Close

SensorWake, le réveil olfactif

innovation

Finis les alarme stridantes, les réveils bruyants ! Désormais se réveiller en respirant la bonne odeur du café ou des tartines de pains grillés sera bientôt possible afin de se lever du bon pied chaque matin. Le SensorWake est le réveil olfactif inventé par un jeune nantais de 18 ans, Guillaume Rolland.

Guillaume Rolland a déjà remporté de nombreuses récompenses avec son invention : Prix Jeunes Inventeurs, Médaille d’Or au Concours Lépine Européen 2014, Prix Européen d’Innovation, Prix Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et finaliste international au Google Science fair 2014 de la Silicon Valley. Il a intégré depuis l'UTC (Universite de Technologie de Compiegne) pour préparer un diplôme d'ingénieur.

Un ventilateur propulse l'odeur contenue dans une capsule vers le dormeur. Réveil garanti en 30 secondes

Le principe du réveil se veut assez simple. "L'appareil fonctionne comme une machine Nespresso, avec des capsules de senteurs à glisser à l'arrière, en face du ventilateur. Chaque capsule dure environ trois jours", explique Guillaume Rolland. Lorsque l'heure du réveil s'affichera sur l'écran, le ventilateur s'actionnera pour libérer les senteurs. Ainsi, lorsque l'horloge intégrée affiche l'heure du réveil, le clapet se lève pour faire signe au ventilateur de libérer une senteur vers le dormeur et dans toute la pièce pendant une dizaine de minutes.
L'utilisateur pourra également choisir d'activer une lumière et/ou une alarme en plus du mode olfactif pour être sûr de se réveiller.

A partir d'un dessin 3D qu'il a lui-même réalisé grâce à un logiciel, c'est l'Ecole Centrale de Nantes qui fabrique le prototype final grâce à une imprimante 3D. "Etienne Labaou, un étudiant en design, s'est occupé de l'apparence du réveil, raconte Guillaume. Exhalia, une entreprise spécialisée dans les parfums, me fournit les huiles essentielles." Du côté des odeurs justement, on retrouve : café, viennoiserie, chocolat, fraise tagada, confiture d'abricot, bois coupé,...Et bientôt le dollar américain (sic !).

Quels débouchés ?

Le SensorWake est particulièrement intéressant pour les personnes âgées ou les personnes sourdes profondes explique le jeune inventeur. De plus, les personnes sourdes profondes ont un sens olfactif beaucoup plus développé d’où l’intérêt d’une telle invention afin de leur assurer une autonomie dès le réveil.
Pour réaliser son réveil olfactif, Guillaume Rolland a dû réaliser des tests d’assemblage avec divers constituants puis choisir la tension idéale en courant électrique pour alimenter le ventilateur. Puis il a effectué des tests olfactifs avec du menthol et a observé que dans 100% des cas, les sujets se réveillent entre 30 secondes et deux minutes après la diffusion du parfum.

Le SensorWake "sera commercialisé définitivement mi-janvier en France et partout dans le monde", et les précommandes possibles dès décembre. Vendu 65 euros avec trois capsules, la popularité de son produit devrait être éprouvé par une campagne sur le site de crowdfunding KickSarter où il espère atteindre les 100 000 dollars de soutien.

Parfums de synthèse quand tu nous tiens...

Les technologies à « odeurs » ont la cote ! L’art olfactif atteint de nouveaux sommets avec les molécules de synthèse qui offrent de nouvelles sensations et applications. La chimie de synthèse permet de reproduire une odeur "sur mesure" à partir de composés naturels ou artificiels.
On le voit ici avec le SensorWake mais c'est déjà le cas avec l'oPhone, ce gadget qui promet de révolutionner la messagerie mobile en permettant d'envoyer des odeurs à distance par le biais d'une appli pour iPhone. 

La révolution de la chimie organique du XIXe siècle a permis cette explosion, et porté l’engouement du public. La sensation olfactive est un phénomène complexe, dont la compréhension avance avec la connaissance des mécanismes physiologiques, non seulement des récepteurs du système olfactif périphérique, mais jusqu’ au niveau des gènes impliqués, ce qui valut à Richard Axel et Linda B. Buck le prix Nobel de médecine et physiologie en 2004. On sait maintenant qu’une sensation olfactive résulte de l’activation d’un réseau de récepteurs, et que c’est la dimension combinatoire du phénomène qui explique la diversité de ces sensations, supérieure au nombre de récep­teurs mis en jeu. Rappelons-nous que déjà en 1884, l’écrivain français Joris-Karl Huysmans imagine un orgue à parfum, repris par Boris Vian dans l’Ecume des jours pour son piano à cocktail.
Baudelaire l’a écrit : « les parfums, les couleurs et les sons se répondent » !