Close

Fontus, la bouteille qui transforme l’air en eau douce

bouteille Fontus
Utiliser l’humidité de l’air pour créer de l'eau, l'idée n'est pas nouvelle. Mais là où elle devient intéressante, c'est quand on la récupère comme solution pouvant servir dans les pays où l’accès à l’eau potable est difficile.
 
L’humidité, aussi appelée vapeur d’eau, est la quantité d’eau contenue dans l’air. On la mesure avec le taux d'hygrométrie. Plus celui-ci est élevé, plus l'air contient de l'eau. 
Et c'est ainsi qu'un designer autrichien, Kirstof Retezàr, a eu l'idée de développer un prototype de bouteille laissant entrer l’air dans la bouteille, un condensateur alimenté par un panneau solaire permettant de créer de la condensation. Son projet a fait partie des finalistes 2014 des James Dyson Awards.
 
Le designer a imaginé deux versions de ces bouteilles étonnantes qui sont reliées à des petits panneaux solaires (pour la randonnée et pour le vélo). Kirstof Retezàr a expliqué à Live Science qu’elles peuvent créer de l’eau tout simplement, en récupérant autour de vous « la condensation de l’humidité qui est contenu dans l’air ». Elles fonctionnent grâce à un condensateur, connecté à une série de petites « dents » hydrophobiques qui repoussent l’eau dans la bouteille. L’air recueilli par le système est tout d’abord refroidi avant d’être chauffé (à l’aide de panneaux solaires) pour extraire de petites gouttelettes de la vapeur d’eau.
Dans les bonnes conditions climatologiques, entre 30° et 40° et avec une humidité de 80 % à 90 %, Fontus pourrait récupérer jusqu’à 0,47 litre par heure. 
 
 
Cette innovation pourrait-elle changer notre regard sur notre consommation d'eau potable ? Bien que l’accès à l’eau potable dans la plupart des pays du monde se soit considérablement amélioré ces 15 dernières années, ce droit fondamental (l’ONU a en effet reconnu en 2011 que l’accès à une eau potable salubre et propre est un “droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l'homme”), reste hors de portée d’une grande partie de la population mondiale : une personne sur huit n’a pas accès à une eau potable et cette privation cause chaque année la mort de trois millions de personnes.
Plus largement, cet accès ne peut être garanti à 75% des habitants dans au moins 33 pays du monde.
 
Fontus est encore un prototype. Il peut filtrer les gros contaminants, comme les insectes et la poussière, mais a un peu plus de mal avec les petits, comme les sédiments. Un problème que le designer compte résoudre en installant un filtre carbone. Quand le prototype sera fonctionnel, il espère le commercialiser grâce à une campagne de crowdfunding.