Close

Une montagne artificielle pour faire tomber la pluie dans le désert

UAE
Nous vous avons relaté récemment les prévisions alarmistes des climatologues qui estiment que la chaleur et la sécheresse rendront invivables des régions entières du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.
Pour éviter ce cataclysme, certains ne manquent pas d’idées. C’est le cas des Émirats Arabes Unis qui envisagent de construire une montagne artificielle pour que des nuages se forment et qu’ils pleuvent, transformant le désert en verts pâturages. Un rêve ? Pas tellement, quand on les moyens…
 
Le gouvernement des Émirats Arabes Unis, cet État fédéral de la péninsule arabique veut en finir avec ses problèmes de sécheresse et d’aridité. Il a démontré son savoir-faire pour construire des îles artificielles, des pistes de ski indoor, les plus hauts gratte-ciels de la planète. Alors, construire une montagne pourquoi pas ? D’autant que l’on sait que les montagnes jouent un rôle important dans la climatologie locale. En interceptant la circulation globale de l’air, les montagnes ont un effet sur la nature des vents, sur les précipitations et les modèles de température atmosphérique.
 
Accompagné dans ce projet fou par le Centre national de recherche atmosphérique américain (NCAR), l’Émirat veut mettre les moyens pour concrétiser cette idée. Le principe en est des plus simples : construire une montagne suffisamment haute et vaste pour que des nuages se forment du fait de l’altitude. Ensuite, il « suffira » de recourir à la technique d’ « ensemencement des nuages ». Cette dernière a déjà été pratiquée avec succès dans le pays ; elle consiste à envoyer dans les nuages des fusées chargées d’iode d’argent qui créent une réaction chimique et font tomber la pluie. Un procédé relativement onéreux mais efficace.
 
Le magazine Arabian Business qui rapporte cette information cite les propos de Roelof Bruintjes un expert du NCAR. Il déclare : « Construire une montagne n’est pas une chose facile. Nous sommes en train de finaliser l’étude de modélisation. Nous étudions plusieurs hypothèses pour définir quelle doit être la hauteur, la surface et l’emplacement de cette montagne. Nous analysons toutes ces données en les croisant avec la climatologie locale ».
Il ajoute, un brin réaliste : « Si le projet s’avère trop onéreux pour le gouvernement, il ne sera pas pour autant écarté mais simplement remis à plus tard ».
 
Ce projet est une chose sérieuse pour l’Émirat qui consacre déjà un budget pour l’ensemencement des nuages et envisage l’accroissement des températures avec suffisamment d’inquiétude pour injecter des fonds dans les solutions les plus folles, en apparence.