Close

Google détrôné par un commerçant du souk

Cette histoire fait la une des médias dans les pays arabes. Pour une fois il ne s’agit pas d’attentats ou de guerres, mais d’un conte de fée digne des mille et une nuits, à la mode web cette fois…

L’histoire commence au Caire, dans la petite échoppe d’un commerçant comme il y en a partout dans les souks et les bazars. Il s’appelle Saber el-Toony et vend des réfrigérateurs et autres machines à laver. Le commerce ne marche pas fort par ces temps de crise ; il ne vend plus beaucoup. Il se retrouve même presque au bord de la faillite, désemparé et désespéré. Il lui vient alors une idée qui s’avèrera être de génie : pourquoi ne pas faire un site internet pour promouvoir son commerce ? Aussitôt dit, aussitôt fait, voici notre homme sur le web, avec un site d’une banalité absolue, comme il y en a des millions.
C’est là que le miracle se produit et que l’histoire commence vraiment.

Les internautes tapant g-o-o-g-l-e, les six lettres les plus écrites sur le web, sur le moteur de recherche éponyme, voient s’afficher une liste de réponses avec, en tête, oui en tête, avant Google lui-même, le site de notre petit commerçant. Saber el-Toony, mieux référencé que Google !

 

Résultat ? 6 millions de visiteurs, d’un coup. Un flot de nouveaux clients, de commandes, de ventes à tour de bras. Notre petit commerçant ne sait plus où donner de la tête. Il est débordé. Il devient immédiatement une star. Les médias arabes puis internationaux se l’arrachent et en font leur une. Une star plus connue en Egypte que n’importe quel chanteur à succès. Et les affaires marchent, s’épanouissent à vitesse vertigineuse. Il pense ouvrir de nouvelles boutiques, on fait la queue devant son étal. Il n’a même plus le temps de répondre aux demandes d’interviews venues du monde entier. Une success story sur fond de mystère insondable du web.

Que s’est-il donc passé ? Notre commerçant n’est pas un hacker, loin de là. Il n’a pas écrit de codes secrets pour virer en tête dans la grande course à la visibilité. Non, il a simplement profité, par un hasard inouï, d’une faille inconnue dans l’algorithme du moteur de recherche. Une petite faille, aussitôt corrigée par les armées de développeurs de Mountain View. Mais trop tard ; le bien était fait.

Plus d’infos sur les détails techniques de cette aventure (en anglais) sur le site de Eyad Nour, un spécialiste égyptien du webmarketing, à l’origine de la découverte de cette anomalie.