements agricoles (semences, pièces, équipements, engrais) avec pour vocation de permettre aux agriculteurs de trouver tout ce dont ils ont besoin sur leur exploitation au même endroit, sur un seul site web.  Le site est membre de la Ferme digitale, l’association d’acteurs du monde agricole visant à créer la ferme de demain.
 
Agriconomie a fait le pari de faciliter la tâche des agriculteurs, en les conseillant dans leurs achats au quotidien en fonction de leurs besoins, grâce notamment à l'appui de conseillers experts en agriculture comme des ingénieurs ou d'anciens conseillers en Chambres d’agriculture. Ils répondent aux questions chaque jour de 8 heures à 22 heures, pour coller aux contraintes horaires des exploitations.
Et les prix des semences, des engrais ou encore des pièces de matériel peuvent être comparés en fonction des régions et les agriculteurs peuvent être conseillés par des spécialistes.
Le site permet aussi aux distributeurs et fournisseurs d’étendre leur périmètre de ventes géographiques et de proposer leurs offres à un plus grand nombre d’agriculteurs, sans investir en communication, en recrutement de forces commerciales ou en création de nouveaux points de ventes.
 
Paolin Pascot estime que 86 % des agriculteurs se connectent tous les jours sur leur smartphone, pour regarder la variation des cours du blé ou encore la météo... Pour ces agriculteurs connectés, Agronomie facilite les transactions avec les meilleurs fournisseurs : coopératives, intermédiaires, etc. Ils peuvent y acheter de l'engrais, des semences, des pièces détachées, des outils pour leur atelier ou pour leurs élevages en comparant les prix.
A fortiori, les agriculteurs peuvent par ces comparaisons et sur les conseils d’Agriconomie économiser entre 3 000 et 5 000€ par an.  Hubert Couton, céréalier en Indre-et-Loire, rend compte de son expérience : « J’ai économisé à peu près 500 € par commande, soit 3 000 € à l’année ; financièrement, c’est très intéressant ».
Changer les habitudes d’achats dans le monde agricole, c’est le choix de ces fils d’agriculteurs qui connaissent les difficultés du métier.

Quels outils pour sauver les revenus des agriculteurs ?

A l’opacité des prix sur les matières premières qui perdurait jusqu’à présent sur les achats, cette nouvelle place de marché apporte la clarté et la transparence des prix sur Internet. C’est un grand pas dans le monde agricole : cela permet désormais de comparer les prix proposés pour leurs différents achats de façon transparente.
Les économies se font notamment sur les semences et les engrais : un agriculteur peut économiser jusqu’à 2 à 3 € par tonne et par commande.
L’apport du conseil est aussi une clef pour permettre aux véritables chefs d’entreprise que sont les agriculteurs d’économiser et de gagner en efficience dans la gestion de leurs exploitations.
 
 
(1)  Agriconomie est lauréate du concours d’innovation numérique initié par Axelle Lemaire et la French Tech, de Mercure HEC ou encore de la Palme d’or du e-commerce. Récemment, le groupe a été élu meilleur site e-commerce dans la catégorie espoir par la Fevad (NDLR : Fédération du e-commerce et de la vente à distance).
Agriconomie est passée de 3 à 43 collaborateurs fin 2016. Une croissance exponentielle, à l’image de son volume d’affaires, passé de 1 à 7 millions d’euros en une année. L’entreprise projette de dépasser les 20 millions d’euros de volume d’affaires en 2017. 
 
 

 

Articles en relation
Des arbres fruitiers dans nos villes

Depuis que la ville existe, les arbres ont fait partie de la cité. L’arbre a toujours accompagné le développement urbain et l’a structuré. Souvent, l’identité d’une ville, ce sont ses arbres,...