Close

Sortie de "Life of Work" : nouveau regard sur le monde

"Life of Work : What Office Design Can Learn from the World Around Us" (Black Dog Publishing) présente les conclusions de cinq années de recherche, menées par le Centre de Design Helen Hamlyn du Royal College of Art de Londres, avec le soutien d’Haworth.

Le livre insuffle de nouvelles inspirations pour réussir un aménagement d’espace de travail performant et source de bien-être. Il expose un modèle d'avenir inspiré du monde qui nous entoure et démontre en quoi le design peut apprendre de ces autres lieux de vie. Avec ce livre, Jeremy Myerson, Imogen Privett et Haworth offrent un nouveau point de vue.

D’importants travaux de recherche

Life of Work est issu des recherches réalisées par le Helen Hamlyn Centre for Design du Royal College of Art. Il encourage les concepteurs d’espaces de bureau à s’inspirer de la transmission des connaissances qui s’opèrent dans le cadre de bibliothèques universitaires, de l’impact émotionnel des scénographies théâtrales, de la mise en place d’événements éphémères dans la ville et des environnements d’intense collaboration tels que le contrôle du trafic aérien, les services médicaux d'urgence ou les salles de rédaction.

L’ouvrage aborde la vie au travail comme une combinaison de processus et d’expériences, une équation subtile entre ce que nous faisons et ce que nous ressentons. En explorant des environnements analogues, il construit une toute nouvelle image de l’espace de travail englobant non seulement les paramètres physiques qui soutiennent les processus de travail, mais aussi les expériences émotionnelles des personnes au sein de ces espaces. Au fil des recherches, ont émergé plusieurs thèmes et approches qui semblaient offrir des applications directes à l’espace de travail et fournir un potentiel de profondeur, de richesse et de connexion qui font actuellement défaut au design des espaces tertiaires :

• La recherche en bibliothèque universitaire a permis d'explorer en détail les processus impliqués dans la construction et le partage des connaissances ainsi que l’éventail de paramètres qui peuvent être nécessaires pour soutenir ces processus.
• L'étude du théâtre fut une source d'inspiration en matière d’espaces psychologiquement et expérimentalement riches, sans nécessiter pour autant de lourds investissements.
• Les événements urbains éphémères ont montré comment créer rapidement des environnements souples et adaptables favorisant l'interaction sociale.
• Les équipes “de l’extrême” ont fourni un aperçu des principes d’aménagement dont les groupes ou unités sous haute pression ont besoin pour être efficaces.

Le Modèle FLEX

Les critères communs révélés par chacune des études ont permis de relever quatre valeurs-clés qui ont guidé l'élaboration d'un nouveau cadre, d’un modèle visant à aborder la relation entre les processus et l'expérience d'une manière plus équilibrée afin de créer des espaces de travail appropriés à l'économie du savoir du 21ème siècle. Il s’agit de la flexibilité, de la lisibilité, de l’expérience et du confort.

La flexibilité invite à réfléchir à la conception d’aménagements plus souples, qui s’ajustent à différents besoins de court terme et peuvent s’adapter plus facilement, au fil du temps, à des exigences d’évolution imprévisibles. Des environnements lisibles sont facilement et intuitivement compris par leurs utilisateurs car ils intègrent des repères et marqueurs visuels. Les espaces expérientiels sont conçus comme un tout, créant une atmosphère, suscitant une ambiance et mettant en valeur une culture. Enfin, un espace de travail confortable est celui dans lequel les collaborateurs se sentent bienvenus, détendus et soutenus dans le travail qu'ils doivent accomplir.

Le modèle FLEX répond à un dilemme central en matière de conception de l’espace de travail : un environnement de travail pauvrement imaginé et défini inhibe le développement de cultures organisationnelles positives et progressistes, tout autant qu’un bureau bien conçu les favorise.

Un modèle qui remet en cause les modes de conception de l’espace de travail, en particulier l'acquisition de programmes de bureaux qui offrent peu ou pas de souplesse intrinsèque, la tendance à considérer l’apport de l'utilisateur dans la planification de l'espace de travail comme secondaire plutôt que comme essentielle à la réussite d’un projet, ainsi que la dépendance frileuse envers des archétypes de l’aménagement (bureaux individuels, benchs, etc.). Les principes décrits dans Life of Work sont délibérément génériques et non-contraignants, de sorte que chaque architecte, concepteur, promoteur, gestionnaire ou client peut les traduire dans ses propres termes. Poursuivant ses réflexions, Haworth travaille d’ores et déjà sur un ouvrage consacré à la nouvelle économie du travail.

À propos d'Haworth
Haworth, l'un des plus grands fabricants de mobilier de bureau, est leader dans le développement et la mise en œuvre de concepts scientifiques pour les environnements de travail de demain. L'entreprise crée pour ses clients des espaces qui favorisent la créativité et la productivité de leurs collaborateurs et s'intègrent ainsi dans toute unité organisationnelle. Dans son action, Haworth a conscience de son devoir de respecter le principe de gestion durable et agit en toute responsabilité à l’égard des ressources naturelles. Cette entreprise familiale dont le siège est à Holland, dans l'état du Michigan aux États-Unis, emploie plus de 6 000 collaborateurs dans le monde et est représentée dans 120 pays en Asie, en Europe et en Amérique à travers ses filiales et son réseau de partenaires. En 2013, Haworth a réalisé un chiffre d'affaires de 1,41 milliard de dollars US (1,033 milliard d'euros). www.haworth-europe.com / www.haworth.fr