Espace

La NASA adopte une nouvelle stratégie pour découvrir une vie extraterrestre. Cette fois-ci c’est la bonne ?

Hubble
Depuis que les premiers êtres humains ont levé les yeux vers le ciel, ils se sont demandé s’ils étaient seuls dans l’univers. Cette question récurrente de l’humanité va peut-être trouver une réponse définitive. Après avoir lancé, depuis des décennies, des dizaines de missions d’exploration de notre système solaire et au-delà, la NASA a développé des outils de plus en plus sophistiqués pour répondre à la question fondamentale. Le projet qu’elle est en train de lancer est le plus abouti : détecter la présence d’éventuelles « technosignatures » autour d’exoplanètes. Ce serait le signe incontestable de la manifestation d’une vie intelligente, qu’elle soit passée ou présente.
 
Cela fait longtemps que les missions de la NASA recherchent des signes de vie ancienne ou actuelle. Dans le périmètre de notre système solaire, avec les missions sur Mars et bientôt sur Europe, une lune de Jupiter ; mais aussi au-delà de notre système, avec des missions comme celles de Kepler et TESS qui fouillent des milliers de planètes en orbite autour d’étoiles lointaines.
 
Mais depuis quelques années, l’explosion des connaissances sur les planètes en orbite autour d'autres étoiles, appelées exoplanètes, et les résultats de décennies de recherche sur les signatures de la vie - ce que les scientifiques appellent les biosignatures - ont encouragé la NASA à se demander, d'une manière scientifique rigoureuse, si l'humanité est seule. Au-delà de la recherche de preuves de la vie microbienne, la NASA explore maintenant des moyens de rechercher une vie suffisamment avancée pour créer une technologie.
 

Les technosignatures comme signes de vie

Les technosignatures sont des signes ou des signaux qui, s'ils étaient observés, nous permettraient de déduire l'existence de la vie technologique ailleurs dans l'univers. La technosignature la plus connue est celle des signaux radio, mais il y en a beaucoup d'autres qui n'ont pas été pleinement explorés.
Ce terme recouvre un sens beaucoup plus large que celui de « recherche d'intelligence extraterrestre », ou SETI, historiquement utilisé, qui se limite généralement aux signaux de communication. Des technologies comme les émissions radio ou laser, des signes de structures massives ou une atmosphère composée de polluants pourraient impliquer de l'intelligence.
 
Au cours des dernières décennies, les secteurs privé et philanthropique ont mené ces recherches. Ils ont utilisé des méthodes telles que la recherche de motifs dans les radiofréquences à basse bande à l'aide de radiotélescopes. En effet, les émissions de radio et de télévision de l'humanité dérivent dans l'espace depuis un certain nombre d'années. Le programme SETI de la NASA a pris fin en 1993 après que le Congrès eut mis fin à ses activités. Depuis lors, les efforts de la NASA ont été orientés vers l'approfondissement de notre compréhension fondamentale de la vie elle-même, de ses origines et de l'habitabilité d'autres corps dans notre système solaire et notre galaxie.
 
En avril 2018, un nouvel intérêt s'est manifesté au Congrès américain pour que la NASA commence à soutenir la recherche scientifique de technosignatures dans le cadre de la recherche de la vie extraterrestre de l'agence. Dans le cadre de cet effort, l'agence organise un atelier sur les technologies de la NASA à Houston du 26 au 28 septembre 2018, dans le but d'évaluer l'état actuel du domaine, les perspectives de recherche les plus prometteuses en matière de technologies et les endroits où des investissements pourraient être faits pour faire progresser la science.
 

La longue histoire de la recherche de la vie technologique

Les efforts visant à détecter la vie technologiquement avancée datent d'avant l'ère spatiale, alors que les pionniers de la radio du début du XXe siècle avaient prévu pour la première fois la possibilité de communications interplanétaires. Des travaux théoriques postulant la possibilité de transporter des signaux sur des bandes radio et micro-ondes sur de grandes distances dans la galaxie avec peu d'interférences ont conduit à des premières expériences d'"écoute" dans les années 1960.
 
Grâce à la mission Kepler, qui a permis de découvrir des milliers de planètes au-delà de notre système solaire, dont certaines présentent des similitudes avec la Terre, il est maintenant possible non seulement de rejoindre les rêves de la science-fiction de trouver la vie sur d'autres mondes, mais aussi de prouver un jour scientifiquement que la vie existe au-delà de notre système solaire.
 
Le document datant de 2015, décrivant l’orientation de la stratégie d’astrobiologie de la NASA, donne le ton : « La vie complexe peut évoluer vers des systèmes cognitifs qui peuvent utiliser la technologie de manière observable. Personne ne connaît la probabilité, mais nous savons qu'elle n'est pas nulle. » Lorsque nous considérons les environnements d'autres planètes, les "technosignatures" pourraient être incluses dans les interprétations possibles des données que nous obtenons d'autres mondes.
 
Le débat sur la probabilité de trouver des signes de vie avancée a considérablement évolué. En 1961, l'astronome Frank Drake a créé une formule pour estimer le nombre de civilisations intelligentes potentielles dans la galaxie, appelée équation de Drake, et a calculé une réponse de 10 000. La plupart des variables de l'équation demeurent des estimations approximatives, avec beaucoup d'incertitudes. Une autre spéculation célèbre sur le sujet, le paradoxe de Fermi, posée par le physicien italien Enrico Fermi, affirmait que si une autre forme de vie intelligente existait vraiment, nous l'aurions déjà rencontrée.
 
Le programme SETI de la NASA a commencé en 1971 sur l’impulsion du chercheur biomédical John Billingham du Centre de recherche Ames de la NASA proposant de créer un réseau de télescopes de mille mètres de diamètre pouvant capter les signaux radio et télévision des autres étoiles. "Le "Projet Cyclope" n'a pas été financé, mais en 1976, le centre Ames a créé une branche du SETI pour poursuivre la recherche dans ce domaine. Le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA a également commencé ses travaux SETI.
 
En 1988, le quartier général de la NASA à Washington a officiellement approuvé le programme SETI qui a mené à l'élaboration du High Resolution Microwave Survey. Annoncé à l'occasion de la Fête de Colomb en 1992 - 500 ans après l'arrivée de Christophe Colomb en Amérique du Nord - ce projet de 100 millions de dollars sur 10 ans comprenait une recherche ciblée des étoiles menée à l'aide du radiotélescope de 300 mètres à Arecibo à Puerto Rico. La mission était complétée par un relevé de tout le ciel mené par JPL avec son antenne réseau Deep Space. Le programme n'a duré qu'un an avant que l'opposition politique n'élimine le projet et ne mette fin aux efforts de recherche de la NASA sur le projet SETI.
 

Pourquoi chercher des technosignatures maintenant ?

Encouragé par la découverte que notre galaxie regorge de planètes, l'intérêt pour la détection de signes de vie technologiquement avancée renaît de ses cendres. La découverte par Kepler en 2015 de fluctuations irrégulières de luminosité de l’étoile KIC 8462852, plus connue aujourd’hui sous le nom de Tabby's Star, a conduit à penser que nous nous trouvions face à une mégastructure étrangère. Les médias se sont immédiatement pris de rêver à la découverte d’une civilisation extraterrestre avant que les scientifiques ne calment les imaginations et concluent finalement que la présence d’un nuage de poussière était la cause la plus probable de ces fluctuations.
Il n’en demeure pas moins que l'étoile Tabby a démontré l'utilité potentielle de rechercher des anomalies dans les données recueillies depuis l'espace, car les signes d'une vie technologiquement avancée peuvent apparaître comme des aberrations de la norme.
 
Les scientifiques avertissent qu'il nous faudra plus qu'un signal inexpliqué pour prouver définitivement l'existence de la vie technologique. En effet, les observations peuvent être parasitées par de nombreuses interférences de radiofréquences provenant de sources terrestres.
 
Ces précautions mises à part, il semble que la recherche se mette en ordre de bataille pour décrypter l’énigme fondamentale. Qu'il s'agisse d'étudier l'eau sur Mars, de sonder des "mondes océaniques" prometteurs comme Europe ou l'Encelade lunaire de Saturne ou de rechercher des signatures biologiques dans l'atmosphère des exoplanètes, les missions scientifiques se multiplient avec des instruments de plus en plus puissants et sensibles pour trouver des signes indiscutables de vie au-delà de la Terre. On va bien y arriver…
 
 
Source : NASA
Image d’en-tête : photographie prise par le télescope spatial Hubble d'une énorme bulle projetée dans l'espace par une étoile massive et super chaude. Les astronomes l’ont dénommée Nébuleuse de la Bulle, ou NGC 7635. Crédits : La NASA, l'ESA et l'équipe Hubble Heritage Team.
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.