Close

La route de la soie version Hyperloop

Hyperloop
La route de la soie, cette artère qui reliait la Chine aux confins de l’Europe pour acheminer la soie et autres denrées précieuses, devrait retrouver une nouvelle jeunesse. Finis les caravanes de chameaux traversant les déserts arides d’Asie, les caravansérails cosmopolites, les pistes rocailleuses sautant de forteresses en oasis. Aujourd’hui, c’est par l’Hyperloop que transiteront les marchandises. Des capsules projetées à très haute vitesse dans un tube serpentant depuis la Chine à travers la Russie.
 
Ce rêve fou c’est Vladimir Poutine qui l’a annoncé par l’intermédiaire de son ministre des transports, Maksim Sokolov. La société californienne Hyperloop One vient en effet de passer un accord pour conduire des études de faisabilité afin d’ouvrir une « nouvelle route de la soie » avec « un Hyperloop cargo qui transporte à 1200 km/h des conteneurs de fret en provenance de Chine vers l'Europe en un jour ». Dans cette optique, le ministre Maksim Sokolov a proposé la création d’un tronçon Hyperloop de 70 kilomètres reliant la ville portuaire de Zarubino (côte est de la Russie) à la province minière et industrielle de Jilin, en Chine.
 
Selon Futura Sciences, des capsules Hyperloop pourraient par exemple acheminer des voitures fabriquées par les constructeurs chinois à Jilin en vue de leur exportation par bateau depuis Zarubino. L’idée serait de réduire les délais de transport et les nuisances environnementales liées à l’important trafic routier existant sur cet axe. Le site d’information RT.com qui cite le ministre précise que le projet repose sur un accord entre la Russie et la Chine pour cofinancer la création des tronçons Hyperloop qui, à terme, formeront cette route de la soie.
 
 
Cette annonce fait suite à l’investissement apporté par le fonds d’investissement russe Pishevar dans la société californienne lors de sa dernière opération d’ouverture du capital. À cette occasion, plusieurs opérateurs ferroviaires, dont la SNCF, s’étaient montré intéressés pour ce nouveau mode de transport révolutionnaire.

LIRE DANS UP : L’Hyperloop bientôt en France ?

Plusieurs études de faisabilité sont déjà en cours dans différents pays comme Dubaï, la Finlande, le Royaume Uni et, bien sûr aux États-Unis. Mais hormis un tronçon d’essai construit dans le Nevada, aucune ligne ne fonctionne encore réellement.
 
Hyperloop, un projet initié par Elon Musk, consiste en un tube dans lequel se déplacent des capsules. L'intérieur du tube est sous basse pression pour limiter les frictions de l'air. Les capsules se déplacent sur un coussin d'air généré à travers de multiples ouvertures sur la base de celles-ci, ce qui réduit encore les frottements. Les capsules sont propulsées par un champ magnétique généré par des moteurs à induction linéaires placés à intervalles réguliers à l'intérieur des tubes.
 
Elon Musk déclarait, au lancement de son projet, en juillet 2012 : « Ce système que j’ai en tête serait quelque chose qui ne puisse pas s’écraser, qui puisse fonctionner peu importe le temps qu’il fait, et qui soit trois à quatre fois plus rapide qu’un train à grande vitesse… sa vitesse moyenne serait deux fois la vitesse moyenne d’un avion. Vous iriez du centre de Los Angeles au centre de San Francisco en 30 minutes. Ça vous coûterait bien moins cher qu’un billet d’avion ou tout autre mode de transport. Je pense qu’on pourrait le rendre auto-suffisant si vous placiez des panneaux solaires dessus, vous pourriez en fait générer plus d’énergie que vous n’en consommez. Il y a un moyen de stocker l’énergie si bien qu’il pourrait fonctionner 24h/7 sans utiliser de batteries. Oui, c’est possible, absolument. »

LIRE DANS UP : Elon Musk : « Vous me prenez pour un dingue ? »