Transition numérique

80 à 90% des emplois vont être éliminés dans les 10 à 15 ans à venir

robot-travail
Les robots peuvent-ils vraiment prendre votre travail ? Les avancées technologiques ont révolutionné depuis longtemps le paysage du monde du travail, et les progrès en intelligence artificielle font aujourd'hui craindre une prise de pouvoir par les robots, y compris pour les emplois hautement qualifiés.
 
Les exemples ne manquent pas, entre les voitures autonomes qui pourraient mettre les chauffeurs de taxi au chômage (même si Uber vient de subir un revers en la matière, obligé d'interrompre son programme après un accident), le rôle grandissant des algorithmes dans le journalisme, les robots qui informent les clients dans les centres commerciaux ou les machines qui aident les chirurgiens à repérer tumeurs cancéreuses ou anomalies cardiaques.
 
Une étude de l'Université d'Oxford en 2013 sur 700 métiers aux États-Unis avait conclu que 47% d'entre eux risquaient d'être automatisés.
Des données corroborées par une étude du cabinet McKinsey, selon qui "près de la moitié des activités pourraient être automatisées si l'on adapte les technologies actuelles". McKinsey concluait cependant que seulement 5% des emplois pourraient être "entièrement automatisés".
 
Mais selon Vivek Wadhwa, entrepreneur technologique et membre de la Carnegie Mellon University dans la Silicon Valley, ces études sont très loin de la réalité.

Hommes « superflus »

"Ces études sous-estiment l'impact des technologies : de 80 à 90% des emplois vont être éliminés dans les 10 à 15 ans à venir", affirme à l'AFP Vivek Wadhwa, auteur d'un livre à paraître sur le sujet.
"L'intelligence artificielle progresse beaucoup plus vite qu'on ne le pensait. Les assistants personnels Alexa ou Google Home deviennent très intelligents très rapidement. Microsoft et Google ont prouvé que l'intelligence artificielle peut comprendre le langage humain mieux que les humains eux-mêmes", ajoute-t-il.
Les conseillers économiques de Barack Obama, l'an dernier, notaient que la plupart des emplois rémunérés moins de 20 dollars de l'heure risquaient d'être automatisés. Avec des conséquences sociales inquiétantes.
 
Yuval Noah Harari, auteur et historien à l'Université hébraïque de Jérusalem, auteur du best-seller international "Sapiens : Une brève histoire de l'humanité", met ainsi en garde contre la technologie qui rendra les hommes "superflus" : "Alors que les algorithmes poussent les humains hors du marché du travail, la richesse et le pouvoir pourraient se concentrer entre les mains d'une petite élite propriétaire d'algorithmes tout-puissants, créant une inégalité sociale et politique sans précédent", avance-t-il.
M. Harari se réfère à l'étude d'Oxford, qui classe par secteur les pertes d'emploi dues à l'automatisation : les plus touchés seront les caissiers (97%), les boulangers (89%) ou les serveurs (77%).

Bouleversements sociaux

A l'inverse, James Bessen, économiste et chercheur à la Boston University, pense que le problème est exagéré, notant que les avancées technologiques mènent généralement à davantage d'emplois, même si la nature du travail change :
"Les robots peuvent remplacer les humains pour certaines tâches, mais pas pour tout", dit-il à l'AFP, avouant tout de même que l'automatisation "va détruire beaucoup d'emplois peu qualifiés et peu rémunérés".
 
L'impact reste encore difficile à cerner mais beaucoup s'interrogent déjà sur la manière de gérer les inévitables déplacements dans le monde du travail.
Bill Gates, fondateur de Microsoft, a ainsi prôné une "taxe sur les robots", une idée notamment mise en avant par Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle française.
Mais cette solution pourrait être contre-productive selon M. Bessen : "Si vous taxez les robots vous allez ralentir les effets positifs du processus".
 
D'autres aimeraient un "revenu de base universel" pour compenser les pertes d'emplois, une mesure qui figure également dans le programme du candidat socialiste français.

LIRE AUSSI DANS UP' : Primaire socialiste : une victoire pour le revenu universel ?

Cependant, pour Vivek Wadhwa, les problèmes sont plus profonds et des solutions plus créatives vont devoir être trouvées : "Un revenu de base ne résoudra pas les problèmes sociaux des pertes d'emplois parce que l'identité des gens tourne autour de leur travail. Même si nous avons assez de nourriture et d'énergie, on va devoir gérer les bouleversements sociaux qui se profilent. Il faut une discussion plus large".
 
"C'est très possible qu'on arrive à relever ce défi", reprend James Bessen. "Mais on a vu ces 20 dernières années que les choses ne vont pas dans la bonne direction".
 

LIRE AUSSI DANS UP' : Tendances confirmées en 2016 : robotique et révolution de l’humain augmenté 

 
Source  : AFP
 

 

Articles en relation
Conor Walsh ou la marche des robots

En combinant textiles techniques et robotique, Conor Walsh, ingénieur biomédical irlandais, et son équipe de spécialistes du Harvard Biodesign Lab, révolutionnent la rééducation des patients ayant...

Google veut doter les robots d’imagination

Les chercheurs de Google sont en train de mettre au point le moyen de doter l’intelligence artificielle d’une capacité d’anticipation afin de pouvoir raisonner et bâtir des plans d’action sans...

Des nanorobots pour purifier l’eau

Des scientifiques ont révélé des microrobots sphériques capables de se propager dans l'eau et de tuer les bactéries qui s’y trouveraient. Une innovation scientifique qui pourrait offrir un moyen...

Plus d'articles
Le turnover des employés, ou comment l’optimiser pour éviter la fuite des talents
Vers une ubérisation du marché du travail ?
Robotique : Quotas d’emplois humains et mention « made by human » bientôt nécessaires ?
« Territoires zéro chômeurs » : l’initiative qui souhaite partir des envies des gens pour créer leurs emplois
Emplois et territoires : fracture entre grandes villes et... les autres
Avoir un cerveau au boulot : Découvrir le pouvoir de cet organe « stratégique »