Close

Internet des Objets : apprendre à gérer les effets collatéraux

objets connectés

Le concept d'Internet des Objets (IoT) connait depuis quelques temps une attention croissante. Beaucoup d'entreprises se disent d'ailleurs dans l'Internet des Objets. Cependant, la notion reste encore assez floue, bien que de plus en plus de réflexions se réfèrent à ce concept dans ses aspects socio-économiques et environnementaux. Une chose est sûre, l'Internet des Objets ouvre de nouvelles voies de développement.

Considéré comme la nouvelle révolution technologique après Internet, l'IoT est une réalité porteuse de véritables enjeux. L'arrivée du Wifi, de la téléphonie cellulaire, la miniaturisation, la baisse des coûts des télécommunications fixes et mobiles, l'arrivée de la fibre et des technologies sans fil de nouvelle génération sont autant d'éléments responsables de l'avènement de l'Internet des Objets.

Cependant, si l'IoT ouvre des perspectives d'avancement dans bons nombres de domaines encore trop peu exploitées à ce jour, ils présentent également quelques inquiétudes, notamment à l'égard de la protection des données personnelles.

A l'instar de toute nouveauté, les connaissances sont multiples mais les inconnus nombreuses avec leur lot de bonnes surprises et de déceptions.
Etat des lieux de la révolution des objets connectés.

L'Internet des Objets, pour un échange automatisé des données entre les objets

De manière globale, l'IOT est la mise en connexion de tous les objets qui deviennent communicants. On parle par exemple de bâtiments intelligents ou encore de véhicules connectés. Tous ces objets vont remonter une masse d'informations utiles et exploitables.
La question de l'Internet des Objets peut être abordée d'un point de vue technique, en termes d'architecture des réseaux, d'adressage, de routage, etc. Et peut aussi être abordée par les applications et les nouveaux usages qu'elle permet. On parle de fait de révolution technologique et culturelle.
Le Machine to Machine est un des maillons de l'Internet des Objets, qui contribue à cette révolution, aussi bien dans ses aspects technologiques qu'économiques. En effet, les communications entre machines ouvrent un formidable champ d'innovation : innovation dans les services et les usages, optimisation des processus-métiers, mise en conformité avec des réglementations mouvantes, etc.
Le M2M est aujourd'hui un facteur de compétitivité important pour les entreprises. Parmi les secteurs les plus consommateurs de données, on pourra citer la santé, l'énergie, le transport, l'industrie, la sécurité ou encore l'agriculture.
A titre d'exemple, on retrouve le M2M dans la télésurveillance pour déclencher automatiquement une alarme en cas d'intrusion et générer l'intervention sur site des agents de sécurité. Dans l'industrie, le M2M permet d'automatiser la gestion de la chaîne d'approvisionnement en temps réel, de faciliter le suivi des colis, ou encore améliorer la traçabilité des objets sensibles. Dans l'automobile, le M2M permet le déploiement de solution de gestion de flotte pour améliorer la prise de décision des gestionnaires de flotte.

Transformer la donnée en une information intelligente grâce au Big Data

Un flot croissant d'informations hétérogènes et souvent non structurées est généré par Internet via tous les « capteurs » de la vie quotidienne. Le Big Data permet de transformer toutes ces données brutes en information utilisable et intelligente, et de faire en sorte que ces données soient captées et stockées de façon complètement sécurisée.
Le Big Data peut par exemple convertir en temps réel des millions d'informations issues des réseaux mobiles afin d'analyser de façon anonyme la fréquentation des zones géographiques et les déplacements des populations. Le Big data est une réalité car nous sommes noyés dans une vraie masse de données et d'informations. On peut le voir par exemple dans le nombre exorbitant de mails que nous recevons chaque jour.
Pour autant, le phénomène du Big Data amène les entreprises à se poser de nombreuses questions. Que faire concrètement de ces données ? Comment les gérer ? Comment les stocker ? Les utiliser ? Les traiter ? Et surtout quelle est la valeur pour leurs métiers ?

Une transformation technologique qui amène de nouveaux usages

L'enjeu du Big Data est dans sa monétisation. Les objets connectés délivrent une multitude de données dont les exploitations sont illimitées. Les entreprises doivent alors trouver de nouveaux business model et de nouveaux leviers de croissance pour leur business. En effet, la finalité du Big Data est d'améliorer l'efficacité des prises de décision pour les entreprises. Aussi ont-elles tout intérêt à anticiper ce développement technologique. Il ne faut pas pour autant l'appréhender comme un nouveau projet SI par exemple, mais davantage comme une nouvelle façon de penser et d'appréhender l'information.

Attention aux dérives

Canapé, biscuits, chaussettes connectés...nous trouvons désormais sur le marché de plus en plus d'objets connectés, es plus utiles, et parfois au plus étranges.
Chacun veut désormais lancer LA grande innovation, au détriment parfois du bon sens. A tout vouloir numériser, on l'en oublie parfois la réelle finalité de l'IoT qui réside bel et bien dans la volonté d'apporter un servir utile et d'améliorer le quotidien des utilisateurs.
Mais le danger ne se situe pas tant dans les gadgets de la vie quotidienne que dans les dérives que pourraient connaître l'emploie d'objets connectés, notamment dans le respect de la vie privée. Nous pouvons imaginer différents cas de figurent dans lesquels des salariés seraient espionnés par leur employeur via des trackers d'activité, entre autres exemples.
A l'apogée de l'IoT, il est alors essentiel que chacun veille à ce que ce type de dérive ne puisse pas se produire et conserve son éthique intacte.

La France se positionne sur le Big Data

La France de façon empirique a souvent été réticente au changement et aux évolutions. L'aspect négatif à cela est que nous avons tendance à prendre le train en marche et donc à être moins compétitif. Pour autant, cela nous permet de prendre plus de temps pour réfléchir aux enjeux sociétaux de cette évolution. Nous avons tendance en effet à être plus sensible à l'impact humain et environnemental des évolutions technologiques que nos confrères européens.
De façon générale, la France est bien positionnée et nous pouvons réellement tirer notre épingle du jeu, notamment par rapport au niveau de service que nous apportons. Le Big Data est d'ailleurs un des projets phares du gouvernement à l'initiative de Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation, et de l'Economie numérique.
Le Big Data permet aujourd'hui de pouvoir répondre à de nombreux enjeux environnementaux, économiques et sociétaux. Il s'enclenche également dans le Développement Durable, la démarche écologique devenant un nouveau levier de l'Internet des Objets.

Tribune libre de Emmanuel Mouton, Président de Synox Group