Transition numérique

1,75 milliard de personnes des huit pays les plus riches du monde restent sans connexion

transition numérique
Une nouvelle étude de la Wireless Broadband Alliance (WBA) (1) révèle que 1,75 milliard de personnes des huit pays les plus riches du monde (par PIB) restent sans connexion - sachant que 34 % d'entre eux vivent dans de grandes agglomérations urbaines. Le rapport, publié aujourd'hui, souligne que la fracture numérique reste un problème mondial, en dépit du fait que le développement de la connectivité universelle reste une priorité courante pour l'ensemble des pays.
 
La nouvelle étude, entreprise par IHS Markit pour marquer la Journée mondiale du Wi-Fi, ce mardi 20 juin, explore les niveaux de connectivité urbaine et rurale dans huit grands pays : le Brésil, la Chine, l'Allemagne, l'Inde, le Japon, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis. Elle découvre également les défis auxquels ces pays sont confrontés et les initiatives qui sont en train d'être mises en œuvre par cinq des plus grandes villes du monde : Delhi, Londres, Moscou, New York et Sao Paulo.
 
Les principaux résultats du rapport révèlent que :
 
- Delhi et Sao Paulo comptent le plus grand nombre d'habitants non-connectés. 29 % (5,331 millions) de la population de Delhi ne sont pas connectés, 36 % à Sao Paulo (4,349 millions) ne sont pas connectés
- Londres est la ville la plus connectée, sachant que seuls 7 % de ses habitants ne sont pas connectés (625,336)
19 % des habitants de New York ne sont pas connectés (1,600 millions), alors que 17 % des habitants de Moscou ne sont pas connectés (2,154 millions).
 
 
L'adoption d'Internet a été plus rapide dans les villes que dans les régions rurales ; toutefois, les zones urbaines sont encore confrontées à d'importants défis à l'expansion des internautes. Parmi ces défis, on compte un pouvoir d'achat limité, un manque de disponibilité de la technologie, un manque de sensibilisation aux avantages de l'utilisation d'Internet et également de faibles connaissances en informatique.
 
Tant sur les marchés en développement que sur les marchés mûrs, la disponibilité de services Internet abordables reste un obstacle à la connectivité. Même parmi les pays qui disposent de salaires moyens plus élevés, l'existence de fractures économiques et sociales façonne considérablement le problème de la fracture numérique.
 
- À New York, un des plus grands obstacles à la connectivité est la qualité et le prix des connexions Internet.
- Pour les londoniens, les connaissances en informatique et la compréhension des avantages que présente une connexion, ainsi que le pouvoir d'achat, sont les défis clés de l'adoption d'Internet.
- Moscou est confrontée à des difficultés spécifiques en lien avec l'infrastructure, le développement d'une approche intégrée de la promotion de l'adoption d'Internet et le fait d'assurer des normes élevées et la qualité des services Internet.
 
Le rapport souligne également les nombreux avantages et opportunités qui échappent aux personnes non-connectées, de la génération d'économies au développement personnel suite à l'absence d'accès aux services d'information et d'éducation. Qui plus est, l'inclusion numérique est un moteur de la croissance économique pour les villes, les nations et les entreprises de toutes tailles car elle aide à attirer les investissements, à démarrer de nouvelles entreprises et à stimuler l'innovation.
 
« La connectivité est désormais un produit de base essentiel, au même titre que le sont l'électricité et l'eau. Et pourtant, de nombreuses personnes dans certaines des plus importantes villes du monde restent toujours sans connexion Internet » constate Shrikant Shenwai, PDG de la WBA. « Le Wi-Fi joue un rôle déterminant pour aider les villes à apporter une connectivité plus vaste et plus abordable à ses habitants. La WBA s'engage à aider les villes à réduire la fracture numérique grâce à des initiatives comme la Journée mondiale du Wi-Fi et notre Comité consultatif de la ville connectée, et elle considère le Wi-Fi comme la clé permettant à tout le monde de se connecter partout. »
 
« Le problème des habitants des villes non-connectés est d'une importance essentielle pour les économies et les sociétés de par le monde. Nous appelons les gouvernements du monde entier à redoubler leurs efforts visant à connecter les habitants des villes non connectées. Il est vital que l'accès Internet soit reconnu comme un droit de l'homme, et que toutes les parties prenantes impliquées dans la prestation du haut débit travaillent de concert pour mettre cela en place », ajoute M. Shenwai.
 
La Journée mondiale du Wi-Fi a été lancée par la WBA en 2016 pour contribuer à accélérer le déploiement au niveau mondial d'une connectivité abordable. L'initiative encourage les villes et les organismes gouvernementaux, ainsi que les opérateurs, les fournisseurs de services, les fournisseurs technologiques et les géants de l'Internet à unir leurs efforts pour offrir la connectivité à tout le monde et partout.
 
Le livre blanc complet, intitulé « The Urban Unconnected », peut être téléchargé ici.
 
(1)    Fondée en 2003, la mission de la Wireless Broadband Alliance (WBA) est d'accélérer le leadership mondial pour promouvoir des services sans fil qui sont transparents, sécurisés et interopérables. En se basant sur leur héritage de hotspot nouvelle génération (NGH) et de Wi-Fi d'opérateur, la WBA a continué de promouvoir et de soutenir l'adoption de services sans fil nouvelle génération sur l'ensemble de l'écosystème Wi-Fi public, y compris l'IdO, les services convergents, les villes intelligentes, la 5G, etc. Aujourd'hui, sont membres d'importants opérateurs fixes tels que BT, Comcast et Charter Communications ; sept des 10 plus importants groupes d'opérateurs de téléphonie mobile (par chiffre d'affaires) et des sociétés leaders de la technologie comme Cisco, Microsoft, Huawei Technologies, Google et Intel.
Participent au conseil d'administration de la WBA : AT&T, Boingo Wireless, BT, China Telecom, Cisco Systems, Comcast, Intel, KT Corporation, Liberty Global, NTT DOCOMO, Orange et Ruckus Wireless.
 
Source : businesswire.com
 

 

Articles en relation
Confiance numérique : où en sommes-nous ?

Cybersécurité, blockchain, identités numériques… En 27 pages, le 9ème opus des Cahiers de Veille de la Fondation Mines-Télécom qui vient de sortir propose de prendre du recul sur ces sujets très...