Close

Sortie de l'étude d'Huawei, "La 4G, l'autoroute des objets connectés"

Huawei, fournisseur global de solutions dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) publie une étude inédite portant sur « La 4G, l’autoroute des objets connectés » à l’occasion du Forum PME & Innovation organisé par Huawei et le Comité Richelieu, qui s'est tenu ce 20 mai au NUMA à Paris. L’organisation de ce Forum s’inscrivait dans le cadre d’un partenariat entre Huawei et le Comité Richelieu afin de promouvoir et soutenir les PME innovantes françaises.

L’étude publiée à cette occasion met en perspective l’importance des objets connectés dans les années à venir et révèle notamment que le nombre de ces objets connectés devrait être multiplié par 50 dans les six prochaines années, avec une croissance particulièrement importante dans des secteurs comme la domotique et la e-santé.
En France, cette explosion du marché des objets connectés donnera lieu à un volume de 500 millions giga-octets de données en transit via les réseaux mobiles. La 4G devrait jouer un rôle significatif en tant qu’ « autoroute » pour capter le trafic d’objets intégrant directement un module LTE, et pour véhiculer l’information en provenance d’autres réseaux connectés.

L’organisation de ce Forum, qui a rassemblé une centaine de PME et ETI innovantes, s’inscrivait dans le cadre du partenariat que Huawei et le Comité Richelieu viennent de signer avec pour objectif de promouvoir et soutenir les PME innovantes françaises dans le domaine des nouvelles technologies. Ce Forum PME & Innovation a également permis des rencontres pro-business entre les acteurs de l’écosystème de l’innovation qui ont pu exprimer des besoins, trouver des partenaires, ou encore vendre des solutions.

Isabelle Leung, directrice des affaires publiques et de la communication de Huawei France, a commenté : « Les évolutions que nous observons sur le marché des objets connectés sont révélatrices de l’apport de la 4G pour véhiculer un trafic sans cesse plus important. Nous sommes convaincus que la 4G jouera un rôle significatif en tant qu’ « autoroute des objets connectés », et que les PME innovantes françaises auront un rôle éminent à jouer sur ce nouveau marché mondial ».
Pour Jean Delalandre, le Délégué général du Comité Richelieu, « A l’image de la 4 G, ce forum PME & Innovation, ainsi que notre partenariat avec Huawei, constituent une opportunité : un cadre favorable aux développements des innovations et des affaires, en France et à l’international, entre les PME innovantes françaises et les grands groupes comme Huawei ».

Cette étude a été abordée à l’occasion de la table-ronde d’ouverture du Forum PME-Innovation, en présence de :
- Julien Grivolas, Huawei, Directeur Europe des Analyses de marchés ;
- Thierry Sergent, Expway, PDG et Vice-président du Comité Richelieu ;
- Régis Lauret, Eolane, Directeur marketing et commercial ;
- Soline Olszanski, HubOne, Directeur Innovation ;
- Christian Delord, Bouygues Telecom, Responsable business development M2M.

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? » A. de Lamartine

Les objets connectés dans le monde de demain

2025 : nous parlerons aux objets, les objets nous parleront, les objets communiqueront entre eux. Ces objets connectés nous assisteront au quotidien dans nos vies professionnelles comme dans la vie courante. L’objet connecté constitue une nouvelle frontière pour l’économie numérique, une révolution déjà en marche à l’impact considérable avec autantd’applications potentielles que de situations où nous utilisons des objets pour quelque raison que ce soit : confort, transport, santé, sport, etc.
Le nombre d’objets connecté sera multiplié par plus de 50 dans les 6 prochaines années. La France n’échappera pas
à ce mouvement et ses atouts peuvent la placer dans le peloton de tête des économies les plus dynamiques dans ce
domaine.

Graphique 1 - L’explosion du marché des objets connectés : une dynamique mondiale et française (1)

Source : analyse TERA Consultants sur la base d’études IDC, Idate, Gartner et Ericsson

Les marchés associés aux applications liées aux objets connectés sont aussi vastes que les champs potentiels
d’applications. Par exemple, le marché français de la domotique et la e-santé, devrait doubler chaque année jusqu’en
2017 pour dépasser les 1,5 milliard d’euros en 2020. Les objets connectés de la e-Médecine et de la « smart home »
représenteront alors 5% des dépenses hi-tech des Français dès 2016, contre 1% en 201

Graphique 2 - Ventes d’objets connectés pour la maison et la santé 2013-2020 : une multiplication par 10 (en millions d’euros)

Source : d’après GFK, L’Atelier BNP Paribas, Ifop, NPD, Strategy

(1)Un objet « connecté » est programmé pour émettre sur un réseau une information à destination d’un système de traitement de données. Alors que l’objet connecté classique est passif, l’objet connecté «intelligent» incorpore une fonction de traitement spécifique et autonome de l’information captée. Il est capable d’enclencher par lui-même des actions en interaction avec les systèmes tiers auquel il est connecté.

Les applications et les usages liés aux objets connectés sont infinis. En termes de business models, c’est également le cas : on peut imaginer tous les positionnements possibles.

Par ailleurs, plusieurs développeurs d'objets proposent des applications gratuites ou peu chères et se rémunèrent sur 
1/la vente de données agrégées et anonymes à des partenaires, ou 2/la publicité en push (restaurant à proximité etc.) dans les objets de quantified self. Un exemple du cas 1/est le bracelet fitness Runkeeper, qui suit les utilisateurs lors de footing via le GPS de leur smartphone, et restitue certaines des données collectées à des enseignes de sport par exemple.
Le cas 2/concerne certains dispositifs de réalité augmentée grand public.

Pourquoi la 4G ?

Pour le développement des applications basées sur des contenus riches exigeant fluidité, fiabilité et sécurité, la 4G
constituera une infrastructure essentielle de par ses performances.

Illustration 1 – Avantages de la 4G

Source : analyse TERA Consultants

Deux modes d’utilisation de la 4G dans un objet connecté existent : directe (par l’intégration d’une puce 4G) ou indirecte (par l’utilisation de services complémentaires dans l’application liée qui requièrent la 4G). Lorsque la 4G ne prend en charge qu’un tronçon de la communication dans l’Internet des objets, elle joue le rôle d’autoroute pour le trafic de données mobiles des objets connectés tandis que les technologies comme le WiFi, le Bluetooth, la RFID, le CPL, ZigBee ou Z-Wave assurent, le cas échéant, la desserte de proximité.

Illustration 2 - La 4G : autoroute pour le trafic de données pour les objets connectés 

Source : analyse TERA Consultants

Illustration 3 - Exemples d’objets connectés 4G et de domaines d’utilisation à fort potentiel d’innovation

Lecture : en rouge, start-ups françaises ayant développé ces objets.
Ces objets font intervenir la 4G en complément d’une application principale qui fonctionne avec une technologie de bande passante plus étroite, et qui nécessite un équipement fixe complémentaire tel qu’une Source : analyse TERA Consultants box Internet WiFi.

L’avenir des objets connectés 4G en France

La France est un lieu d’innovation animé par un vivier de startups du « tout connecté », dont WiThings, Netatmo,
Parrot, Sen.se et bien d’autres. Ce dynamisme associé à l’un des marchés mobiles 4G européens les plus compétitifs devrait constituer un écosystème privilégié pour le développement des objets connectés.
Le volume de données transitant via les réseaux mobile dépassera 500 millions de gigaoctets en 2020, soit plus de 10 fois le trafic de 2013, alors même que le nombre de connexions mobiles devrait augmenter d’à peine 50%.
Ce mouvement souligne l’explosion de la consommation de contenus riches, rendue possible grâce à la 4G. En 2020, le trafic de données sur réseaux mobiles sera assuré très significativement par la 4G, y compris le trafic de données M2M (2).

Ainsi, le marché du M2M2 affiche une progression spectaculaire en France avec un bond de 48% (6,5 millions) du
nombre de cartes SIM activées M2M entre T1 2013 et T1 2014 (source ARCEP). On estime qu’à horizon 2020 la
France comptera plus de 250 millions appareils accédant à l’Internet mobile dont plus de 150 millions en connexions M2M.

(2) Le M2M (Machine to Machine) est la communication entre machines utilisant notamment les réseaux mobiles.

Graphique 3 - Evolution du trafic de données mobile 2012-2020, global et 4G (en base 100)

Source : données ARCEP, analyse TERA Consultants

L’un des premiers marchés porteurs pour les objets connectés est celui de la domotique et des « smart homes »
(applications de contrôles de la maison et gestion depuis un smartphone : énergie, sécurité, etc.). Selon une étude
de la BSRIA, ce marché atteignait déjà 530 millions d’euros en Europe en 2010, la France se situant en deuxième
position derrière l’Allemagne. Ce marché va connaître « mécaniquement » une forte croissance en France. En effet,
la loi n° 2010-238 du 9 mars 2010 rend obligatoire les détecteurs de fumée dans tous les lieux d’habitation à compter du 10 mars 2015, d’où l’arrivée de détecteurs de fumée «intelligents», paramétrables et interactifs. Le seul marché français des détecteurs d’incendie représentera à terme entre 600 et plus de 900 millions d’euros.

Pour ne citer qu’un dernier exemple, les voitures connectées se multiplient déjà sur les routes de la métropole : Renault R-Link, BMW ConnectedDrive ou encore Citroën Connect Apps offrent des nouveaux services connectés, partenaires des opérateurs mobiles et des fournisseurs de services informatiques tels que le français Worldline (du français Atos), Google ou Apple.

Quelques références :
- Livre blanc du G9+ (décembre 2013) : Les nouveaux eldorados de l’économie connectée
- Cahiers de l’ARCEP n°10 (mai 2013) : 2013, année clé pour la 4G

A propos du Comité Richelieu
Le Comité Richelieu est l’association française des Entreprises d’Innovation et de Croissance (EIC). Il agit pour la promotion d’un écosystème favorable aux TPE, PME et ETI innovantes. Depuis sa création, le Comité Richelieu a maintenu un discours clair, responsable et constructif au service des EIC. Pragmatique et fidèle à ses valeurs, le Comité Richelieu a toujours placé l’innovation, la croissance et l’entrepreneur au cœur de son discours et de son action.

A propos de HUAWEI
Huawei est un fournisseur global de solutions dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC), travaillant avec 45 des 50 plus importants opérateurs sur le marché mondial. Grâce à son investissement auprès de ses clients en matière d’innovation et à des partenariats forts, Huawei propose des solutions efficaces de bout en bout dans les réseaux télécoms, les terminaux et le Cloud Computing. En fournissant des solutions et des services compétitifs, Huawei affirme son engagement dans la création maximale de valeur pour les opérateurs télécom, les entreprises et les consommateurs. Ses produits et solutions sont déployés dans plus de 140 pays, au service de plus d’un tiers de la population mondiale.

Pour plus d’informations : www.huawei.com