Close

Une peau auto-cicatrisante pour les vaisseaux spatiaux

Un des dangers majeurs qui guettent les objets spatiaux que nous envoyons au-delà de notre atmosphère est celui de la collision avec les millions de déchets qui vaguent dans l’espace. Boulon perdu, outil oublié, ou plus naturellement micrométéorites. Ces objets sont meurtriers pour les vaisseaux spatiaux car leur collision à des vitesses de plusieurs milliers de km/h crée des dommages catastrophiques.
Des chercheurs de la NASA, associés à des équipes de l’Université du Michigan, semblent avoir trouvé la parade : un revêtement auto-cicatrisant.
 
Les chercheurs de l’Université du Michigan menés par Timothy Scott ont mis au point, en partenariat avec la NASA, un nouveau matériau capable de se régénérer lui-même après un impact. Comme dans Terminator, le matériau composé à base de tributylborane, se reconstitue tout seul après avoir été perforé par un impact de balle par exemple. Ces travaux ont été présentés dans la revue ACS Macro Letters et repris par The New Scientist.
 
Le principe de ce nouveau matériau repose sur un gel actif emprisonné entre deux couches très fines de polymères solides. Quand une des couches extérieures est perforée,  par exemple par une balle comme le montre la vidéo ci-dessous, le gel actif se déplace pour remplir le trou. Au contact de l’oxygène, un composant chimique, le tributylborane, contenu dans le gel, se solidifie de manière à combler la brèche en quelques secondes.
 
La NASA est très intéressée par cette découverte car ce matériau pourrait apporter une protection maximum à  la Station spatiale internationale (ISS), régulièrement exposée aux impacts des débris spatiaux. En colmatant instantanément la brèche causée par un impact, le dispositif peut jouer efficacement le rôle de solution de secours en attendant des réparations plus traditionnelles qui pourraient être menées par les astronautes.
D’autres cas d’usages sont envisagés comme la protection des réservoirs de carburant ou sur les avions. Une sorte de rustine chimique a effet immédiat.
 
The New Scientist rappelle que d’autres matériaux ayant pour effet de coaguler comme le sang sur une plaie existent mais ne présentent pas les mêmes performances, notamment en terme de rapidité de cicatrisation.