Dans le secret des labs

Ces 7 startups qui veulent changer le monde

intelligence collective
C’est l’aventure de jeunes défricheurs venus du monde entier qui ont créé des projets innovants et étonnants, nés de l’intelligence collective. Ce sont les « Hivers », accueillis en résidence de création collaborative, de septembre 2017 à mars 2018, au sein de Hive, la ruche internationale consacrée à l’exploration du futur à thecamp. Ces Millennials allient à la fois low technologie, créativité et design avec un objectif commun : ré-enchanter le monde et le rendre plus humain et plus durable… avec la force d'une dimension multiculturelle. Présentation des 7 projets.
 
Hive est née pour répondre à la volonté d’assurer une permanence artistique et créative à thecamp, le camp de base dédié à l’exploration du futur situé à Aix-en-Provence. Elle est le cœur créatif du campus et accueille chaque année quarante jeunes en résidence de création. Elle leur donne les outils pour travailler différemment et s’enrichir les uns des autres en encourageant la collaboration. Un format unique en Europe et dans le monde, entièrement dédié à la création collaborative, pluridisciplinaire et multiculturelle des générations connectées.
 
thecamp - Aix-en-Provence (13)
 
Hive #01 en est la première promotion. C’est un équipage de vingt jeunes vivant et travaillant en interaction avec l’ensemble des autres explorateurs de thecamp. Ensemble, ils trouvent des solutions pour le futur, notamment afin de recréer du lien au sein la société.

Une résidence d’artistes atypique

Hive est unique en son genre. Elle accueille ses Hivers pour des résidences créatives en totale immersion pendant six mois et les invite surtout à expérimenter collectivement une forme de création inédite, à la frontière de différentes disciplines et cultures. Ses résidents, les Hivers, ont des profils tout aussi particuliers. Choisis sur appel à projet, sans aucun critère de diplôme, ces créatifs talentueux dans leurs domaines respectifs sont des esprits curieux partageant l’engagement et les valeurs de thecamp. Issus de dix pays différents, ils croisent quotidiennement leurs compétences et leurs expériences de vie. Hive offre à ses résidents les moyens de créer librement, ces derniers étant nourris, logés, rémunérés et accompagnés tout au long de leur parcours, de l’idéation au prototypage de leurs projets.
 
 
Hive invente une méthodologie sur-mesure pour accompagner ses talents :  Lorsqu’ils intègrent Hive, les Hivers  ne viennent pas pour développer un projet personnel, mais pour se laisser surprendre et s’engager dans des projets collectifs qu’ils choisissent pendant la résidence de manière collaborative, à partir de problématiques de fond pour notre société. L’équipe Hive les accompagne à travers une méthodologie créée sur-mesure et très encadrée pour favoriser l’émergence d’idées de manière collective et les conduire jusqu’au prototypage. En démarrage de parcours, une phase d’immersion permet aux Hivers de se rencontrer et de se découvrir, pour progressivement mêler leurs compétences. Puis sont organisés des ateliers d’idéation où se créent les équipes et les projets. Enfin, les projets passent en phase de prototypage avant d’être présentés au grand public et à l’ensemble de l’écosystème thecamp.
 
 
La marque de fabrique des Hivers : la création collaborative. Au sein de Hive, les projets sont travaillés en petites équipes – les core teams – mais aussi collectivement car tout Hiver contribue à l’ensemble des projets en cours.
LesHivers sont des co-créateurs car ils partagent leurs imaginaires, leurs énergies, leurs expériences en se nourrissant de leurs talents respectifs. Les unités de travail se constituent de façon naturelle, selon affinités, en équipages transdisciplinaires.
 
L’esprit Hive : ouverture, échange et partage. S’ils sont accompagnés au quotidien par une équipe dédiée et bénéficient du soutien de facilitateurs, de conseils d’experts internationaux et de partenaires opérationnels avec qui ils mènent leurs expérimentations sur le terrain, lesHivers n’en sont pas moins invités à coopérer de leur côté pour interagir avec les autres Hivers ou Campers. Ils peuvent intervenir sur des ateliers ou des séminaires organisés pour de grands groupes et partager leurs connaissances à l’occasion d’échanges de pair à pair.
 
Qui sont les Hivers ? Vingt jeunes créatifs, dix filles et dix garçons, âgés de 16 à 30 ans et représentant dix nationalités différentes (France, Tunisie, Sénégal, Pays-Bas, Brésil, États-Unis, Italie, Colombie, Taïwan, Espagne). Parmi eux, des cinéastes, des artistes numériques, des professionnels des effets spéciaux, des designers, des ingénieurs, des codeurs, des makers et des managers de l’innovation.
Connectés, polyvalents, ils inventent et prototypent simultanément dans un monde où tout est accessible rapidement. Ce sont des bricoleurs intuitifs, des défricheurs pragmatiques mais surtout de jeunes créatifs fortement engagés dans les questions environnementales et sociétales.
 
Thecamp est un camp de base pour explorer le futur ! Inspiré des universités américaines, mais aussi des think tanks et des fab labs, thecamp est un espace où se préparent des expéditions innovantes pour sonder, parcourir et inventer le futur de façon collaborative. Il crée des conditions propices : un écosystème humain pour co-créer, des méthodes et des outils pour prototyper, des partenaires pour innover sur le terrain, des espaces pour décélérer, des activités pour faire des découvertes et créer des liens.
Ce camp de base est un point de départ pour défricher différentes orientations pour demain, en intelligence collective, et guidées par une vision humaniste. Les découvertes faites en chemin permettront d’inventer un futur enthousiasmant, à travers des expériences de vie, de travail et de collaboration inédites. Alimentation, santé, mobilité, éducation, environnement… chaque jour, des explorateurs de tous horizons se retrouvent à thecamp pour quelques jours ou quelques mois afin de faire émerger de nouveaux paradigmes positifs pour les hommes de la planète.
 

7 projets étonnants pour réinventer demain

 
Un fil conducteur :  Les projets présentés se rassemblent autour de la création artistique, de l’innovation, du low-tech et du numérique mais ils interrogent aussi l’humain – le rapport entre l’humain et la technologie, les liens entre l’humain et son corps. Ils répondent à deux questions fondamentales : comment l’innovation technologique peut-elle nous aider à mieux vivre dans le monde de demain ? Et comment peut-elle nous permettre d’y préserver la place et le rôle de l’humain à travers l’innovation ? Les thématiques explorées sont diverses et répondent aux grandes problématiques de thecamp : la préservation de l’environnement, les nouvelles sources d’énergie, la mobilité, la place de l’humain dans les villes intelligentes, la qualité de vie ou encore l’éducation.
 
Une innovation liée à la transformation : Qu’est-ce que ce futur auquel s’intéressent les explorateurs de Hive ? C’est un futur où des transformations radicales sont à l’œuvre, où l’on ne pense plus de façon linéaire, mais systémique. Où l’on invente de nouvelles façons de se déplacer, d’utiliser les ressources de la planète, de communiquer, de grandir, d’évoluer et de penser le monde. C’est un futur où les hommes vivent ensemble selon de nouveaux paradigmes, en suivant des modèles économiques durables, en croisant les savoirs et les disciplines par l’intelligence collective, en adoptant des modes de gouvernance disruptifs et agiles.
 
 
BEEYOND : un drone-abeille intelligent qui analyse la qualité de l’air.
S'inspirant de la nature — « bee » signifiant abeille et « beyond », au-delà — le projet Beeyond est une innovation technologique incarnée par de mini drones-abeilles capables d'analyser la qualité de l'air en altitude. Les trois inventeurs de ces drôles de drones de 45 cm d'envergure sont makers, codeurs et designers sonores. La mission de ces insectes intelligents est de collecter des données en altitude, dans les zones peu accessibles, pour analyser la qualité de l'air, nous permettre de cartographier les nuages de pollution et s'en prémunir afin d'améliorer notre environnement et notre qualité de vie.
 
Beeyond a plusieurs qualités : c’est un drone léger (1kg) qui peut collecter des données entre 5 et 150 m d’altitude, pour un coût très compétitif. Muni de capteurs et d’un puissant moteur, il dispose d’une autonomie de 12 minutes et peut voler en solitaire, comme le font les abeilles, puis retrouver sa ruche de départ pour transférer les données collectées. Il peut ensuite se recharger et repartir ou bien passer le relai à un drone similaire pour réitérer l’opération. Mais il peut aussi voler en escadrons, plusieurs drones étant munis de capteurs différents pour récolter des données complémentaires. Sa base de départ et d’arrivée est une ruche électronique servant de station de rechargement et d’abri en cas d’intempéries. Il peut être localisé en temps réel et en cas d’imprévu, le serveur central est alerté et le mini drone rentre chez lui.
 
Mission de vol : étudier la qualité de l’air en altitude. Si ces drones sont autonomes, c’est que tous les plans de vol sont programmés à l’avance sur vue satellite de l’espace. Beeyond est agile et peut survoler des zones peu accessibles, telles que des zones industrielles pour en mesurer la pollution, des zones périurbaines, de grands espaces naturels ou des villages.
Ce qu’il recherche, ce sont les particules fines présentes dans l’atmosphère (les PM 2,5) les gaz (SO2 et SO4) provenant de l’activité humaine ou composant les nuages de pollution (combustion, transports, industrie). Mais il peut également mesurer les températures ou le taux d’humidité. Les données récoltées sont envoyées via Internet, pour un affichage en temps réel sur une plateforme.
 
Modélisation de l’air en 3D, cartographies et étude des nuages de pollution :  Beeyond permet de faire des modélisations de l’air en 3D, de dresser des cartographies précises autour des grandes usines, des autoroutes, des villes… mais aussi d’étudier le déplacement des nuages de pollution.
Des compétences qui peuvent intéresser les acteurs locaux de l’environnement, les pouvoirs publics, les institutions nationales, les industriels ou encore les centres de recherche.
=> Ce projet est accompagné par Air Paca, Tera Environnement et Safe Cluster. Beeyond devrait être testé grandeur nature dans le port de marseille au Printemps 2018.
 
 
CAPSULE : une installation interactive olfactive qui questionne la rencontre entre individus.
Comment la technologie peut-elle rapprocher les hommes ? Afin d'illustrer la beauté que peuvent créer les « rencontres », les deux designers du projet Capsule ont imaginé une installation interactive permettant de capturer le « moment d'une rencontre ». Comment ? Par des questions auxquelles les participants doivent répondre alternativement et qui permettent de créer une interaction, de se dévoiler progressivement. La rencontre est matérialisée par la création d'un parfum original en un exemplaire unique.
 
Route connectée, éclairage bioluminescent, la ville de demain est en perpétuel mouvement. Qu’en sera-t-il de la place de l’homme dans la ville ? Des relations entre habitants ? Du vivre ensemble ? Redonnant une place à la curiosité et aux rencontres au cœur de nos cités, l’installation Capsule permet d’éclairer la façon dont les hommes se lient les uns aux autres et créent des moments uniques à préserver.
Pour nous découvrir, encapsulons-nous ! Quand avez-vous été heureux pour la dernière fois ? Quel est votre plus beau souvenir ? Quelle est votre chanson préférée ? Installée dans un lieu choisi (une bibliothèque, un hôtel, un aéroport), Capsule est un espace à part, une tente où se mettre à l’aise, invitant chaque duo de participants à faire connaissance.
Des questions posées en voix off permettent à chacun de se présenter de façon ludique. Les réponses seront tantôt rapides, tantôt hésitantes, des mimiques ou des gestes les accompagneront, le degré d’intimité dévoilé sera variable. L’ensemble de ces données, traduites, se métamorphosera pour composer un échantillon de parfum original, témoin de la beauté éphémère de cette rencontre. À s’échanger ou se partager pour tisser des liens !
Une expérience interactive et sensorielle pour capturer un moment partagé. Double objectif pour Capsule : faire en sorte que des inconnus se rencontrent, échangent et partagent un moment dans un lieu hors du commun, une capsule ; mais aussi permettre à des professionnels de l’accueil (compagnies aériennes, hôteliers, services publics) ou des designers d’espaces (architectes, urbanistes) de mieux comprendre ce qui se joue lors d’une rencontre entre deux personnes.
=> L'installation CAPSULE sera testée à la Bibliothèque Méjane de Marseille au Printemps 2018.
 
 
INTERLUDE : une installation artistique et numérique pour se reconnecter à soi.
Si l'innovation technologique nous permet chaque jour d'être plus autonomes, agiles et performants, le projet Interlude montre qu'elle peut aussi aider les hommes à « décélérer », se reconnecter à soi et mieux vivre dans la ville. Conçue par un trio d'artiste, réalisateur de films, designer et maker, Interlude est une installation artistique proposant une expérience interactive multi-sensorielle combinant son et lumière. Elle s'inspire du principe des synesthésies (les concordances entre nos sens) pour créer des passerelles entre nos différentes perceptions.
 
Technologie et numérique conjugués pour des moments d’exception : rencontres magiques pour villes intelligentes, Interlude est une installation artistique interactive dont l’objectif est d’inviter les citadins, le temps d’une pause, à participer à une expérience immersive complète. L’objectif est de permettre aux gens de décélérer et se reconnecter à soi lors d’un interlude au monde hyper-connecté. L’approche est intuitive, l’utilisateur est guidé par la curiosité aux différents moments de l’expérience.
Une installation immersive en son et lumière pour se ressourcer : dans un espace fermé et sombre, un globe lumineux produisant un son apaisant attire l’attention. Si l’on pose ses mains dessus, des lumières apparaissent et forment une nébuleuse de leds face à soi. Suit une phase d’interconnexion où le globe se met à vibrer au rythme des battements du cœur de celui qui le saisit. En cas de stress, les lumières illuminent l’espace de façon aléatoire. Après apaisement, les lumières se diffusent sous forme de pulsations. Au stade final de la relaxation, les lumières forment une spirale harmonieuse.
=> L'installation Interlude sera expérimentée en partenariat avec SNCF Gares & Connexions dans la gare d'Aix en Provence au printemps 2018.
 
 
MERGY : une expérience basée sur l’énergie humaine dans le cadre de festivals.
Comment la technologie peut-elle nous aider à produire et à recycler de l'énergie pour un futur durable ? C'est le défi auquel se sont intéressés trois designers et managers de l'innovation. Mergy est un dispositif technologique basé sur le principe de la dynamo permettant de capter l'énergie cinétique produite par l'homme, de la stocker et de la recycler, notamment lors de festivals. Une solution technologique innovante pour favoriser l'auto-alimentation énergétique. Bienvenus dans l'ère de l'énergie diffuse !
 
Dépensez votre énergie, Mergy la recycle pour vous éclairer : sur le terrain, l’ingénieuse idée prend la forme d’un parterre composé de grandes plaques en céramique (de 10 m d’envergure), idéalement situées au pied des scènes de musique pour collecter l’énergie cinétique produite par les communautés. Une partie de cette énergie serait recyclée sur place et contribuerait à l’alimentation d’un réseau électrique local intelligent, un smart grid.
Un prototype miniature à découvrir pour aborder Mergy de façon ludique : avant d’expérimenter Mergy grandeur nature, un jeu collaboratif a été imaginé, regroupant 6 joueurs confrontés à la quête de la récupération d’énergie lors d’un festival. Sur un grand plateau de jeu (1m x 60 cm) représentant la maquette d’un lieu de festival, il s’agit de proposer une stratégie d’aménagement initiale puis de faire des choix d’actions à partir de consignes présentées dans un livre dont les joueurs sont les héros. L’objectif, dépendant du parcours effectué par les joueurs, est de produire la plus grande quantité d’énergie possible pour éclairer au mieux le lieu de fête.
Les joueurs commencent la partie en installant différents modules en papier sur la maquette : un chapiteau, des tentes, une buvette, des camions… avant se laisser guider par les différentes options proposées dans le livre. Le meilleur parcours sera celui qui aura permis de trouver le système d’éclairage le plus performant ! Une jauge permet de mesurer le niveau d’énergie produite et de déterminer la puissance de l’équipe de joueurs engagée.
Ce jeu collaboratif sera proposé à l’Éducation nationale ainsi qu’aux organisateurs de festivals.
=> LE PROJET MERGY EST SOUTENU PAR LE FESTIVAL MARSATAC DE MARSEILLE ET LE PÔLE DE COMPÉTITIVITÉ CAPENERGIES D'AIX-EN-PROVENCE SOUTENANT LES ACTEURS DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE.
 

 
RAWMATERIAL : une nouvelle matière première issue du recyclage des coquilles d’huîtres.
Imaginé par un duo de designers, raWMaterial est un matériau brut inédit, composé de coquilles d'huîtres recyclées et de liant naturel. Une solution écologique pour la revalorisation des déchets organiques qui ouvre de nouveaux horizons aux célèbres coquillages, déjà prisés des industriels. raWMaterial pourrait être utilisé comme un nouveau composant de l'habitat ou matière première pour les métiers d'art et du design.
 
Un projet responsable de revalorisation des déchets organiques : Alors que la gestion des déchets est un défi pour nos sociétés, raWMaterial offre une solution pour revaloriser les millions de coquillages consommés chaque année, en créant un nouveau matériau naturel éco-recyclé. À la clef, des bénéfices écologiques et des avantages financiers : réduction des coûts de ramassage des déchets pour les enseignes et restaurateurs, développement de l’emploi local, diminution des quantités de déchets enfouis ou incinérés, nouveau substitut naturel aux composants polluants présents dans notre environnement.
Une matière première naturelle de longue vie : Riches en calcaire et en phosphore, les coquilles d’huîtres sont bien connues pour être recyclées dans les terres de campagne ou réutilisées par l’industrie. Elles entrent notamment dans la fabrication de composants alimentaires pour animaux, de blocs de mortier, de peintures destinées à la signalétique routière ou encore dans la composition de filaments pour les imprimantes 3D.
raWMaterial, prochainement au sein de nos maisons ? Une fois brossées, concassées et réduites en fin gravier, les coquilles d’huîtres sont mêlées à un liant pour se métamorphoser en un matériau brut à l’esthétique naturelle pouvant être utilisé pour créer des composants de l’habitat, servir aux métiers d’art, du design et de la décoration d’intérieur. Les idées ne manquent pas : réalisation de plans de travail pour les restaurateurs, carrelages décoratifs, création d’objets d’art.
=> UN PROJET SOUTENU PAR L'ENSEIGNE COQUILLAGES DU ROY RENÉ D'AIX-EN-PROVENCE ET LA TUILERIE BOSSY, MÉTIERS D'ART DE GARDANNE.
 

 
TALE : une application culturelle pour découvrir les contes de traditions orales du monde entier.
Revisitant le rituel des contes lus à voix haute au coin du feu, Tale est une application interactive permettant de découvrir une centaine de contes des différents pays francophones de la planète. Elle stimule l'intérêt pour les cultures du monde, éveille l'imaginaire des enfants et des adultes, favorise la transmission de valeurs partagées.
 
Avec Tale, chaque récit est un voyage… Imaginée et développée au sein de Hive par un collectif de 5 Hivers, Tale est une application culturelle permettant de découvrir et de partager la tradition des contes oraux.
Une application interactive pour petits et grands :  Interactive et multi-sensorielle, Tale est une bibliothèque collective de contes et récits pouvant être alimentée par ses utilisateurs. Chacun pouvant poster et partager ses contes pour nourrir cette collection universelle. Les utilisateurs peuvent également illustrer les contes à partir d’une banque d’images et partager leur imaginaire avec d’autres utilisateurs.
La tradition du conte oral augmentée par la 3D et la réalité virtuelle : Mêlant technologie et poésie, Tale permet d’explorer l’univers des contes à partir d’une expérience multi-sensorielle : on pourra les écouter, les voir et bientôt les lire. Une plongée immersive permet d’entrer au cœur de certains contes dont le décor s’affiche à 360°. L’équipe imagine prochainement de faire apparaître un conteur en réalité augmentée, grâce à un hologramme, pour faire encore plus rêver ses utilisateurs.
 
 
WEARKIT : un costume interactif capable de traduire les émotions, dédié au spectacle vivant.
Comment accompagner la création artistique en interrogeant le rapport de l'humain à la technologie ? Imaginons un costume de scène conçu pour les artistes du spectacle vivant, danseurs ou circassiens, qui serait une nouvelle forme d'expression du corps… C'est le défi auquel ont répondu deux ingénieurs et artistes en concevant un costume interactif capable de changer de forme ou de texture en fonction de données physiologiques (comme le rythme cardiaque ou l'activité musculaire).
 
 
Un costume nouvelle génération : Wearkit, littéralement « le kit à porter », est une innovation technologique permettant de créer des costumes de scène adaptés au spectacle vivant, capables de se transformer en interaction avec l’artiste qui les porte lors de performances artistiques ou scéniques. Wearkit est composé de différents éléments : un accessoire low tech constitué de modules et de capteurs se plaçant à même la peau — capables de mesurer le rythme cardiaque, l’activité des muscles ou les mouvements du corps — et un habillage scénique pour le couvrir (du tissu, des plumes, des écailles ou autre matière innovante).
Un outil open source pour créer des costumes spectaculaires et vivants :  Muni de Wearkit, tout artiste peut créer librement des costumes vivants adaptés à sa pratique, dont la forme ou l’aspect évoluent et se dynamisent lors de ses performances. Cette innovation ouvre la voie à de nouvelles formes d’expression artistique et effets scéniques spectaculaires. Les créateurs de Wearkit ont déjà expérimenté, en collaboration avec des artistes, un costume muni d’écailles de plexiglass se levant et créant du volume au gré des mouvements et un habit de scène à la texture changeante, se modifiant en fonction des sentiments exprimés. Des costumes rendant visible l’invisible, la vie intérieure du corps, et matérialisant l’émotion, voilà qui pourrait intéresser danseurs, chorégraphes, dramaturges et artistes circassiens.
 
LE PREMIER PROTOTYPE DE WEARKIT A ÉTÉ TESTÉ À L’OCCASION D’UNE RÉSIDENCE DE CRÉATION EN DANSE CONTEMPORAINE EN MARS 2018.
 

Quel avenir pour les projets de Hive #01 ?

 
Au terme de Hive #01, certains des projets prototypés pourront rejoindre l’Accélérateur de thecamp pour y être incubés, initiant une dynamique au sein du campus quand d’autres vivent déjà leur vie à l’extérieur de thecamp. L’installation Interlude a reçu des soutiens financiers et sera testée dans la gare TGV d’Aix-en-Provence pendant six mois à compter du printemps 2018, en partenariat avec Gares & Connexions.
Le projet Wearkit, poursuivra quant à lui son voyage créatif en intégrant une nouvelle résidence d’artistes en Italie.
Les projets appartiennent à leurs créateurs et nombre d’entre eux envisagent de les poursuivre. La Hive aura été un tremplin pour lancer des projets vivants, partagés, dont les Hivers sont tous contributeurs.
 
La nouvelle session Hive #02 démarre dès avril jusqu’à octobre 2018.
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation