Close

Stanford crée une bourse pour former la caste des leaders du monde

Stanford
La promesse est dénuée de tout complexe. « Nous sommes en train de préparer les leaders qui relèveront les défis du monde au XXIe siècle…et au-delà ». Chaque année, cent jeunes gens sélectionnés pour leurs qualités intellectuelles et charismatiques seront formés. En 50 ans, il y aura sur la planète 5 000 leaders spécialement formatés pour diriger le monde. Ce challenge n’est pas celui d’une secte ou d’une organisation d’illuminés. Non, il est prononcé par la vénérable université de Stanford, berceau de l’intelligentsia de la Silicon Valley ; et le projet est déjà doté d’un financement de plus de 750 millions de dollars. De quoi le prendre au sérieux.
 
Le programme porte le nom de « Knight-Hennessy » : Phil Knight, ancien étudiant de Stanford et cofondateur de Nike, a financé le projet à hauteur de 400 millions de dollars. C’est, déclare l’Université, le « plus gros don provenant d’un particulier dans l’histoire de l’université ». John Hennessy est l’actuel président de Stanford et affirme que 350 millions de dollars ont déjà été apportés par des dons d’anciens élèves et bienfaiteurs fortunés.  Une manne suffisante pour atteindre leur objectif, clairement énoncé ainsi : « Nous rêvons un futur où, dans vingt, trente ou cinquante ans, des centaines de diplômés, capables de penser différemment et de résoudre les problèmes, travailleront ensemble pour créer un monde plus accueillant et plus paisible ».
 
Ainsi à l’aube de son cent-vingt-cinquième anniversaire, l’Université de Stanford veut prendre les problèmes du monde en main. Pour cela, elle compte recruter chaque année cent étudiants de nationalités diverses ayant déjà accompli au moins trois ans d’études supérieures, préalablement sélectionnés par leurs universités d’origine et s’étant illustrés par leurs engagements civiques et leur leadership. Critères de sélection ? Des têtes bien faites et un charisme hors-norme. Les heureux élus recevront une bourse d’études pour une durée de trois ans leur permettant de s’acquitter de leurs droits d’inscription à Stanford et de financer leur vie quotidienne. Au cours de leur cursus en master, doctorat ou formation professionnelle, les boursiers bénéficieront d’enseignements supplémentaires en matière de leadership et d’innovation. John Hennessy déclare : « Nous allons réunir des étudiants remarquables qui profiteront de l’environnement académique innovant qu’offre Stanford avant d’être par la suite appelés à diriger des gouvernements, entreprises, organisations à but non lucratif et autres organisations complexes où ils développeront des solutions créatives pour provoquer des changements positifs ».
Le programme met l’accent sur l’innovation, la résolution créative de problèmes et l'esprit d'entreprise. Stanford rappelle que les étudiants seront immergés dans un environnement dynamique, bénéficiant de l'emplacement de l’Université dans la Silicon Valley. Des dirigeants rompus aux technologies les plus avancées et capables de raisonner avec agilité et flexibilité pour changer le monde et porter le credo de la Valley.
 
Dit en d’autres termes, l’objectif revient à constituer une caste des dirigeants de la planète. Une caste spécialement formatée, un sérail de leaders imprégnés du même modèle, qui auront appris à se connaître pendant toute leur scolarité, auront acquis les mêmes réflexes et pourront, le jour venu, activer efficacement les fils de leurs amitiés.
 
En France, nous nous émouvons sporadiquement de nos Grandes écoles qui forment depuis des décennies des troupes de hauts fonctionnaires au cerveau bien agencé mais souvent si étrangers aux réalités du monde. Nous nous émouvons aussi des liens de connivence qui se forment au sein de ces sociétés au parfum étrange mêlé de secret et de pouvoir. Avec ce projet Stanford va beaucoup plus loin. Car les bataillons qui sortiront de ce moule sont appelés à diriger le monde. Dans tous les domaines. En effet, l’ambition de cette idée ne se résume pas à la politique ou à l’administration, mais à toutes les facettes de la vie en société : médecine, science, environnement, culture, entreprises, ONG, etc.
 
Pour ceux que cela intéresse, les candidatures sont ouvertes dès l’été 2017 et la première rentrée aura lieu à l’automne 2018.