Mutations sociales et nouvelles solidarités

Le monde, selon Gates, va beaucoup mieux

Le monde selon Gates
Pour Bill et Melinda Gates, tout va mieux dans le meilleur des mondes. Les deux co-dirigeants de la Fondation Gates expliquent dans leur dernière Annual Letter, une sorte de bilan annuel du progrès du monde, que le monde se porte beaucoup mieux que ce que les médias laissent entendre et que l’opinion publique croit. Pour preuves, plusieurs graphiques particulièrement parlants qui montrent que, sur certains aspects, en effet, le monde va mieux.
 
Non, ce n’est pas une provocation de milliardaires vivant dans un cocon protégé. Les données que présentent Bill et Melinda Gates dans leur Lettre annuelle sont certes choisies, mais elles ont de quoi nous faire réfléchir et pour une fois, de façon positive.
 

Zéro, chiffre magique pour zéro cas de polio dans le monde depuis 17 ans.

Le vaccin contre cette terrible maladie a démontré son efficacité absolue. En témoigne cette courbe :
 
 
Le premier vaccin mis au point par Jonas Salk il y a soixante-quatre ans a été inoculé partout dans le monde. Tous les pays ont fait des efforts parfois colossaux pour vacciner leur population. La Chine s’y est mise dans les années 1990 et l’Inde ? vingt ans plus tard. En 1985 on dénombrait environ 400 000 cas dans le monde. Aujourd’hui il n’en subsiste que 37 ! presque zéro.

Contraception : le pouvoir aux femmes

Selon Bill et Melinda Gates, l’une des méthodes les plus efficaces pour favoriser le succès économique et social est de donner le pouvoir aux femmes. Dans leur lettre, ils démontrent que les investissements consacrés à la santé des femmes produisaient inévitablement la création de populations actives et d’économies plus fortes.
 
 
La contraception casse le cycle de la pauvreté en permettant aux femmes de se concentrer sur elles-mêmes et leur famille.
300 millions de femmes réparties dans 69 pays parmi les plus pauvres de la planète ont utilisé l’une des nombreuses formes de contraception disponibles en 2016. C’est un bond de 30 millions par rapport à 2012. L’objectif, atteignable selon les Gates est de toucher 120 millions de femmes d’ici 2020. Une bonne façon de changer le monde.

La mortalité infantile chute

C’est, selon les Gates, le plus beau graphique du monde.
 
 
Depuis 1990, le nombre d'enfants morts avant d'atteindre leur cinquième anniversaire a été divisé par deux, passant de 12,1 millions à 5,8 millions en 2015. Ce résultat a été obtenu grâce aux progrès et investissements réalisés dans des mesures simples et peu coûteuses dans des pays en développement, comme les moustiquaires contre la malaria et la création de puits pour accéder à de l'eau propre.

L’extrême pauvreté tend à se réduire

L’extrême pauvreté, c’est vivre avec moins de 1.90 $ par jour. La population correspondant à ce critère n’a cessé de croître pendant toute la période industrielle, de 1820 à 1970. A la fin des années 70 elle atteignait plus de 2 milliards d’individus. Mais depuis cette date, et contrairement à ce que la plupart des gens croient, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté est descendu sous la barre des 705 millions.
 
 
Melinda Gates explique dans sa Lettre : « Les grandes tendances historiques vont vers plus d'inclusion et de soin", écrit-elle. "Nous le voyons clairement dans la santé mondiale. C'est une priorité pour les gouvernements. Les citoyens la soutiennent. Et les scientifiques convergent aussi vers cet objectif. ».
 
Dernier graphique en guise d’objectif :
 
 
Source Business Insider
 
 

 

Articles en relation
Vaccination : l'exception française

Qui aurait cru que la France puisse être le pays le plus « sceptique » de la planète face aux vaccins ? Et ce qui étonne encore plus derrière les chiffres dévoilés ces derniers jours, s’ils...