URBANISME - ARCHITECTURE - PAYSAGES

Une cité dans le ciel : l’imaginaire urbain à Nantes

architecture
Un arbre en acier végétalisé de 50 mètres de diamètre, une « cité dans le ciel » composée de 22 branches de plus d’un kilomètre de long, de jardins suspendus ainsi qu’un bestiaire d’oiseaux mécaniques : voici le projet fou imaginé par les auteurs des Machines de l’île et La compagnie La Machine à Nantes.
 
« L’arbre aux hérons » - c’est son nom – est une incroyable aventure artistique et un challenge technique et industriel. Depuis 2007, plus de cinq millions de visiteurs ont découvert l’univers particulier des Machines de l’île de Nantes. Inspiré par les mondes de Jules Verne et de Léonard de Vinci, c’est un projet artistique totalement inédit. Après le Grand Éléphant et la Galerie des Machines en 2007, le Carrousel des Mondes Marins en 2012, l’Arbre aux Hérons est la troisième phase des Machines de l'île. Issu de l’imaginaire de François Delaroziere et Pierre Orefice, il prendra place en bord de Loire, à quelques mètres de la maison où Jules Verne a passé son adolescence et où Jean-Jacques Audubon a grandi et dessiné ses premiers hérons.
 
L’Arbre est en acier, mesure 50m de diamètre et culmine à 35m. Il est surmonté de deux Hérons géants qui embarquent à tour de rôle une vingtaine de passagers pour un vol circulaire.
Les 22 branches de l’Arbre ont une longueur développée de plus d’un kilomètre, dont 500 mètres sont accessibles au public. Le végétal s’enracine dans l’acier et le public a accès à d’incroyables jardins qu’il découvre de branche en branche comme dans une succession de terrasses suspendues reliées entre elles.
Cette Cité dans le ciel abrite également tout un bestiaire d’animaux...
 
 
L’Arbre sera implanté dans une carrière, un écrin de granit face à la Loire. Son orientation plein sud lui confère un véritable microclimat. Que vous arriviez à pied, en navette par le fleuve ou par le haut de la carrière, l’image de l’Arbre s’impose, unie avec les falaises du sillon de Bretagne dont la végétalisation naturelle magnifiera les jardins suspendus. L’Arbre aux Hérons fera de cette carrière un des plus beaux « jardins urbains du monde ».
Bien sûr il y aura des interactions entre l’Arbre, les falaises et le jardin. Le projet continue d’évoluer !
 
Imaginez un enfant de neuf ans installé sur le dos du Héron. Devant lui, la tête du Héron se découpe dans le ciel, ses yeux bougent, le bec et le cou sont mobiles. À droite et à gauche, il peut voir les deux grandes ailes de l’oiseau battre lentement pour contrôler son vol. L’enfant vole, il sent dans la machine chaque battement d’ailes et fait partie de l’animal...
 
 
Les visiteurs de la Cité dans le ciel assistent à toutes les phases du vol qui magnifient l’animal et la machine. Ce voyage est encore plus fou que l’embarquement dans le Grand Éléphant ! 
 
 
Les jardins suspendus
Depuis l’ouverture des Machines de l’île en 2007, les créateurs étudient un écosystème propre à l'Arbre par le biais de la branche prototype, déjà foulée par plus de quatre millions de visiteurs. Cette branche préfigure l'une des 22 branches qui constitueront l'Arbre aux Hérons. Cela leur a notamment permis de tester la solidité, la sécurité et la végétalisation de ces jardins suspendus. Les contenants qui accueillent les plantes permettent de planter des arbres au sein même de l’Arbre. Actuellement, ils expérimentent l’implantation de micros paysages dans les fourches des branches.
 
 
Dans l'Arbre aux Hérons, l’accès aux jardins suspendus se fait grâce à un escalier à double révolution situé à l’intérieur du tronc : l’un sert à la montée, l’autre à la descente. Le public emprunte les branches végétalisées et les passerelles pour passer d’une branche à l’autre et parvenir au sommet de l’Arbre. Depuis les belvédères, à 30 m du sol, il découvre alors les Hérons, la Loire et Nantes. Le parcours dans les jardins suspendus se termine sur un bar-terrasse implanté sur une branche basse. La capacité des jardins est de 300 personnes.
 
L’Arbre aux Hérons est une machine de ville accessible à tous. Comme pour le Grand Éléphant sur sa piste, le public viendra librement le découvrir et observer cette Cité dans le ciel.
 

Le bestiaire mécanique de la cité dans le ciel

Tous les animaux qui peupleront l’Arbre aux Hérons sont construits dans l’Atelier de la compagnie La Machine. Ils seront à tour de rôle en expérimentation dans la Galerie des Machines et testés par le public jusqu’en 2021. Le travail de recherche et de construction continuera pour enrichir ce bestiaire mécanique.
Depuis le 10 février de cette année, une grande maquette au 1/5e de l’assemblage tronc, branches, étais et racines est présente dans la Galerie et les premiers éléments de la volière mécanique sont à découvrir : un colibri géant butinant une fleur ainsi qu’un vol d’oies sauvages.
 
En 2022, les visiteurs découvriront tout au long de leur balade dans les jardins suspendus, d'étranges animaux mécaniques qui vivent et s'animent dans l'Arbre : fourmis et araignée géantes, chenilles arpenteuses, insectes, mammifères ou encore rongeurs et bien sûr des oiseaux mécaniques. Pendant ces quatre années de la construction de l'Arbre, il y aura à découvrir une trentaine d'animaux qui peupleront la Cité dans le ciel.
 

La Compagnie La Machine

C’est donc dans l'atelier de la compagnie La Machine que l'Arbre aux Hérons est conçu et construit par une équipe d'inventeurs d'exception. Toutes les maquettes et prototypes actuellement dans la phase d’étude et de calcul sont présentés au public dans la Galerie des Machines.
 
 
Plus de 40 métiers se croisent dans ce lieu de création : des ingénieurs du bureau d’étude aux peintres, des chaudronniers-soudeurs aux ébénistes, sculpteurs, menuisiers. Tous mettent en commun leur savoir-faire et leur sensibilité pour créer des machines incroyables, véritables architectures en mouvement.
 
La compagnie La Machine c'est aussi des spectacles hors norme à travers le monde : Les Araignées Géantes à Liverpool, Reims, Calais, Nantes et Yokohama, Long Ma-le Cheval Dragon à Pékin et Ottawa devant plus d'un million de spectateurs.
 
 
Le projet est en cours de financement participatif sur la plateforme Kickstarter.com. Le projet a besoin de votre aide pour que ce monde imaginaire prenne vie. 
 
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Le végétal : clé de la ville de demain ?

L’Union Nationale des Entreprises du Paysage (Unep), en partenariat avec Hortis, les responsables d’espaces nature en ville, dévoile ce jour les résultats d’une nouvelle étude menée dans le cadre de...

L’habitat, ce manteau entre Soi et la ville *

A l’heure de la mobilisation nationale de la profession des architectes contre les dispositions de la loi Elan et ses nombreuses mesures qui bafouent l’intérêt public de l’architecture, certains...

Le bâtiment dans la transition énergétique

Dans la problématique énergie-climat, le secteur du bâtiment (résidentiel et tertiaire) présente une particularité : parmi les divers secteurs de consommation d’énergie, il est proportionnellement moins...