Close

L'architecture au service de tous à Londres : lumineux !

L'Architecte chilien Smiljan Radic a conçu le quatorzième Pavillon Serpentine qui ouvrira du 26 Juin au 19 octobre 2014, l'un des lieux d'art les plus populaires de Londres.
Radic est le quatorzième architecte à accepter l'invitation à concevoir un pavillon éphémère à l'extérieur de l'entrée de la Serpentine Gallery au coeur du parc royal de Kensington Gardens dans le centre de Londres. L'exposition est l'un des événements les plus attendus dans le calendrier culturel, et est devenu l'un des principaux sites touristiques d'été de Londres depuis son lancement en 2000.

Comme un grand nid blanc sur un cercle de pierres néolithiques...

La conception de Smiljan Radic suit la structure semblable au nuage de Sou Fujimoto, créée en 2013 et visitée par près de 200.000 personnes, devenant ainsi l'un des pavillons les plus visités à ce jour : une structure en forme de dôme semi- translucide en fibres de verre blanc offrant une lueur dans l'obscurité, tel "L'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable" dixit Verlaine. 
Smiljan Radic, architecte de 48 ans, ayant peu construit en dehors de son Chili natal, sera l'un des architectes les plus jeunes et les moins connus sélectionnés par la Serpentine Gallery dans l'histoire depuis 14 ans.

Occupant une superficie de 350 mètres carrés sur la pelouse de la Serpentine Gallery, la structure cylindrique semi-translucide, conçue pour ressembler à une coquille, repose sur de grosses pierres de carrière. Ce travail a ses origines dans les travaux antérieurs de l'architecte, notamment à partir de l'imaginaire d'Oscar Wilde au XIXème siècle, le château du géant égoïste, et dans la réalisation du restaurant Mestizo de Santiago - dont une partie est soutenue par de gros rochers.

"J'aime les constructions fragiles qui n'ont rien à voir avec l'histoire de l'architecture, explique l'architecte. Comme un étal de fruits sur une route secondaire, voyageant entre des tentes de cirque et des abris que des gens simples construiraient pour eux-mêmes avec tous les matériaux à portée de main".

Un projet d'échanges

Le Pavillon 2014 est conçu comme un espace polyvalent social flexible avec un café situé à l'intérieur, dans le respect du concept de La Serpentine Gallery : établir des relations dynamiques entre l'art, les artistes et les gens. Les visiteurs seront invités à entrer et interagir avec le pavillon de différentes façons tout au long de son implantation de quatre mois dans le parc (entrée gratuite).
Certains vendredis soirs, entre Juillet et Septembre, le Pavillon se fera scène pour la série "Nuits Parc des Galeries", parrainée par le COS: huit événements spécifiques au site réunissant l'art, la poésie, la musique, le cinéma, la littérature & la théorie et dont trois nouvelles expositions d'artistes émergents : Lina Lapelyte, Hannah Perry et Heather Phillipson.

Mais pas seulement. Le grand concept de la Serpentine Gallery, c'est l'Echange de compétences : programme acclamé par le milieu éducatif, qui rassemble des artistes, des travailleurs de soins et des personnes âgées pour générer de nouvelles œuvres d'art et créer une nouvelle dynamique de l'échange social. Partant de l'idée que les gens dans leurs différents stades de vie possèdent des compétences essentielles, des idées et des expériences qui devraient être partagées, Echange de compétences vise à utiliser et donner la parole à une personne souvent marginalisée de la société pour aider à notre compréhension du passé, présent et futur.

Chaque projet d'Echange de compétences  est basé dans une résidence artistique, une communauté élargie de Londres, où les participants sont invités à s'engager dans le processus de création de combat des stéréotypes et des normes sociales. Les projets sont programmés pour avoir lieu pendant les périodes de changement imminent, soit la délocalisation d'une maison de soins, soit la transformation d'un quartier ou d'un point de transition dans le cycle de la vie,.. Ce sont toujours des moments où les personnes âgées sont le plus souvent marginalisées et exclues.
Les projets sont présentés dans la communauté locale et au Centre Sackler de l'éducation artistique à la Serpentine Gallery à engager un public plus large dans les processus de discussion, de proposition et de réponse. Une équipe de recherche urbaine, de l'Unité du Goldsmiths Communauté, accompagne chaque projet et publie un rapport avant chaque ouverture au public en juin.

Une architecture lumineuse

Smiljan Radic a réalisé la plupart de ses bâtiments publics au Chili, tels que la Civic Quartiers à Concepción, le Museo Chileno de Arte Precolombino , le restaurant Métis à Santiago, la Vik Winery à Millahue, et des bâtiments d'habitation, comme Copper House 2 à Talca, Casa Pite à Papudo, et la Casa para el Poema del Ángulo Recto à Vilches ; jusqu'à des réalisations plus simples ou temporaires, comme  la "Hutte du charbonnier" à Santa Rosa, l'exposition "Une armoire et un matelas" à Tokyo, et la conception d'arrêt de bus pour Kumbranch en Autriche.
Respectueux des conditions sociales, des environnements et des matériaux avec lesquels il travaille, Smiljan Radic se déplace librement à travers les frontières, en évitant toute catégorisation spécifique dans le domaine de l'architecture. Sa polyvalence lui permet de répondre aux exigences de chaque paramètre, que ce soient les contraintes spatiales d'un site urbain ou les défis extrêmes présentés par un cadre champêtre à distance, le relief ou la côte rocheuse de son Chili natal, où il a construit de luxueuses villas qui s'accrochent aux falaises.

"Le Pavillon Serpentine 2014 fait partie de l'histoire des petites constructions romantiques vues dans les parcs ou les grands jardins, ces soi-disant "Folies", qui étaient très populaires de la fin du XVIème  siècle et au début du XIXème. Extérieurement, le visiteur verra une coquille fragile suspendue sur de grandes pierres de carrière. Cette coquille blanche, translucide et en fibres de verre, abritera un intérieur organisé autour d'un patio vide, d'où le cadre naturel apparaît inférieur, donnant la sensation que la totalité du volume est flottant. La nuit, grâce à la semi-transparence de la coque, la lumière orange teintée va attirer l'attention des passants comme les lampes attirent les papillons " déclare Smiljan Radic.

AECOM saura à nouveau fournir des services d'ingénierie et de conception technique comme il l'a fait pour la première fois en 2013. En outre, AECOM saura également agir en terme de coût et de gestion de projet pour le pavillon 2014. Bien que ce soit le deuxième Pavillon Serpentine Galeries d'AECOM, son directeur général mondial de l'ingénierie du bâtiment, David Glover, a travaillé sur les dessins pour la majorité des pavillons à ce jour. Les galeries Serpentine sont donc ravies que JP Morgan Private Bank soit le co-promoteur du pavillon de cette année.

Le pavillon de l'an dernier a été conçu par l'architecte japonais Sou Fujimoto et comprend une structure semblable à un nuage constitué d'un réseau de poteaux en acier. Les précédentes expositions avaient mis à l'honneur Herzog & de Meuron, SANAA et Peter Zumthor.

Un architecte hors cadre

Smiljan Radic Clarke est né à Santiago du Chili en 1965. Il a étudié à l'Université catholique de l'école d'architecture de Chili, diplômé en 1989.  Il étudie ensuite à l'Institutto di Architettura di Vezia, Italie.
Après un voyage de trois ans, il ouvre son propre cabinet à Santiago en 1995. En 2009 il est nommé membre honoraire de l'American Institute of Architects, Etats-Unis.

Smiljan Radic a donné de nombreuses conférences et a monté plusieurs expositions d'architecture sur son travail ; il a été exposé au Mexique, en Argentine, Espagne, États-Unis, Norvège et Autriche.

Smiljan Radic a remporté de nombreux concours tels que celui pour le district civique à Concepcion (Théâtre national), au Chili, un projet qui lui a valu le prix du meilleur architecte chilien de moins de 35 ans de l'Ordre des architectes du Chili en 2001. Son travail a été publié dans plusieurs revues d'architecture et de monographies, la plus récente étant El Croquis N°167, Madrid. Il vit et travaille actuellement au Chili. 

Photo portrait ©Jaime Villaseca

Photographies © 2014 Smiljan atelier radic