UP' Magazine L'innovation pour défi

Saint-Gobain et le CNRS créent une unité de recherche commune au sein du NIMS au Japon

Saint-Gobain, le CNRS et l'Institut japonais de science des matériaux NIMS (National Institute for Materials Science) viennent d'inaugurer le laboratoire LINK (Laboratory for Innovative Key Materials and Structures) en présence de Thierry Dana, Ambassadeur de France au Japon.

Cette unité de recherche internationale a vocation à développer de nouveaux matériaux pouvant avoir des applications dans plusieurs activités industrielles de Saint-Gobain, notamment dans les céramiques, les grains et poudres, les cristaux, le vitrage et les abrasifs. Rattachée à Saint-Gobain et au CNRS, elle est implantée dans les locaux du NIMS, à Tsukuba au Japon, l'un des meilleurs laboratoires de recherche au monde spécialisés dans les matériaux.

C'est la première fois que Saint-Gobain et le CNRS créent une unité de recherche commune à l'étranger

Ce nouveau laboratoire est le fruit d'une longue collaboration entre les trois partenaires : Saint-Gobain, le CNRS et le NIMS. En France, le CNRS et Saint-Gobain disposent de deux Unités Mixtes de Recherche implantées dans les centres de recherche de Saint-Gobain à Aubervilliers et à Cavaillon. Au Japon, les chercheurs de Saint-Gobain et du NIMS travaillent ensemble depuis cinq ans, au sein du Center of Excellence for Advanced Materials situé à Tsukuba dans les locaux du NIMS. Enfin, depuis plus de dix ans, la forte collaboration entre chercheurs du CNRS, de l'université de Rennes 1 et du NIMS, a conduit à la mise en place dès 2011 d'ateliers scientifiques qui se tiennent alternativement en France et au Japon.

Ce projet constitue un modèle original de collaboration, car il implique à la fois Saint-Gobain, le NIMS et le CNRS, intégrant des chercheurs de très haut niveau. Les recherches du LINK porteront sur la création de nouveaux matériaux allant de la synthèse aux procédés de mise en forme et aux études des propriétés physico-chimiques, en relation étroite en France, avec l'Institut des sciences chimiques de Rennes (CNRS/université de Rennes 1/ENSCR/INSA). Sur le plan scientifique, ces travaux seront fortement soutenus par les équipes du NIMS qui possèdent un savoir-faire unique dans la caractérisation structurale des matériaux et la modélisation de leurs propriétés.

Ce projet s'inscrit dans le programme de renforcement de la recherche amont de Saint-Gobain mis en œuvre en collaboration avec des universités et des instituts de recherche publics au niveau international pour augmenter les compétences du groupe et recruter de jeunes scientifiques de talent.
Le CNRS compte déjà trois unités de recherche internationales au Japon, le Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems (LIMMS), le Joint Robotics Laboratory et le Japanese-French Laboratory for Informatics (JFLI). La création du LINK conforte ainsi la position du CNRS au Japon.

A propos du CNRS
Créé en 1939, le Centre national de la recherche scientifique est un organisme public de recherche (Etablissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle du Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche). Il produit du savoir et met ce savoir au service de la société. Avec près de 33 000 personnes, une implantation sur l'ensemble du territoire national, le CNRS exerce son activité dans tous les champs de la connaissance en s'appuyant sur plus de 1100 unités de recherche et de service. Avec 20 lauréats du prix Nobel et 12 de la Médaille Fields, le CNRS a une longue tradition d'excellence. Pour plus d'informations, rendez-vous sur http://www.cnrs.fr/

A propos de Saint-Gobain
Saint-Gobain, leader mondial de l'habitat, conçoit, produit et distribue des matériaux de construction et de haute performance en apportant des solutions innovantes aux défis de la croissance, des économies d'énergie et de protection de l'environnement. Avec un chiffre d'affaires de 42,0 milliards d'euros en 2013, Saint-Gobain est présent dans 64 pays avec près de 190 000 salariés. Plus d'informations sur www.saint-gobain.com et sur la nouvelle application pour tablette et téléphone mobile « Saint-Gobain Shareholder ».

A propos du NIMS
Le NIMS est le seul institut indépendant spécialisé en science des matériaux au Japon. La mission du NIMS est de gérer la recherche fondamentale en science des matériaux afin de faire progresser le niveau d'expertise dans ce domaine. Dans cette optique, le NIMS collabore avec d'autres centres de recherche au Japon et dans le monde entier. Le NIMS a également vocation à diffuser les résultats des travaux de recherche universitaire, à promouvoir leurs applications pratiques et à former aux sciences et techniques des matériaux des ingénieurs et scientifiques du plus haut niveau. Pour plus d'informations, rendez-vous sur http://www.nims.go.jp/eng/index.html

Habitat connecté : 4 startups sélectionnées

Covéa et Paris Région Lab - Incubateurs dévoilent les quatre startups sélectionnées pour intégrer le nouveau programme d’incubation dédié à l’habitat connecté

Suite à l’appel à candidatures ouvert du 28 mai au 9 juillet 2014 pour identifier les entreprises de l’incubateur Covéa dédié à l’habitat connecté, Covéa et Paris Région Lab ont sélectionné les start-ups 3D Sound Labs, MesDépanneurs.fr, Oxolis et Tallk. Ces jeunes entreprises rejoindront le site Paris Innovation Boucicaut dans les semaines à venir.

Les 4 start-ups vont bénéficier du savoir-faire de Paris Région Lab et des compétences de Covéa en termes d’accompagnement, de conseils et de connaissance du marché, leur permettant ainsi de multiplier les expérimentations de nouveaux produits et services et d’accélérer leur développement.
« Il est apparu naturel à Paris Région Lab de faire confiance à Covéa, par ailleurs investi dans la démarche de l’incubateur E-santé, pour relever le défi d’un nouveau programme lié à l’Habitat connecté. Au-delà de la domotique, ce secteur ouvre la voie à des innovations prometteuses, des objets connectés aux services à la personne adaptés aux nouveaux modes de vie, que sauront développer les start-ups sélectionnées dans le cadre de ce programme », expose Jean-François Galloüin, Directeur Général de Paris Région Lab.

Pour Covéa, la création de l’incubateur « Habitat connecté » et le soutien à ces startups confirment sa volonté d’être un acteur majeur de l’innovation dans l'assurance au service de la sécurité et du bien-être de ses assurés.

Les start-ups sélectionnées

3D Sound Labs développe une technologie de rendu sonore spatial (son 3D). Les applications envisagées visent à la fois le divertissement (Films, jeux vidéo, musique), les casques audios, les usages professionnels (réalité virtuelle et augmentée), ainsi que l’amélioration des performances des aides auditives.

MesDépanneurs.fr est une première plateforme française de commande des services de dépannage en ligne. L’über du dépannage facilite la mise en relation entre d’un côté les personnes rencontrant des problèmes de plomberie, de serrurerie, d’électricité, de vitrerie, de chauffage et de l’autre des entreprises de dépannage qualifiées et disponibles.

Oxolis s'est donné pour mission de créer une nouvelle génération de services à la personne et aux entreprises. Au travers d’un catalogue de solutions favorisant le développement de l’habitat connecté, Oxolis propose des expériences de consommation et de relation client inédites et personnalisées.

Tallk développe des objets connectés sociaux qui permettent de rompre l'isolement des personnes âgées et favorisent leur maintien à domicile.

A propos
Leader en assurance de bien et de responsabilité en France, n°4 en assurance santé individuelle, Covéa réunit les mutuelles MAAF, MMA et GMF et assure plus de 11 millions de Français en 2013. Son chiffre d'affaires dépasse 15,5 milliards d'euros. Le groupe compte plus de 26 000 collaborateurs. www.covea.eu

Paris Région Lab – Incubateurs met son expertise au service des créateurs d'entreprises innovantes depuis plus de 10 ans et les accompagne dans leurs projets en phase d'amorçage et de décollage. Aujourd'hui, Paris Région Lab anime plus de 20 incubateurs sur des thématiques variées. Ainsi, 200 entreprises bénéficient chaque année des apports des équipes d’accompagnement. Fort d'un réseau de près de 500 start-ups, Paris Région Lab - Incubateurs ouvre son éco-système aux grands groupes pour leur permettre de détecter des technologies et de mettre en place des partenariats business avec les start-ups. www.parisincubateurs.com @Paris_Incub

ViaMeca et les marchés de l'énergie du futur

VIAMECA POSITIONNE LES ENTREPRISES DE LA MECANIQUE SUR LES MARCHES PORTEURS DE L'ENERGIE DU FUTUR

Pour aider ses adhérents à développer leur business sur les marchés porteurs de la maintenance et de la déconstruction dans le secteur de l'énergie, ViaMéca organise deux actions significatives cet automne.

Aider les entreprises innovantes de la mécanique à repérer les opportunités et se positionner sur des marchés à fort potentiel de développement est une des vocations des pôles de compétitivité. ViaMéca aborde les marchés de l'Energie (barrages hydroélectriques, nucléaire, éolien...) en proposant aux entreprises de la mécanique de développer des offres globales produit-service : « Les donneurs d'ordres ne veulent plus acheter de la technologie mais un service global de maintenance ou de déconstruction » explique Arnaud Bocquillon, responsable de la thématique Ingénierie des Usages et des Services de ViaMéca.

- En partenariat avec le pôle de compétitivité Tenerrdis et le cluster Indura, ViaMéca a organisé le 25 septembre un premier séminaire à Grenoble sur le thème de la Centrale Hydroélectrique du futur, destiné à stimuler et accompagner les PME dans le développement de solutions globales et innovantes répondant aux attentes fonctionnelles des donneurs d'ordre du marché de l'Energie.

- ViaMéca, en partenariat avec la CCI PACA et CCI-Internationale est également présent du 14 au 16 octobre sur le salon WNE (World Nuclear Exhibition) à Paris-Le Bourget avec l'organisation d'un stand pavillon de 230 m². Le marché du nucléaire civil est un marché mondial en expansion avec plus de 430 centrales en opération dans le monde, de nouvelles constructions de centrales générant une augmentation de 50% de la capacité nucléaire mondiale prévue d'ici 2025, le prolongement de la durée de vie, l'amélioration de la sûreté et le démantèlement des centrales en fin de vie.

Regroupant 23 entreprises, le stand pavillon présente l'offre globale de solutions des entreprises mécaniciennes en Rhône-Alpes-Auvergne et PACA. « Nous accompagnons nos adhérents pour construire une offre produit-service adaptée aux usages et développer la visibilité de leurs compétences auprès des industriels de l'énergie » précise Philippe Baizet, Fédérateur Industrie ViaMéca, en charge de l'organisation de ces deux manifestations.

A propos de ViaMéca
Pôle de compétitivité mécanique, ViaMéca impacte plus de 400 acteurs (Grandes entreprises, ETI, PME, laboratoires et organismes de formation) du Massif Central et de Rhône-Alpes. La vocation de ViaMéca est de fédérer ces acteurs autour de projets de R&D collaboratifs afin de renforcer la compétitivité des entreprises grâce à l'innovation. Dédié à la conception, la production et l'intégration de systèmes mécaniques intelligents, le pôle ViaMéca s'appuie sur quatre thématiques scientifiques : Ingénierie Des Surfaces, Procédés Avancés de Fabrication, Systèmes Intelligents et Robotique, Ingénierie des Usages et des Services. Pour plus d'informations : www.viameca.fr.

Rhepatch, le 1er timbre transdermique breveté par l'INPI

L’INPI délivre un premier brevet au timbre transdermique électronique de Rhenovia, lauréat du Concours Mondial d’Innovation

L’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) vient de délivrer un brevet au timbre transdermique innovant de Rhenovia, lauréat du Concours Mondial d’Innovation (CMI). La protection offerte par ce brevet permet d’envisager un développement ambitieux du produit en partenariat avec un industriel du secteur, sur un marché estimé à plus de 20 Mds d’euros.

Rhepatch™ est un timbre transdermique permettant d’administrer de façon contrôlée jusqu’à sept médicaments, grâce à un système électronique embarqué programmable. Initialement conçu par Rhenovia pour traiter les maladies du système nerveux comme Alzheimer, ce timbre peut être généralisé à la plupart des pathologies chroniques. L’administration transdermique contrôlée des médicaments permet en effet d’obtenir une efficacité accrue, une meilleure biodisponibilité et des effets secondaires réduits. On évite également les oublis ou prises de médicaments anarchiques chez les patients confus ou dépendant d’une aide extérieure.

Le projet de timbre transdermique électronique de Rhenovia est lauréat de l’ambition « Médecine individualisée » du Concours Mondial d’Innovation, qui a pour objectif de faire émerger les talents et futurs champions de l’économie française. Il bénéficie à ce titre du soutien de l’Etat français.

Rhepatch est désormais protégé par un premier brevet délivré par l’INPI. Ce brevet d’invention n°12/50851, publié le 4 juillet 2014 sous le n° 2 986156 au Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle, produira ses effets pour une période de vingt ans. Il a fait l’objet d’une demande d’extension internationale afin de couvrir les principaux marchés visés, notamment l’Amérique du Nord, l’Europe, le Japon, la Chine, l’Inde et la Russie. La délivrance d’un brevet national et son extension au niveau international ouvrent la voie à la signature de partenariats pour les phases de développement, d’industrialisation et de commercialisation du produit. Des discussions ont été engagées par Rhenovia à la fois avec des industriels des dispositifs d’administration de médicaments et des laboratoires pharmaceutiques.

L’enjeu est de taille puisque le marché mondial de l’administration transdermique de médicaments est évalué à 23 milliards d’euros en 2015*, avec une croissance annuelle d’environ 8%. L’administration transdermique, qui intéresse tant l’industrie pharmaceutique que les autorités sanitaires ou les associations de patients, devrait représenter 17% du marché mondial d’administration de médicaments d’ici à 2017, sachant que ces prévisions sont aujourd’hui fondées uniquement sur l’utilisation de timbres transdermiques passifs ne procurant pas les avantages de la solution innovante de Rhenovia.

* source MarketsAndMarkets, avril 2013

A propos de Rhenovia Pharma SAS

Rhenovia Pharma SAS est une société française fondée en 2007 par une équipe internationale réunissant des cadres de l’industrie pharmaceutique et des experts mondiaux des neurosciences et de la modélisation du système nerveux. La société est le leader mondial de la biosimulation appliquée à la prévention et au traitement des maladies neurologiques, neurodégénératives et psychiatriques. Basée à Mulhouse, Rhenovia compte aujourd’hui une vingtaine de collaborateurs en France, en Suisse, en Allemagne et aux Etats-Unis où elle a ouvert une filiale en 2012.

Pour plus d’informations : www.rhenovia.com

Le Pôle Images & Réseaux, choisi par la Commission européenne pour accélérer l’Internet du Futur

Fort de son expérience en tant que pôle de compétitivité à vocation mondiale, Images & Réseaux s’investit depuis plusieurs années dans des programmes européens et plus spécifiquement dans le programme sur l’Internet du Futur, FI-WARE. Dans le cadre du consortium FIC3 dédié à ce projet, Images & Réseaux, seul acteur national impliqué, mènera l’ensemble des appels à projets sur les thématiques de la santé/bien-être, des villes intelligentes et du multimédia/contenu. Pendant 3 ans, le Pôle s’engage à favoriser l’accès des entreprises françaises et au-delà, aux financements européens avec des démarches simplifiées. Premier temps fort : un hackathon qui se déroule dans 6 pays d’Europe et dont l’objectif est de faire émerger les applications de demain. En France, il sera organisé par Images & Réseaux à Rennes, du 14 au 16 novembre.

Le programme FI-WARE, vecteur d’innovation

FI-WARE, une ambition commune…

Lancé en 2011, le programme FI-PPP (Future Internet Public-Private Partnership) est un partenariat public-privé entre la Commission européenne, de grands groupes et les acteurs européens leaders des technologies de l’information et de la communication. Il a pour but de s’assurer que l’Europe soit dans la meilleure position pour saisir les opportunités permises par les applications de l’Internet de demain et que ces évolutions impactent positivement tous les secteurs économiques. L’investissement déjà réalisé par la commission, de plus de 400 millions d’euros, est sans précédent pour un tel partenariat au niveau européen. Avec ses
8 domaines d’applications, 14 accélérateurs en Europe, 38 appels à projets et 80 millions d’euros de financement à destination des entrepreneurs européens, FI-WARE a pour objectif de permettre aux PME et entrepreneurs d’imaginer les technologies et les usages d’Internet. La ville intelligente sera un des domaines d’applications les plus importants du programme FI-WARE. Ce sont au total près de 1 000 entreprises qui recevront à travers les appels à projets successifs plus de 80 millions d’euros de la part de l’Union Européenne.

…et des outils technologiques

De ce programme sont issus les technologies FI-WARE, une boîte à outils technologiques d’interfaces de programmation open source, développées par de grandes entreprises de l’Union Européenne (Orange, Telecom Italia …). Ces briques technologiques permettent entre autres de gérer les hébergements, de publier des analyses de données ou de gérer des infrastructures réseaux. La phase 3 consiste, pour l’UE, à créer un puissant écosystème autour de ces technologies afin de faciliter l’innovation, faire émerger des PME et révéler de nouveaux entrepreneurs. Les 3 années à venir vont permettre le développement d’applications innovantes dans de nombreux domaines comme l’Internet des objets, le stockage en ligne, le traitement et la publication de contenus et de données en temps réel, l’analyse du Big Data, le développement d’interfaces utilisateurs avancées ou encore la co-création de contenus. La volonté est de se positionner en alternatives crédibles aux solutions propriétaires.

Le rôle et les missions d’Images & Réseaux

Des appels à projets aux procédures simplifiées

Images & Réseaux est le seul acteur français sélectionné pour intégrer ce grand projet européen de l’Internet du Futur. Le Pôle a pour mission d’assurer la dissémination des architectures et des briques technologiques, de promouvoir l’écosystème FI-WARE et de proposer aux PME un accompagnement pour répondre aux appels à projets.

Dans cette optique, FIC3 a simplifié la méthodologie des appels à projets permettant de subventionner des projets allant de 50 000 à 150 000€. Le versement des fonds se fait tous les 3 mois sous réserve de résultats en livrables. Le premier appel à projets du consortium est programmé pour début novembre.

Un hackathon « Internet du Futur » à Rennes du 14 au 16 novembre

Pour stimuler la créativité de la communauté des web entrepreneurs et pour marquer le lancement de cette nouvelle phase d’innovation, Images & Réseaux organise, à Rennes, les 14, 15 et 16 novembre, un hackathon dédié aux technologies FI-WARE. Ce start-up week-end, ouvert à tous, se déroulera sur 3 jours. 52h, c’est le temps qui sera imparti aux équipes pour faire émerger de premières idées d’applications, après une formation sur les technologies FI-WARE. Un jury composé d’experts déterminera le projet le plus méritant. Les vainqueurs se verront récompensés par une aide financière et un accompagnement personnalisé d’Images & Réseaux pour la rédaction de leur future réponse aux appels à projets européens.

Images & Réseaux (www.images-et-reseaux.com)

Via les projets collaboratifs et les synergies qu’il développe, le pôle de compétitivité mondial Images & Réseaux stimule l’innovation dans un domaine phare de la nouvelle ère de l’information et de la communication : les services et technologies associés aux nouveaux usages des contenus numériques et des médias. Créé en 2005, le pôle rassemble 260 acteurs – grands groupes, PME, établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche – en Bretagne et Pays de la Loire. A ce jour, plus de 500 projets de recherche et développement portant sur les thématiques du pôle ont reçu son label pour leur caractère innovant et leurs retombées économiques potentielles.

Flexico lutte contre le gaspillage alimentaire

Parce que c’est un sujet désormais prioritaire, le groupe industriel Flexico, soutenu par l’initiative Save Food, ne cesse d’innover pour lutter contre ce fléau.

Aujourd’hui, 21% de la nourriture achetée est jetée

En France, un foyer de 4 personnes jette entre 20 et 30 Kg de nourriture par an dont 7 Kg encore emballés. Cela représente une perte de 400 euros par an et par foyer. En 2012, le gouvernement a crée la première journée nationale contre le gaspillage alimentaire. Ainsi, ce 16 octobre 2014, la population française sera sensibilisée face à ce problème. Flexico, expert des solutions d’emballages souples refermables, développe des produits en ce sens pour jouer un rôle majeur dans ce combat.

Flexico : Un industriel responsable

Le Groupe Français milite pour une meilleure conservation des aliments une fois l’emballage ouvert. Un produit emballé hermétiquement est un produit mieux protégé. Conséquence : sa durée de vie est prolongée et la perte alimentaire est évitée. Ainsi, les experts de Flexico ont pensé de nouveaux systèmes de fermeture plus pratiques pour le consommateur : les solutions zip Clicky et Sensogrip®. Toutes deux travaillées autour des sens (notamment l’ouie et le toucher), ces fermetures sont synonymes pour les produits de fraicheur et de conservation.

Un projet porté par Save Food

De nombreuses entreprises comme Flexico s’impliquent auprès de Save Food. Créée en 2011, Save Food milite pour la réduction du gaspillage alimentaire. Cette initiative met l’accent sur la prise de conscience et la médiatisation. De plus, elle souhaite rassembler les différentes expertises des organisations privées ou publiques, qui veulent adhérer à l’initiative.

« Le gaspillage alimentaire est pour Flexico un véritable fer de lance. Nous mettons un point d’honneur à investir toujours plus dans la recherche et le développement. Ainsi, nous nous efforçons de trouver des solutions qui luttent au quotidien contre le gaspillage alimentaire. Nous espérons que la journée « anti-gaspi » éveillera les consciences des français.» explique Laurent Musitelli, PDG du Groupe Flexico

À propos de Flexico
Flexico est un groupe industriel européen actif sur plusieurs métiers: les solutions d’emballage souple refermable, le Merchandising et les Accessoires de PLV. Entreprise familiale française, fondée en 1950, Flexico est devenue un groupe mondial employant plus de 700 salariés en France et dans ses filiales internationales.
Grâce à son équipe R&D, le groupe Flexico a su développer de manière constante des innovations et détient à ce jour plus de 300 brevets mondialement reconnus.
Expert industriel en plasturgie depuis plus de 60 ans, Flexico poursuit le développement à l’international de son activité phare, le Packaging et s’implante sur le marché européen du Merchandising et des Accessoires de PLV. L’objectif du Groupe : devenir le référent industriel incontournable sur ses 2 activités.

Le Forum pour l’investissement responsable allemand (FNG) choisit Novethic pour développer son label ISR

Novethic est le partenaire stratégique du Forum pour l'investissement allemand, FNG. Il a remporté, en septembre 2014, l’appel d’offres lancé pour développer un label ISR de qualité pour les fonds proposés en Allemagne.

Ce partenariat, qui consolide les bases d’une réflexion européenne pour le Label ISR de qualité, devrait voir le jour en 2015 et répondra aux spécificités de l'investissement responsable dans les pays germanophones.
Novethic est très fier de cette reconnaissance internationale du travail de labellisation ISR des produits financiers qu'il accomplit depuis 2009. « Quand nous avons proposé en 2013 à des sociétés de gestion européennes d’être candidates à notre Label ISR, nous pensions qu’elles seraient intéressées par un label leur permettant d’attester de la solidité de leurs pratiques d’investissement responsable. Ce partenariat stratégique valide cette hypothèse. Nous sommes très heureux de contribuer au développement de l’ISR en Allemagne et nous nous réjouissons qu’il s’appuie sur une démarche de labellisation de qualité.» précise Anne-Catherine Husson-Traore, la Directrice générale de Novethic.

L'Allemagne va ainsi créer son label ISR proposé aux investisseurs, qui devrait accélérer le développement d'un marché en plein essor. FNG est une association qui réunit plus de 160 membres institutionnels. Basée à Berlin, elle existe depuis 2001. Pour Claudia Tober, sa Directrice exécutive, « Novethic dispose d’excellentes connaissances spécialisées et de plusieurs années d’expérience dans les domaines de l’investissement responsable et l’attribution d’un label de qualité ISR. Il faut maintenant travailler ensemble à mettre en œuvre le concept et préparer l’entrée du label de qualité sur le marché l’année prochaine. »

En savoir plus sur les labels Novethic : www.novethic.fr
Novethic est un centre de recherche expert de l'Investissement Responsable depuis 2001. Financé par la Caisse des Dépôts, il est indépendant des offreurs de fonds. Son site novethic.fr propose des dizaines d’études et des milliers d’articles sur l’investissement et l’économie responsables.

En savoir plus sur FNG : www.forum-ng.org
Le Forum Nachhaltige Geldanlagen (FNG) est l’association qui regroupe plus de 190 membres qui s’engagent pour l’investissement responsable en Allemagne, en Autriche, au Liechtenstein et en Suisse. Ses membres sont des banques, des sociétés de gestion d’actifs, des agences de rating, des conseillers financiers, des organisations scientifiques et des membres privés. Le FNG promeut le dialogue et l’échange des informations entre le monde économique, la sphère scientifique et les acteurs politiques et s’engage depuis 2001 pour une amélioration des cadres juridiques et politiques pour l’investissement responsable. Le FNG attribue le Logo Transparent pour les fonds ISR, publie les « Profiles ISR FNG » et la « Matrice FNG ». L’association est un des membres fondateurs d’Eurosif.

ICS Toulouse : le bilan

Du 16 au 18 septembre dernier, l’Innovation Connecting Show, rendez-vous international de l’innovation dans ses dimensions produits, process et services, a ouvert ses portes au public et a totalisé 7 779 entrées. 

Pendant 72 heures, 324 exposants, dont 80 start-up internationales, plusieurs pôles de compétitivité d’envergure mondiale, des clusters nationaux et internationaux, des centres de recherche européens, et des leaders en technologies de transports intelligents, du spatial, de télécommunications ou encore d’énergie, ont exposé les démonstrateurs phares qui figurent au cœur de leur stratégie d’innovation. Tous se sont mobilisés à ICS avec une ambition commune : parier sur la valorisation et la détection des réponses originales et créatrices de valeur apportées aux nouveaux défis de la croissance, entre innovations à haute valeur ajoutée, économies d’énergie et nouvelles attentes des usagers.

Véritable rendez-vous business, la manifestation a généré de belles synergies, en témoignent les 504 rendez-vous d’affaires programmés et les 63 conférences et ateliers thématiques qui ont eu lieu sur les Forums de l’Innovation, dont le taux de remplissage a oscillé entre 60 et 180 %. Le Carré des Financeurs et des organismes de conseils a lui aussi été très sollicité, à la fois par les exposants et les visiteurs.
Introduit par le Forum Economique de Toulouse, le Congrès de l’Innovation a proposé au public des conférences et des tables rondes animées par 40 experts internationaux, spécialistes de la Biologie du Futur, des Smart Cities, de l’Usine du Futur, des Technologies Clés Génériques et de l’Internet du Futur. Des animations qui ont également participé au succès d’ICS, avec 1 650 entrées. Lieu d’animation original et apprécié des exposants et du public, le plateau télévisé d’ICS a permis l’organisation de 36 interviews et de tables rondes thématiques de grande ampleur. Un dispositif qui a notamment favorisé le lancement opérationnel du Lab Invest, à travers l’organisation de pitchs de start-up en multiplex, depuis la Silicon Valley et Paris, et en direct d’ICS. Des pitch sessions qui se sont également multipliées dans le Start-Up Place, au cœur du salon, lequel a mobilisé des start-up françaises et internationales, venues d’Angleterre, d’Israël, ou encore d’Italie.

Le projet Floatgren ouvre la voie de l'éolien en mers profondes

Le projet FLOATGEN se reconfigure et ouvre la voie de l’éolien en mers profondes avec la première éolienne flottante testée au large des côtes françaises.

Sept partenaires, venant de quatre pays Européens, se sont réunis à l’Ecole Centrale de Nantes le 24 juin pour inaugurer la nouvelle configuration de ce projet de recherche sur les éoliennes en mer flottantes. La première éolienne flottante en France, FLOATGEN, sera ainsi testée au large du Croisic sur le site d’expérimentation en mer SEM-REV, avec une turbine de 2 MW.
L’objectif du projet FLOATGEN est de démontrer la faisabilité technique et la viabilité économique de l’éolien flottant, dans le but d’étendre le potentiel de développement de parcs éoliens en mer aux eaux profondes et disposant d’un meilleur gisement de vent. Le projet a également pour objectif de démontrer le fort potentiel de diminution des coûts de l’électricité produite par des parcs éoliens flottants.
Le projet évaluera la performance de la combinaison de l’éolienne et de la fondation flottante afin d’accumuler suffisamment d’expérience pour optimiser la performance de futurs projets utilisant cette technologie.
“ Le projet a subi plusieurs changements, mais il est désormais prêt à tester le premier démonstrateur d’éolien flottant reposant sur une technologie 100% européenne” souligne Mauro Villanueva, Directeur du Développement Technologique de GAMESA et coordinateur de FLOATGEN.
Lancé en janvier 2013, le projet FLOATGEN inclut maintenant l’Ecole Centrale de Nantes et son site d’expérimentation en mer SEM-REV dans le consortium. “ SEM-REV est une zone offshore de 1km² disposant de moyens de mesures océanographiques, d’un centre de recherche à terre, d’un câble électrique sous-marin à haute tension, d’un système de connexion sous-marin et d’une sous-station électrique connectée au réseau national. Aujourd’hui, le site SEM-REV est complètement opérationnel en termes d’autorisations, ce qui correspond parfaitement au planning du projet FLOATGEN ” explique Christian Berhault, directeur de SEM-REV. Le financement de ce projet a été assuré dans le cadre du Contrat de Projets Etat Région 2007-2013, avec une forte contribution de la Région Pays de la Loire.
Le consortium compte désormais 7 partenaires européens, composé au niveau industriel par GAMESA, un fabricant mondial de turbines éoliennes, en coopération étroite avec IDEOL, le fournisseur de la fondation flottante, la contribution de l’Université de Stuttgart soutenue pour les activités de monitoring, pour les études d’impact environnemental et la communication par FRAUNHOFER-IWES et le GROUPE RSK, (biologie marine), ZABALA, société de conseil ainsi que l'Ecole Centrale de Nantes pour la réalisation des tests en mer sur son site d’expérimentation SEM-REV.
Le démonstrateur de 2MW utilisera la technologie « Damping Pool® » brevetée et développée par la société française IDEOL. Il s’agit d’un flotteur de surface, en forme d'anneau rectangulaire, relativement compact, à faible tirant d'eau et au comportement hydrodynamique extrêmement performant, permettant de réduire significativement le coût de l’éolien flottant. Le puits central situé à l’intérieur du flotteur est conçu et dimensionné pour permettre l’amortissement des mouvements du flotteur, grâce aux phénomènes de ballotement de l’eau retenue à l’intérieur, et ainsi de réduire les mouvements induits sur la turbine.


A propos de Gamesa
Gamesa est le coordinateur du consortium et a une forte expérience dans la gestion de projets de R&D financé par la commission européenne, tels que RELIAWIND et WINDTRUST. Gamesa participe également à plusieurs projets, en jouant à chaque fois un rôle de premier plan dans l'industrie de fabrication d'équipement d'origine.
Avec plus de 20 ans d’expérience et plus de 29 000 MW installés dans 43 pays, Gamesa est le leader technologique mondial dans l’industrie du vent. Ses solutions vont du design, à la fabrication, installation et entretien et maintenance des (19 800 MW).
Gamesa est également leader mondial dans le développement, la construction et la vente de fermes éoliennes ayant installé plus de 6000 MW et bénéficiant d’un portfolio à divers stades de développement de plus de 18 300MW en Europe, en Amérique et en Asie.

À propos d'IDEOL 
IDEOL est une entreprise française spécialisée dans la conception et l'installation de fondations flottantes pour l’éolien en mer, . Basée à La Ciotat, la société est issue d’une longue expérience dans les énergies renouvelables et l'industrie offshore parapétrolière. IDEOL a plus particulièrement développé une une solution de fondation flottante reposant sur le concept breveté Damping Pool®, visant une transformation majeure du potentiel de l’éolien en mer en s’affranchissant de la contrainte de profondeur induites par les structures fixées aux fonds marins.

À propos de Centrale Nantes
Membre du Groupe des Écoles Centrale, Centrale Nantes est une grande école d’ingénieurs qui diplôme des ingénieurs, des étudiants de masters et de doctorats à l’issue de parcours académiques basés sur les développements scientifiques et technologiques les plus actuels et sur les meilleures pratiques du management. Créée en 1919, l’École Centrale de Nantes compte sur son campus de 16 ha 2050 étudiants dont 1340 élèves-ingénieurs, 200 élèves-ingénieurs en formation continue et par apprentissage (ITII), 240 doctorants et 270 Masters.
Centrale Nantes s’appuie sur de multiples partenariats industriels et institutionnels pour déployer une recherche académique et appliquée au meilleur niveau européen et mondial. Elle profite d’un territoire géographique d’un grand dynamisme, avec l’ambition de devenir leader sur des secteurs économiques d’avenir tels que les énergies marines renouvelables.

A propos de SEM-REV
SEM-REV est un des grands moyens d’essais de Centrale de Nantes, développé pour le test, en conditions réelles, des systèmes de récupération des énergies marines de type houlomoteur et éolien offshore flottant, voire mixant les deux technologies.
C’est un équipement indispensable au développement d’une nouvelle filière industrielle en France, basé sur l’expertise reconnue de Centrale de Nantes dans le domaine des énergies marines renouvelables, tant en modélisation numérique qu’en essais en bassin de houle et vent. SEM-REV a été développé dans le cadre du Contrat de Projet Etat Région 2007-2013 avec une forte contribution de la Région Pays de la Loire.

Eolementhe démocratise le Media Workflow

La société Videomenthe annonce à IBC (Hall 2 A36F) le lancement européen d’Eolementhe, premier portail indépendant de « Workflow Engine » dans le Cloud.

Le monde de l’audiovisuel a adopté le “tout fichier” du tournage à la diffusion. Videomenthe, distributeur de solutions logicielles dédiées au workflow des fichiers media, pour accompagner les diffuseurs, éditeurs de contenu, lance Eolementhe, un portail pour simplifier les process autour de la gestion, diffusion, transformation des ces fichiers medias. Eolementhe facilite et accélère le transfert sur IP, planifie le transcodage et le contrôle qualité des fichiers media, sans oublier les multiples fonctions associées, comme par exemple l’analyse et la correction de loudness, l’insertion de sous-titres…

« Nous avons conçu Eolementhe sur un marché de plus en plus concurrentiel pour les chaînes de télévision, et toutes les sociétés qui diffusent des contenus. Eolementhe est là pour leur apporter une souplesse et une grande flexibilité au quotidien. Pour une durée définie par leur soin ils peuvent absorber un pic d’activité tout en protégeant leur investissement ». souligne Muriel le Bellac, Présidente de Videomenthe.

Eolementhe permet d’équilibrer et de diminuer le CAPEX, à l’achat des solutions et au renouvellement annuel des contrats de maintenance, et de réduire les investissements matériels et software.

Le Portail Eolementhe permet d’absorber les tâches additionnelles, mais aussi de maîtriser l’imprévu comme la mise en place d’un site de secours, la gestion d’évènements exceptionnels. Le tarif à la carte dépendra des fonctionnalités désirées, du nombre d’utilisateurs, de la volumétrie, de la bande passante…

À propos de Videomenthe 
Videomenthe est éditeur de logiciel et distributeur français spécialisé dans les solutions de wokflows dédiés aux fichiers medias, qui comprennent les transferts de fichiers sur IP, les fermes de transcodage, les fermes de contrôle qualité et de loudness audio. Videomenthe offre des services professionnels autour de ces solutions et porte désormais ces dernières à l’intérieur du Videomenthe Cloud.
Plus d'information disponible sur le site de Videomenthe : www.videomenthe.fr

Tremplin Entreprises : appel à projet pour le concours des entreprises innovantes / ESSEC et SĖNAT

Le SĖNAT et l’ESSEC ouvrent l’appel à candidatures de la 15e édition de Tremplin Entreprises, Concours national des entreprises innovantes

L’ESSEC Business School et le Sénat organisent le 9 février 2015 au Sénat la 15e édition de Tremplin Entreprises sur le thème: « Entreprises innovantes - comment se développer à l'international ». Tremplin Entreprises est un concours national qui permet aux entreprises innovantes d’accélérer leur recherche de fonds en obtenant le label « Tremplin Entreprises », gage de crédibilité auprès des investisseurs, et de gagner l’un des quatre Grands Prix de 10 000 EUR. Evénement de référence, Tremplin Entreprises est animé par 20 partenaires spécialistes du financement et de l’entrepreneuriat.

L’innovation et l’internationalisation : deux enjeux majeurs pour les startups

«Dans une économie de plus en plus mondialisée l’international n’est pas seulement une opportunité, c’est une nécessité. Les startups françaises ont tous les ingrédients pour devenir les prochains leaders mondiaux. Une fois leur position consolidée sur leur propre marché, elles doivent avoir l’ambition de s’ouvrir à l’international mais avec pragmatisme. L’écoute des nouveaux écosystèmes, de la concurrence, d'investisseurs rompus à la dimension internationale, la maîtrise du contexte législatif et culturel sont autant d'atouts pour réussir son expansion. C’est précisément cela que l’ESSEC enseigne à ses étudiants et apporte aux startups qu’elle accueille dans ses incubateurs » déclare Julien Morel, Directeur Exécutif d’ESSEC Ventures.
« S'agissant du rôle des pouvoirs publics", remarque le Président du comité de sélection, Philippe Adnot, Sénateur et Président du Conseil Général de l'Aube, « il faut aller encore plus loin en fluidifiant le passage recherche-transfert-innovation, car seule l’innovation est créatrice de la valeur ajoutée nécessaire aux gains de parts de marché. Il faut aussi essayer de protéger le délicat passage de nos PME-PMI à l’échelle supérieure, le but étant d’éviter qu’elles ne deviennent des proies trop faciles pour les investisseurs étrangers et qu’elles puissent grandir sereinement en France et devenir des ETI. Cela implique de lutter contre la sur-réglementation et de créer un environnement législatif et réglementaire propice. C’est ce que j’essaie de faire en tant qu’élu national, mais aussi d’élu local. »

L’ESSEC et le Sénat invitent les porteurs de projets innovants à déposer leur candidature du 4 septembre au 12 octobre 2014 dans l’une des quatre catégories : Energies, matériaux et composants ; Internet et services ; Logiciels et systèmes ; Sciences de la vie, en cliquant ici.

Un jury de 60 experts sélectionnera ensuite 30 lauréats qui présenteront leur projet à la communauté des investisseurs, des spécialistes de l’innovation et de l’entrepreneuriat le lundi 9 février 2014 au Sénat, lors de la 15e édition de Tremplin Entreprises. Pour clôturer cette journée de rencontres entre entrepreneurs innovants et investisseurs, les meilleurs projets se verront récompenser par l’un des quatre Grands Prix de 10 000 EUR.
Depuis sa création, Tremplin Entreprises a favorisé la mise en relation de près de 390 sociétés avec leurs investisseurs en capital. Une enquête sur les lauréats de 2012 a montré que 22 des 30 lauréats ont levé des fonds pour un montant cumulé de 25,6 M€. 81% des entreprises ont recruté en 2013 avec un effectif moyen de 8,3 salariés, et 59% se sont développées à l’international.

Pour consulter la liste des lauréats 2013, cliquez-ici.
www.tremplinentreprises.com 

Chiffres clefs

Depuis 1999 :
3271 projets examinés
387 lauréats sélectionnés
Pour l’édition 2015 :
250 candidatures attendues, de la France entière
30 lauréats
4 Grands Prix dans les catégories suivantes :
° Energies, matériaux et composants
° Internet et services
° Logiciels et systèmes
° Sciences de la vie

Dates clefs
Ouverture des candidatures : 4 septembre
Clôture des candidatures : 12 octobre
Oraux de sélection des lauréats : 2-3 décembre
Ouverture des inscriptions des investisseurs et business angels : fin novembre 2014
Finale des 30 lauréats, pitch investisseurs, et remise des prix : 9 février 2015

Le retour de la France et de l'Europe au-devant de la scène se confirme

C’est une première dans l’histoire de l’industrie Française. Cette année la semaine même de la fête nationale du 14 juillet, le groupe GM DEVELOPPEMENT basé à Saint-Etienne, spécialisé dans l’industrie de la haute technologie mécanique, a obtenu 3 labels.

Après l’obtention de la norme ISO9001 (série d’exigences qui confirme le système de management de la qualité) en 2013, les entreprises MECAMO et MECATEC obtiennent les normes & labels EN9100 et EPV. Cette alliance de distinctions est unique ! C’est une première mondiale, pour une entreprise de posséder ces trois labels. Mais cela est encore plus extraordinaire que deux entreprises du même groupe soit ainsi certifiées et reconnues !

L’entreprise MECAMO est spécialisée dans la réalisation de composants mécaniques de haute technologie en totale autonomie. MECATEC est spécialisée dans le forage et le montage d’optroniques en salle blanche. Ces 2 PME de la région Rhône-Alpes offrent leurs technologies, expériences et savoir-faire aux plus grands donneurs d’ordres !

Que représentent ces deux labels ?

La norme EN9100 est la norme intercontinentale (Amérique, Europe, Asie) d’assurance de la qualité pour les marchés de l’aéronautique, de l’armement et du spatial. Cette accréditation est délivrée par les autorités nationales. Dans ce but l’IAQG (International Aerospace Quality Group) a mis en place l’OASIS (Online Aerospace Supplier Information System), une nouvelle base de données et d’information des fournisseurs accrédités. Les principaux objectifs sont la maitrise des processus, l’amélioration des performances, l’analyse des risques, etc., dans le but de garantir toujours plus de sécurité et de garantie aux constructeurs et aux utilisateurs.
Le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) est une marque de reconnaissance de l’Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises au savoir-faire artisanal et industriel d’excellence. Ce label est décerné par le ministre de l’Economie et du redressement productif, M. Arnaud Montebourg et Mme Carole Delga, secrétaire d’état chargée du commerce et de l’artisanat, pour distinguer les manufactures attachés à la haute performance de leurs métiers et produits.

Ces ateliers détiennent un patrimoine économique, composé en particulier d’un savoir-faire rare, renommé ou ancestral, reposant sur la maitrise de technique traditionnelles ou de hautes technicité et circonscrit à un territoire. L’obtention de ce label est le fruit d’une sélection minutieuse visant à récompenser les talents uniques.

Une nouvelle page de l’économie de France se tourne, un mouvement est en marche. Le premier jalon du renouveau se bâtit, par une alliance, un rassemblement de la maitrise des savoir-faire, de la technologie et de la qualité.
Le groupe GM Développement et ses filiales MECAMO et MECATEC, ouvrent la porte et construisent officiellement les fondations du dépassement, du possible et du renouveau Français.

Le top 10 des astuces pour déménager moins cher

Déménager peut potentiellement coûter très cher. Et parce qu’il n’y a pas de petites économies, Costockage, la plateforme Airbnb du stockage, propose un ensemble d’astuces pour que le paiement de votre déménagement ne vous oblige pas à vous endetter sur 140 ans. Top 10 des astuces proposées.

1. Récupérez des cartons de manière gratuite
Tous les jours, les supermarchés jettent une quantité gigantesque de cartons qui n’ont servi qu’une seule fois. Pour être sûr d’en avoir, allez faire un tour dans votre supermarché de quartier la veille du jour où vous en aurez besoin de manière à ce qu’un responsable de magasin vous les mette de côté. Une autre solution s’offre à vous lorsque vous êtes à Paris, Carton Plein 75. Cette association de réinsertion collecte des cartons utilisés pour les remettre en vente à très bon prix.
2. Ne déménagez pas pendant l’été
La période la plus chargée en déménagements s’étend de début mai à la fin du mois de septembre. Pas étonnant que les prix des déménageurs soient de 30 à 40% plus chers pendant ces quatre mois estivaux. Privilégiez donc une période plus creuse pour déménager, du moins si vous décidez de faire appel à un déménageur professionnel.
3. Déménagez en semaine
La logique est la même que pour le point précédent : tout le monde veut déménager pendant le week-end pour ne pas avoir à faire sauter de jours de travail. Or, les prix des déménageurs mais aussi des loueurs de camions sont plus élevés les samedi et dimanche que pendant la semaine.
4. Stockez vos affaires chez un particulier
Pendant votre déménagement, vous devrez certainement faire face à une période de transition où vos meubles et cartons devront être stockés. Pour éviter de vous ruiner dans un garde-meubles ou un centre de self-stockage classique, rendez-vous sur www.costockage.fr et trouvez un particulier dans votre quartier qui acceptera de vous louer une cave ou un garage pour y stocker vos affaires. Ces dernières seront assurées et, en prime, seront stockées tout près de chez vous !
5. Soyez malin sur la location du camion
La méthode la moins coûteuse sera de faire appel à l’ami du cousin de votre oncle qui a une camionnette, où de louer un véhicule sur une plateforme collaborative (Drivy, OuiCar, …).
Si vous tenez à utiliser les services d’un loueur classique, privilégiez l’aller simple dans le cas où vous changiez de ville pendant votre déménagement. Vous économiserez du temps, de l’argent, et de l’essence.
6. Profitez des aides financières au déménagement
De nombreuses aides de l’Etat existent pour vous donner un coup de pouce pendant votre déménagement. La prime de déménagement de notre bonne vielle Caisse d’Allocations Familiales, permet de toucher près de 1000 € lorsque vous déménagez à l’arrivée d’un nouvel enfant. Si cela est votre cas, pourquoi ne pas en profiter ?
7. Si vous le pouvez, sautez la case "déménageurs"
Des déménageurs, c’est gentil, cela file un sacré coup de main, c’est pro, … mais c’est très cher. Il est temps de mettre à profit votre liste de 700 amis Facebook et de trouver les bonnes formules pour réussir à convaincre quelques amis de passer une journée à porter le canapé et des cartons. Si vous êtes sport, cela ne devrait vous coûter que quelques bières.
8. Débarrassez-vous de certaines affaires
Que faire des affaires en trop ? Si vous êtes Parisien, il vous suffira de contacter le Service des Encombrants (si vous habitez en province, Google vous trouvera un contact officiel en un clic).
Certaines de vos affaires ne vous serviront plus, inutile de vous creuser la tête pendant des heures ou de louer un box pour les entreposer. Certains organismes seront ravis de récupérer vos vêtements et autres objets courants utiles aux plus démunis. (Emmaüs, Le Relais, le Secours Catholique…)
9. Privilégiez les transferts de dossier “Energie” à la réouverture de contrats
Arrangez-vous avec les précédents occupants de votre nouveau logement pour relever les différents compteurs (électricité, gaz et eau) plutôt que de mettre un terme aux contrats. Il vous suffit de passer un petit coup de fil aux prestataires en leur expliquant que vous reprenez l’appartement. Vous payerez moins cher que si votre prédécesseur avait fermé son contrat et que vous deviez en ouvrir un nouveau.
10. Faites un événement privé sur Facebook pour votre pendaison de crémaillère...
… si vous voulez éviter de finir avec 1500 personnes à votre crémaillère créez un événement Facebook privé. Ce serait dommage de réinvestir les euros économisés dans des amendes ou autre…

A propos de Costockage
Fondé en novembre 2012, Costockage.fr a été ouvert au public en Juillet 2013. Ses fondateurs, Adam Levey-Zauberman et Mickaël Nadjar, deux anciens scouts ayant été confrontés à la problématique de stocker leur matériel de camping. Costockage.fr est le Airbnb du stockage. Costockage.fr est une plateforme mettant en relation les particuliers ayant besoin d’un garde-meubles avec des propriétaires disposant d’espace libre. Le service est garanti par une assurance complémentaire sur mesure pour les objets et le local.
Costockage.fr, c’est :
- 30 000 m³ mis à disposition
- 400 personnes par jour à la recherche d'un lieu de stockage
Site internet : www.costockage.fr

(Source : Cabinet Escal Consulting)

La caméra qui se faufile partout

Une caméra vidéo d'inspection compacte de RS Components permet de diagnostiquer et d'inspecter avec précision les équipements situés dans les endroits difficiles d'accès. La nouvelle caméra d'inspection numérique portable, très ergonomique, permet un gain de temps et d'argent aux électriciens et professionnels de la maintenance

RS Components (RS), la marque commerciale de Electrocomponents plc (LSE:ECM), leader mondial de la distribution de composants électroniques et de maintenance, capable de livrer 500 000 produits sous 24/48 heures, vient d'annoncer la disponibilité d'une nouvelle caméra digitale de qualité professionnelle sous sa propre marque. Cette dernière permet aux électriciens et aux professionnels de la maintenance de réaliser rapidement des inspections ultra-précises dans des endroits difficiles d'accès, afin de vérifier la présence de corrosion, de fuites, de dommages, d'éléments cassés ou de blocages sur les équipements et câbles.

Permettant l'enregistrement de vidéos et d'images fixes, ce dispositif d’inspection robuste et fiable de la marque RS est composé d’un afficheur à LED d'une résolution de 320 x 240 pixels et d’un champ de vision de 45°. Il est équipé d’une caméra sonde de 5,5mm de diamètre avec une mise au point minimum de 10mm au bout d’un flexible de 1,5m de long.

Même si elle est équipée d’une interface SD, la caméra peut aussi enregistrer les vidéos et les photos sans carte mémoire car elle possède sa propre mémoire intégrée avec une capacité suffisante pour environ 200 photos et plus de 60 secondes de vidéo. Le dispositif comprend également une sortie audio et vidéo (A/V) et un port USB pour faciliter le transfert des photos et des enregistrements vers d'autres dispositifs.

De conception ergonomique, la caméra est facile à utiliser et se commande simplement à l’aide d’un interrupteur et d’une touche de déclenchement. Elle est aussi conçue pour que l'utilisateur puisse la faire fonctionner avec une seule main libérant ainsi l’autre pour guider la sonde. Pour faciliter l’inspection, elle est fournie avec différents accessoires comme un miroir, un crochet et une tige aimantée.

Entièrement portable et conçue pour une utilisation sur le terrain, la caméra fonctionne avec 3 piles alcalines (AA 1,5V) ou 3 accumulateurs (AA 1,2V).
La caméra vidéo numérique d'inspection de marque RS (code commande RS n° 790-3381) est disponible à l'achat dans le monde entier directement auprès de RS.

A propos de RS Components
RS Components et Allied Electronics sont les marques de Electrocomponents plc, le plus grand distributeur mondial de produits électroniques et de maintenance, offrant aussi une suite complète de services. Présents dans 32 pays, nous proposons plus de 500 000 produits via internet, des catalogues et des bureaux de vente, à plus de un million de clients, et nous expédions environ 44 000 commandes par jour. En provenance de 2 500 grands fabricants, ces produits incluent des composants électroniques, des sous-systèmes d’automatisation et de contrôle, des instruments de test et de mesure, et des composants électriques et mécaniques.
Electrocomponents est coté à la bourse de Londres et a réalisé au cours de sa dernière année fiscale, terminée le 31 mars 2014, un chiffre d’affaires de 1,27 milliards de Livres.
Pour en savoir plus : www.rs-components.com

A propos de RS en France
Implanté à Beauvais depuis 1986, RS s’est positionné comme le leader de la VPC en BtoB en France sous les marques Verospeed puis Radiospares, en lançant sur le marché une nouvelle formule de distribution industrielle basée sur un taux de service élevé et une réduction sensible des coûts d’acquisition pour le client.
Renommée RS en avril 2010, l’entreprise regroupe aujourd’hui plus de 500 collaborateurs. RS propose une offre complète de 500 000 produits, et compte 72 000 clients actifs. RS fait évoluer le modèle de la distribution classique en offrant une multitude de services : pas de minimum de commande, réception et traitement des commandes jusqu’à 19h00, livraison express sous 1 à 2 jours sur l'ensemble de l'offre principale, service cotations et SAV.

Portrait d'un étudiant-entrepreneur

Conjuguer l’entrepreneuriat et les études : challenge relevé par Jonathan Bibas, 21 ans, fondateur d’Ellis-Car

Le statut étudiant-entrepreneur sera mis en place dès la rentrée 2014 par le gouvernement. Calqué sur le statut de sportif de haut niveau, il doit permettre à l'étudiant de mener de front études et projet entrepreneurial.
Mais certains n’ont pas attendu ce statut pour créer leur entreprise ! C’est le cas de Jonathan Bibas, 21 ans, étudiant en master à l’Ecole des Mines – Telecom, et fondateur d’ELLIS-Car.
Solution innovante de gestion de flotte automobile, fondée en avril 2014, ELLIS-Car est lauréate du Concours Mondial de l’Innovation, dans la catégorie Big Data. Portrait de cet étudiant pas comme les autres.

De la passion de la robotique à la création d’entreprise

Issu d’une famille de médecins, Jonathan a toujours aimé les disciplines scientifiques.
A 16 ans, après avoir obtenu son baccalauréat, Jonathan a quitté le cocon familial pour étudier en Angleterre. C’est là-bas qu’il a découvert sa passion : la robotique. Et cette passion n’est pas liée au hasard, car la robotique correspond à la personnalité du jeune homme : on y trouve une liberté de développement, celle de choisir sa voie (la robotique peut s’attacher à l’agronomie, l’écologie…) et dans cette discipline on découvre de nouvelles choses chaque jour. Pas de routine ! Et tant mieux car la routine, Jonathan la fuit comme la peste : « une journée vide est une journée gâchée, il faut accomplir des choses concrètes, sinon cela ne vaut pas la peine ».

Après l’Angleterre (au King’s College of London), Jonathan est parti étudier aux États-Unis (University of California) au cœur de l’innovation à l’américaine : la Silicon Valley. Et c’est cet univers d’entrepreneurs qui a fourni le déclic : il créera sa propre entreprise.
Il commence donc par créer de petites start-ups, par amusement. Il revient ensuite en France car son entreprise, il voulait qu’elle soit française, pour montrer qu’en France aussi, on sait innover.

C’est à ce moment-là qu’est née ELLIS-Car, que Jonathan a fondée en famille avec son père Patrick, neurologue de profession. Cette start-up, déjà reconnue notamment via le Concours Mondial de l’Innovation, permet à Jonathan de considérer son temps de travail comme un amusement, la robotique rythmant maintenant professionnellement ses journées.

Pourquoi attendre pour entreprendre?

Être étudiant et entrepreneur à la fois, c’est possible, et Jonathan l’a prouvé. Il y a bien sûr quelques inconvénients : des horaires extensifs, des contraintes multiples et antagonistes (avoir des examens à passer tout en voulant développer son entreprise…) Mais il suffit d’avoir un peu d’organisation et de savoir prioriser ses tâches, pour avancer de concert.

Et il y a d’énormes avantages à être étudiant lorsque l’on entreprend : être constamment au contact d’un corps professoral permet de demander de l’aide et des conseils, poser les bonnes questions aux bonnes personnes et au bon moment. C’est rassurant pour un jeune entrepreneur.

Dans le cas d’ELLIS-Car, le Big Data est un domaine tellement récent et méconnu qu’une entreprise se positionnant sur ce secteur a besoin de ce rapport avec l’univers universitaire, sinon elle ne peut pas réellement innover. Jonathan a également la chance d’avoir des professeurs de l’Ecole des Mines – Telecom qui participent au projet, notamment M. Stéphane Clémençon, le directeur de la Chaire Big Data de Telecom Paris Tech.

Ce qui plaît le plus à Jonathan dans l’entrepreneuriat est cette liberté, cette possibilité de laisser toute place à la création, sans cadre privilégié. Son ambition pour ELLIS-Car serait de l’implanter à l’étranger, plus précisément d’ouvrir des bureaux à San Francisco.
Pour ce qui est de son ambition personnelle, fortement liée à l’activité d’ELLIS-Car, son plus grand rêve serait de trouver l’algorithme qui permettrait de baisser significativement le nombre d’accidents de la route. Selon lui, cela sera possible dans le futur grâce au Big Data. Et c’est tout ce que l’on peut lui souhaiter !

A propos d’Ellis-Car

ELLIS-Car, créée en avril 2014 par Jonathan et Patrick Bibas, commercialise des solutions technologiques innovantes et complètes, à faible coût, afin d’aider les PME et les collectivités à gérer efficacement leur flotte automobile.
ELLIS-Car produit le logiciel de gestion de flotte, mais également le module embarqué sur le véhicule et l’analyse en temps réel des données, ce qui est à ce jour unique en France.

La solution ELLIS-Car permet de réduire les coûts et l’impact environnemental, et d’augmenter la sécurité des conducteurs, des passagers et des matériels.

CA: 100K€ (prévision 2014)
Effectif: 15 personnes
www.ellis-car.fr

Récupération d'énergie - Le kit d'évaluation CHERRY désormais disponible

Un kit d’évaluation CHERRY est désormais disponible et permet de tester la technologie RF sans fil à récupération d’énergie.

Avec la demande croissante de mise en réseau intelligent dans le domaine de l’industrie et l’évolution vers «l’usine intelligente », la technologie de récupération d’énergie de CHERRY offre de nombreux avantages dans les applications où un assemblage de fils et/ou de piles s’avère compliqué.

L’énergie nécessaire est générée lors de l’actionnement de l’interrupteur et le signal de contact est envoyé par radio fréquences.

Ce système permet de réduire les coûts en simplifiant les interconnexions et en supprimant les câblages complexes.
Par ailleurs, il ne nécessite ni fils, ni piles ; il est donc sans entretien. Grâce à son design compact, il s’installe facilement, même dans les endroits difficilement accessibles.

CHERRY propose deux versions standard pour les applications industrielles : en version interrupteur à bascule pour actionnement manuel ou en version à action brusque pour l’actionnement mécanique, par une machine par exemple. Le microrupteur peut facilement être connecté à un bus SPS standard tel OpenCAN ou Profibus ou à des interfaces industrielles type RS485, SPI, 4-20mA et 0-24V. Le signal reçu est tout simplement transmis au bus SPS ou à une autre commande industrielle.

Un kit d’évaluation CHERRY est désormais disponible et permet de tester la technologie ; l’utilisateur peut ainsi mesurer la force du signal et sa portée et tester le produit avec son application propre ou le connecter à un système de test. Le kit d’évaluation contient un générateur à récupération d’énergie avec électronique RF intégrée à un boîtier de microrupteur, un circuit imprimé récepteur avec plusieurs sorties digitales et analogiques, une antenne dipôle haute performance, une antenne à puce et un CD contenant le driver & les instructions d’installation, ainsi qu’un manuel.

La production en série de ces 2 versions destinées aux applications industrielles débutera en août 2014. Les récepteurs correspondant seront disponibles à partir d’octobre 2014. Des échantillons des deux produits sont d’ores et déjà disponibles.

Pour acheter un kit d’évaluation ou pour tout complément d’information concernant les produits Cherry à récupération d’énergie : www.cherryswitches.com

Si vous désirez obtenir davantage d’information ou pour toute demande de visuels, vous pouvez également contacter ZF Electronics France, Virginie Guilbert au 01 70 74 79 37, virginie.guilbert[at]zf.com

A propos de CHERRY
CHERRY est une marque déposée de ZF Friedrichshafen AG. Sous la marque CHERRY, la branche Electronic Systems de ZF développe et fabrique des composants pour l’industrie et l’électroménager ainsi que des périphériques de saisie informatiques.
ZF est l’un des 10 premiers équipementiers automobiles du monde, spécialisé dans les techniques de propulsion et de trains de roulement et comptant 122 sociétés de production réparties dans 26 pays. Le groupe, fort de quelque 72 600 employés, a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de l’ordre de 16,8 milliards d’euros. Pour continue à concevoir des produits innovants, le groupe ZF investit chaque années 5% de son chiffre d’affaires (soit 836 millions d’€ en 2013) en Recherche & Développement.

Un nouveau logiciel Honeywell pour les bâtiments connectés

Honeywell place les entreprises et les bâtiments connectés à portée de main grâce à la solution logicielle WIN-PAK 4.0

L'offre de logiciels de sécurité intégrée élargit le portefeuille d’entrée de gamme aux grandes entreprises

Honeywell (NYSE:HON) annonce aujourd'hui que grâce à son tout nouveau logiciel de systèmes de sécurité intégrée WIN-PAK 4.0, les intégrateurs vont pouvoir créer plus facilement un environnement connecté pour satisfaire un large éventail de besoins utilisateurs, pour des sites de petite ou moyenne taille aux applications multi-sites à grande échelle.

La gamme WIN-PAK 4.0 comporte trois versions qui répondent à une variété de besoins, incluant des fonctionnalités de contrôle d'accès seul jusqu’à celles d’un système de sécurité entièrement intégré en fonction des exigences de l'utilisateur. Par ailleurs, Honeywell a élargi son offre avec la sortie de la gamme de contrôleurs PRO3200 qui complète la suite logicielle WIN-PAK 4.0.

« De plus en plus de sociétés comptent adopter un modèle d'’entreprise connectée’ en améliorant leur sécurité par le biais de la facilité d'utilisation et d'un accès rapide à l'information », indique Maeyke Gielen, responsable Channel Marketing chez Honeywell Security Group France. « Nous avons constaté un intérêt croissant de la part de nos utilisateurs – grands et petits – qui souhaitent disposer d'un poste unique de gestion et de contrôle. WIN-PAK 4.0 réduit la complexité associée à l'intégration de systèmes disparates de contrôle d'accès, de vidéosurveillance et de détection anti-intrusion en procurant toutes les fonctions nécessaires à travers une interface utilisateur unique. »

La suite logicielle WIN-PAK 4.0 permet d'aller vers plus de conformité informatique en restant à la page des toutes dernières configurations de systèmes d'exploitation et de bases de données avec Windows 8.1, Windows Server 2012 R2 et SQL Server 2012. Avec WIN-PAK 4.0, les solutions WIN-PAK se qualifient également pour les environnements virtuels utilisant VMWare vSphere 5.1.

Le logiciel est disponible en trois versions :
• WIN-PAK XE 4.0 – idéale pour les systèmes avec un seul poste de travail et des besoins en contrôle d’accès seul ;
• WIN-PAK SE 4.0 – idéale pour les applications de sécurité intégrée de petite et moyenne taille; disponible en versions un ou cinq postes de travail ;
• WIN-PAK PE 4.0 – réunissant toutes les fonctionnalités de XE et SE, la version PE assure la prise en charge des installations multi-sites, avec serveurs multiples pour les applications de grande taille avec un nombre illimité de postes de travail clients et l’intégration du système anti-intrusion GALAXY et vidéo avancée.

WIN-PAK 4.0 s'intègre par ailleurs parfaitement avec le nouveau contrôleur PRO3200 pour procurer un contrôle d'accès strict à des points d'entrée multiples à l'intérieur d'un petit espace physique. PRO3200 est un contrôleur haut densité avec Ethernet embarqué et qui peut gérer jusqu'à 32 portes. Entièrement compatible avec toutes les installations PRO2200, le contrôleur PRO3200 est un simple remplacement de tête de système qui limite les frais d'installation avec un coût par porte moindre.
Pour en savoir plus : www.honeywell.com/security/fr

Honeywell International est l'un des leaders du classement Fortune 100 en matière de technologie et de fabrication diversifiées, avec des clients dans le monde entier dans les domaines des produits et services destinés à l'aéronautique, des technologies de contrôle pour les bâtiments, des habitations et de l'industrie, des turbocompresseurs et des matériaux spécialisés. Honeywell a son siège social à Morris Township dans le New Jersey, et ses actions sont cotées sur les places boursières de New York, Londres et Chicago. Pour plus de nouveautés et d'informations sur Honeywell, consultez le site www.honeywellnow.com.

Appel à projets dans le cadre "Quand l’ingéniosité collective change le monde"

L'Atelier BNP Paribas et Universcience, en collaboration avec le Women’s Forum for the Economy & Society, lancent l'appel à projets WAVE for WOMEN

Dans le cadre de l’exposition WAVE, "Quand l’ingéniosité collective change le monde", L’Atelier BNP Paribas convie les femmes, porteuses d’un projet qui peut changer le monde, à participer à l’événement WAVE for WOMEN qui se déroulera pendant la nuit du 23 au 24 septembre prochain.

Pour y participer il suffit d’envoyer avant le 7 juillet, une brève description du projet et de la femme qui le porte (textes, images, sons…) à l’adresse email : wave[at]mail.atelier.net.

Quatre projets seront retenus par L’Atelier BNP Paribas et la Cité des Sciences et de l’Industrie, en collaboration avec le Women’s Forum for the Economy and Society, et présentés lors de l’exposition WAVE consacrée à l’ingéniosité collective.
WAVE for WOMEN se propose de réunir autour de ces quatre femmes, des talents complémentaires pour créer une démonstration convaincante de leur projet et de le présenter devant des personnalités influentes susceptibles de les aider à le réaliser ou d’en accélérer le développement !

Date et lieu :
L’événement WAVE for WOMEN est prévu du mardi 23 septembre à 19h au mercredi 24 septembre à 9h, dans l’enceinte de l’exposition WAVE au Parc de la Villette.

Objectif :
Illustrer la façon dont l’ingéniosité collective peut relever les défis du 21ème siècle, en l’appliquant à quatre projets portés par des femmes dont l’ambition est de construire un monde meilleur

Déroulé :
• Mardi 23 septembre au soir : pitch des quatre leaders de projets sélectionnés
• Constitution des équipes « Projets » : avec talents complémentaires (designers, ingénieurs, développeurs d’applications, artistes, anthropologues, sociologues, philosophes,...)
• Bloggeurs et journalistes garantiront l’écho de cette nuit tandis que techniciens, ravitailleurs, et animateurs veilleront au bien-être des participants
• Mercredi 24 septembre au matin : présentation du fruit du travail collectif à un comité d’experts susceptibles de faciliter la réalisation des projets ou d’en accélérer le développement (grandes entreprises, incubateurs, accélérateurs de startups, personnalités politiques, médias, etc.)

wave-innovation.com

A propos de L’Atelier :
Depuis 35 ans, L’Atelier BNP Paribas détecte les innovations de rupture qui annoncent des évolutions majeures pour les entreprises et les aide à transformer ces innovations en projet concrets et opérationnels.
Adossé au groupe BNP Paribas, L'Atelier défriche le champ des innovations technologiques dans tous les secteurs pour en détecter les usages en devenir et en révéler tout le potentiel pour les entreprises, mais aussi pour la société dans son ensemble.
L’originalité de son dispositif de veille repose sur une présence dans trois grands territoires de l'innovation (Paris, San Francisco et Shanghai), mais également sur son mode de fonctionnement en architecture ouverte sur le monde extra-bancaire.
L’Atelier est à la fois média et producteur de contenus (site, radio), carrefour d’échanges et de partage (conférences, voyages d'étude avec une immersion auprès des acteurs locaux), mais aussi conseil en stratégie numérique pour les entreprises. Enfin, dans une démarche d’open innovation, le Lab complète le dispositif en rapprochant entrepreneurs innovants et grandes entreprises pour accélérer le développement de leurs projets communs.

Plateforme Wattunity : ouverture du marché du gaz

Ouverture du marché du gaz pour les entreprises en France : WattValue lance la plateforme collaborative B to B Wattunity pour les PME et PMI

Le 31 décembre 2014, sonnera la fin des Tarifs Réglementés de Vente (TRV) de gaz pour les entreprises en France. Ce sera la fin d'une époque où l'Etat fixait les prix pour plus de 300 000 entreprises sur un marché dominé par les « mastodontes » de l'énergie.

WattValue, acteur indépendant spécialisé dans les services à l'énergie, s'est saisi de l'ouverture de ce marché pour créer Wattunity, une plateforme collaborative d'achat groupé dédiée aux PME-PMI. Avec ce nouveau service en ligne, les entreprises choisissent la collaboration pour signer leur contrat de fourniture de gaz à des conditions optimales.

Caractéristique de l'économie collaborative, Wattunity s'inscrit à la croisée de l'innovation technologique et de l'innovation sociale. Alors que la culture de la collaboration est aujourd'hui connue dans un rapport C to C, Wattunity l'applique dans le lien B to B pour un rééquilibrage du rapport de forces fournisseur-client et la mise en place d'un marché du gaz concurrentiel profitable au consommateur.

L’ouverture du marché du gaz doit se faire au bénéfice des consommateurs

A partir du 31 décembre 2014, en application de la règlementation européenne et de la loi Hamon de 2014, les TRV
gaz fixés par l'Etat disparaitront pour plus de 300 000 établissements. Le contrat qui lie ces grandes, moyennes et
petites entreprises aux fournisseurs historiques de gaz, dont GDF Suez, sera rompu. Le consommateur fera face à un
marché complexe composé d'une vingtaine de fournisseurs.
Cette ouverture du marché ne bouleversera pas les grandes entreprises qui ont déjà massivement renégocié leurs
contrats pour des gains constatés atteignant 15%. Les PME-PMI sont, quant à elles, démunies pour négocier un
nouveau contrat adapté à leurs besoins. Le manque d'information, la complexité des offres et le nombre élevé de
fournisseurs risque de les pousser à se rabattre par défaut sur la proposition du fournisseur historique. Et l’ouverture
du marché ne sera alors qu’illusoire.

La solution collaborative Wattunity : un service d'achat groupé de gaz 100% en ligne

Dans ce contexte, Wattunity permet aux PME-PMI de basculer dans un nouveau modèle. A l'image des internautes qui
échangent leurs appartements, louent leur voiture ou se regroupent pour acheter, les PME-PMI peuvent faire
communauté et mutualiser leur consommation de gaz via la plateforme en ligne.
« Wattunity permet aux entreprises d’accéder à la meilleure offre en toute simplicité et sécurité. Le volume d’énergie
demandé par leur union leur donne une force contractuelle qui nous permet de négocier leurs contrats de fourniture
de gaz. Nous passons d’une culture où la maîtrise de l’information était synonyme de pouvoir à une culture où la
force vient du partage d’information et de la collaboration. » Jean-Marc Dubreuil, associé WattValue.

Avec le service Wattunity, WattValue devient mandataire-courtier, nouveau métier pour l’énergie en France, dont les
principales missions sont d’intégrer le besoin individuel de chaque client dans un appel d'offres organisé, de comparer
les offres des fournisseurs de gaz et de négocier les contrats afin de faire bénéficier à leurs clients de conditions et de
tarifs optimisés.
Les clients pionniers qui participeront au premier appel d’offres prévu en Octobre 2014 changeront de contrat en fin
d’année. Ils pourront profiter d'économies allant jusqu'à 15% par rapport à leur ancien contrat. La rémunération de
WattValue est, elle, directement prise en charge par le fournisseur et est identique quel que soit le fournisseur. Les
fournisseurs alternatifs y trouveront aussi leur intérêt pour adresser de nouveaux clients.

Une sécurité optimale pour assurer la confiance

Wattunity, c’est la signature et la gestion de contrats en ligne sécurisés, établis sur la confiance des deux parties client/
fournisseur :

- Dématérialisation du contrat pour une contractualisation en ligne : intermédiaire unique mandaté, WattValue prend
tout en charge, de la recension des données jusqu'à la signature des contrats et leur archivage. L'accompagnement
graduel du consommateur par Wattunity perme de livrer des données fiables aux fournisseurs d’énergie ;
- Garantie d’une signature électronique fiable et non répudiable en remplacement de la signature manuscrite :
aujourd’hui, il est technologiquement et juridiquement possible de souscrire un contrat d’énergie en ligne, sans
signature manuscrite. L’intégrité du contrat, la preuve de l’engagement et la date de signature sont garantis par un
tiers de confiance à travers la solution de signature électronique sécurisée choisie par WattValue.

« Wattunity gaz est la première étape des services Wattunity, qui proposera dès 2015 un service d'achat groupé
d’électricité, en adéquation avec la raison d’être de WattValue : accompagner les clients professionnels pour privilégier
le renouvelable.» Jean-Marc Dubreuil, associé WattValue

A propos de WattValue http://www.wattvalue.fr/

WattValue est un acteur indépendant et pionnier qui développe depuis 2006 des services adaptés aux besoins
énergétiques de clients professionnels autour de la valorisation de l’énergie et de la promotion d’une gestion durable de
l’électricité. Dans un contexte récent d’ouverture des marchés de l’énergie en pleine évolution, les périmètres
d’intervention de la société sont les suivants :
 Spécialiste de la garantie d’origine de l’électricité ;
 Promotion de l’électricité locale et renouvelable par des offres de consommation d’électricité renouvelable ;
 Stratégies d’achat et de vente d’énergie par consultation de marché ;
 Accompagnement des Producteurs ou Consommateurs d’énergie.

Données-clés :
 Création en 2006 par Jérôme Simon, ancien cadre de GE
 Associés :
 Jean-Marc Dubreuil – ancien président d’Intel France
 Alain Moissonnier – jeune retraité d’EDF-GDF
 5 collaborateurs
 CA 2013 : 650 000 euros

Pour plus d'informations : http://www.wattvalue.fr/wattunity/

Global Care Initiative s'implante aux USA

Le consortium Global Care Initiative s’implante aux Etats-Unis pour développer de nouveaux partenariats de recherche en santé humaine

Global Care Initiative (GCI), le consortium des Instituts Carnot dédiés à la santé humaine, annonce aujourd’hui le lancement d’activités pour augmenter sa présence et sa visibilité aux Etats-Unis et au Canada.

Pour les partenaires américains potentiels, l’ouverture d’un bureau de représentation permettra de faciliter l’accès à l’offre scientifique du consortium. Global Care Initiative, un projet soutenu par le gouvernement français par la biais du label Carnot, combine un important portefeuille de propriété intellectuelle, des compétences uniques et des plateformes technologiques sans équivalent, issus de cinq instituts Carnot : Curie-Cancer, Pasteur MI, Voir & Entendre, CALYM et l’ICM. A travers une démarche de guichet unique, le consortium propose ce savoir-faire aux sociétés des sciences de la vie et aux instituts technologiques et de recherche sous forme de partenariats sur-mesure.

Le consortium gère à ce jour plus de 200 contrats avec des organismes hors de France, dans quatre domaines d’expertise : oncologie, maladies infectieuses, ophtalmologie ou neurologie. Il a été à l’origine de la création de plus de vingt sociétés ayant atteint le niveau de la clinique. Le consortium réalise dans le même temps des recherches scientifiques de haut niveau.

Global Care Initiative dispose d’une longue expérience des partenariats avec de grandes sociétés pharmaceutiques, biotech ou medtech américaines. Le consortium est impliqué dans de nombreux projets innovants dans différents domaines, depuis le développement de vaccins et de médicaments, jusqu’à l’identification de biomarqueurs, en passant par l’amélioration de techniques de diagnostic et d’imagerie.

L’expertise du consortium s’étend à toutes les étapes de la recherche biomédicale, depuis la recherche fondamentale jusqu’aux phases cliniques avancées. Il offre, via son réseau de leaders d’opinions scientifiques reconnus, un accès aux marchés européens, à des hôpitaux stratégiques et à du personnel médical qualifié. Des équipes supports dédiées prennent en charge la gestion de projet, la R&D, l’assurance qualité, les aspects financiers et de propriété intellectuelle, ainsi que les questions juridiques.

« Notre approche sous forme de guichet unique fait de nous un partenaire privilégié pour aborder les trois plus gros marchés du secteur biomédical - l’oncologie et notamment les tumeurs solides et l’hématologie, les maladies infectieuses et les maladies du système nerveux central, y compris les pathologies visuelles et auditives - et répondre à des besoins médicaux non-satisfaits », souligne Pascal Deschaseaux, directeur général de CALYM.

« Nous travaillons à l’ouverture d’un bureau aux Etats-Unis, car le secteur des sciences de la vie y est très actif et novateur et correspond à notre volonté de mettre la science au service de la santé publique », indique Jean-Philippe Arié, Coordinateur Principal de Global Care Initiative. « Notre implantation en Amérique du Nord va nous permettre de mettre en place des collaborations de recherche solides avec les industriels et les organismes de recherche américains. Nous sommes aussi à la recherche de nouveaux talents pour étoffer nos équipes. »

A propos de Global Care Initiative
Global Care Initiative est un consortium de cinq instituts scientifiques à but non-lucratif, ayant tous reçu le label d’excellence « Institut Carnot ». Ces instituts, basés à Paris et à Lyon, sont spécialisés dans quatre domaines en santé humaine: le cancer (y compris le lymphome), l’ophtalmologie, les maladies infectieuses, ainsi que les neurosciences.
Les cinq membres du consortium sont : Pasteur MI, une entité de l’Institut Pasteur (maladies infectieuses), Curie-Cancer, une entité de l’Institut Curie (cancer), l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière ou ICM (maladies du système nerveux central), Voir & Entendre (maladies de la vue et de l’audition et réhabilitation) et CALYM 1 (lymphome). Ces instituts concentrent le meilleur de la recherche française en santé humaine et s’appuient sur l’héritage de 15 prix Nobel.
Le consortium fonctionne comme un guichet unique pour les sociétés des sciences de la vie à la recherche de partenariats sur-mesure en recherche et développement. Global Care Initiative regroupe un ensemble de compétences uniques et s’appuie sur un important portefeuille de propriété intellectuelle, ainsi que des plateformes technologiques sans équivalent. Par ailleurs, Global Care Initiative dispose d’une expérience significative des partenariats avec des entreprises biotech et medtech, ainsi qu’avec de grands laboratoires pharmaceutiques. Ainsi en 2013, le consortium a travaillé avec les cinq plus grosses sociétés du secteur pharmaceutique. Il a mis en place des projets innovants dans différents domaines, depuis les médicaments jusqu’aux biomarqueurs, en passant par les vaccins, le diagnostic et l’imagerie.
Le consortium Global Care Initiative a été créé en 2012 et bénéficie d’un financement du gouvernement via le programme Investissements d’Avenir. Global Care Initiative met en place un bureau aux Etats-Unis, pour développer ses activités en Amérique du Nord.
http://www.globalcare-initiative.com

A propos des Instituts Carnot
Le réseau des Instituts Carnot réunit 34 instituts Carnot engagés pour l'innovation des entreprises. Les instituts Carnot génèrent 50 pour cent des contrats de R&D financés par les entreprises pour la recherche publique en France. Ils bénéficient du soutien du gouvernement français en vue de développer une approche qualité pour des collaborations plus innovantes avec les entreprises privées.

1 : Consortium pour l’Accélération de l’innovation et son transfert dans le domaine du LYMphome

Loading...
Loading...