Close

La reconversion de la presse écrite en presse fertile

Presse Mainichi
Nous le disons depuis longtemps, le secteur de la presse papier est gravement en crise. Les journaux cherchent par tous les moyens à conserver et séduire leurs lecteurs, à innover parfois coûte que coûte. Un quotidien japonais, le Mainichi cherche à surfer sur les valeurs de l’écologie et propose, dans les kiosques nippons, le premier journal fertile du monde.
 
Le Mainichi n’est pas une gazette locale ; c’est l’un des journaux les plus importants de la presse japonaise. Cinq millions et demi d’exemplaires sont vendus chaque jour. Des chiffres à faire rêver nos quotidiens hexagonaux. Mais ce qui a déclenché la notoriété mondiale de ce journal est une innovation des plus vertes. Le journal est imprimé sur un papier spécial. Une fois lu, le journal peut être planté pour faire pousser des plantes. 
 
L’utilisation d’un papier fertile n’est pas en soi une première. Une société française, Growing Paper, propose ainsi un papier ensemencé de différentes graines. Il suffit de placer le papier dans votre jardin, de le recouvrir de quelques poignées de terre pour voir lever au bout de quelques jours des coquelicots, des salades ou des fleurs multicolores. D’autres fabricants sont sur ce créneau qui propose, avec ce procédé, un recyclage intelligent des déchets : Botanical Paper Works, Green Field Paper Company, Bloomin.
 
 
Si le Mainichi se distingue dans cette innovation, c’est par le volume qu’il représente. Des millions d’exemplaires sont ainsi fabriqués avec un papier fertile et une encre spéciale. Les japonais se ruent vers ce nouveau support écolo et s’adonnent à un type de jardinage inédit. Les lecteurs se transforment en passionnés de roses, marguerites et myosotis.
Une belle idée pour compenser l’information souvent bien grise diffusée par nos médias ce printemps-ci.
 
Source : Daily Geek Show