Close

Qu'apporte la technologie en cas de catastrophe ?

Patrick Vinck, chercheur à la Harvard School of Public Health et directeur du programme de la Harvard Humanitarian Initiative pour les populations vulnérables, a présenté un nouveau rapport détaillant les promesses de la technologie en cas de catastrophe humanitaire.

Ce rapport souligne le large potentiel des téléphones cellulaires et des médias sociaux avec quelques réserves de prudence

Entre 2008 et 2013, le nombre d'utilisateurs dans le monde de téléphones portables dans les pays en développement a presque doublé, avec 2,5 milliards de nouveaux abonnés.

Ce changement massif a de nombreuses ramifications sociales et économiques. Pour les travailleurs des secours et de l'aide humanitaire, en cas de catastrophe, cela signifie une nouvelle vision du front : plus de possibilités pour les habitants d'intervenir en premiers secours et un besoin de vigilance de veille sur les voix numériques les plus fortes ne revendiquant pas une part disproportionnée des ressources de secours.

La promesse de la technologie en cas de catastrophe humanitaire fait l'objet d'un nouveau rapport publié jeudi lors d'une web émission d'un séminaire de la Harvard Humanitarian Initiative de (HHI) des bureaux à Cambridge. L'événement a attiré des représentants de HHI, la Croix-Rouge américaine, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge, l' Union internationale des télécommunications et IBM.

Le Rapport 2013 sur les catastrophes dans le monde 

"Focus sur les technologies et l'avenir de l'action humanitaire" a été publié par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et édité par Patrick Vinck. D'autres contributeurs ont aussi travaillé à ce rapport :  Jennifer Leaning, François-Xavier Bagnoud professeur de la pratique de la santé et les droits de l'IHH co-fondateur, et Phuong Pham, directeur du programme de l'IHH sur l'évaluation et la mise en œuvre des Sciences.

Vinck a déclaré jeudi que "l'objectif du rapport était de s'assurer que les intervenants humanitaires agissaient aussi efficacement que possible. Les auteurs ne prétendent pas avoir des réponses à tous les problèmes, dit-il, mais je voulais soulever des questions clés."

Le rapport présente plusieurs études de cas mettant en évidence comment la technologie peut être utilisée pour aider dans les situations de catastrophe humanitaire. On se souvient du médecin Zaher Sahloul, qui a utilisé les médias sociaux pour fournir des médicaments, du matériel médical (dons d'une valeur de plus de 5 millions de dollars) pour aider les personnes en Syrie, et envoyé des vidéos YouTube de conseils médicaux pour conseiller les médecins syriens. Sahloul a travaillé avec Internet Systems Engineer Dishad Othman, qui a permis de chiffrer les données et de trouver des moyens sûrs pour que les Syriens à l'intérieur du pays puissent communiquer sur Internet.

Les informations en cas de catastrophe sont aussi importantes que la nourriture et l'eau. Le rapport indique que, de plus en plus, cette information est générée par les populations affectées et partagée à travers les plates-formes numériques. L'analyse de grandes quantités de données en temps réel est l'un des défis de la nouvelle ère de l'information.

Un autre sujet abordé dans le rapport : la possibilité pour les outils technologiques d'accroître l'efficacité et la portée des systèmes d'alerte précoce

Laura Howe, vice-président des relations publiques de la Croix-Rouge américaine, a déclaré que lors du tremblement de terre de 2010 en Haïti, l'organisation a utilisé pour la première fois les médias sociaux pour partager l'information d'état de catastrophe naturelle. Le problème, cependant, est de comprendre comment interpréter et utiliser ces informations : c'est un choix prioritaire pour la Croix-Rouge depuis. Aujourd'hui, dit-elle, l'organisation a formé des bénévoles dédiés à répondre au public via les médias sociaux.

L'utilisation accrue de la technologie présente des défis, cependant. Les organisations humanitaires doivent veiller à ce que les ressources soient réparties équitablement, et non pas seulement à ceux qui ont la technologie pour demander de l'aide. Les mêmes personnes qui souvent ne peuvent se permettre d'avoir les téléphones cellulaires et autres technologies - les femmes, les enfants et les très pauvres - sont généralement les populations les plus exposées lors d'une catastrophe.

Un autre souci est l'association de collecte d'informations à des fins militaires. Le personnel humanitaire qui est en première ligne doit être conscient que les groupes armés et les autres acteurs sur le terrain ont accès aux comptes de leurs organisations. Donc, ils sauront comment l'organisation les dépeint...

"Nous avons besoin d'avoir des accès avec une neutralité importante", a déclaré Vinck.

"En fin de compte, même avec une meilleure information, le facteur humain est le plus important", a déclaré Matthias Schmale, sous-secrétaire général de la société nationale et le développement de la connaissance de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge.

"Il serait illusoire de penser que la technologie rend la prise de décision plus facile", a-t-il précisé. "En fin de compte, le leadership revient toujours au jugement humain." (Source: Alvin Powell Harvard Gazette - 21 octobre 2013)

Une approche humanitaire des Télécommunications

En 1998 a été créé Télécoms sans Frontières (TSF).  Fondation née d'un constat simple : ses fondateurs, après des années d'expérience dans l'humanitaire généraliste, ont pris conscience qu'il existait, au même titre que l'aide médicale ou alimentaire, un réel besoin en télécommunications de la part des populations en détresse (suite à un conflit ou une catastrophe naturelle). Ainsi, Jean-François Cazenave, le président de l'association, rapporte : « Nous avons rapidement constaté que l'on nous demandait régulièrement, parfois même avant de manger ou d'être soigné, de pouvoir téléphoner aux proches. Des gens nous tendaient des petits bouts de papier avec le numéro d'un parent à contacter lorsque nous serions de retour en France ».

Le rôle de TSF dans la transmission d'informations suite à une crise humanitaire

Les fondateurs de TSF ont alors investi dans leur premier téléphone satellite et l'organisation fut créée en juillet 1998. Suite aux premières missions de TSF, il est ensuite apparu que les autres équipes de secours et ONG dépêchées sur place étaient, tout comme les populations locales, confrontées à des problèmes techniques pour communiquer. En effet, elles éprouvaient des difficultés à coordonner leurs actions sur les terrains en crise car les réseaux de communication étaient soit saturés soit simplement détruits.

L'ONG a donc une double mission : proposer son savoir faire et ses moyens techniques en terme de communication d'urgence aussi bien aux victimes sur place (pour qu'elles rassurent leurs proches et demandent de l'aide) qu'aux autres organisations humanitaires (par une assistance technique et logistique). 

D'autres fondations et ONG travaillent aux enjeux de la révolution numérique, surtout quand on sait que les pays en voie de développement sont en passe de devenir des eldorados de la téléphonie mobile notamment. 

Photo : © Kris Snibbe / Harvard Staff Photographer