Close

Supercalculateurs : Les chinois deviennent les rois de l’informatique, au grand dam des américains

Supercalculateur chinois
La Chine détient le supercalculateur le plus puissant du monde. Le Sunway Taihulight agrège au total 40 960 processeurs, dont chacun comporte 260 cœurs. Particularité : ces processeurs ne sont pas des processeurs Intel, mais des processeurs 100 % made in China. Les américains n’avaient pas prévu ce revers.
 
Sunway Taihulight. C’est le nom du nouveau supercalculateur chinois qui domine désormais le classement des 500 supercalculateurs les plus rapides et puissants du monde. La machine affiche une performance de 93 petaflops. Elle est donc capable de calculer 93 millions de milliards d'opérations en virgule flottante par seconde. Sa performance théorique atteint même 125,4 petaflops.
Si les flops et autres petas ne vous disent rien, songez que le Mac Pro Tour d’Apple, qui est une des machines haut de gamme actuelle, tourne à 7 teraflops de performance. Une misère par rapport au monstre chinois…
 
 
La machine est aussi trois fois plus puissante que le système chinois Tianhe-2, qui occupait jusqu’à présent la première place du classement. Le supercalculateur Sunway Taihulight est également cinq fois plus puissant que le plus rapide système américain : le Titan, qui se trouve actuellement au troisième rang mondial.

Le cauchemar des américains

Cette machine chinoise est le cauchemar des américains. Le gouvernement US a tout fait pour l’empêcher. Retour en avril dernier. Le gouvernement américain met en place un embargo bloquant les ventes des processeurs made in America d’Intel, les Xeon et Xeon Phi. Interdiction de vente à toute institution chinoise et plus particulièrement, l’Université Nationale des Technologies de la Défense qui abrite le Tianhe-2, le superordinateur chinois qui détient le record du monde depuis 20013. Mais cette belle bête tourne avec des processeurs Intel.  Avec l’embargo, la source est épuisée.
Que vont faire les chinois ? Eh bien, tout l’argent qu’ils avaient prévu de dépenser dans l’achat des processeurs Intel, ils vont le mettre pour fabriquer leurs propres processeurs, 100 % chinois. Loin de les ralentir, l’embargo les stimule ! 500 millions de dollars réinjectés dans la R&D chinoise.
 
Résultat ? Selon les informations de l’organisation Top500,  le Sunway Taihulight agrège 40 960 processeurs ShenWei. Chacun présente une puissance de 3 teraflops et comprend 260 cœurs. Cela représente donc un total de 10,65 millions de cœurs de processeurs.

167 supercalculateurs chinois dans le Top500

Ces processeurs ont été développés par le centre national chinois de recherche sur l’ingénierie des systèmes à haute performance (NRCPC) et la machine est hébergée au sein du centre national de calcul haute performance basé à Wuxi près de Shanghai.
 
Que vont faire les chinois de cette machine surpuissante ? Ils prennent un avantage concurrentiel considérable dans des domaines tels que les prévisions météorologiques, l'exploration pétrolière et gazière, le développement de médicaments, les simulations physiques, l'ingénierie ... À peu près tout ce que l’on demande d'un ordinateur, la Chine va maintenant être en mesure de le faire, mieux que quiconque dans le monde.
 
Les investissements chinois dans les processeurs et supercalculateurs de haute performance ont démontré leur spectaculaire efficacité. En 2001, aucune machine chinoise ne figurait dans le classement mondial des 500 supercalculateurs les plus puissants. Désormais, l’Empire du Milieu compte 167 supercalculateurs dans le classement, contre 165 pour les États-Unis. La France, elle, place dix supercalculateurs dans ce classement mondial. Le premier se trouve au 11e rang. Il s’agit du supercalculateur Pangea détenu par Total.
 
Une rumeur court ces jours-ci en Chine : le pays serait prêt à aligner un deuxième supercalculateur Sunway Taihulight de plus de 100 teraflops. Nouveau pied de nez à l’informatique américaine ?
 
 
 
Image d’en-tête : L’un des processeurs chinois utilisés dans le supercalculateur Sunway TaihuLight  (LI XIANG / AP)