Dans le secret des labs

Un implant sous-cutané contraceptif à télécommande

technologies du futur

Un implant sous-cutané sans fil activable à distance pour délivrer des traitements médicaux vient de voir le jour. C'est la startup MicroChips, issue du laboratoire de recherche du MIT, qui a mis au point ce contraceptif à télécommande.

L’implant sous-cutané développé par la société MicroChips incorpore des micro-réservoirs dans lesquels sont stockés l’hormone contraceptive, une batterie et un système de communication sans fil. Une télécommande libère ou maintient enfermée l'hormone.
La puce de 20 x 20 x 7 mm contient des micro-réservoirs emplis avec le produit actif, en l’occurrence du Lévonorgestrel. Les ouvertures sont scellées par une membrane faite de titane et de platine qui réagit à une stimulation électrique pour libérer la substance selon le rythme préprogrammé. Le contrôle se fait par une liaison sans fil à l’aide d’une télécommande pour activer ou désactiver l’implant.

Cet implant, activé ou désactivé à distance avec une simple télécommande pour libérer une dose contraceptive quotidienne, pourrait fonctionner pendant seize ans sans la moindre intervention. Une telle durée d’utilisation couvrirait presque la moitié de la période reproductive d’une femme.
Munie de la télécommande, l'utilisatrice n’aura qu’à activer l’implant qui fonctionnera ensuite de manière autonome. Si elle souhaite interrompre sa contraception, elle appuiera simplement sur le bouton off...

Cet implant révolutionnaire a été développé par MicroChips, une startup née d’un projet de recherche du Massachusetts Institute of Technology (MIT) où d'ailleurs, cette technologie a été mise au point dès les années 1990.
L’entreprise bénéficie d’un financement de la Fondation Bill & Melinda Gates depuis 2012. L’implant a déjà été testé pour diffuser un traitement contre l'ostéoporose à des patientes.

Cette avancée est un progrès important, mais elle soulève tout de même des questions de sécurité. Quelle protection envisagée pour empêcher que l’implant ne soit piraté ? Comment garantir le fonctionnement pendant seize ans sans retour d’expérience sur une durée aussi longue ? Les réponses à ces interrogations devront être trouvées rapidement car MicroChips espère commercialiser ce produit dès 2018.

 

(Source : MIT - Photos ©MicroChips)

 

Articles en relation
Microbiote, le charme discret de l'intestin

Un voyage au centre du système digestif du corps humain Il va falloir se faire à l’idée que notre corps est non seulement constitué de chair, de sang, d’os et de muscles, mais aussi de tout un monde...

La fable du piratage des implants mnésiques

Doit-on avoir peur des implants mnésiques ? Une étude récente, dont UP’ s’est fait l’écho, fait état de cyber attaques possibles sur notre mémoire. Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence...

Les nouveaux territoires de la bioéthique

Les nouveaux territoires de la bioéthique - Traité de bioéthique IV - Sous la direction d'Emmanuel et François Hirsch - Edition Erès, 22 novembre 2018 - 618 Pages   Les États généraux de la bioéthique se sont...