UP' Magazine Le magazine de l'innovation et de l'économie créative

Close
Dans Repérages

L'approche "Innovation 3C" ou comment fabriquer ensemble le futur - 2ème partie

Les concepts-clés de l'innovation 3C

Genèse : au carrefour de plusieurs courants

Pour bien comprendre la genèse de l'innovation 3C et la mettre en perspective, il faut la situer au carrefour de plusieurs courants.

Parmi ceux-ci, les plus influents sont indéniablement le mouvement de l'open source, et ceux de la sociologie des usages (voir cet ouvrage de référence : http://www.amazon.fr/Communiquer-num%C3%A9rique-Regards-crois%C3%A9s-sociologie/dp/2911256379/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1335854279&sr=1-1) et de l'ingénierie concourante.

• Le mouvement de l'open source

stalmannIl est significatif de noter que le mouvement open source a au départ été initié par des "hackers" tels que Richard Stallman, Eric Raymond, ou Linus Torvalds qui voulaient libérer le secteur des logiciels. Cet esprit libertaire imprègne largement aujourd'hui une bonne partie de la communauté des usagers-innovateurs qui innovent avec des visées de "démocratiser l'innovation" et de reprendre d'une certaine manière le pouvoir par rapport aux décideurs traditionnels que représentent les entreprises.

Un livre fondateur comme "The Wealth of Networks" de Yochai Benkler (http://yupnet.org/benkler/), professeur de droit à Yale est éloquent à cet égard, en montrant que les réseaux permettent à une innovation sociale de se déployer et de créer de grandes richesses.

• La sociologie des usages est également un courant important pour comprendre l'innovation 3C.

Selon ses promoteurs, elle part du principe que les usages et modes de vie des consommateurs engendrent des besoins nouveaux et que parallèlement l'utilisation de nouveaux produits et services engendrent à leur tour de nouveaux usages, à vitesse accélérée. La sociologie des usages s'est beaucoup développée ces dernières années, notamment pour mieux comprendre comment les consommateurs appréhendaient les offres issues du secteur des TIC. Elle a aussi été à l'origine d'un profond renouvellement du marketing, celui-ci se rendant compte que ses méthodes classiques devenaient de plus en plus inopérantes pour comprendre le comportement des consommateurs.
Ce renouvellement du marketing s'est notamment traduit par un recours accru aux sciences humaines (ergonomie, sociologie, anthropologie, ethnologie). Celles-ci permettent en particulier d'aller au devant des consommateurs (marketing in vivo) et de les observer en situation et dans des "laboratoires d'usages" qui commencent à se mettre en place dans les entreprises.

• Le courant de l'ingénierie concourante, tout comme sa forme plus récente connue sous le nom de conception participative est une approche générale consistant à réunir des équipes multidisciplinaires autour d'une démarche de développement conjointe. Cette démarche se veut globale, intégrant tout le cycle de vie du produit, de la conception à la maintenance. Elle se base sur les échanges collaboratifs entre diverses disciplines. Elle avait dès l'origine pour ambition d'intégrer les utilisateurs comme membres à part entière du processus. Mais il faut reconnaitre que ceux-ci avaient plutôt la portion congrue et leur point de vue était souvent davantage pris en compte de façon indirecte que donné directement.

Quoi qu'il en soit, on peut dire que ces divers courants ont aidé à faire émerger l'innovation 3C.

Un théoricien de l'innovation 3C : Eric von Hippel

vonhippel5Professeur en innovation à la Sloan School of Management, et professeur d'engineering au MIT, Eric von Hippel est un théoricien de ce qu'il dénomme la « user led innovation ». Autour de celle-ci, il a développé deux concepts fondamentaux issus notamment de ces expérimentations en matière d'innovation chez 3M :

• Le concept de « lead users » :

Eric von Hippel a forgé ce terme de « lead users » (terme traduit en français par usager avancé ou usager pilote) pour décrire ces consommateurs de nature passionnée qui innovent – souvent par bricolages et expérimentations successives – pour satisfaire un besoin auquel il ne trouvent pas de réponse appropriée sur le marché. L'exemple célèbre qu'il en donne est celui des surfeurs à Hawaï : en 1978, un groupe de jeunes surfeurs passionnés ont révolutionné leur sport en bricolant leurs planches. C'est ainsi qu'en y adaptant des cales à pieds, ils purent se lancer dans des figures acrobatiques. Leur innovation qui n'avait demandé que quelques lanières et un pot de colle leur permettait désormais de rivaliser avec une élite de surfeurs surentraînés ! A partir de ce concept de lead users, Von Hippel a théorisé la méthode éponyme pour décrire comment les entreprises peuvent s'appuyer sur des consommateurs avancés pour les impliquer dans des processus de co-création.

• Le concept de « stickiness » :

Par son concept de « stickiness » (que l'on pourrait traduire par « adhérence »), Eric von Hippel signifie que les usages sont intrinsèquement liés à des contextes d'utilisation propres. Ils "collent" à des conditions particulières d'utilisation, à des comportements et des pratiques très personnels émanant des usagers. Autrement dit, chaque contexte situationnel induit des usages très spécifiques. C'est la raison pour laquelle il est si important que les interactions que l'on engage avec des usagers pour faire de la co-création se déroulent dans la vraie vie ou, à tout le moins dans des contextes les plus proches possibles de celle-ci : c'est là qu'entrent en jeu des approches novatrices comme celles de living labs ou de virtualité immersive que l'on évoquera plus loin.

Lire la 1ère partie

Lire la 3ème partie/ Fin

aller-plus-loin

 

- Livre "Democratizing Innovation" d'Eric Von Hippel - Format Kindle / MIT Press 2005

- Livre "Eric von Hippel" de Germain Adriaan / Brev Publishing (Janvier 2012)

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
MAGAZINE COMMENTS POWERED BY DISQUS
Loading...
Loading...