Close

Panique chez les géants du rasage : le rasoir laser arrive !

Skarb
Cela fait 5 000 ans que l’homme se rase et qu’il utilise des lames. Les Gilette, Wilkinson et autres pourvoyeurs de lames de tout calibre et de tous modèles occupent ce marché juteux. Plus pour très longtemps. En effet, une startup américaine annonce avoir inventé le rasoir laser, sans eau, sans mousse, sans recharge, sans lames. Propre, net, sain, durable. Bref, une révolution dans les salles de bains. La barbe, domptée par le laser, entre en fanfare dans le XXIe siècle !
 
Le premier aspect du rasoir laser Skarp est loin d’être perturbant. Il ressemble à un rasoir comme un autre, comme ces milliers de rasoirs que l’on garde précieusement ou jette compulsivement. Et pourtant, c’est un objet révolutionnaire : il s’agit du premier rasoir laser au monde. Un rasoir sans lame, opérant grâce à un faisceau laser haute précision de basse énergie. Pas de risque de brûlure ou de coupure, car ce rasoir est intelligent.
 
Ses deux inventeurs, Morgan Gustavsson et Paul Binun sont présentés comme des spécialistes du laser. Ils ont inventé précédemment la « lumière intense » dont une des utilisations les plus répandues est le traitement des tâches pigmentaires sur la peau. À l’occasion de leurs recherches, ils déclarent avoir repéré dans les poils, un chromophore, c'est-à-dire une molécule pigmentaire. Cette molécule est commune à tous les humains, quels que soient le sexe, l’âge ou la couleur de peau. Ce chromophore réagit à des longueurs d’onde lumineuses. Il suffit donc de régler le laser sur cette longueur d’onde pour raser n’importe quel poil, de façon nette et instantanée.
 
 
Le rasoir laser est conçu par la startup californienne Skarp Technologies et il présenterait de nombreux avantages. Les inventeurs assurent : « La longueur d’onde que nous utilisons n’émet pas d’UV. La puissance du laser est trop faible pour causer des dommages. Mais plus important encore, le laser ne pénètre pas dans la peau, il ne pénètre que dans les poils. Il n’y a donc absolument aucun risque de développer des complications ou une blessure ». Autre avantage, ce rasoir laser est étanche et peut être utilisé sous la douche, quoiqu’il ne nécessite pas d’eau pour raser correctement. Il est alimenté par pile et le laser aurait une durée de vie de 55 000 heures, ce qui est beaucoup plus qu’une ampoule LED.
On imagine les économies réalisées en lames non recyclables, mousses, rasoirs jetables…
 
Cette innovation si elle voit le jour hérisse le poil des industriels du rasage. Leur gigantesque fonds de commerce serait sérieusement menacé. Ce sont pourtant des as du marketing, des modèles dans les écoles de commerce. Ils ont inventé les rasoirs à deux, à trois … jusqu’à 6 lames. Ils ont construit un marché érigeant l’incompatibilité en système : impossible d’utiliser les lames d’une marque avec un rasoir d’une autre marque. Ils savent jouer sur le packaging, la communication, pour capter des acheteurs aux concurrents et faire adopter à leurs propres clients des modèles plus chers.
Et pourtant, avec cette innovation disruptive qui arrive sur le marché, les géants commencent à s’inquiéter sérieusement.
 
Il y a de quoi car dès les premières présentations du rasoir laser Spark, le succès a été immédiat, presque foudroyant. La startup souhaitait en effet lever par la plateforme de crowdfunding Kickstarter quelques milliers de dollars pour finaliser son prototype. En quelques jours le compteur explosa pour atteindre plus de 4 millions de dollars. Cette manne, suspendue par la plateforme de crowdfunding  à la livraison d'un prototype fonctionnel, permettrait aux inventeurs d’accélérer leur développement industriel. En attendant, ils semblent commencer à vendre avec succès leur produit sur internet par un site de souscription et promettent, malgré les nombreuses critiques dont ils font l'objet sur la solidité de leur technologie,  envisager de commercialiser leur produit dès le mois de mars prochain.
 
Vidéo de présentation du rasoir laser Skarb :