Close

Transmission de présidence au Labo de l'ESS

économie sociale et solidaire

Hughes Sibille succède à Claude Alphandéry à la tête du Labo de l'ESS : la passation de présidence s’est tenue ce mercredi 26 novembre 2014, lors du Conseil d’administration du LABO de l’ESS.

Agé de 92 ans, Claude Alphandéry, président et fondateur du LABO de l’ESS, est l’une des grandes voix de l’Economie sociale et solidaire : "Le monde a besoin d’innovations sociales parce qu’on ne sait pas encore très bien vivre dans les villes, comment concilier la recherche du bonheur individuel et l’intérêt collectif" ou encore "Ce n’est pas suffisant de résister, il faut créer."

Résistant à 18 ans, membre du Parti communiste jusqu’en 1956, haut fonctionnaire, président de la 1ère banque française spécialisée dans l’habitat social dans les années 60 et 70, il s’est, depuis lors, investi dans l’ESS comme Président du Conseil national de l’insertion par l’activité économique (CNIAE) puis en tant que Président de France Active, premier réseau de finance solidaire en France, jusqu’au début des années 2000 . Il a lancé le Think tank, le LABO de l’ESS, en 2010 et a animé les Etats généraux de l’ESS. Claude Alphandéry est membre du Conseil supérieur de l’économie sociale. Il devient Président - fondateur du LABO de l’ESS.

Hugues Sibille, déjà Vice-président du LABO de l’ESS, est également considéré comme l'une des figures majeures de l’Economie sociale et solidaire. Après avoir conçu et animé le programme Nouveaux Services – Nouveaux emplois (jeunes) au cabinet de Martine Aubry, il devient Délégué interministériel à l'innovation sociale et à l'économie sociale. Il prépare la loi sur les Sociétés coopératives d'intérêt collectif (Scic) et la Charte d'engagements avec les associations. Puis il devient Directeur de l’Economie sociale à la Caisse des dépôts de 2001 à 2005, où il crée l'Avise, qu'il préside encore aujourd'hui, et lance le programme DLA. Vice-Président du Crédit Coopératif, il a présidé l'Institut de développement de l'économie sociale (IDES). Il est expert auprès de la Commission européenne et siège en tant que Vice-Président, au Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire.

Claude Alphandéry a exprimé "Sa joie que Hugues Sibille ait pris ce relais ; ses convictions, ses compétences, son énergie, son implication dans l’ESS tout au long de sa vie, sont une chance extraordinaire pour le LABO. Nous sommes conscients qu’il nous faut, dès 2015, face au chômage, à la pauvreté, aux exclusions, aux risques financiers, économiques, sociaux, environnementaux, forcer le pas, élargir, approfondir les actions entreprises et fixer au LABO d’ambitieux objectifs pour l’année à venir. Nous le ferons désormais sous la présidence de Hugues, il peut compter sur mon plus ferme appui."

Hugues Sibille a dit "Son émotion de succéder à Claude Alphandéry, son ami, et s'est engagé à poursuivre et pérenniser l'œuvre déjà accomplie. Il a souligné que le contexte actuel de crise et d'attente forte vis à vis de l'ESS, justifiait plus que jamais l'existence de ce Think tank. Il a aussitôt lancé une démarche de projet à moyen terme pour le Labo".

Le LABO de L'ESS

Fondé en 2010, le LABO de l’Economie sociale et solidaire (ESS) est un Think tank qui se définit comme un laboratoire d’idées de l’Economie sociale et solidaire, une force de propositions destinée à nourrir le débat citoyen et favoriser la construction de nouvelles politiques. Il est également un « Think Link » dans sa dimension fédératrice, représentative de la variété des acteurs de l’Economie sociale et solidaire. Il s’est donné pour objectif de faire connaître et reconnaître l’économie sociale et solidaire, d’être un lieu d’échanges, de réflexions et d’actions pour une économie respectueuse de l’Homme et de l’environnement.

Le LABO de l’ESS œuvre en faveur d’une meilleure reconnaissance de l'ESS et d'une transformation sociale de l’économie. En quelques années, la réalité, les valeurs et les pratiques de l’Economie sociale et solidaire sont entrées dans le paysage économique ; l’adoption de la loi relative à l’ESS les a légitimées en juillet 2014. La démonstration par la preuve -à laquelle le LABO de l’ESS a pris une grande part- a donné des résultats spectaculaires pour une meilleure connaissance des initiatives de l’ESS.

Depuis 2012, le Think tank édite de nombreuses publications et apporte des réponses concrètes sur quatre grands thèmes figurant dans les « 400 Cahiers d’espérances », publiés à la suite des Etats généraux de l’ESS en 2011 : «Les Pôles Territoriaux de Coopération Economique» (PTCE), «Les Circuits courts économiques et solidaires», les «Outils financiers solidaires», et «Le réinvestissement des Banques sur les territoires». Appliquant une méthode « bottom-up », le LABO de l’ESS a étudié des initiatives pour en dégager des lignes structurantes. Des groupes de travail analysent comment ces démarches développent de la coopération, de la créativité, créent du lien social et de l’efficacité économique.
Le LABO de l’ESS a également initié et organisé des rencontres et de grands évènements dont les Journées Nationales des PTCE, la première en 2012 et la seconde à Bercy, en septembre dernier, en présence des ministres Sylvia Pinel et Carole Delga.

S'appuyant sur ce bilan le LABO poursuivra son engagement en faveur des PTCE et des Circuits courts économiques et solidaires. Hugues Sibille précise que «Le LABO de l’ESS entend être particulièrement attentif et actif afin de faire réussir la loi sur l’ESS». Dans la continuité de ses méthodes, il ouvrira de nouveaux chantiers par exemple sur le rôle de l'ESS dans la transition énergétique ou sur le rôle de l'ESS vers de nouvelles formes d'activité et d'emplois en période de faible croissance.

www.lelabo-ess.org