DANS LE SECRET DES LABS

Marijuana : un petit pétard en impression 3D ?

cannabis
La légalisation du cannabis avance à toute vitesse aux États-Unis. 29 États ont déjà autorisé le cannabis à usage thérapeutique et 9 l'ont fait pour l'usage récréatif. L’enjeu est économique : une manne de 70 milliards de dollars à l’horizon 2021. De quoi aiguiser de nombreux appétits de business et stimuler la créativité des innovateurs. C’est le cas de Ashley Herr et Paige Colen; elles viennent d’inventer du cannabis imprimable en 3D et cela s’appelle « Potent Rope ».
 
L'avènement de l'impression 3D a créé tout un monde de possibilités. Il a transformé la médecine, le transport, l'éducation et même les jouets des enfants. Pour les passionnés indépendants, la créativité illimitée est partagée à travers les marchés de plans d'impression 3D. De nos jours, les bibliothèques locales du monde entier proposent au moins une imprimante 3D pour leur communauté.
 
Le cannabis, d'autre part, est le sujet de controverses dans le monde entier. Faut-il le légaliser ou pas ? Les américains ont sauté le pas et plusieurs États l’ont légalisé pour un usage médical ou récréatif.
C'est donc un exploit impressionnant que de combiner la marijuana et l'impression 3D.
 
 
Potent Rope est la société à l'origine de ce croisement d'industries. Les co-fondatrices Ashley Herr et Paige Colen, toutes deux expertes chevronnées de l'industrie du cannabis, ont investi trois ans dans la recherche et le développement. Leur startup Potent Rope fabrique un produit du même nom qui vient de recevoir l’agrément de l'Office des brevets et des marques des États-Unis. C'est un filament de cannabis comestible pour l’impression 3D. Plus précisément, le filament combine un polymère thermoplastique hydrosoluble avec différents cannabinoïdes et terpènes.
 
Bien que cela semble un peu inquiétant, ce matériau thermoplastique est déjà largement consommé un peu partout. On le trouve dans des produits comme la bière, le vin et certaines pâtes dentifrice.
 
Pour fabriquer leur filament d'impression 3D de cannabis, Herr et Colen sèchent et décarboxylent l'huile de cannabis, ce qui active le THC c'est-à-dire le principal ingrédient actif du cannabis). Après l'activation du THC, l'huile séchée est mélangée à un thermoplastique soluble dans l'eau. Ensuite, il est extrudé dans l'un des deux filaments de Potent Rope (3mm ou 1,75mm).
 
 
Les deux co-fondatrices utiliseraient un système d'extrudeuse Filabot EX2 pour développer la matière utilisable. Cependant, les consommateurs peuvent utiliser n'importe quelle imprimante 3D pour imprimer leurs filaments de cannabis.
 
Le filament de Potent Rope pourrait être un grand attrait pour les consommateurs de cannabis qui préfèrent le consommer dans des aliments (petits gâteaux, brownies, doodies, etc…) à d'autres formes de consommation. En effet, les dosages alimentaires typiques peuvent souvent être imprévisibles, variés et inégaux d'un consommateur à l'autre.
 
Cerise sur le gâteau si l’on ose dire, le filament de Potent Rope est extrêmement personnalisable. Vous pouvez choisir la variété de votre cannabis : sativa, indica, etc. ou créer votre propre variété hybride. Ensuite, choisissez la posologie exacte en milligrammes. Choisissez l'épaisseur de votre filament (3mm ou 1.75mm). Enfin, choisissez votre forme comestible préférée. Simple comme bonjour !

LIRE DANS UP : Cannabis : le trip du business


 

 

Articles en relation
Cannabis : le trip du business

La légalisation du cannabis avance à toute vitesse aux États-Unis. 29 États ont déjà autorisé le cannabis à usage thérapeutique et 9 l'ont fait pour l'usage récréatif. L’enjeu est économique : une manne de...

Accélérer l'impression 3D grâce à l'hologramme

Une startup américaine spécialisée en réalité augmentée, Daqri, vient de mettre au point une technologie d’impression 3D basée sur l’hologramme, dévoilée par la MIT Technology Review.   Un laser vert...