Close

Deux petits génies du MIT inventent le WIFI sans mot de passe

Terrasse de café wifi
C’est une aventure que nous avons sans doute tous dû partager : vous êtes installé confortablement à la terrasse d’un bistrot et vous avez besoin de vous connecter. À votre demande, la serveuse vous épelle, en général aimablement, le code d’accès au wifi de l’établissement. Une suite de lettres, de chiffres, de capitales et de minuscules. L’erreur à tous les coups. Une démarche fastidieuse qui devrait bientôt disparaitre grâce à l’invention géniale de deux chercheurs du MIT.
 
Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) veulent changer la façon dont nous nous connectons au Wifi. Pour cela, ils ont mis au point un moyen d’accorder l’accès à un réseau en fonction de la proximité avec le routeur. Chaque borne wifi est ainsi configurée pour accepter les connexions dans une zone donnée, délimitée au quart de mètre près.
 
En pratique, cela signifie que dès que vous entrez dans un café, vous êtes automatiquement connecté au réseau de l’établissement ; si vous sortez du café, votre connexion s’arrête. Cela est aussi vrai pour votre réseau domestique. En entrant dans la limite de votre appartement, vos amis ou visiteurs seront connectés automatiquement à votre borne wifi.
 
C’est simple. Comment ne pas y avoir pensé plus tôt.
Il se trouve que la technologie n’est pas triviale. Elle s’appelle Chronos et  a été mise au point dans le Laboratoire Informatique et Intelligence artificielle du MIT et fonctionne avec une précision de 97 %. Les chercheurs sont en mesure de définir des paramètres de localisation de l’ordre de la dizaine de centimètres. Leur idée géniale est de calculer le temps que met une donnée entre l’émetteur et le récepteur. Le calcul de ce « temps de vol » permet des localisations vingt fois plus précises que tous les systèmes actuels, avec une marge d’erreur inférieure à 0.50 nanosecondes.
Le système est ainsi capable de calculer la distance et l’angle d’un émetteur en multipliant le temps de vol par la vitesse de la lumière. Selon notre confrère numerama, le système utilise pour cela la capacité du point d’accès de passer d’un canal à l’autre sur un spectre de 2,5 Ghz à 5,8 Ghz, mais cette fois-ci très rapidement (toutes les deux ou trois millisecondes). En passant d’un canal à l’autre, Chronos récupère les différentes mesures qui lui serviront à terminer la distance entre le point d’accès et les objets connectés.
 
 
Bien qu’elle soit à un stade expérimental, les potentiels de cette technologie sont immenses. On imagine des applications dans la domotique et l’internet des objets en localisant des objets précisément à l’intérieur de la maison. Les chercheurs pensent aussi à des applications originales comme par exemple le moyen de conserver une distance de sécurité statique entre un drone et son opérateur.