Dans le secret des labs

Winky veut préparer nos enfants au monde de demain

robots
La robolution est en marche. D’ici 2030, le nombre de robots pourrait dépasser le nombre d’êtres humains présents sur notre planète. C’est pourquoi la startup française Mainbot a choisi de préparer dès maintenant les nouvelles générations au monde de demain en créant Winky, un robot éducatif destiné aux enfants de 5 à 12 ans, 100 % made in France.
 
Provenant de l’incubateur de l’École Polytechnique, la startup Mainbot se donne pour mission de préparer les enfants de 5 à 12 ans au monde de demain en leur enseignant la robotique et la programmation. Pour ce faire, elle a créé Winky, un robot éducatif interactif et personnalisable qui a déjà été testé et approuvé par plus de 4000 familles franciliennes. Le petit robot est déjà disponible en précommande depuis le 14 mai dernier sur la plateforme de financement participatif Ulule pour une date de livraison prévue pour début Novembre. Objectif ? Encourager la créativité et stimuler l’imagination des enfants.
 

Apprendre la robotique et la programmation aux enfants de 5 à 12 ans

Winky a d’abord été conçu pour aider les enfants à comprendre le fonctionnement d’un robot et à apprendre les bases de la programmation informatique en s’amusant. En effet, les différents comportements du robot sont directement programmables depuis l’application Winky-Lab sur smartphone ou tablette. Il sera également possible d’apprendre à assembler Winky grâce à un tutoriel en 24 étapes.
 
Pour aller plus loin, l’environnement Winky-Lab permet même aux enfants de créer leurs propres applications Winky. Ils peuvent par exemple transformer Winky en réveil matin ou encore créer eux-mêmes de nouveaux jeux interactifs.
Une fois l’application programmée sur la tablette depuis le Winky-Lab, il est possible d’y jouer de manière autonome avec Winky. Les familles peuvent jouer sans tablette à des jeux intelligents comme le jeu du “memory eyes” un jeu de mémoire où il faut se rappeler des expressions de Winky ou encore au jeu de “la boîte à rythme” où il faut se souvenir de la mélodie qui a été faite avec les zones tactiles de Winky.
 
Winky est le premier robot éducatif, combinant contenus éducatifs et comportements affectifs, à améliorer les performances cognitives des enfants. Grâce à son approche ludo-éducative, il améliore autant le niveau de concentration que la durée des sessions d’apprentissage des enfants. Véritable compagnon d’apprentissage, Winky est capable d’interagir en temps réel avec les enfants pour les encourager ou au contraire pour les aider à corriger leurs erreurs.
 

Un robot totalement personnalisable avec intelligence artificielle intégrée  

Pour la startup, Winky étant un robot à la fois évolutif et personnalisable, il répond au souci permanent des parents de ne pas voir leur cadeau de Noël finir au placard après seulement quelques jours d’utilisation.
Chaque Winky pourra être totalement personnalisé par votre enfant tant dans son apparence que dans ses comportements.
En se connectant au Winky-Fab, les enfants auront la possibilité de changer l’apparence de Winky en dessinant des modules personnalisés qui seront ensuite créés grâce à une imprimante 3D et livrés directement chez vous. Un kit de démarrage comprenant Winky- Panda, Winky-Lapin ou encore Winky-Chat permettra à Winky de facilement adopter les caractéristiques de leur animal préféré.
Il sera également possible de personnaliser les comportements ainsi que le niveau de sensibilité de Winky. Ainsi, les enfants auront la possibilité d’influer sur la personnalité de Winky. Grâce à son intelligence artificielle intégrée, la personnalité de Winky évoluera également de façon autonome au fil de ses interactions avec son environnement.
 
 
C’est le petit dernier, né de l’Ecole Polytechnique, développé et commercialisé par Mainbot et accéléré au sein de l’X-UP, l’incubateur de startup de la célèbre école.
Winky sera disponible en précommande sur la plateforme de financement participatif Ulule à partir du mois de Mai 2019 pour une date de livraison prévue en Novembre 2019.
Commercialisé à à sa sortie, il sera néanmoins possible de le précommander sur Ulule à des tarifs très avantageux à partir de 129 euros pour les plus rapides.
 

Bientôt, les enfants auront-ils encore besoin des parents, des enseignants, … ?

Aujourd’hui, les enfants interagissent tous les jours avec l’informatique, sans s’en rendre compte. "Le code est une compétence-clé du XXIe siècle. Mais son acquisition passe par des outils adaptés à l’âge de l’enfant. Les langages de programmation visuels, pour commencer, sont très efficaces", explique Daniela Guengant-Silva, responsable B2B de l'entreprise Magic Makers, qui propose des activités ludiques pour apprendre à coder aux jeunes de 7 à 18 ans.
 
Ce petit robot Winky veut donc les préparer au monde de demain, en proposant une vingtaine de défis déjà disponibles pour réaliser des applications concrètes, en les modulant par des niveaux de compétences adaptées (débutant, initié, multijoueurs, …).
 
Se pose quand même la question sociale aiguë de ce que peut être l’emploi des humains dans un monde où l’automatisation s’accélère. Matthieu Villemot, professeur de philosophie à la Faculté Notre-Dame, Collège des Bernardins, se pose la question : « la généralisation des robots va poser des questions éthiques de plus en plus graves, et il est urgent de réfléchir à ce que nous sommes prêts à leur déléguer. Avec le vieillissement de la population, il serait certes dommage de se priver de l’appoint apporté par les robots pour de multiples tâches y compris – pourquoi pas ? – pour jouer au Scrabble. Mais remplacer toutes les aides humaines par des robots revient à priver la personne d’un droit à des relations vraiment humaines. Programmé pour plaire et satisfaire, le robot n’aura jamais la complexité des relations d’un être humain – complexité qui en fait tout le sel. » 
 
Le psychiatre-psychanalyste Serge Tisseron, membre à l'Académie des technologies depuis 2016, prédit, dans un futur proche (1), que « tous les objets seront devenus des “robjets”, à la fois robots et objets, et bénéficiant d’une connexion généralisée permanente. »
 
Pour Paul Dumouchel, professeur de philosophie à l'Université Ritsumeikan de Kyoto, spécialiste de Hobbes et de la philosophie et de l'anthropologie des émotions, ainsi que pour Luisa Damiano, chercheuse en philosophie des sciences de l'artificiel et professeur de logique auprès de l'Université de Bergame (Italie) (2), « Construire des compagnons artificiels, ce n'est pas seulement une aventure technologique ; cela exige aussi de se connaître soi-même et les autres, de comprendre ce qu'est une relation sociale et de saisir comment fonctionne l'esprit humain en tant qu'il est tourné vers nos interactions réciproques, plutôt que la connaissance d'un environnement que nous affronterions de manière solitaire ».
Laurence Devillers, Professeur en intelligence artificielle, affective computing et éthique à La Sorbonne, explique aussi que « l’arrivée des robots dans notre société suscite souvent des fantasmes et des peurs. Les robots affectifs et sociaux ont déjà de premières applications pour le soin. Une réflexion éthique est nécessaire pour encadrer l’usage de ces objets ayant des capacités de simuler des dialogues, semblant être émotionnels et capables d’apprendre. Nous avons besoin de démystifier, de former à l’intelligence artificielle et de remettre les valeurs de l’humain au centre de la conception des systèmes robotiques. »
 
 
(1) « Le Jour où mon robot m’aimera – Vers l’empathie artificielle »,  Serge Tisseron – Edition Albin Michel, 2015
(2) "Vivre avec les robots", essai sur l'empathie artificielle," de Luisa Damiano et Paul Dumouchel - Editions du Seuil - Février 2016
 
Pour aller plus loin :
- "En attendant les robots", d'Antonio A. Casilli - Edition du Seuil, Janvier 2019
- « Le défi émotionnel - Nouveau projet pédagogique » de Michel Claeys-Bouuaert – Editions Le Souffle d’or, février 2018
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
A l’école, les écrans ne datent pas d’hier

Le débat sur les écrans en milieu scolaire est une bataille d’Hernani. Une querelle d’Anciens et de Modernes. Du côté des Anciens, il y a la volonté de sanctuariser l’école de tout écran. Quitte à...

Festival de l’éducation positive – 4e édition

Voici l’édition 2019 tant attendue du festival de l’éducation positive qui aura lieu du 7 au 11 novembre 2019 à la Manufacture Quartier, Cité du Design, Saint-Etienne (France). L'édition 2018 a été un...

L'art d'inventer l'avenir

Que peuvent les arts, les artistes et la culture pour accompagner les transformations du monde ? La connaissance, la formation et l’éducation artistique tout au long de la vie sont aujourd’hui des enjeux...