Close

Ces robots qui envahissent la vie quotidienne

technologies du futur et robots

La Japan Robot Week vient de se terminer à Tokyo et la grande tendance tourne autour des robots de service, notamment de robots barman ou serveurs de restaurant. Rencontre avec NextAge.

1,74 m pour 49 kilos, quatre capteurs de vision situés à la place de ses yeux et au bout de ses deux bras articulés. Les caméras détectent des marqueurs spéciaux qui guident les bras pour plus de précision. Chaque bras peut supporter des charges allant jusqu’à 1,5 kilogrammes (donc 3 kilogrammes en tout) grâce à des attaches auxquelles l’opérateur accroche des outils pour ses besoins spécifiques. Là s'il s'agit de mains - heu ! pardon de pinces ! Et il porte un tablier...
Il suffit de passer commande via sa tablette : café court ou long, décaféiné, robusta, ou arabica. NextAge enregistre tout et s'attèle à la tâche : il choisit la bonne capsule de café, la glisse dans la machine. Avec son autre pince, il prépare la tasse, la touillette, le sucre et le lait et pose tout ça sur un petit plateau. Et vous voilà servi au bout de... 2, 30 minutes !

Autre formule : le robot serveur. Celui-ci circule de table en table en apportant leurs plats aux clients, tout en s'excusant s'il heurte quelqu'un ou quelque chose.

Doté d’une précision de 30 microns et de 12 degrés de liberté, un NextAge possède deux caméras pour déterminer sa position ainsi que celles des objets qui l’entourent. Il est également capable de travailler avec ses congénères en parfaite coordination mais aussi d’autres humains.

Au Japon, depuis près de quatre ans déjà, l'industriel Glory, un des leaders mondiaux des appareils de traitement de la monnaie, a commencé le remplacement de ses ouvriers par des robots humanoïdes. La société collabore depuis 2010 avec le japonais Kawada Industries – qui développe notamment les robots humanoïdes HRP. Ensemble, ils ont mis au point une petite équipe de robots ouvriers capables d’atteindre 80 % de la productivité d’un humain, selon Katsuhiko Maruo, le directeur de l’usine Glory.

NextAge a été développé à l'origine dans le cadre du projet NEDO focalisé sur la prochaine génération de robots industriels manufacturiers. NextAge peut évoluer dans un environnement humain, comme par exemple sur une chaîne de montage, et exécuter des tâches avec répétabilité. Ses constructeurs souhaitent qu’on le considère comme un robot assistant et non comme un concurrent pour l’homme ; "c’est un outil technologique au service de l’humain avant tout" déclarent-ils.

Vous connaissez la série Real Humans ? Nous ne sommes pas si éloignés de la réalité... Équiper des usines ou des établissements publics de robots n’est pas anodin pour une nation comme le Japon, qui devra affronter prochainement les problèmes dus au vieillissement de sa population. Avec un déclin démographique (plus de décès que de naissances ont été enregistrés l’an dernier) qui va se répéter dans les prochaines décennies, le pays va devoir trouver une solution pour repeupler ses usines. Et les robots semblent être la solution choisie !

Enfin des employés qui ne tombent pas malades, qui ne prennent pas de vacances et qui peuvent travailler 24h/24, même le dimanche...