Close

Deux polytechniciens aident à retrouver le sommeil

bien-être

Deux étudiants de l’École polytechnique ont imaginé Dreem, un bandeau destiné à améliorer la qualité et la durée du sommeil profond.

Conscients du rôle primordial du sommeil sur notre organisme et sur notre vie quotidienne, Quentin Soulet de Brugière et Hugo Mercier, deux étudiants de l’X en Master Innovation technologique : ingénierie et entrepreneuriat, ont eu l’idée d’inventer un objet connecté sous la forme d’un bandeau qui nous permettrait de dormir plus profondément.

« Sans Polytechnique, on ne l’aurait probablement jamais fait »

En mars 2014, Hugo et Quentin créent leur startup « Dreem » qui est aussi le nom de leur première innovation technologique. Aux côtés de médecins du sommeil de la Pitié Salpêtrière et d’une équipe de chercheurs en neurosciences de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM), les deux étudiants ont mis au point un procédé innovateur d’analyse d’électroencéphalogramme (EEG). Ce système permet d’analyser l’activité électrique du cerveau tout en le stimulant à l’aide d’algorithmes et de capteurs électroniques.

Dreem a déjà suscité l’attention du gouvernement français. Quelques mois seulement après sa création, la jeune pousse fait déjà partie des 110 lauréats du concours mondial d’innovation 2030. Le 23 juillet 2014, Hugo et Quentin étaient ainsi conviés à l’Élysée pour recevoir leur prix des mains du Président de la République. « Sans Polytechnique, on ne l’aurait probablement jamais fait », précise Hugo. « C’est dans le cadre de notre master que nous avons pu développer notre projet. La qualité des conférences, l’excellence scientifique, un enseignement presqu’à l’américaine, le réseau des anciens…tout cela nous a permis d’avancer rapidement ». Soutenue par de nombreux experts, l’équipe de Dreem grandit à une vitesse surprenante et compte déjà dix membres.

Optimiser et mieux comprendre le sommeil

Quentin et Hugo sont des traqueurs du sommeil profond, cette phase du sommeil où notre corps et notre cerveau se reposent véritablement. « Notre objectif est d’améliorer la durée et la qualité du sommeil profond pour diminuer la sensation de stress et de fatigue durant la journée, mais aussi pour améliorer nos capacités cognitives.»
Les bienfaits d’un sommeil réparateur sont en effet nombreux : consolidation de notre mémoire, renforcement de nos défenses immunitaires, meilleure résistance au stress, à la fatigue et au diabète, régénération cellulaire plus rapide, augmentation des performances physique et mentale ou encore amélioration de l’humeur.

Si à court terme Dreem s’adresse au grand public, la société espère bien aussi, à long terme, décrypter les liens complexes qui existent entre le sommeil et certaines maladies graves telles que : l’obésité, alzheimer, parkinson ou encore l’hypertension. « Si nous savons qu’il a des répercussions sur notre santé, nous aimerions aussi savoir si agir sur le sommeil peut aider à agir sur la maladie », explique Quentin.

« Entreprendre en France était une évidence »

« Les aides financières pour les jeunes entreprises en France sont nombreuses et plus facilement accessibles qu’auparavant. Entreprendre en France était une évidence, cela n’empêche pas d’avoir une ambition internationale ! », concluent, rêveurs, les fondateurs de Dreem.

Pour plus d’informations : consultez le site de DREEM

(Source : Ecole Polytechnique - Saclay)