Mutations sociales et nouvelles solidarités

L'Appel des solidarités : 80 associations de tous horizons unissent leur voix autour de Nicolas Hulot

nouvelles solidarités
Et si nous n’attendions plus un homme ou une femme providentiel pour nous accorder sur l’essentiel ? Et si en 2017 les solidarités devenaient un impératif pour les prochains locataires de l’Elysée et de l’Assemblée ? Pour que cela devienne possible, près de 80 associations de premier plan et de tous horizons, unies autour de Nicolas Hulot et de Thierry Kuhn, président d'Emmaüs, ont décidé de faire l’appel : l’Appel des Solidarités. «5 caps des Solidarités » fixés par les ONG veulent constituer un référentiel dans lequel devront s’inscrire dorénavant les politiques publiques. C'est la naissance d'un nouveau mouvement citoyen qui place la société civile en force dans la campagne électorale face à une société politique en grande partie démonétisée. 
La solidarité restera une intention inaboutie tant que nous tolérons un modèle économique qui concentre la richesse au lieu de la partager. La solidarité restera marginale tant que nous exploiterons et épuiserons nos ressources au lieu de les gérer et les préserver. La solidarité sera mise à mal tant que l’on aura pas soustrait à la spéculation les biens communs qui préfigurent notre avenir. La solidarité est en péril tant que la Nature est considérée comme un simple sujet d’exploitation. Sans réconciliation amicale avec la Nature, la solidarité sera volatile. La solidarité sera limitée tant que nous ne donnons pas la priorité à ce qui nous rassemble et non ce qui nous ressemble. 
Nicolas Hulot,Président de la Fondation pour la Nature et l’Homme. 
 
 
 
Parce que les crises que nous traversons sont toutes liées à un déficit de solidarité, qu’elles ne pourront se résoudre que par plus de solidarité, pour la première fois, 80 associations – du social, de l’écologie, de la solidarité internationale, de l’éducation, de la démocratie, du monde agricole, des quartiers populaires, de la défense des droits de tous, et de l’égalité, du handicap, de la jeunesse, pour la santé, et la protection animale – ont décidé d’unir leur voix. Unir leur voix pour dominer le brouhaha ambiant. Unir leur voix pour faire, haut et fort, l’Appel des Solidarités. Pour que sortent de leur réserve toutes celles et ceux fier.e.s d’être généreux.ses et solidaires. Qu’elles et ils lèvent le doigt et élèvent la voix jusqu’à imposer un changement de cap(s). En répondant PRESENT !
 
Aujourd’hui, en France : 1 jeune sur 5 vit sous le seuil de pauvreté, on dénombre 600 000 logements indignes, 12 millions de personnes touchées par le handicap, on ingère 128 résidus chimiques en moyenne chaque jour à travers notre alimentation, il existe 26% d’écart de salaire entre les femmes et les hommes, 3% des député.e.s issu.e.s des rangs employés et ouvriers alors qu’ils représentent la moitié de la population active. Et dans le monde : 24 307 espèces de plantes et d’animaux en danger de disparition imminente, 4 742 personnes noyées en traversant la Méditerranée en 2016, 7,6 millions d’enfants meurent dans le monde chaque année de maladies faciles à prévenir ou à soigner … Des chiffres plus effrayants les uns que les autres et pourtant devenus banals. Des réalités a priori sans rapport qui ont pourtant un point commun : le déficit de solidarité.
 

Un appel pour mettre les solidarités au cœur des politiques publiques

Parce que l’heure est grave, que les crises se conjuguent pour mieux s’accentuer, que menace le repli sur soi et chez soi, les associations rassemblent de plus en plus leurs forces. Dans la continuité du cri du cœur lancé à l’occasion de l’anniversaire de la mort de l’Abbé Pierre, 80 associations ont décidé d’unir leur voix pour faire l’Appel.
Un Appel pour compter toutes celles et ceux qui veulent imprimer durablement les solidarités dans l’ADN d’une démocratie en manque de repères. Un appel pour construire l’avenir sur un socle de fondamentaux partagé par une France invisible et généreuse qui agit déjà au quotidien. Un Appel pour imposer « 5 caps des Solidarités » et en faire la boussole des futures politiques publiques.
Il ne s’agit pas seulement de se décréter solidaire mais bien d’en réunir les préalables. La solidarité est avec toutes et tous sans exception, elle est économique et fiscale, elle est avec la nature et les générations futures, elle est avec les plus pauvres, les discriminé.e.s ; elle est avec celles et ceux qui ne sont pas entendu.e.s ; elle est avec tous les peuples. Autant de thèmes et de réalités qui semblent éloignés mais qui sont au contraire totalement liés.
 
Pour montrer que cette nouvelle donne est possible, les associations mettent en avant 500 premières propositions et initiatives à découvrir sur le site de la campagne et invitent tou.te.s les citoyen.e.s à imaginer comment aller plus loin grâce à une consultation organisée avec Make.org.

Une campagne d’interpellation du public, pas des candidats

Il ne s’agit pas d’interpeller les candidats comme les enfants tirent sur la manche d’un adulte mais bien de leur donner un cap, un mandat « impératif ». Pour l’imposer, il faut peser et pour peser il faut se compter. A travers cette campagne, les associations offrent aux citoyennes et aux citoyens, quelle que soit leur appartenance politique, un cadre non-partisan pour se manifester, s’exprimer et revendiquer leur volonté de changement, leur envie de façonner une France plus solidaire.
ET DANS UN AN : LE RAPPEL DES SOLIDARITÉS. Jusque-là, les ONG étaient régulièrement convoquées par le gouvernement. Il est temps d’inverser le rapport de force. En 2018, ce sont elles qui convoqueront les responsables politiques pour faire le bilan des progressions et régressions sur les 5 caps. Dès la rentrée parlementaire 2017, les associations remettront aux député.e.s les centaines de propositions associatives et citoyennes pour y parvenir.
 

Un mot d’ordre : « PRÉSENT ! » et un symbole, l’index levé

Chaque cause a son symbole qui l’incarne, lui permet d’exister dans l’imaginaire collectif, d’affirmer des valeurs, de donner un repère, de contribuer à l’émergence d’une idée.
Un symbole qui permet aussi à chacun de se reconnaître comme partie d’un tout, d’une famille de pensée, d’un courant. Du « make love not war » à la main de l’antiracisme ou au ruban de la lutte contre le sida, à travers le temps et les époques, des symboles très différents ont contribué à l’émergence d’une idée, à imposer des valeurs. Aujourd’hui l’Appel des Solidarités veut offrir aux solidarités un moyen de s’exprimer et de rayonner. Les associations font l’appel, chacun peut répondre Présent ! en levant l’index. Un doigt levé qui dit « je suis solidaire et je souhaite voir ces caps guider l’action politique ».

Le 23 mars, la statue de la liberté appelle aussi à plus de solidarités

Pendant longtemps, la statue de la Liberté fut pour des millions d’immigrants la première main tendue des Etats-Unis. Elle reste aujourd’hui un symbole d’espoir, de solidarité. Une solidarité mise à l’épreuve un peu partout dans le monde. Alors, quoi de mieux que l’icône de la liberté pour rappeler la nécessité de plus de solidarités au cœur de la présidentielle française ? Ce 23 mars 2017, la réplique de la statue newyorkaise située sur l’Ile aux Cygnes à Paris, troque sa flamme contre un index levé pour répondre Présent ! à l’Appel des Solidarités.
 
©Bertrand Guya/AFP

Pourquoi un appel des solidarités ?

Les crises se démultiplient et se conjuguent. L’heure est aux replis sur soi et chez soi qui nuisent à l’intérêt général, creusent les inégalités, détricotent le lien social, freinent la transition écologique, affaiblissent la démocratie et menacent nos droits et nos libertés. Toutes ces crises sont liées au fait que les préalables à plus de solidarité ne sont pas réunis : comment partager quand le modèle économique dominant détruit et épuise le substrat de la richesse, les ressources naturelles et les matières premières ? Comment partager quand un tout petit nombre concentre l’essentiel de la richesse en privant le plus grand nombre ? Comment partager quand certains spéculent sur les ressources vitales pour créer la rareté dont ils font profit ensuite.
 
Le temps est clos où l’on pouvait s’accommoder d’un pan entier de l’économie mondiale échappe aux états et aux peuples. Toutes ces crises ne pourront se résoudre autrement que par plus de solidarités : avec toutes et tous, avec la nature et les générations futures, avec celles et ceux qui sont en difficulté et discriminé.e.s, avec celles et ceux qui n’ont pas voix au chapitre, avec tous les peuples. Elles ne pourront se résoudre séparément sans vision d’ensemble. Les solidarités au pluriel, c’est le trait d’union qui rassemble tous les acteurs du tissu associatif, le leitmotiv d’une société discrète mais résolument solidaire. Pourtant, malgré la réalité palpable sur le terrain, ces solidarités ne sont pas visibles, et ne sont pas au cœur du logiciel politique et médiatique et le mot vidé peu à peu de son sens.
 
Il s’agit d’unir les voix, de créer l’unisson pour dépasser le brouhaha des présidentielles. Il s’agit de rassembler autour des essentiels, les « caps » des solidarités. Pour tenir chaque cap, les propositions, expérimentations, solutions et indicateurs ne manquent pas. Il s’agit maintenant de les faire passer de l’ombre vers la lumière.
 
En faisant l’Appel de toutes celles et ceux qui défendent la solidarité comme un préalable à toute action politique. En faisant l’Appel de la majorité discrète mais résolument solidaire qui œuvre chaque jour, et l’encourager à se revendiquer comme telle.
 
Pas question de faire l’Appel des candidats, ni de les interpeller. C’est l’adhésion citoyenne qui permettra à ces caps des solidarités de s’imposer d’eux-mêmes, de devenir le mandat de tous les responsables politiques bien au-delà de l’échéance présidentielle.
 
C’est pourquoi il faut se rassembler et se compter. Rassembler le tissu associatif pour lancer un Appel des solidarités. Et compter les citoyen.ne.s qui répondront « présent ! » à cet Appel pour que les solidarités deviennent le cœur et le cap du prochain quinquennat.

Ecouter Nicolas Hulot, Thierry Kuhn (Emmaüs) et Estelle Kleffert (Générations Cobayes) sur France Inter 

5 Caps et plus de 500 propositions pour changer la donne au cours du prochain quinquennat

L’Appel des Solidarités est adossé à cinq « caps » qui donnent à voir les grands enjeux, les préalables à réunir pour façonner un monde plus juste et plus solidaire, et sortir des crises actuelles par le haut. Ces cinq caps s’appuient sur des centaines de propositions, de solutions, d’expérimentations. Nos associations conjuguent les solidarités au présent et les initiatives essaiment partout en France. Pourtant, on n’en entend très peu parler, elles ne font pas la une à l’Assemblée ou à l’Elysée. Ce n’est pas la solidarité qui manque, mais la place qu’on lui accorde dans l’espace public. Le site de l’Appel recense 500 premières propositions et la consultation Make.org permettra d’en recenser des centaines directement émises par les citoyen.ne.s. De quoi guider le travail des futurs responsables à l’Elysée et l’Assemblée.
 
1-Solidarité de tous et toutes avec toutes et tous : luttons contre les inégalités sous toutes leurs formes, contre la fraude et l’évasion fiscale et contre l’impunité des banques, des politiques, des multinationales. Saviez-vous qu’en France …
- 21 milliardaires possèdent autant que les 40 % les plus pauvres. Les 1 % les plus riches détiennent 25 % des richesses nationales.
- La fraude fiscale représente plus de 60 milliards par an.
- La fraude sociale représente 150 millions d’euros par an.
- La pauvreté touche 1 français sur 7.
- 3 millions de logements sont inoccupés.
- Depuis 2008, 1 million de personnes ont basculé dans la pauvreté.
- Les femmes ont, en moyenne, un salaire de 23% inférieur à celui les hommes. Au rythme de rattrapage actuel, il faudra encore 170 ans pour que les femmes atteignent le même niveau de rémunération que les hommes.
- Le prix des terres agricoles a augmenté de 50% entre 1995 et 2015 et 1/3 des paysans touchent moins de 350 € par mois.
- Les entreprises du CAC 40 ont distribué pour 55.7 milliards de dividendes en 2016. 9
La mobilisation des personnes qui ont l’expérience de la pauvreté et d’autres ayant rejoint ce combat a permis des avancées majeures (RMI, CMU...) En rejoignant l’Appel des solidarités, nous voulons montrer qu’il existe des initiatives expérimentées sur le terrain pour une société autrement, sans discrimination »
Christophe Géroudet, délégué national d’ATD Quart Monde
 
2 -Solidarité avec la nature et les générations futures : luttons pour protéger le climat, les sols, les océans, la biodiversité et les animaux. Luttons pour une énergie renouvelable et une économie où rien ne se perd, où tout se transforme.  Saviez-vous que….
- Il nous faut chaque année l’équivalent de 1,6 planète Terre pour satisfaire nos besoins.
- 128, c’est le nombre moyen de résidus chimiques qu’on trouve dans notre alimentation non-biologique chaque jour.
- Une tomate produite hors saison, sous serre chauffée, émet jusqu’à 10 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate produite à l’extérieur et pendant la saison.
- En France, 11m2 de terres agricoles disparaissent chaque seconde.
- 80% des stocks de poissons sont exploités ou surexploités dans le monde.
- En moyenne, la France dépense 54 milliards d’euros par an pour sa facture d’importation de pétrole.
- On dénombre 52 000 décès prématurés à cause de la pollution de l’air par an.
- Sur le territoire français, on recense 11,5 millions de personnes en situation de précarité énergétique. La rénovation thermique des logements pourrait créer 460 000 emplois nets d’ici à 2025.
- 24 307 espèces de plantes et d’animaux sont en danger de disparition imminente dans le monde.
- En 2014, 1,8 million d’animaux a été utilisés en France pour l’expérimentation.
- 80% des français jugent la cause animale importante en 2017 (IFOP).
- En 2017, 84% des citoyens français se disent préoccupés par la protection l’environnement (IFOP).
La préservation de notre écosystème ne peut se faire sans gestion solidaire et partagée de nos ressources, et inversement. Quand nous choisissons d’ignorer les limites de notre planète, ou d’ignorer les besoins de l’autre, nous faisons la même erreur : nous croyons nous affranchir, mais ce gaspillage nous asservit. »
Flore Berlingen - directrice de Zero Waste France
 
3-Solidarité avec les personnes en difficulté, exclues, discriminées : luttons pour garantir le logement, l’emploi, l’accès aux soins, à l’éducation, aux revenus. Défendons nos droits fondamentaux, luttons contre les préjugés qui occultent notre humanité. Saviez-vous qu’en France…. -1 jeune sur 5 vit sous le seuil de la pauvreté.
- Le taux de chômage chez les jeunes de 15-24 ans atteint 40% dans les quartiers défavorisés.
- Les élèves issu.e.s de familles défavorisées sont trois fois plus susceptibles d’être en échec scolaire.  -85 % des personnes interrogées déclarent n’avoir jamais subi de contrôle d’identité. 80 % des personnes de 16 à 25 ans, se percevant comme noires ou arabes, déclarent avoir été contrôlées. Elles ont une probabilité 20 fois plus élevée que les autres de subir un contrôle.
- On dénombre 600 000 logements indignes et 4 millions de mal-logés.
- Plus d’un million de personnes en situation de handicap vivent sous le seuil de pauvreté.
- 21% c’est le taux de chômage des personnes en situation de handicap, le double du taux de chômage de l’ensemble de la population.
- Plus d’1,5 million de personnes âgées de plus de 75 ans sont en situation d’isolement relationnel. -3/4 des Français.e.s sont prêt.e.s à consacrer du temps à une personne âgée.
- On dénombre 15 000 personnes sans abri en France et 140 000 sans domicile fixe.
- 1 sans domicile fixe sur 4 est salarié.
- L’aide médicale de l’Etat représente seulement 0,48% des dépenses de l’assurance maladie.
 
4-Solidarité avec les sans-voix : luttons pour que chacune et chacun puisse faire entendre sa voix dans chaque territoire et dans chaque quartier, en toutes circonstances et à poids égal. Saviez-vous qu’en France….  
- Les employés et ouvriers représentent la moitié de la population active, mais seulement 3 % des députés.
- 27,45 % des jeunes de 18 à 24 ans ne sont pas allé.e.s voter à l’élection présidentielle en 2012 et près de 50% disent ne pas aller voter en 2017.
- L’abstentionnisme grimpe : de 21% en 1977 à 37% en 2014 pour les élections municipales et de 22 à 50% pour les élections régionales.
- 83% des français sondés estiment que le système démocratique fonctionne mal et ne se sentent pas représentés.
- 10 millions de personnes n’ont pas accès à Internet.
- Les résidents étrangers non-européens n’ont pas le droit de vote aux élections locales.
- Le secteur associatif représente 13 millions de bénévoles, 1,8 millions de salariés, 1,3 millions d’associations, plus de 85 milliards d’euros de budget annuel total.
 
5-Solidarité avec tous les peuples : luttons pour une solidarité sans frontières, pour la coopération entre les pays et les continents, pour l’accueil de celles et ceux qui prennent la route, qui fuient la misère et la guerre. Saviez-vous que dans le monde….
- Nous produisons aujourd’hui de quoi nourrir 1,5 fois la population mondiale. Pourtant 795 millions de personnes souffrent encore de la faim.
- Plus de 50% des travailleurs-ses agricoles vivent dans la pauvreté.
- 168 millions d’enfants travaillent.
- 2,4 milliards de personnes n’ont pas accès à des toilettes et à des moyens d’hygiène satisfaisants.  -7,6 millions enfants meurent chaque année de maladies faciles à prévenir ou à soigner.
- Aujourd’hui, une femme vivant au Mali a 73 fois plus de risques de mourir lors de sa grossesse ou de son accouchement qu’une femme vivant en France.
- En 2015, plus de 65 millions de personnes ont pris le chemin de l’exil, soit l’équivalent de la population française entière. Plus de la moitié sont des enfants.
- 90 000 mineur.e.s non-accompagné.e.s ont demandé l’asile dans un pays de l’U.E en 2015. Contre 13 000 en 2013.
- Sur 80 075 personnes ayant demandé l’asile en France en 2015, seulement 1 sur 4 l’a obtenue.
- 4742 de personnes sont décédées en traversant la Méditerranée en 2016.
- 17 millions de personnes en Afrique subsaharienne ont maintenant accès à des traitements contre le VIH/Sida qui peuvent leur sauver la vie. 10 millions n’y ont toujours pas accès.
- 1,6 milliard de personnes n’ont pas accès à l’électricité. En Afrique, 300 GigaWatts d’énergies renouvelables installées en plus d’ici à 2030 permettraient à tout le continent d’accéder à l’électricité.
- La taxation des transactions financières européennes permettrait de dégager de 20 à 22 milliards d’euros par an pour financer des actions de solidarité.
Le vivre ensemble ne se décrète pas, il se construit. Les migrant.e.s de France ont une voix et un rôle majeur à jouer. L’adoption récente des ODD confirme la nécessité de penser la solidarité et la citoyenneté de façon globale et transnationale, comme le FORIM le porte depuis longtemps. Plus que de grandes ré- formes, nous pensons que certaines mesures simples mais néanmoins prioritaires contribueront à raffermir des liens positifs entre migrations et développement pour une société pacifique, plus durable et inclusive, ici et là-bas »
Thierno Camara, Président du FORIM

Les citoyens invités à faire des propositions et à donner leur avis 

Lors de l’Appel, les citoyens eux-mêmes sont invités à faire leurs propositions dès aujourd’hui via la plateforme Make.org.
Cette consultation nationale doit permettre de recueillir des milliers de suggestions autour des cinq principaux « caps de solidarité » fixés par l’Appel :
Pour une plus grande solidarité entre nous : comment mieux répartir les richesses ?
Pour assurer un avenir aux générations futures : quelles solutions pour préserver la nature ?
Pour lutter contre la pauvreté : comment améliorer l’accès au logement, aux soins et à l’emploi ? › Pour une démocratie vivante : comment garantir la participation citoyenne dans les décisions politiques ?
Pour plus de solidarité internationale : comment assurer à chacun.e de vivre dignement et où qu’il soit ?
Toutes ces propositions et celles des associations seront ensuite remises aux député.e.s dès la rentrée parlementaire de septembre 2017.

Comment répondre PRESENT !

D’un clic, chacun peut découvrir l’Appel des Solidarités et répondre Présent ! sur le site Internet dédié : appel-des-solidarites.org
Les internautes ont également la possibilité de télécharger une photo, cette dernière fera partie d’une mosaïque qui se générera au fur et à mesure des participations. Et parce que ce ne sont ni les idées, ni les actions concrètes qui manquent, le site présente :
- Les 5 caps des solidarités et les 500 propositions actuelles des associations,
- 100 initiatives pour booster sa solidarité,
- Une consultation citoyenne en partenariat avec Make.org
- Un agenda partagé en partenariat avec le Printemps citoyen de Kawaa pour créer des événements et les faire connaître.
ENVOYER PRÉSENT ! Par SMS gratuit au 32321 Pour permettre à tou.te.s celles et ceux qui ne peuvent voter par voie électronique de le faire par sms et ainsi répondre à l’appel.

De nombreux événements et conférences

Une « tournée » dans 7 villes de France. Durant un mois, aux côtés de représentants et bénéficiaires de différentes associations, Nicolas Hulot part à la rencontre des étudiants.
Programme :
› Le 24 mars à la Recyclerie à Paris de 17H30 à 19H30 avec Générations Cobayes et Générations Futures, dans le cadre de la nuit des Débats.
› Le 28 mars à la faculté de Lyon 3, de 16h30 à 18h30, avec le Réseau des Etudiants Français pour l’Environnement et le Développement Durable et Etudiants & Développement.
› Le 1er avril à la faculté de Nantes, de 14H30 à 16H30, avec Emmaüs France et l’association Le Carillon.
› Le 4 avril à Sciences Po Rennes, de 18h30 à 20h00, avec Médecins du Monde et la Cimade.
› Le 6 avril à la Business School de Toulouse de 14h30 à 16h00 avec le REFEDD et Générations Cobayes.
› Le 13 avril, à la IEP de Bordeaux, de 15h00 à 17h00, avec le REFEDD, les Apprentis d’Auteuil et d’autres associations de la jeunesse.
› Le 19 avril, à l’EDHEC à Lille, de 18h à 19h30. 15
 
De nombreux événements organisés par les associations de l’Appel des Solidarités. A titre d’exemple :
› Du 23 mars au 21 avril : venez proposer des solutions pour plus de solidarité sur la plateforme Make.org qui organise une consultation citoyenne sur les 5 caps des Solidarités.
› Du 9 mars au 30 avril : le Secours Catholique organise un tour de France contre les préjugés. Grâce à deux bus itinérants et une appli sur le modèle de PokemonGo.
› Le 24 mars : les ONG ACF, CARE, ONE et Action Santé Mondiale, en partenariat avec Coordination SUD, organisent une discussion avec les représentant-e-s des candidats à l’élection présidentielle sur leur vision de la politique de développement et de solidarité internationale de la France pour les 5 prochaines années.
› Le 25 mars : les lumières s’éteindront pendant une heure à l’initiative du WWF ; les artistes appelleront à signer le Chant des Colibris à Bordeaux ; les quartiers populaires lanceront leur printemps.
› Du 25 mars au 11 avril : l’APF organise la Marche citoyenne des oubliés de Nantes à Paris pour défendre les Droits de l’Homme.
› Le 27 mars : Secours Islamique France organise un colloque au Sénat sur le thème « Où trouver refuge ».
› Le 1er avril : Le Centre Primo Levi lance à l’occasion de la présidentielle et face à l’influence des discours xénophobes une campagne digitale. « La peur est un poison, face à la peur des réfugiés un antidote : les faits !» #poisondavril2017
› Le 8 et 9 avril : les Colibris nous proposent de faire un tour à la Halle de la Villette à Paris pour façonner le monde de demain.
› Le 10 avril : Animafac soulèvera la question de l’engagement et de la jeunesse dans le débat présidentiel.
› Le 11 avril : se tiendra le procès d’un des faucheurs de chaises contre l’évasion fiscale.
› Le 16 avril : le Printemps Solidaire donne rendez-vous dans les rues de Paris pour célébrer les solidarités ! Manif-concerts sur chars - Hôtel de Ville- Champs Elysées
› 22 avril : Meeting-Concert géant - esplanade des Invalides
› Le 29 et 30 avril : 450 fermes en transition agroécologique dans 22 départements ouvriront leurs portes au grand public.
L’imagination et la réflexion alliée à l’action, ainsi que les principes de fraternité combinés à la volonté farouche de s’attaquer aux causes du dérèglement social et écologique, arriveront à fédérer un mouvement fort et solidaire avec comme objectif d’aller vers une société du Bien Vivre ».
Franck Pupunat, animateur et porte parole d’Utopia
 
 
 

 

Articles en relation