Mutations sociales et nouvelles solidarités

Le livre solidaire pour une économie anti gaspi

livre solidaire
Le gaspillage, longtemps accepté comme une fatalité, est désormais pointé du doigt, et de nombreuses initiatives voient le jour pour tenter d’y remédier. Comme celle de la plateforme Ammareal qui affiche comme crédo le livre solidaire. Elle reprend tous les livres en état correct dont les bibliothèques et les associations ne veulent plus et les revend, en général à bas prix, sur son site. Explications.
 
C’est un fait, le monde change ! Le marché de l’occasion pèse aujourd’hui six milliards d’euros de chiffre d’affaires, selon une estimation du cabinet Xerfi (1). Comme l’explique l’étude, « le succès de l'occasion ne se dément pas depuis la crise. Au-delà de la recherche de bonnes affaires, cette belle dynamique tient à la prise de conscience écologique qui favorise l'économie circulaire et la consommation collaborative. »
 
Une autre étude réalisée par le CREDOC confirme par ailleurs qu’il s’agit d’une tendance de fond : près d’un Français sur deux (44 %) a déjà acheté des biens d’occasion sur Internet, alors qu’ils n’étaient que 27 % en 2007.
 
Dans l’étude « Les Français et la consommation responsable » 2017 de Greenflex, pour 52,9 % des Français (+ 2,4 pts), la consommation responsable se traduit en premier lieu par le fait de consommer autrement (des produits labellisés, certifiés éthiques, locaux, moins polluants…). Cette vision prend de l’ampleur depuis 2012 (+ 12,5 pts !), creusant l’écart avec l’idée de réduire sa consommation (14 % ; - 2,3 pts) ou de ne plus consommer de produits ou services superflus (31,8 % ; - 0,4 pts).
 
Ces chiffres touchent globalement tous les biens de consommation et les livres n'échappent pas à la prise de conscience écologique. En 2017, l'institut GFK présentait aussi une étude très complète sur les mutations de l'environnement numérique des consommateurs, les pratiques des acheteurs de livres et l'évolution des réseaux de distribution.
Le livre tient toujours un rôle essentiel dans la promotion de la création et de la diversité culturelle, comme mémoire des hommes et de l'Histoire, avec de multiples rôles, comme celui de transmettre, d'expliquer, de distraire, ... Une importance évidente pour grandir et se construire, malgré les crises économiques et sociales. Comme l’explique Renan Ayrault, fondateur d’Ammareal, « Cette évolution significative des mentalités est le fruit de deux crises majeures : une crise économique et sociale ayant eu un fort impact sur le pouvoir d’achat ; une crise environnementale qui nous fait prendre à tous conscience de la fragilité de notre planète. Le gaspillage, longtemps accepté comme une fatalité, est désormais pointé du doigt, et de nombreuses initiatives voient le jour pour tenter d’y remédier. En parallèle, les entreprises réalisent qu’elles ont une véritable responsabilité sociétale. Elles ne peuvent plus se contenter uniquement d’optimiser leurs profits : elles doivent désormais participer activement à l’amélioration de la société, notamment par le mécanisme du don. »

LIRE DANS UP’ : Recevoir, reconnaître et donner

Ammareal est une plateforme d’économie circulaire qui transforme chaque achat de livre d’occasion en action solidaire concrète. Le concept est simple : la plateforme reprend tous les livres en état correct dont les bibliothèques et les associations ne veulent plus, puis elle trie pour s’assurer de leur qualité. Les livres d’occasion ainsi collectés sont alors revendus, en général à bas prix, sur son site Ammareal.fr ou sur les places de marché en ligne.
Renan Ayrault souligne : « Des polars aux romans en passant par les livres d’histoire ou la bande dessinée, il y a de quoi satisfaire tous les profils de lecteurs. Nous disposons notamment de plusieurs dizaines de milliers de livres à moins de 3 €. »
 

Comment ça marche ?

Ammareal possède un fond de 500 000 livres en stock. La livraison est gratuite dans toute la France à partir de 30 € et, pour une totale garantie de satisfaction, le retour est possible jusqu’à 30 jours. Une fiche détaillée pour chaque livre permet également d’avoir toutes les informations nécessaires (qualité, description des éventuelles traces d’usure, fiche technique) avant de passer sa commande. Mais Ammareal va encore plus loin en donnant du sens à chaque achat réalisé sur sa plateforme. Offrir ou s’offrir un livre contribue aussi à valoriser les missions des bibliothèques et des associations partenaires (don financier pour chaque achat réalisé), à soutenir des écoles et des associations (dons de livres), mais aussi à pérenniser l’action d’organisations caritatives (dons financiers).
Quant aux livres qui ne peuvent être ni vendus ni donnés, afin de limiter le gâchis de papier et d’encre, ils sont tout simplement recyclés.
 

Créer une filière du livre durable qui a du sens

Les Français en ont assez du gaspillage, de la pollution inutile et de l’économie sans âme. Pour eux, il est nécessaire de consommer autrement pour changer les choses ; l’économie circulaire gagne du terrain, comme l’explique encore le 12e baromètre Greenflex.
L’idée est de promouvoir un système durable qui respecte les individus et la planète, en limitant notamment les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) et en réduisant la production de déchets. Or, dans ce domaine, le secteur du livre a encore de gros efforts à réaliser : un rapport (2) réalisé en 2017 par le Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne souligne qu’un livre neuf sur quatre est détruit en France (soit 142 millions d’ouvrages), 20 à 25 % de la production de livres étant pilonnée en France : un gâchis incroyable qui rend d’autant plus important le développement de pratiques vertueuses pour la seconde vie des livres.
Ce qu’il faut savoir, et ce que démontre parfaitement ce rapport, c’est qu’en plus des phénomènes de destruction et de précarisation de l’emploi, la mutation de la filière du livre a pour impact environnemental majeur des émissions de gaz à effet de serre qui restent à un niveau très élevé tout au long de la filière. Et si la baisse de la production de papier et de l’impression locale diminue fortement les impacts tels que la pollution de l’air et des sols en France, elle augmente les impacts dans les pays du Sud où se trouvent désormais les activités d’exploitation forestière et de fabrication de pâte à papier. Ces impacts sont par ailleurs accrus par une augmentation de la consommation de papier des pays du Sud. Plantations de bois certifiées, fibre recyclée ou liseuse, l’étude montre qu’aucune alternative ne peut à elle seule mettre fin aux impacts constatés. Elle conclut sur le besoin de faire émerger, avec tous les acteurs français, une filière du livre durable.
 
 
En donnant une seconde vie aux livres, et surtout en s’impliquant au niveau sociétal, Ammareal souhaite donc contribuer à son échelle à la création d’une économie plus « green » et plus vertueuse.
 

Le livre solidaire : Faire revivre le livre autrement

Plus de 150 000 livres ont ainsi été vendus en 2018 via la plateforme, toutes catégories confondues : bandes dessinées, mangas, romans et littérature, romans policiers et polars, entreprise et bourse, livres pour enfants, fantasy et terreur, sciences humaines, sciences, techniques et médecine, famille et bien-être, érotisme, études supérieures, beaux livres, santé, forme et diététique…
Plus de 400 partenaires, bibliothèques et associations confondues, confient chaque mois plus de 100 000 livres à trier à Ammareal. La plateforme intervient ainsi dans toute la France afin de fournir les cartons et les palettes : les bibliothèques et les associations n’ont plus qu’à empaqueter les livres et pour reprendre tous les livres désherbés ou les dons en surplus en état correct quels que soient leur âge, leur genre (y compris les livres techniques et universitaires), ou leur langue. Les livres de bibliothèque avec leurs marques, côtes, tampons et protections sont également acceptés.
La plateforme collecte les livres puis les transporte gratuitement jusqu’à ses entrepôts. Aucun tri préalable n’est nécessaire, la solution proposée a été spécialement conçue pour être à la fois professionnelle et souple. Elle vient d’ailleurs en complément des pratiques et des méthodes déjà utilisées par les bibliothèques et les associations pour faire de la place dans leurs stocks de livres.
 
Totalement transparent et sans engagement, ce service peut représenter une réelle opportunité pour continuer à développer les missions culturelles, éducatives et pédagogiques des bibliothèques et des associations. Renan Ayrault explique : « Nous reversons systématiquement une part du produit de chaque vente à nos partenaires-fournisseurs de livres : bibliothèques municipales, bibliothèques départementales, bibliothèques universitaires / de recherche / de grandes écoles, bibliothèques associatives, associations recevant des livres (Emmaüs, le Secours Populaire Français, etc.), et recycleries (3). »
Ammareal donne chaque année des dizaines de milliers de livres en bon état aux associations et aux écoles qui en ont besoin. Par exemple, en 2017, la plateforme a soutenu des écoles d’Ile-deFrance, l’Institut Médico-Pédagogique Clamageran à Limours, (91) et plus de 4 000 livres ont été remis aux Maisons des Enfants de la Côte d’Opale (Boulogne-sur-Mer, 62).
Quant aux livres qui ne peuvent pas être donnés ou vendus, ils sont récupérés par une PME locale, basée à Athis-Mons dans l’Essonne pour qu’ils soient ensuite recyclés par les papetiers.
 
 
(2) « Un livre français – Evolutions et impacts de l’édition en France », réalisé par Le Basic (Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne), avec le soutien de la Fondation Charles Léopold Mayer
(3) Ammareal reverse un pourcentage sur chaque livre vendu à : Mots et Merveilles (Aulnoye-Aymerie, 59), une association qui aide les personnes francophones et allophones rencontrant des difficultés de lecture, d’écriture et de calcul. Elle accompagne aussi les enfants en difficulté scolaire. Le Fonds Decitre (Lyon), un fonds de dotation reconnu d’utilité publique qui agit en faveur de l’accès aux livres et de la lecture pour les populations qui en sont le plus éloignées. Bibliothèques Sans Frontières (Paris), qui travaille à porter la connaissance à celles et ceux qui en sont le plus éloignés. Le Secours Populaire Français (Paris), pour ses missions d’accès à l’éducation et à la culture.
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
Zéro plastique dans nos océans

Zéro plastique dans nos océans - Comment passer à l'action de Nathaly Ianniello - Edition Vagnon, avril 2019 - 128 Pages   Chaque année, huit millions de tonnes de plastique finissent leur vie dans...

Zéro déchet

Zéro déchet, de Julie Bernier - Editions Solar, 18 avril 2019 - 240 Pages   Le manuel d'écologie quotidienne simple, pratique et à l'usage de tous ! De notre consommation, en passant par...

Consommation de viande : la force de l'habitude

La consommation de viande est devenue un sujet brûlant. Trop consommée au détriment de la santé et de la planète, accusée de tous les maux, d’attenter au bien-être animal, sujet de société et sujet...