Close

La Cité du Vin de Bordeaux, prête à être dégustée sans modération...

La Cité du vin Bordeaux
Très attendue, La Cité du Vin à Bordeaux ouvrira ses portes au public le 1er juin prochain, au lendemain de son inauguration le 31 mai par François Hollande et Alain Juppé, après trois années de travaux.  Avec une programmation dédiée à l'ensemble des cultures et des civilisations du vin à travers le monde, l’ouvrage se veut « bâtiment signal », fruit d’une étroite collaboration entre deux agences, l’agence d’architecture parisienne XTU et l’agence anglaise de scénographie Casson Mann Limited. Alliance d’une audacieuse et poétique traduction de l’âme du vin.
 
La Cité du Vin est parée d’une robe de reflets dorés évoquant les pierres blondes des façades bordelaises et dialoguant avec les lumières de la Garonne. Toute en torsions, l’enveloppe est constituée de panneaux en verre sérigraphiés cintrés et de panneaux d’aluminium laqué irisé de teinte unie qui confèrent des valeurs de tons de lumière toujours mouvants au bâtiment, en résonnance aux ciels changeants du bordelais. Reflets du ciel mais aussi de la ville, reflets de l’eau renforçant l’aspect évocateur de La Cité du Vin.
Il n’y a pas à dire, la Garonne est bien l’influence dominante qui a inspiré définitivement les architectes Anouk Legendre et Nicolas Desmazières de l’agence parisienne XTU.
Ceux-ci ont imaginé un lieu évocateur empreint de références identitaires : vin qui tourne dans le verre, mouvement enroulé du cep de vigne, remous de la Garonne, une architecture qui évoque l’âme du vin et l’élément liquide : « une rondeur sans couture, immatérielle et sensuelle » qui s’adresse à son environnement multiple.
 
Horizontales et verticales sont reliées par un mouvement continu et unique qui s’amorce dès le sol par une grande rampe promenade. C’est plus un mouvement qu’une forme, il se délie, se relève en s’élevant. Il crée un événement dans le paysage à l’échelle du pont et du fleuve.
Cette rondeur qui répond à la courbe de la Garonne est transcrite dans les volumes, espaces et matériaux intérieurs.
Le bâtiment se revendique d’une architecture située. « La Cité ne pourrait pas être ailleurs qu’à Bordeaux. Elle évoque par sa forme caractéristique le tourbillon du vin dans un verre, la structure bois apparente et le mobilier bois rappellent les barriques du vin de Bordeaux. Nous avons privilégié partout, autant que possible, la vue sur la Garonne, notamment avec le restaurant gastronomique et le bar panoramique au sommet de la tour » explique Nicolas Desmazières.
Un geste architectural fort qui se veut comme « un site de loisir culturel unique, dédié au vin comme patrimoine culturel, universel et vivant », aime rappeler Alain Juppé, maire de Bordeaux.
 

Au cœur du nouvel écoquartier de Bordeaux

Implantée dans l’écoquartier des Bassins à flot, La Cité du Vin s’inscrit dans la politique environnementale du quartier : un impact pensé et mesuré comme le plus faible. 70 % des besoins énergétiques de La Cité du Vin sont couverts par les énergies vertes et locales. Les architectes ont également réfléchi à la conception bioclimatique du bâtiment. Avec des entrées d’air en points bas profitant des vents dominants et des patios, et en point hauts, évacuant la chaleur et générant un courant d’air, la ventilation du bâtiment est optimisée et permet de limiter l’usage de la climatisation. Respectueux de son environnement et de l’écosystème des berges de Garonne classé en Zone Natura 2000, les aménagements paysagers autour du bâtiment prolongeront l’écosystème des ripisylves pour rafraîchir les alentours immédiats et préserver une continuité avec la rive.

Une scénographie immersive

Responsable de la conceptualisation et de la direction artistique de tous les éléments de l’exposition, y compris les éléments médiatiques et les dispositifs audiovisuels, Casson Mann a conçu une expérience scénographique ambitieuse immersive qui occupe le deuxième étage du bâtiment.
Répartis sur un espace intérieur de plus de 3 000 m², les 22 modules de grand format proposent des expériences interactives qui stimulent tous les sens – la vue, l’ouïe, le toucher et l’odorat. Ils vont du survol spectaculaire en hélicoptère des vignobles les plus impressionnants du monde, pendant lequel les visiteurs peuvent littéralement sentir les vignes, à des galeries à l’atmosphère intime où les visiteurs peuvent examiner en détail et de près les documents historiques et les objets exposés, en passant par des dispositifs innovants qui décomposent le processus de l’élaboration du vin et invitent à se plonger dans la couleur, le goût, la sensation et les notes aromatiques de différents vins.
 
 
Comme l’explique Roger Mann, « Nous avons voulu créer une expérience richement structurée permettant aux visiteurs de se laisser inspirer par le vin dans toute sa merveilleuse complexité et notre but était de jouer sur la conception et la technologie des modules pour que les expériences soient plus variées et intéressantes, tout en restant au cœur du sujet. Cette exposition est entièrement audiovisuelle et multimédias, avec des éléments sensoriels qui vont surprendre, enchanter, intriguer et éduquer les visiteurs sur les aspects dramatiques, artistiques et artisanaux de l’histoire du vin. »

Une vraie démarche environnementale

Destinée à mettre en scène et à valoriser le vin, un produit vivant et naturel, La Cité du Vin a bénéficié d’une attention toute particulière en termes de qualité environnementale :
- La charpente d’arc en bois lamellés collés permet de diminuer sensiblement l’impact carbone du projet et témoigne des ressources expressives du bois et de son adaptation à des formes architecturales non standardisées.
- Une isolation très performante pour l’ensemble du bâtiment, associée à une double peau sur la tour pour optimiser les apports solaires.
- L’attention toute particulière portée à la ventilation intérieure pour garantir le confort des visiteurs.
- Une exploitation optimale des énergies renouvelables : réseau de chaleur urbain Mixener et pompes à chaleur géothermiques.
- La neutralité environnementale et sanitaire du projet grâce à des matériaux de revêtement intérieur étiquetés A+, bois issus des forêts gérées durablement, confort lumineux, ventilation intérieure modulée en fonction de la qualité de l’air intérieur et de l’occupation des espaces, …
- Mise au point des dimensions et des caractéristiques des vitrages (sérigraphie et colorimétrie) pour ajuster apport en lumière naturelle et protection solaire.
- Mise en place d’éclairages économes en énergie (LED).
- Un traitement paysagé des abords qui permet d’instaurer une relation différente entre le fleuve et le quartier des Bassins à flot, tout en restaurant le corridor écologique de la ripisylve.
- La réutilisation des eaux pluviales pour l’arrosage et le nettoyage des espaces extérieurs.
- L’accès pour tous au grand paysage fluvial depuis la terrasse et le belvédère du restaurant.

Des outils innovants au service d’une ambition

L’usage de logiciels de conception innovants par l’agence XTU pour la mise au point de la géométrie et de l’enveloppe complexe a permis de concrétiser parfaitement l’image mentale que les architectes se faisaient de la Cité du Vin et d’en faire un projet qui fait sens(action).
Résultat : 9000 m3 de béton et 1000 tonnes d’acier pour la structure, 8000 heures de travail et 17 500 heures de fabrication de l’ossature bois, mise en œuvre en 15 000 heures. La vêture extérieure représente 2235 m2 de verres plans (jaunes), bombés (verts) et à écaille (rouges) répartis en 2500 panneaux de formes et dimensions différentes, cintrés sur place ou en atelier.
 
La traduction de ce patrimoine immatériel, à travers des technologies numériques et immersives, a remporté l’adhésion du jury lors du concours de maîtrise d’œuvre lancé par la Ville de Bordeaux en 2010, maître d'ouvrage et propriétaire du bâtiment, qui compte accueillir grâce à ce nouveau programme culturel de 13 000 m2, quelques 450 000 visiteurs par an.
La Cité du Vin propose donc aux futurs visiteurs des spectacles, des ateliers ciblés sur les sens, une exposition permanente et des expositions temporaires : La première est dédiée à Isabelle Rozenbaum, photographe qui a immortalisé l'évolution du chantier de la Cité du Vin. Son exposition sera visible jusqu'au mois de janvier 2017. 
 
Le restaurant gastronomique
 
L'espace accueille également un restaurant gastronomique, un bar panoramique, une cave, une boutique de vente, mais aussi une bibliothèque et des salles de dégustation.
 
Salle de dégustation
 
Afin de profiter de conditions de visite optimales, la Fondation pour la culture et les civilisations du vin, en charge de l'exploitation et du développement de La Cité du Vin, met en place un système de billetterie horodatée : le visiteur pourra choisir sa date de visite ainsi que son heure d'arrivée, et ce pendant tout l'été.
À deux semaines de l'ouverture de La Cité du Vin, les visiteurs peuvent déjà réserver leur billet pour le parcours permanent et leur abonnement sur le site www.laciteduvin.com