Close

Innovation participative : réalités et résultats

Résultats de l'étude 2011 Innov'Acteurs / Inergie sur l'innovation participative : l'innovation affichée comme priorité augmente la satisfaction au travail pour 93 % des salariés.

Les résultats de l'étude 2011 Innov'Acteurs / Inergie sur l'innovation participative, visant à mieux connaître les réalités de l'innovation participative sur le terrain, ont été dévoilés en avant-première durant le Carrefour de l'Innovation Participative qui a eu lieu début décembre. L'étude a été menée en ligne du 8 septembre au 30 octobre 2011 auprès de 1 226 collaborateurs de 11 entreprises ayant engagé une démarche d'innovation participative depuis plus de 5 ans, tous secteurs confondus.

L'innovation participative se définit comme une démarche de management structurée visant à stimuler et à faciliter l'émission, la mise en œuvre et la diffusion des idées par l'ensemble du personnel d'une entreprise. Le mot innovation suggère une posture d'éveil, de curiosité, d'audace et de prise de risque ; le mot participatif invite à un mode de management privilégiant l'écoute et le dialogue, la prise d'initiative et le droit à l'erreur.

On distingue deux types d'innovation participative : l'innovation participative spontanée qui donne la possibilité à chacun de proposer des idées sur tout sujet et  l'innovation participative provoquée qui stimule les idées de chacun sur un sujet ou thème précis : défis, challenge...

"Plus que jamais les batailles du futur sont celles de la matière grise et des idées originales. Idées issues du brassage et du métissage des cultures, des expériences et des savoirs de multiples acteurs. Reste à maitriser les méthodes et les techniques les mieux à même de faire germer des idées dans les endroits ou les circonstances les plus inattendues. L'innovation participative est le mot clé des tendances actuelles. L'innovation est d'abord un état d'esprit. Une liberté de l'esprit insuffisamment stimulé, pourtant la créativité doit devenir une œuvre, une posture collective, un acte participatif à la vie sociale et économique de l'entreprise. La dilution de la matière grise, la dispersion des compétences, la transversalités des savoirs, nécessite de faire se frotter ensemble des pratiques et des connaissances spécifiques et de favoriser la pollinisation des idées et des pratiques, la fertilisation croisée des idées. Que ce soit dans l'ameublement, l'automobile ou l'équipement des habitations, il devient indispensable d'investir en recherche & développement pour trouver des concepts, des composants, des matériaux, des couleurs qui participent à la différenciation des produits."  dixit Denis Ettighoffer - Les Echos (oct. 2011).

 Voici donc les principaux enseignements de cette étude :

L'étude révèle que 93% des collaborateurs se déclarent satisfaits de travailler dans leur entreprise lorsque l'innovation est perçue comme une priorité, contre 64% pour les autres et 83% en moyenne dans les organisations ; une politique innovation clairement portée en interne pour les deux tiers des répondants.

Dans les entreprises qui ont mis en place une démarche d'innovation participative, c'est-à-dire, un dispositif visant à stimuler, mettre en œuvre et valoriser les idées des collaborateurs :

> L'entreprise tire parti des idées émises par le personnel (76%) avant celles tirées des enquêtes clients (66%).

> Si 74% des collaborateurs reconnaissent la démarche efficace pour l'entreprise, ils la jugent également motivante (67%) pour eux : elle stimule leur créativité (42%) et favorise le travail collectif (36%), plus que la valorisation individuelle (écoute, reconnaissance,...). Pour autant, et par rapport à la dernière étude (2007), les auteurs des idées sont mieux reconnus +20% (67%) et les idées sont mieux partagées et répliquées en interne +17% (56%).

Les bénéfices perçus montrent que si les idées émises visent à faire progresser la satisfaction client (38%), elles contribuent avant tout à l'amélioration des conditions de travail (41%), de la sécurité au travail (34%) ou de la qualité (33%).

Au-delà de la recherche d'efficacité, c'est une nouvelle façon de manager qui est ici évoquée, avec une projection des répondants dans l'amélioration des pratiques internes au bénéfice des collaborateurs : ils souhaitent en effet avant tout pouvoir proposer des idées sur pratiques managériales (en priorité pour 42%), suivies pour un tiers d'entre eux du bien-être au travail, de la communication ou des relations internes ; l'amélioration de la relation client n'arrivant qu'en cinquième position. Une préoccupation de l'humain et des relations internes qui rejoint les enjeux croissants d'humanisation et de sens donné au travail dans les organisations.

L'étude soulève néanmoins la question de la dynamique des démarches d'innovation participative qui repose sur des facteurs à challenger dans les entreprises :

> le rôle actif des managers, dans une démarche perçue comme assez peu stimulante pour eux (59% d'opinions positives),

> la formalisation de la reconnaissance des contributeurs lors de l'entretien annuel (44% d'opinions positives),

> le suivi des idées, qui reste le talon d'Achille de l'innovation participative pour un répondant sur deux.

En conclusion, l'étude révèle une bonne image de l'innovation participative qui renforcerait l'écoute de collaborateurs. Quatre questions se posent alors sur les enjeux à venir :

 Comment passer d'une démarche de progrès à un réel mode de management ?

►Rendre le manager plus acteur de la démarche

Comment faire percevoir l'innovation comme une priorité dans l'entreprise ?

►Développer la culture innovation pour tous

Comment développer la valorisation individuelle des contributeurs ?

►Reconnaître la capacité d'innovation comme compétence.

Télécharger les Résultats complets de l'étude 2011 Innov'Acteurs / Inergie sur l'innovation participative.