Intelligence artificielle

L’Ontario ouvre l’Institut Vecteur, premier centre de recherche au monde dédié à l’intelligence artificielle

intelligence artificielle
L'Institut Vecteur, un nouvel établissement de recherche indépendant pour l'intelligence artificielle (IA), a ouvert ses portes ce 30 mars au District de la découverte MaRS à Toronto. Il sera dirigé par le Pr Geoffrey Hinton, pionnier du « deep learning ». Ce concept a permis des technologies dont celles qui permet à Netflix de recommander des contenus, aux smartphones d’avoir des outils d'assistance vocale. Google AlphaGo, intelligence artificielle de Google DeepMind l’a également utilisé pour gagner contre un humain dans le jeu de Go en 2016. Une inspiration pour l’écosystème IA en France ?
 
L'Institut Vecteur, un nouvel établissement de recherche indépendant pour l'intelligence artificielle (IA), a ouvert ses portes ce 30 mars 2017 au District de la découverte MaRS à Toronto. Objectif : attirer, former et garder les talents les plus prometteurs du domaine tout en encourageant les entreprises qui souhaitent développer leurs services d’IA et embaucher des experts à investir encore davantage. Il sera dirigé par le Pr Geoffrey Hinton, pionnier du « deep learning ».
 
Kathleen Wynne, Premier ministre d'Ontario
 
« En réalité, l’être humain est au cœur de l’intelligence artificielle et de l'apprentissage en profondeur. Nous tirerons parti de ces technologies de pointe pour améliorer la vie quotidienne en Ontario, tout en attirant les talents les plus prometteurs dans notre province. Ces investissements renforcent notre position de leader mondial dans l'économie de l'innovation, ce qui est essentiel pour créer plus d’emplois bien rémunérés et assurer la prospérité de tous les citoyens de l’Ontario. » déclarait Kathleen Wynne, Premier Ministre d'Ontario.
 
L'Institut Vecteur est le fruit d'un partenariat sans précédent entre le gouvernement et l'industrie : la province d’Ontario, où le secteur de la technologie emploie environ 430 000 personnes (1), injecte 50 millions de dollars dans l'Institut qui bénéficie aussi de l’appui du gouvernement fédéral et de plus de 30 entreprises dont Google Brain.
 
Au début des années 2000, l'IA moderne a été lancée entre les murs de l'Université de Toronto et allait devenir l'apprentissage approfondi, une démarche qui a été presque rejetée il y a vingt ans. L'apprentissage approfondi, un sous-domaine de l'apprentissage automatique qui met en jeu de nombreuses couches de traitement de façon à imiter le fonctionnement du cerveau et qui est utilisé pour formuler des prévisions à partir des mégadonnées, a vu le jour dans le laboratoire du professeur Geoffrey Hinton à l'Université de Toronto, et a été dévoilé au monde entier en 2012 après que son groupe eut remporté le concours international ImageNet.
Depuis, des géants mondiaux en technologie se sont fait concurrence pour attirer les meilleurs talents de recherche en IA de la région ; des diplômés du programme d'apprentissage automatique de l'Université de Toronto occupent des postes importants chez Apple, Facebook, OpenAI et Google Brain, ainsi que chez Microsoft et Google DeepMind, entre autres.
 
Professeur Geoffrey Hinton de l'Université de Toronto - Photo © Université de Toronto
 
Aujourd'hui, des experts de renom, notamment le professeur émérite à l'Université de Toronto et le vice-président et boursier en ingénierie chez Google Geoffrey Hinton, qui est largement considéré comme le « parrain de l'apprentissage approfondi », sont à la tête d'un effort pancanadien visant à établir des liens avec les équipes de recherche des universités de l'Alberta et du Québec afin de faire passer la nation et la province d'une source importante de talents de recherche en IA à un carrefour de calibre mondial. En rassemblant les meilleures facultés et les meilleurs chercheurs du domaine, le financement provincial et fédéral ainsi que les partenaires de l'industrie, le nouvel institut fournira l'infrastructure nécessaire pour faire des idées ambitieuses une réalité.
 
Tomi Poutanen, cochef de la direction et cofondateur de Layer 6 AI, convient que la création de l'Institut Vecteur est un grand pas vers l'établissement d'un écosystème d'IA de calibre mondial : « Un groupe de recherche théorique ne pourra connaître de succès sans partenaires de l'industrie, et une économie du savoir n'atteindra pas son potentiel sans avoir accès aux meilleurs chercheurs en IA du monde. L'Institut Vecteur se situe entre les deux et il assurera le succès de notre économie dans l'avenir. »
 
Avec 13 millions d’habitants, l’Ontario est la plus grande province du Canada. Grâce à une économie principalement orientée vers l’export, elle représente 37% du PIB national, soit un PIB supérieur à celui de la Suisse, de la Belgique et des pays scandinaves. Considérée comme la province la plus attractive du Canada, et comme un hub international pour le commerce et les investissements, elle permet aux entrepreneurs d’avoir un accès direct au marché nord-américain évalué à 17 000 milliards de dollars US et à une main d’œuvre multiculturelle.
L’Ontario a aussi l’avantage d’avoir une règlementation simplifiée et un climat d’investissement où le risque est minime, en plus d’offrir des coûts d’exploitation hautement concurrentiels et une bonne qualité de vie. Des entreprises leaders dans leur domaine et d’envergure internationale ont investi des milliards en Ontario pour y développer leurs activités, dans des secteurs tels que l’automobile, l’aérospatial, les sciences de la vie et les biotechnologies, les TICs, la gestion de la ressource en eau et des eaux usées, les services financiers, les industries extractives (Honda, Magna, Sodexo, Alcatel-Lucent, AXA, DuPont, MDS, Sanofi Pasteur, GlaxoSmithKline, Teva, IBM, Dell).
 
Les 30 entreprises qui ont engagé plus de 80 millions de dollars sur dix ans pour soutenir l'Institut Vecteur démontrent le potentiel transformateur de l'apprentissage profond et de l'apprentissage automatique, technologie qui utilise des logiciels et des algorithmes pour simuler les circuits neuronaux du cerveau humain et analyser d’énormes quantités de données. Avec des applications dans des domaines aussi diversifiés que les soins de santé, les finances, l'assurance, l'éducation, le commerce au détail, la fabrication de pointe, la construction et le transport, l’exploitation minière, la construction et la logistique, pour commercialiser l’IA dans tous les domaines de l’industrie. Car il ne faudrait pas croire que l’apport de l’intelligence artificielle va se limiter aux manufactures ou aux voitures autonomes… Philippe Beaudoin, à l’occasion d’une interview pour Radio Canada, explique que le monde du travail est à la veille d’importants bouleversements. Une véritable révolution qui sera induite par le déploiement de plus en plus important de l’intelligence artificielle. Le cofondateur et vice-président à la recherche de l’entreprise Element AI affirme que « Depuis 2012, les réseaux de neurones artificiels et la puissance de calcul se conjuguent et permettent aux machines de mieux en mieux comprendre les contextes en analysant de très larges banques de données. C’est ce que l’on appelle l’apprentissage profond ».
 
Pour le Dr. Geoffrey Hinton, Chief Scientific Advisor à l’Institut Vecteur, « Les opportunités de découvertes dans le domaine de l’apprentissage profond sont passionnantes, et les applications illimitées. Il est temps pour nous de prendre les devants de la recherche et de modeler l’avenir de ce domaine. L’utilisation des technologies de réseaux neuronaux permettra d’améliorer les soins médicaux, de renforcer notre économie et d’accéder à des opportunités de progrès scientifique jusqu’alors inaccessibles. Et grâce à la collaboration entre l’Institut Vecteur et d’autres instituts de Montréal et Edmonton, nous pouvons mener à bien ce projet ici, au Canada. »
 
Pour Reza Moridi, ministre de la Recherche, de l'Innovation et des Sciences, « L’Ontario est, et restera, un leader de l’économie de la connaissance et de l’innovation. En intensifiant la recherche et le développement liés à l’intelligence artificielle, notre gouvernement prouve son engagement continu à améliorer la vie de tous les habitants de l’Ontario. L’Institut Vecteur aidera l’Ontario à élaborer des solutions maison et à rester à l'avant-garde de l'innovation en matière d'IA. Les améliorations concerneront la sécurité alimentaire, l’éducation des enfants, ainsi que les soins aux proches lorsqu'ils sont malades. »  

LIRE AUSSI DANS UP' : Intelligence Artificielle : la France est-elle à la hauteur ? 

En 2015, Toronto comptait 401 000 emplois technologiques, soit 15 % du marché du travail de la ville, dont 2 500 à 4 100 start-ups technologiques.
Toronto et Waterloo abritent 14 des 20 entreprises technologiques canadiennes les plus innovantes selon le classement 2016 de Canadian Innovation Exchange (CIX).
La majorité des entreprises d’IA et de logiciels avancés de l’Ontario opèrent dans les secteurs suivants : services aux entreprises (29 %), TIC (29 %), santé et bien-être (22 %) et services financiers (19 %).
 
L'Institut Vecteur de l'Ontario s'assurera que les chercheurs et les entrepreneurs les plus brillants de l'Ontario jouent un rôle important dans le nouveau monde que l'IA est en train de façonner. « L'Institut Vecteur fera de notre province le leader mondial en IA, je n'ai aucun doute… Il y aura plus d'entreprises ici, elles seront plus fortes, on observera une plus grande croissance des entreprises en démarrage et les grandes entreprises investiront davantage dans les laboratoires de R-D en IA », explique Raquel Urtasun, professeure agrégée en science informatique à l'Université de Toronto. « Du point de vue de la science, je crois que l'Ontario traversera une période fantastique. »
 
 
(1)    L’écosystème technologique en plein essor de Toronto regroupe 400 000 emplois et connaît une augmentation du nombre d'emplois technologiques plus de deux fois supérieure au taux national. En matière d’emplois technologiques, le « corridor de l'innovation Toronto-Waterloo » se classe en 2e position derrière la Silicon Valley. Cette région abrite plus de 15 000 entreprises de haute technologie employant plus de 205 000 salariés.
Les entreprises de haute technologie du « super corridor » Toronto–Kitchener-Waterloo produisent plus de 17 % du PIB du Canada.
 
Pour en savoir plus sur l'Institut Vecteur : institutvecteur.ai
 
 

 

Articles en relation
Une horloge cachée dans nos muscles

Des chercheurs de l'université de Genève ont découvert que les cellules musculaires abritent une horloge biologique. Elle pourrait jouer un rôle important dans la régulation de notre métabolisme et le...