Close

Les ordinateurs vont avoir des neurones

Une startup de Santa Fe au Nouveau-Mexique (USA) vient de faire une annonce qui risque de bouleverser le monde de l’informatique. Knowm est une jeune société pionnière dans les nouvelles générations de composants informatiques. Le rêve de son fondateur, Alex Nugent, est de construire des ordinateurs qui imitent le cerveau humain. Et pour y parvenir il a inventé une nouvelle génération de memristors, des composants électroniques qui fonctionnent à peu de choses près comme nos neurones. Explication.
 
Alors que la plupart des géants de l’informatique, IBM ou HP en tête, travaillent sur le prochain ordinateur quantique, les équipes de Knwom ne croient pas à cet avenir. Pour eux, l’avenir de l’ordinateur repose sur les memristors. Aujourd’hui (et ce, depuis la moitié du XX° siècle) le composant électronique fondamental de l’ordinateur est le transistor.  Ce composant est toujours resté particulièrement rustique puisqu’il ne retient aucune information. Il est ouvert ou fermé. C’est le fameux concept des 1 et des 0 du langage binaire.
 
Les memristors eux, contrairement à leur ancêtre transistor, ont de la mémoire. A l’instar de nos neurones, ils se souviennent des connexions établies entre eux, même quand l’ordinateur est éteint. Doté de cette qualité nouvelle mais néanmoins fondamentale, l’ordinateur, puisqu’il se souvient, peut apprendre, et au fil du temps se souvenir des liaisons entre composants les plus efficaces en fonction des requêtes demandées.
 
Ces memristors ne sont pas nés hier. Ils ont été découverts dans leurs aspects théoriques dans les années 1970 et créés concrètement en 2008 par des équipes d’ingénieurs de HP.
Ce qui est nouveau dans l’avancée annoncée par les équipes de Kwom, c’est que ces memristors peuvent fonctionner dans les deux sens et plus seulement à sens unique comme c’était le cas jusqu’à présent. Pour Alex Nugent, il s’agit d’un pas de géant car cette technologie « ouvre la porte à un apprentissage automatique et à des intelligences artificielles extrêmement puissantes et rentables ». Il ajoute, sans complexe, au magazine Fortune :  « Nous allons pouvoir faire ce que le cerveau fait ».
 
Reste à la startup de convaincre les géants de l’industrie informatique. Ce ne sera pas chose facile car la plupart travaille avec les traditionnels transistors, qu’ils ont améliorés à l’extrême. C’est le cas d’IBM  qui a réussi à stocker dans les mémoires de son nouvel ordinateur, Truenorth, l’équivalent de 48 millions de neurones. Cela lui permet de réaliser plusieurs tâches complexes nécessitant de l’apprentissage comme par exemple la reconnaissance d’une voix ou d’un visage.
 
La bataille de l’ordinateur de demain n’est pas près de s’arrêter.
 
 
 
 

 

made with love from Joomla.it