Close

"360 possibles", l'innovation en mode BZH

Après sept éditions de la Semaine de l'innovation, Bretagne Développement Innovation propose un nouvel événement régional pour diffuser l’innovation autrement, susciter l’envie de changer les choses et ouvrir le champ des possibles !

Deux jours de conférences, tables rondes et ateliers pour diffuser la philosophie et  les méthodes du « Design thinking » (1), pour échanger sur des bonnes pratiques ("Master class - Paré à Innover") et entendre le témoignage de dirigeants sur leurs manières d’innover.

Les 2 et 3 octobre prochains, des conférences et des ateliers participatifs mettront les entrepreneurs et les acteurs de l'innovation bretons en avant. L'événement permettra d'aborder les technologies, les process, les changements d'organisation ou de méthodes… tous les leviers qui peuvent contribuer au développement des entreprises par l'innovation.
Parmi les méthodes et approches nouvelles, les chefs d'entreprises pourront notamment (re)découvrir les contours et les bénéfices du design thinking.

Pour en parler, Bretagne Développement Innovation a invité Tim Hurson, chef d'entreprise et conférencier canadien, spécialiste international des mécanismes de pensée dédiés à l'innovation. Il proposera sa vision des forces dont disposent les PME pour innover et nous parlera de son expérience auprès de nombreuses entreprises.
En avant-première, Tim Hurson nous a livré son point de vue sur le design thinking et nous a dévoilé quelque peu le sujet de l'intervention qu'il fera en ouverture de l'événement 360 Possibles.

Interview :

BDI : À votre avis, quel est le point fort du Design Thinking lorsqu'il s'agit d'accélérer le processus d'innovation au sein de l'entreprise ?
Tim Hurson : D'après mon expérience, c'est son aspect structurant. L'innovation est rarement le fruit d'une inspiration subite. Certes, il faut une idée forte, mais la créativité (faire émerger des idées à potentiel) et l'innovation (les réaliser), ça s'apprend et ça se travaille !
Le processus d'innovation peut être assimilé à une course à pied. On s'y prépare en s'entraînant avec régularité et discipline, et non en sautant partout ou en agitant les bras n'importe comment dans l'espoir de se mettre en forme. Certains jours il faut prévoir des sprints, d'autres jours, du fond, et encore des côtes. Entre ces entraînements, on travaille la résistance et on fait des étirements. Il faut également des chaussures et une tenue correctes, suivre un régime alimentaire et apprendre à bien s'hydrater. Au bout de trois ou quatre mois comme ça, on est prêt à se lancer dans la course.
En créativité et en innovation, il existe des outils permettant une réflexion plus productive, et des manières différentes de mesurer le succès. Il existe également des techniques pour mettre des idées à l'épreuve, pour perfectionner un concept, pour prototyper, ou encore pour convaincre collègues, clients, investisseurs et même sa famille ! Ne pas respecter une de ces étapes revient à perdre la course, voire l'abandonner. L'avantage majeur des différentes versions du Design Thinking est que celui-ci propose une démarche structurée, une sorte de pas à pas. Il ne s'agit pas d'une formule toute faite, mais plutôt d'un guide qui consiste à vous aider à réfléchir de façon plus créative et plus productive - à générer davantage d'idées, de meilleures idées, d'idées plus pratiques, et à gagner du temps.

BDI : Le Design Thinking s'emploie dans les grands groupes, mais cette méthodologie peut-elle s'appliquer aux PME ?
Tim Hurson : Je dirais même que le Design Thinking s'appliquerait, d'une certaine façon, mieux et plus simplement aux PME. En effet, dans les grands groupes, même ceux qui sont dotés d'équipes consacrées à l'innovation et de nombreuses ressources, il y a souvent des inerties. Leurs points forts - taille, processus, modes de financement - peuvent se révéler des points faibles aussi. La taille d'un groupe complique la communication et réduit l'agilité. Le système en place peut étouffer des idées avant même qu'elles aient eu le temps de montrer leur valeur. Par ailleurs, les critères d'attribution de financement s'appuient sur les retours d'expérience et non sur le potentiel à venir.
De leur côté, les PME ont souvent plus d'agilité et les informations circulent mieux en interne. La culture maison est plus facile à maintenir dans les PME et les gens y sont plus impliqués. Certes, il y a toujours la question épineuse du financement, mais les dirigeants de PME sont plus près du terrain que les gestionnaires financiers des grands groupes ; ils voient sur place les projets à financer, et ils en sont enthousiasmés. Donc, oui, une démarche structurée pour la créativité et l'innovation est tout à fait pertinente pour les PME. C'est bien cette démarche qui transforme les PME en BB (Big Businesses).

BDI : Quelles sont les conditions pour faciliter la mise en œuvre du Design Thinking dans les PME ?
Tim Hurson : Impératif numéro un : l'engagement passionné des dirigeants et j'insiste là-dessus. La créativité et l'innovation ont beau être merveilleuses, elles présentent des dangers, des ruptures, des chamboulements. Il peut y avoir échec. La direction d'une entreprise doit consentir à une culture autorisant des perturbations, des réorganisations internes imprévues, et des échecs. Sans ça, le programme d'innovation n'aboutirait à rien. À moins d'être ancrée de façon consciente et explicite dans la culture de l'entreprise, la créativité représentera nécessairement une menace. Chaque action créative correspond à une destruction ou à un remplacement et il faut accepter de lâcher prise, et ce n'est pas toujours facile. C'est pour ça qu'un leadership fort est primordial.
Condition numéro deux : un processus en place. La créativité, ce n'est pas se soustraire à la discipline, mais s'appliquer une discipline créative. Il ne suffit pas d'avoir de l'inspiration et une envie, il faut également savoir comment faire. C'est là qu'interviennent les démarches explicites comme le Design Thinking, la réflexion productive ou encore le Creativ problem solving (1) Ces approches permettent notamment de générer, développer, tester, redévelopper et lancer de nouveaux produits et services ;
Enfin, condition numéro trois : le courage. Rien ne peut remplacer le courage. C'est lui qui vous fait tenir le coup face aux difficultés et à l'échec. C'est lui qui vous pousse en avant malgré l'épuisement. C'est lui qui vous permet de surmonter les nombreux "non" qui se mettent en travers de votre chemin. C'est lui qui distingue les héros et les has-been.

BDI : Plus généralement, quel message souhaitez-vous faire passer à 360 Possibles ?
Tim Hurson : Mon discours se construira autour de la notion de « Possibles ». L'innovation, c'est une attitude ouverte aux possibilités. L'impossible est rejeté. Rien n'est impossible pour l'innovateur. L'innovation part du principe qu'il existe toujours une façon d'améliorer les choses. Il existe toujours une solution. Si je suis dans le domaine qui est le mien aujourd'hui, c'est justement parce que j'adore les gens qui ne reculent devant rien, pour qui tout est possible. Ce sont eux qui changent le monde.

A propos de Tim Hurson
Tim Hurson intervient en école de commerce aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, au Mexique, au Chili, en Afrique du Sud et en Australie. Ses interventions portent sur la résolution créative de problèmes, la réflexion stratégique, et l'innovation, et il a été conférencier principal dans plus de 25 pays. Il est fondateur de ThinkX, une entreprise proposant des prestations aux grands groupes mondiaux. Il est fondateur de Mindcamp, un camp annuel portant sur la créativité. Il a également fondé Facilitators Without Borders, un organisme à but non-lucratif qui forme à la résolution de problèmes. Il est directeur fondateur d'Africa IQ dont la mission est de contribuer à l'autonomie de l'Afrique. Son livre sur l'innovation, Think Better, est utilisé dans une centaine d'écoles de commerce à travers le monde. Son nouveau livre, Never Be Closing, sur le commerce éthique via la résolution créative de problèmes, est paru en juillet 2014 aux éditions Penguin Portfolio.

A propos du design thinking
Le design thinking est une méthodologie de conception et, plus largement, de recherche de solutions. Il a pour spécificités de se focaliser sur les besoins de sa cible en termes d'usages (ce qui est souhaité), de questionner la pertinence de la problématique donnée (ce qui est possible) et de prototyper les solutions apportées afin d'en vérifier la pertinence et de les rendre tangibles (ce qui est rentable). Cette technique peut être employée dans beaucoup de situations d'innovation et de secteurs d'activités. Ne pas confondre avec le Design d'objet, « to design » se traduit simplement par concevoir.

(1) Résolution créative de problème

Lieu : Halle Martenot à Rennes (35)

Informations et inscription

www.bdi.fr