Close

Les régions et les villes veulent que le programme urbain de l’UE soit un processus contraignant

comité européen des régions
Les dirigeants locaux et régionaux formulent des propositions pour renforcer les actions de l’Union européenne portant sur les défis urbains tels que la migration, l’inclusion sociale, l’innovation dans les PME et l'environnement.
Le Comité européen des régions (CdR) souhaite que le programme urbain de l’UE soit un processus contraignant. Les institutions de l'UE et les États membres devraient clairement s'engager à mieux associer les villes à la transformation du mode de conception et de mise en œuvre de la législation européenne, en promouvant leur accès au financement public de même qu'en coordonnant les initiatives de coopération en cours. 
 
Afin de favoriser une croissance durable, le développement entrepreneurial et social, ainsi que l’innovation ascendante dans les villes, les institutions de l’UE et les États membres lancent le programme urbain de l’UE. La phase de mise en œuvre démarrera le 30 mai, avec l'approbation du «pacte d’Amsterdam» par les ministres de l’UE chargés du développement urbain. Selon ce pacte, les principaux défis urbains feront l'objet de plans d’action triennaux, élaborés et mis en œuvre dans le cadre de douze partenariats thématiques.
 
Le CdR est l'assemblée des représentants des pouvoirs locaux et régionaux des 28 États membres de l'Union européenne. Créé en 1994 à la suite de la signature du traité de Maastricht, il a pour mission d'associer les collectivités régionales et locales au processus décisionnel de l'UE et de les informer de ses politiques. Il a activement contribué à la préparation de ce pacte et sera directement associé au pilotage du travail des partenariats. Pour préparer la prochaine phase, les régions et les villes ont adopté, lors de la session plénière des 7 et 8 avril, un avis sur les «mesures concrètes pour la mise en œuvre du programme urbain de l’UE», élaboré par la secrétaire d’État du Land de Berlin, Hella Dunger-Löper (DE/PSE).
 
Le président du CdR, Markku Markkula, s'est félicité de cette adoption en soulignant que «le Comité soutient activement le programme urbain de l'UE depuis le début et est désormais ravi que la présidence néerlandaise ait réussi à parachever la première étape de son lancement». Selon le président Markkula, «ce programme peut aider à rapprocher l'UE des besoins réels des citoyens et à innover, à tous les niveaux, en ce qui concerne les politiques publiques portant sur des défis urbains allant de la migration à la lutte contre le changement climatique, en passant par la pauvreté et la mobilité intelligente».
 
Michel Delebarre (FR/PSE, Dunkerque), qui fut le premier, en France, à occuper la fonction de Ministre de la ville (1990), a fait valoir que «l'agenda urbain offre l'occasion d'apporter un éclairage européen sur des thématiques spécifiquement urbaines comme le logement social qui avaient été quelque peu reléguées au second plan des préoccupations de l'Union Européenne en raison de vrai-faux prétextes juridiques. L'approche intégrée permettra de dépasser les querelles de clocher».
 
La rapporteure, Hella Dunger-Löper, a souligné que «le programme urbain de l'UE ne peut changer la donne que s'il est fondé sur la transparence, la participation et la force contraignante. La Commission européenne est la mieux placée pour cela et doit donc se charger de sa mise en œuvre, sous la responsabilité de son premier vice-président, qui peut aussi assurer le lien avec le programme "Mieux légiférer"».
 
Les responsables locaux et régionaux demandent instamment que les politiques de l’UE, y compris le programme urbain, soient tenues d'encourager les liens entre zones urbaines et rurales, de même qu'un développement intégré. Il convient également de garantir une coordination efficace, en particulier entre les autorités municipales et régionales, de sorte que les plans d’investissement soient gérés de façon cohérente et au niveau le plus approprié.
 
Pour ce qui est de la stimulation des investissements dans les zones urbaines, le CdR recommande la participation, dans le cadre de la mise en œuvre du programme urbain, de la plateforme européenne de conseil en investissement instituée auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI), afin de veiller à une utilisation systématique des instruments de financement conçus pour les villes.
 
La feuille de route pour mettre en œuvre le programme urbain fera l’objet de discussions entre les responsables de l’UE et les dirigeants nationaux, régionaux et locaux, réunis le 30 mai à Amsterdam, lors d’un forum de haut niveau organisé par le CdR.
 
Photo : Markku Markkula, Président du CdR