Close

Décomplexer les jeunes chercheurs, valeurs sûres de l'innovation

24 hures chrono entrepreneuriat
Thierry Mandon, Secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, auprès de la Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a reçu jeudi 5 novembre les deux équipes finalistes des 24H Chrono de l'Entrepreneuriat. Le 1er prix a récompensé le projet Hematofast qui propose un éthylotest alliant fiabilité et précision pour une meilleure approche des contrôles avant de prendre le volant ou in situ.
Le 2ème prix a été attribué au projet de courroie industrielle intelligente Hollowarn qui, non seulement alerte sur son état d’usure, mais dont la capacité d’auto cicatrisation permet de programmer son changement sans arrêt brutal et impromptu de la production. 
 
Lors de la 5° édition des 24H Chrono de l’entrepreneuriat qui s’est déroulée en septembre 2015, dix équipes de sept doctorants ont concouru pendant 24 heures non-stop pour proposer à un jury d’industriels et d’entrepreneurs des projets d’entreprises réalistes s’appuyant sur leurs connaissances scientifiques. Deux projets ont été récompensés. Parce que recherche peut se conjuguer avec entrepreneuriat, l’Association nationale de la recherche et de la technologie, l’ANRT, a souhaité, au travers du programme CIFRE qui compte 4000 doctorants, œuvrer à la sensibilisation de ces doctorants à la création d’entreprise.
 
Cette session 2015 a réuni 68 doctorants CIFRE (1), dont 28 femmes. Comme chaque année, dix équipes ont été constitutées avec le souci que les doctorants puissent se comprendre sur le plan scientifique pour faciliter la première phase d’élaboration de leur projet. Rappelons qu’on leur demandait de créer une entreprise sur une innovation qui mobilise leurs compétences scientifiques communes. L’objectif étant aussi de leur faire intégrer une dimension RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise). 
 
Principe
 
Cette opération de sensibilisation à l’Entrepreneuriat propose aux doctorants participants de se mettre dans une posture entrepreneuriale pendant 24 heures non-stop. Réunis en équipes-projets, les apprentis entrepreneurs expriment leur envie d’oser, d’inventer et d’expérimenter la démarche de la création d’entreprise, de l’idée à la réalisation d’un plan d’affaire. A l’issue des 24H Chrono de l’entrepreneuriat, chaque équipe présente son projet à un jury de professionnels qui détermine les deux projets finalistes.
 
Les doctorants appréhendent la création d’entreprise par une formation-action, où ils apprennent en faisant, et où ils peuvent mettre en application, de façon quasi-immédiate, les données et informations pédagogiques et théoriques dispensées par les coachs qui les accompagnent dans leur démarche. Le temps limité (24 heures) met en exergue la prise de risque, la prise de décision, qui se révèlent être les dimensions « challenge » de l’opération. Les participants, dans ce contexte particulier, apprennent aussi à se connaître eux-mêmes et à repousser leurs propres limites.
 
Dans le cadre de ces 24H Chrono de l’entrepreneuriat, il apparaissait important que l’objet des projets de création soit en rapport avec les acquis scientifiques. L'action pédagogique ne vise pas seulement à les immerger dans l’entrepreneuriat mais aussi à leur faire prendre conscience que leurs travaux de recherche ou leurs compétences scientifiques peuvent leur servir de base à la création de valeur. Leur thèse ne doit être perçue comme un acte purement intellectuel, traduit en publications à portée internationale au sein d’une communauté somme toute réduite, ce qui est, certes, un aboutissement très valorisant, mais aussi comme une formation permettant d’acquérir une grande mobilité intellectuelle allant jusqu’à savoir transformer ses acquis scientifiques en une valeur bénéfique à la société tout entière.
 
Les deux lauréats feront, comme chaque année, un voyage d’étude de quelques jours à Cambridge pour présenter leur projet au Centre for Enterprise Development & Research (CEDAR) de l’université  d’Anglia Ruskin et réaliser un travail coopératif avec les étudiants en master.
 
Le dispositif Cifre compte aujourd’hui 4000 projets de R&D cofinancés par le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et mis en œuvre par l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT). Un soutien financier annuel de 14 000 € est apporté aux entreprises qui embauchent un doctorant au minimum salarial de 23 484 € brut/an à qui elles confient à un sujet de recherche, réalisé en partenariat avec un laboratoire de recherche publique. Ces travaux de recherche, programmés sur trois ans, feront l’objet d’une soutenance de thèse de doctorat.
 
 
(1) Depuis plus de 30 ans, le dispositif CIFRE - Conventions Industrielles de Formation par la REcherche - subventionne toute entreprise de droit français qui embauche un doctorant pour le placer au cœur d'une collaboration de recherche avec un laboratoire public. Les travaux aboutiront à la soutenance d'une thèse en trois ans.
Les CIFRE sont intégralement financées par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche qui en a confié la mise en œuvre à l'ANRT.