Close

Le détecteur de places de parking libres en zone urbaine récompensé

parkki
Antoine Guillon et Pierre-Julien Harbonnier, tous deux étudiants à l’ISEN Lille en 5ème  année, ont reçu le prix Norbert Ségard du Jeune Espoir (élève-ingénieur), qui a pour objectif de détecter, promouvoir et soutenir les jeunes créateurs d’entreprises technologiques innovantes pour leur projet PARKKI, système complet de détection de places de stationnement en milieu urbain.
Ce projet permettra d’améliorer le stationnement en ville en offrant un gain de temps à l’automobiliste qui ne tournera plus pendant des heures et par la même occasion permettra une réduction de la pollution. 
 
Lundi 14 mars 2016, Antoine Guillon et Pierre-Julien Harbonnier, tous deux étudiants à l’ISEN Lille en 5ème année, ont reçu le prix Norbert Ségard du Jeune Espoir (élève-ingénieur), d’une valeur de 7000 €, créé par la Fondation Norbert Ségard ; le prix a pour objectif de détecter, promouvoir et soutenir les jeunes créateurs d’entreprises technologiques innovantes parmi les élèves des grandes Écoles d’Ingénieurs. Antoine Guillon et Pierre-Julien Harbonnier ont obtenu ce prix pour leur projet PARKKI système complet de détection de places de stationnement en milieu urbain. « C’est une belle reconnaissance, très motivante pour la suite de notre projet. Nous y travaillons depuis presque deux ans, d’abord à deux puis avec une équipe de cinq autres étudiants ISEN, et ce prix marque le début de la concrétisation de tout ce travail », déclare Pierre-Julien Harbonnier.

Un projet ambitieux et novateur

Le développement des smart city (villes intelligentes) est un enjeu majeur dans le futur des grandes villes ; il permettra entre autres d’optimiser l’espace urbain, d’augmenter l’efficacité des transports et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Le projet Parkki de détection de places de stationnement en milieu urbain répond totalement à ces objectifs en apportant une solution pour améliorer le stationnement en ville, offrant un gain de temps à l’automobiliste qui ne tourne plus pendant des heures et donc une réduction de la pollution. C’est l’outil parfait pour permettre aux villes et institutions de gérer leur parc de stationnement. Les capteurs de détection de places de Parkki pourraient aussi permettre l’analyse de la pollution de l’air, de la pollution sonore, du trafic, etc.

PARKKI, comment ça marche ?

La détection des places de stationnement libres par le système Parkki se fait à l’aide de capteurs positionnés en façade des bâtiments, ou sur l’éclairage public. Par son positionnement en hauteur, il est capable d’analyser tous les types de stationnement sur une zone de 40m de large, des deux côtés de la chaussée. Les capteurs envoient alors leurs informations à une borne maîtresse qui transmet ces données au système Parkki. Ces informations sont ensuite analysées : taille des emplacements libres,… pour  ainsi guider les automobilistes vers les places de parking libres les plus adaptées.
Les données sont ensuite analysées à plus grande échelle pour en tirer des statistiques d’utilisation et aider les organisations à mieux gérer leur parc de stationnement.
« Nous lançons en septembre prochain les premiers tests en conditions réelles grâce à un partenariat avec un acteur du marché des installations urbaines ainsi que la création de la Startup. Le prix Norbert Ségard va nous donner une visibilité et va nous permettre d’accélérer le processus de développement de Parkki. En effet, nous allons utiliser à bon escient la somme reçue pour réaliser les capteurs de test pour septembre et régler les frais annexes pour le fonctionnement du système. Cela nous permettra également de couvrir les frais liés à la création de la startup», explique Antoine Guillon.
 
C’est l’outil parfait pour permettre aux villes et institutions de gérer leur parc de stationnement. Ces détecteurs de places libres seront testés en septembre prochain en conditions réelles grâce à un partenariat avec un acteur du marché des installations urbaines.  
 
Le Groupe ISEN et La Fondation Norbert Ségard
La Fondation Norbert Ségard a pour objet de poursuivre l‘action de Norbert Ségard, fondateur en 1956 de l’Institut Supérieur d'Electronique du Numérique (ISEN), dans le domaine de la formation des ingénieurs, dans la recherche et l’entrepreneuriat technologique. C’est pourquoi le Groupe ISEN appuie toutes les actions de la Fondation depuis sa création en 1984, dont ses bourses et ses Prix.