UP' Magazine L'innovation pour défi

WAGA ENERGY, lauréate du concours national de création d'entreprise I-LAB

WAGA ENERGY, la start-up co-fondée par Guénaël PRINCE, étudiant-entrepreneur à Grenoble IAE- PEPITE OZER Grenoble Alpes dans le cadre du Plan Etudiants Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat (PEPITE), ainsi que trois autres associés (Benoît Lemaignan, Mathieu Lefebvre et Nicolas Paget), vient de recevoir 325.000 € du MESR. La société WAGA ENERGY est lauréate d’I-LAB, le concours d’aide à la création d’entreprises innovantes, catégorie Créa- Dév.

Issue d’un projet essaimé par l’Air Liquide, WAGA ENERGY investit, conçoit et exploite des unités purifiant le biogaz produit par les décharges pour en faire du biométhane injecté dans les réseaux, énergie renouvelable décarbonée, et substitut au gaz naturel.

Pour Jean-Pierre BOISSIN, Professeur à Grenoble IAE et coordinateur national du Plan PEPITE : "Guénaël PRINCE a pu profiter pleinement de l’engagement de notre IAE dans l’entrepreneuriat. En janvier 2014, Grenoble IAE a eu un rôle moteur sur l’Entrepreneuriat et l’Innovation sur le site de Grenoble, en portant la mise en œuvre du nouveau Diplôme Etudiant-Entrepreneur pour l’ensemble des établissements grenoblois. En outre, Guénaël, issu d’une formation d’ingénieur, a acquis dans notre MAE toutes les compétences nécessaires (en droit, finance, stratégie) pour se lancer dans la création d’entreprise. Cette année, cinq équipes sont lauréates du prix PEPITE, deux équipes pour le concours ILab (un catégorie Emergence et un Créa-Dév avec Guénaël). La preuve du concept est faite !"

Favoriser l’entrepreneuriat

Chaque année, de nombreux étudiants de Grenoble IAE créent leur entreprise (32 entreprises créées en dix ans). L’IAE encourage fortement ses étudiants à créer leur entreprise et à adopter le statut Etudiant-Entrepreneur. D’ici 2017, tous les étudiants de l’IAE auront d’ailleurs des cours obligatoires de créativité et d’innovation.

L’Établissement soutient aussi les porteurs de projet : IAE Transfert met à leur disposition des équipes pluridisciplinaires constituées d’étudiants, de professionnels en formation continue et d’un enseignant-chercheur. Et IAE Experts via des modules de formation, permet aux jeunes entrepreneurs de bénéficier des dernières avancées de la Recherche appliquée par des modules de formation.

Connecter les talents

Guénaël PRINCE, ingénieur de formation, a suivi cette année en Formation Continue le MAE de Grenoble IAE. Regroupant des participants aux formations initiales très variées, le Master Administration des Entreprises   favorise le partage d'expériences, source d’innovation et de créativité.

Pour booster la connexion des talents, en septembre 2015, les doctorants issus de formations médicales, scientifiques et technologiques de l’Université de Grenoble auront aussi accès au MAE de l’IAE. Plus généralement, les diplômés de filières scientifiques ou technologiques pourront intégrer les deux Masters Innovation et Entrepreneuriat.

 

innovation

Ynsect inaugure son nouveau siège et centre de R&D

Ynsect, entreprise leader de l’industrie « insectes », inaugure mercredi 8 juillet son nouveau siège social et centre de Recherche et Développement installé à Genopole (Evry).

Ynsect créée fin 2011 par quatre associés (Antoine Hubert, Jean-Gabriel Levon, Fabrice Berro et Alexis Angot) est une société spécialisée dans la production industrielle d’insectes et dans leur transformation en molécules d’intérêt pour :
- la nutrition des poissons et volailles ainsi que des animaux de compagnie
- la chimie verte pour la production de biomatériaux à base de chitine par exemple.

Initialement installée à la pépinière Genopole/CCIE, Ynsect s’étend et investit un bâtiment entier du cluster nommé « Ynstitute » : désormais plus grand centre mondial de R&D privé du secteur. Ce nouveau siège social et centre de R&D sera inauguré en présence de Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche.
L’activité d’Ynsect va de la production d’insectes (du stade larvaire au stade adulte) à la conception de produits finis (concentré protéique, huile, engrais, chitosan). Une visite guidée des laboratoires (salles d’élevage et de transformation) précèdera un temps d’échanges au Génocentre sur les enjeux de la filière insecte et sur la réussite d’Ynsect reconnue à l’échelle internationale.
Avec ses technologies brevetées et son savoir-faire unique au monde, Ynsect apporte une réponse innovante et concrète à l’un des principaux challenges de l’humanité. Neuf milliards d’habitants sont prévus d’ici 2050. Les besoins alimentaires vont considérablement augmenter. Se posera le problème de produire suffisamment de protéines pour nourrir les poissons et volailles, animaux les plus consommés au monde. Les insectes s’avèrent une solution alternative avantageuse sur les plans économique et écologique.
L’entreprise a développé un pilote en 2014 à Genopole, cluster spécialisé dans les sciences de la vie et des biotechnologies, et construit actuellement une unité de démonstration industrielle à Dole dans le Jura.
Ynsect a remporté une dizaine de prix depuis sa création. L’entreprise a notamment été lauréate en mai 2015 de la phase 2 du concours mondial d’innovation 2030. Ynsect a également conclu deux levées de fond successives en 2014 pour un total de 7,3 M€, auprès d’investisseurs français et singapourien de renom (Emertec Gestion, Demeter Partners et New Protein Capital).  

Pour des raisons de sécurité, cette inauguration n’est pas ouverte au grand public. Elle est réservée aux professionnels de la nutrition animale ainsi qu’aux partenaires d’Ynsect.

A propos de Genopole : Premier biocluster français dédié à la recherche en génétique et aux biotechnologies appliquées à la santé et à l’environnement, Genopole rassemble 81 entreprises de biotechnologies, 20 laboratoires de recherche, 21 plates-formes technologiques ainsi que des formations universitaires (université d’Evry-Val-d’Essonne). Son objectif : créer et soutenir des entreprises de biotechnologie, favoriser le développement de la recherche en génomique et le transfert de technologies vers le secteur industriel. Genopole est essentiellement financé par le Conseil Régional d'Ile-de-France (30%), le Conseil général de l'Essonne (26,5%) et l'Etat (15,7%). www.genopole.fr

A propos de Ynsect : Société   spécialisée  dans  la  production industrielle d’insectes et dans leur transformation pour la nutrition et la chimie  verte,  Ynsect a  développé  un pilote en 2014 à Genopole (Evry) et met en place  actuellement  une unité de démonstration  visant  à  produire des matières  riches  en  protéines pour l’alimentation des poissons d’élevage, volailles  et  animaux  domestiques.  Ynsect  mène  des  programmes  de R&D d’envergure  en  collaboration  avec  les principaux centres académiques de référence  en  France et en Europe (CEA, INRA, CNRS, AgroParisTech, IRSTEA, Wageningen    University,…).  
www.ynsect.com

innovation

Chez Primagaz, tous les voyants sont au vert avec CONIBI

Entreprise familiale et citoyenne, Primagaz apporte depuis 150 ans, aux Français non raccordés au réseau de gaz naturel l’énergie indispensable dont ils ont besoin pour se chauffer, cuisiner, travailler, et ce, jusque dans les zones rurales les plus isolées. Depuis plusieurs années, l’entreprise mène une politique de développement durable basée sur des actions concrètes et sur la sensibilisation de ses clients autour d’un objectif fort de réduction de son empreinte environnementale. Dans ce cadre, elle a adhéré dès 2003 au programme CONIBI pour la collecte et la valorisation de ses consommables d’impression. Une démarche qu’elle a progressivement étendue à l’ensemble de ses sites et dont elle se félicite aujourd’hui.

Contribuer à un futur, où il fera bon vivre

Ancrée dans les territoires, Primagaz est en première ligne pour observer les effets du changement climatique et la nécessité de préserver les ressources naturelles. Très impliquée dans ce domaine, l’entreprise propose déjà la distribution de bouteilles 100% recyclables et réutilisables. Elle promeut également auprès de ses clients de nouvelles énergies, comme le GPL et le GNL, dont les émissions de CO2 sont plus faibles que le fuel (de - 20 à - 25%) et développe à leur intention des solutions de performance énergétique.

En 2012, sous l’impulsion de son nouveau directeur général, Massih Niazi, elle met en place un plan de développement durable ambitieux, dont l’objectif est de lui permettre de réduire d’un tiers ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020. Pour cela, elle a d’abord mobilisé ses collaborateurs en interne et a réfléchi avec eux à la rédaction d’une charte d’engagements Primagaz, dont ont découlé des actions concrètes : modernisation du parc automobile, formation à l’éco-conduite, développement d’un maillage homogène du territoire pour limiter le transport par camion, revalorisation des bandeaux plastiques autour de ses bouteilles de gaz, télé-relève des citernes pour optimiser le réapprovisionnement…

Aujourd’hui, parmi les salariés, 16 sont ambassadeurs et constituent la Green Team Primagaz. Ils s’efforcent d’entrainer leurs collègues et de promouvoir sur chaque site de l’entreprise les bonnes pratiques environnementales. Parmi celles-ci : le développement du programme CONIBI, un consortium réunissant les plus grandes marques de l’impression et proposant la collecte, le recyclage et la valorisation des cartouches usagées.

« Nous ne pouvons que nous enorgueillir de travailler avec une entreprise comme Primagaz, qui est une Société d’envergure nationale et très impliquée pour l’environnement.
La structure et l’organisation de Conibi répondent parfaitement aux enjeux et caractéristiques de chaque site de production de Primagaz, et nous sommes en mesure de personnaliser notre prestation pour faire face à toute contrainte.
La solution de recyclage innovante et performante de Conibi est faite pour répondre aux objectifs environnementaux que s’est fixé Primagaz. Nous mettons à leur disposition des reportings qui permettent à leur équipe « Green Team » de veiller à ce que le nombre de cartouches envoyées vers nos circuits de recyclage soit le plus élevé possible. Nous leur adressons également des Bilans « collectes et recyclage » qui se révèlent être de véritables outils pédagogiques pour adopter de bonnes pratiques au sein de l’entreprise. En effet, ces outils quantifient les ressources naturelles économisées grâce à la production de matières premières secondaires issues à partir des cartouches. Chaque collaborateur peut donc avoir une idée de son impact positif sur l’environnement lorqu’il dépose une cartouche dans nos Ecobox, » explique Emmanuel Delamort, Responsable support clients de Conibi.

Eviter le gaspillage à tous les niveaux de l’entreprise

Entreprise pionnière dans la mise en place de réponses innovantes en matière de développement durable, Primagaz est constamment à la recherche de nouvelles solutions plus écologiques pour son industrie. Dans cet esprit, la réduction de la consommation de papier a fait partie des premières actions décidées pour réduire son empreinte environnementale. Primagaz est ainsi parvenue à diviser par 10 le volume d’imprimés, notamment grâce à de nouveaux outils digitaux. Et c’est donc tout naturellement que, dès 2003, la société a été sensible au discours du consortium CONIBI, qui lui proposait la collecte et la valorisation de ses consommables d’impressions usagés.

« Le gaspillage n’est pas dans notre ADN. Jeter nos cartouches, alors que des solutions pertinentes existent, était inconcevable pour nous. Nous cherchions donc une réponse alternative, que nous avons trouvée chez CONIBI. Au-delà d’un simple accord de collecte, nous avons l’assurance avec Conibi du devenir de nos cartouches, via des bordereaux et des reportings en ligne, qui nous assurent une parfaite traçabilité. C’est important pour la crédibilité de notre démarche de savoir ce qu’il advient réellement de nos déchets », explique Walter Delage, responsable développement durable chez Primagaz.

L’autre aspect, qui a beaucoup plu au responsable du développement durable de Primagaz, c’est l’engagement de CONIBI auprès d’entreprises adaptées, comme Maine Ateliers, qui conduit des actions en faveur de l’insertion par le travail des personnes handicapées.

« Notre contribution à l’économie sociale et solidaire est aussi importante pour nos salariés. Eux-mêmes s’impliquent bénévolement, chaque année à nos côtés, dans des actions sociales comme le Téléthon ou environnementales comme ‘World Cleanup’. C’est essentiel pour nous, que nos partenaires s’inscrivent également dans ce type de démarche », poursuit Walter Delage.

Au-delà d’un simple prestataire, un véritable partenaire

Le partenariat avec CONIBI a débuté avec le siège social de l’entreprise, puis s’est progressivement étendu au site historique de Saint-Pierre-des-Corps, ainsi qu’à l’ensemble des sites de l’entreprise.

Chaque année, ce sont ainsi 12 collectes CONIBI effectuées sur le territoire, qui permettent de récupérer les consommables d’impression, avant de les recycler et de les valoriser au sein des installations du consortium ou auprès des constructeurs. En 2014, cela représentait 500 à 600 kg par an de cartouches et toners. « Nos sites sont aujourd’hui parfaitement autonomes, grâce aux Ecobox® fournis par CONIBI et dans lesquels sont stockés les cartouches usagées avant leur collecte. Cette pratique entre dans les mœurs. Tout ce que nous pouvons recycler, nous le recyclons, jusqu’aux gobelets de café. Nous sommes dans une démarche d’amélioration progressive et régulière », précise Walter Delage.

En partenariat avec un éco-organisme de référence, CONIBI propose également la collecte des piles usagées, un service qu’a adopté Primagaz. « Nous avons de très bonnes relations avec CONIBI. Ce sont des gens sérieux. De notre côté, nous cherchons des partenaires et nous sommes donc fidèles à ceux qui savent répondre à nos attentes. La collecte de nos piles en simultané avec celle de nos cartouches est, par exemple, un bon moyen de limiter le transport et de nous simplifier la vie », conclut Walter Delage.

Mieux comprendre l’activité de Primagaz
Filiale du groupe SVH Energy, leader mondial de la distribution de gaz de pétrole liquéfié (GPL), Primagaz innove depuis plus de 150 ans, pour apporter dans toutes les régions françaises non raccordées aux réseaux de gaz naturel l’énergie indispensable à leur développement. Nous couvrons 100% du territoire, y compris les zones éloignées des centres urbains et difficiles d’accès. Chaque jour, 10 millions de ménages, 2 millions d’entreprises, 27 000 communes et 2 500 sites publics peuvent, s’ils le souhaitent, accéder à nos solutions énergétiques pour se chauffer, cuisiner, cultiver, produire et travailler. Notre statut d’entreprise familiale non côtée nous permet de voir à long terme ; c’est l’assurance pour nos clients de pouvoir compter sur un partenaire de confiance dans un monde qui bouge.
En savoir plus : www.primagaz.fr

Mieux comprendre l’activité de CONIBI
Créé en 2000, CONIBI est un consortium réunissant les plus grandes marques et les principaux fournisseurs de solutions d’impression. Expert du traitement des consommables usagés des entreprises, il collecte, trie, traite, recycle et valorise les déchets de consommables informatiques et bureautiques. CONIBI est membre du Syndicat National des Entreprises de Systèmes et Solutions d'Impression (SNESSI), également certifié ISO 9001 et 14001 par l'AFAQ. Enfin, le consortium a mis en place un Système de Management de l'Environnement et de la Qualité (SMEQ). En 2013, CONIBI a collecté plus de 1 800 tonnes de cartouches d’impression.
En savoir plus : www.conibi.fr

innovation

Dassault Systèmes annonce la disponibilité de « Build to Operate », nouvelle solution-expérience pour l’aéronautique et la défense

La gestion des opérations de fabrication met la précision numérique au service de la collaboration entre l’ingénierie, la production et les partenaires externes : Dassault Systèmes, « The 3DEXPERIENCE Company », leader mondial des logiciels de création 3D, de maquettes numériques en 3D et de solutions de gestion du cycle de vie des produits (PLM — Product Lifecycle Management), lance « Build to Operate », une nouvelle solution-expérience pour l’aéronautique et la défense.

Les constructeurs (OEM) et les grands équipementiers peuvent augmenter l’efficacité et la qualité de leurs programmes en utilisant les fonctions de gestion globale d’usine numérique de la plateforme 3DEXPERIENCE de Dassault Systèmes.
Avec la modernisation des flottes d’avions et de la mise hors service de milliers d’appareils au cours de la prochaine décennie, un nouveau cycle de construction aéronautique est actuellement en cours au niveau mondial. Pour répondre à cette évolution, les constructeurs et les équipementiers doivent mettre en œuvre des pratiques « lean » qui améliorent les performances de leurs programmes et préparent leurs opérations de fabrication pour atteindre rapidement des cadences de production élevées.

Basée sur la plate-forme 3DEXPERIENCE de Dassault Systèmes, « Build to Operate » permet aux constructeurs et aux grands équipementiers de surveiller, contrôler et valider les différents aspects des opérations de fabrication — des processus et des séquences de production reproductibles au flux de livrables, tout au long de leur chaîne d’approvisionnement — et ce, à l’échelle mondiale.
« Avoir une visibilité instantanée de la productivité à tous les niveaux — usines, lignes, stations, cellules et personnes — est essentielle pour assurer une amélioration continue. ‘Build to Operate’ met cette capacité à la portée des lignes de production existantes et accélère la montée en puissance des nouvelles lignes, afin d’atteindre des cadences optimales », déclare Michel Tellier, vice-président en charge de l’industrie Aéronautique et Défense chez Dassault Systèmes. « Les entreprises du secteur aéronautique qui déploient aujourd’hui cette ‘usine du futur’ peuvent tabler sur des avantages tels qu’une réduction de 25 % du nombre d’erreurs, une baisse de 20 % du volume de déchets et une amélioration de 15 % de la qualité, du premier coup ».

La solution « Build to Operate » dispose des fonctionnalités suivantes :
• Visibilité en boucle fermée de toutes les opérations de fabrication, ce qui permet d’évaluer les risques et de mettre en œuvre des procédures capables de les minimiser.
• Déploiement global des processus de fabrication « lean », y compris les performances d’automatisation des lignes et les informations liées aux dysfonctionnements qui peuvent être étudiées dans un environnement analytique et de « rediffusion » virtuel ; les améliorations ainsi enregistrées peuvent être mises en œuvre sur tous les sites à travers le monde.
• Accès en temps réel aux indicateurs de performances clés et analyse des données d’entrepôt, de production et de qualité dans l’entreprise étendue ; la surveillance des données en atelier permet de détecter en temps réel et proactivement les risques pour la qualité, empêche les rebuts et reprises, et permet d’identifier les causes afin d’éviter des défauts de fabrication additive (impression 3D) ou sur les composites.
• Traçabilité en temps réel des données fournisseurs en vue de traiter rapidement les problématiques de qualité et contrôler le flux des livrables pour minimiser les risques d’installation de composants défectueux et les livraisons incomplètes.

« Nous avons adopté la solution ‘Build to Operate’ de Dassault Systèmes pour améliorer l’exécution des opérations de fabrication de nos futurs hélicoptères », déclare Jean-Luc Sturlèse, Vice President, Production Flows Management, Airbus Helicopters. « En associant étroitement les activités d’ingénierie à notre processus de gestion des modifications, et en mettant en œuvre des processus lean tels que le traitement en flux tendus (JIT) ou la fabrication ‘sans papier’, nous nous sommes fixés pour objectifs d’améliorer la qualité et d’accélérer la production tout en réduisant le coût des programmes. ».

À propos de Dassault Systèmes
Dassault Systèmes, « The 3DEXPERIENCE Company », offre aux entreprises et aux particuliers les univers virtuels nécessaires à la conception d’innovations durables. Ses solutions leaders sur le marché transforment pour ses clients, la conception, la fabrication et la maintenance de leurs produits. Les solutions collaboratives de Dassault Systèmes permettent de promouvoir l’innovation sociale et offrent de nouvelles possibilités d’améliorer le monde réel grâce aux univers virtuels. Avec des ventes dans plus de 140 pays, le Groupe apporte de la valeur à plus de 190 000 entreprises de toutes tailles dans toutes les industries. Pour plus d’informations : www.3ds.com.
3DEXPERIENCE, CATIA, SOLIDWORKS, ENOVIA, DELMIA, SIMULIA, GEOVIA, EXALEAD, 3D VIA, BIOVIA, NETVIBES, 3DSWYM et 3DEXCITE sont des marques de commerce ou des marques déposées de Dassault Systèmes ou de ses filiales aux États Unis et/ou dans d’autres pays.

 

innovation

Alban Muller International remporte le Trophée Défis RSE 2015

Une volonté historique, une stratégie globale... Alban Muller International a reçu ce lundi 15 juin à Paris le Trophée Défis RSE 2015 pour son implication territoriale en Région Centre. Soutenu par Malakoff-Médéric et Suez Environnement, ce concours d'envergure nationale valorise les engagements, les résultats et la pérennité de la démarche RSE des entreprises. 

Expert du végétal et du made in France éco-responsable, Alban Muller International est le partenaire des industries de la Beauté et de la Santé depuis 1978. Composante de sa démarche RSE, son implication territoriale s'est concrétisée notamment par une collaboration étroite avec des agriculteurs producteurs locaux pour disposer de près de 1000 hectares de cultures de plantes à côté de son usine de production. Cette utilisation de matières premières de proximité permet de garantir la qualité et la sécurité de son approvisionnement ainsi qu'une performance économique et environnementale optimale (récolte lors de la concentration optimale des actifs de la plante, pas de temps de transport pour le séchage...)

« Cette reconnaissance du monde de l'entreprise, qui vient s'ajouter au label Entreprise du Patrimoine Vivant reçu en 2014 pour l'excellence de notre savoir-faire, nous encourage à persévérer dans la voie d'une démarche RSE globale, inhérente à notre croissance durable et à notre force d'innovation », dixit Alban Muller lors de la remise du trophée.

Plus d'informations sur les Trophées Défis RSE 2015 : www.defis-rse.fr

Naissance de l’Association Blue Circle : Réunir Grandes Entreprises et Startups pour accélérer l’innovation

Stanwell Consulting, cabinet de conseil en stratégie et transformation, spécialiste des secteurs Banque-Assurance, Retail & Supply Chain, L’ESSEC Business School, et Les Comptoirs, agence Conseil Digitale spécialisée dans l’innovation, la stratégie, la production et l’animation de dispositifs digitaux personnalisés, annoncent la création de l’Association Blue Circle.
L’objectif : répondre aux enjeux digitaux des Grandes Entreprises et aider les startups à grandir en les accompagnants dans la transformation de leurs idées en solutions business concrètes, les « Blue Solutions ».

Accompagner concrètement la transformation du tissu économique

A l’heure de la Smart data, les Grandes Entreprises, les institutions et la société dans son ensemble semblent porter un nouveau regard sur les thématiques de l’entrepreneuriat et de l’innovation. Les acteurs du financement sont nombreux et, si les initiatives de toutes formes se multiplient pour soutenir les jeunes pousses, peu de solutions assurent un lien efficace entre les Startups et les Grandes Entreprises.
C’est précisément l’objet de Blue Circle : aider les entreprises à réussir leur transformation digitale par la promotion de l’innovation et l’émergence de modèles de développement pérennes tout en favorisant le tissu économique français.

« Concrètement, au-delà d’un rôle de mise en relation des acteurs de cette transition digitale, notre objet est d’accompagner les jeunes entreprises innovantes ; les aider à construire des solutions personnalisées qui répondent aux enjeux business réels des Grandes Entreprises, nos clients que nous accompagnons sur le long terme. Il s’agit pour nous d’institutionnaliser une pratique éprouvée au quotidien dans l’accompagnement et la concrétisation de projets digitaux avec des partenaires complémentaires qui partagent notre vision et nos valeurs » précise Thomas Tugendhat, Président de l’Association Blue Circle et associé de Stanwell Consulting.

Si les membres fondateurs de Blue Circle, Stanwell Consulting et Les Comptoirs, feront vivre l’association en apportant des moyens humains et financiers pour garantir sa pérennité, des partenaires comme l’ESSEC Business School, Maddyness ou encore CapSens participeront à l’animation et à la communication de l’association et aussi au recrutement de ses membres.
« Blue Circle vient compléter les dispositifs d’accompagnement de l’innovation et des startups. Cette initiative d’open innovation concrète permet à l’ESSEC de bénéficier de nouvelles réponses pour ses partenaires face aux défis économiques en perspective et de compléter l’accompagnement proposé aux jeunes entrepreneurs.» précise Julien Morel, Administrateur de l’Association et directeur exécutif d’ESSEC Ventures.


Parmi les entreprises innovantes qui ont rejoint l’association, se trouvent My metriks (data visualisation), Sentinello (commerce connecté), Spear (crowdfunding), Sharepay (paiement), Expensya (outil de gestion comptable), Graphinium (Relation client big data CRM). L’objectif est de constituer un vivier de startups qualifiées avant la rentrée prochaine, ainsi 100 start-ups sont attendues sur la plateforme, afin de couvrir l’ensemble des secteurs, tout en assurant un niveau d’activités conséquent pour chaque entreprise innovante.


La Blue Solution ou la mise en œuvre d’un cercle vertueux

«Blue Circle va nous permettre de fédérer un réseau d’acteurs de la transformation digitale et d’apporter une réponse plus efficace et contextualisée aux enjeux d’innovation des grands groupes au travers des Blue Solutions. En effet, celles-ci permettent aux Grandes Entreprises de renouveler leurs méthodes et services, de co-créer, de s’autoriser à innover grâce à des modèles disruptifs » précise Karine Jouannigot, Secrétaire Général de l’Association Blue Circle, Vice-Présidente des Comptoirs.

In fine, un cercle vertueux se dessine, la grande entreprise trouve la solution innovante personnalisée à son environnement, la startup trouve une application business concrète, un débouché financier et renforce son développement.
« La philosophie de Blue Circle est très intéressante pour les jeunes entreprises innovantes. Grâce à l’accompagnement et au réseau de ses fondateurs, nous avons défini et lancé un projet de tableaux de bord dynamiques pour la direction commerciale d’un grand groupe bancaire. En prenant le temps de répondre à des enjeux spécifiques nous avons vendu un premier projet et créé de nouvelles relations business long terme » complète Jean Pierre Dubé, Président de Brand New Day Consulting, éditeur du logiciel My Metriks.


Le Cercle Bleu pour un networking efficace
L’action de Blue Circle est complétée par un ensemble d’activités favorisant l’émulation au sein de ce réseau mixte de startups, Grandes Entreprises et membres de l’Association. Il s’appuiera en outre sur un site collaboratif www.blue-circle.net, et s’articulera également autour de rencontres, dans le but de favoriser les échanges autour des Blue Solutions. L’association approfondira régulièrement une problématique au service de l’ensemble des membres et mènera des études portant sur les enjeux clés de la digitalisation de l’économie, telles que l’utilisation de la Data au sein des Grandes Entreprises.

À propos de l’ESSEC
L’ESSEC, fondée en 1907, est un acteur majeur de l’enseignement de la gestion sur la scène mondiale. Avec 4 558 étudiants, une large gamme de programmes en management, des partenariats avec les plus grandes universités dans le monde, un réseau de 46 000 diplômés, un corps professoral composé de 151 professeurs permanents en France et à Singapour dont 18 professeurs émérites, reconnus pour la qualité et l’influence de leurs recherches, l’ESSEC perpétue une tradition d’excellence académique et cultive un esprit d’ouverture au service des activités économiques, sociales et de l’innovation.
En 2005, l’ESSEC a ouvert un campus en Asie, l’ESSEC Asia-Pacific, stratégiquement situé à Singapour. Ce campus représente pour l’ESSEC l’opportunité de participer à la croissance de l’Asie et d’apporter son expertise dans cette région en pleine expansion. Pour toute information complémentaire : www.essec.fr 

A propos de Stanwell Consulting
Créé en 2006, Stanwell Consulting est un cabinet de conseil en stratégie et transformation. Structure jeune à forte croissance, Stanwell allie dynamisme et références solides, son positionnement original associe vision stratégique des modèles métier de ses clients et capacité à accompagner leurs plans de transformation, s’appuyant sur de solides connaissances et une capacité à créer des solutions sur-mesure dans les secteurs de la Banque, Assurance, mais aussi Retail et Supply Chain.
Dirigé par 9 associés, et fort d’une équipe de plus de 100 consultants issus des meilleures formations d’ingénieur et de commerce, Stanwell poursuit sa croissance dynamique tout en maintenant sa culture d’excellence, d’artisanat, et de courage, renforcée par sa structure indépendante. www.stanwell.fr

A propos des Comptoirs
Les Comptoirs, agence digitale fondée en 2006, accompagne ses clients tout au long de la chaine de valeur digitale, de la définition de leur stratégie à sa mise en action, en passant par l’intégration de technologies nouvelles telles que les objets connectés. En se dotant d’un laboratoire d’expérimentation, Les Comptoirs peuvent ainsi personnaliser des solutions dédiées aux Grandes entreprises françaises et internationales.
http://www.lescomptoirs.com/

santé innovation

EOS imaging lance 'EOS 3D Service', une offre de modélisation 3D

EOS imaging, pionnier de l'imagerie médicale orthopédique 2D/3D, annonce aujourd'hui une nouvelle offre en ligne permettant aux hôpitaux d'externaliser la modélisation 3D à partir d'images stéréo-radiographiques EOS. Les modèles et données 3D, réalisés par la filiale canadienne d'EOS imaging à Montréal, seront mis à la disposition de tous les professionnels de santé qui ont accès aux images EOS.

Les modèles 3D et les paramètres cliniques calculés automatiquement pour le rachis, la hanche et le genou, seront disponibles pour le diagnostic, l'aide à la décision thérapeutique, la planification de l'intervention chirurgicale et le contrôle post-opératoire. La modélisation 3D de la cage thoracique sera également disponible aux fins de recherche et pour la conception des corsets orthopédiques destinés à la correction de la scoliose.

EOS imaging a lancé la commercialisation de ce nouveau service et déjà conclu un premier accord avec la Setting Scoliosis Straight Foundation (SSSF), association à but non lucratif qui soutient le Harms Study Group pour l'étude et la mise au point de traitements de la scoliose chez les enfants et les adolescents. Le Harms Study Group (HSG), créé en 1995, rassemble d'éminents chirurgiens du monde entier qui mènent des recherches multi-centriques et en partagent les résultats pour faire progresser les techniques de correction des déformations de la colonne vertébrale. EOS 3D Service va permettre aux chirurgiens du Harms Study Group de disposer des données 3D de leurs patients.

« Le service de modélisation d'EOS s'inscrit parfaitement dans notre plan stratégique pour l'étude et l'identification de nouvelles techniques de traitement en 3D des déformations de la colonne vertébrale, et nous nous félicitons de ce partenariat en tant que premiers utilisateurs de l'offre EOS 3D Service » déclare Michelle Marks, Directrice Générale de la fondation SSSF.

Marie Meynadier, Directrice Générale d'EOS imaging, ajoute : « EOS 3D Service permet aux chirurgiens et orthésistes qui ne disposent pas actuellement d'un accès direct à notre station de revue sterEOS de bénéficier des modèles et données 3D de leurs patients. Nous sommes heureux de mettre ce service à disposition de tous nos clients et prescripteurs, renforçant ainsi la valeur de notre gamme de services et logiciels associés à la plate-forme EOS. »

Le système EOS® fournit des images stéréo-radiographiques 2D et 3D du corps entier des patients en position fonctionnelle, à des doses de radiation inférieures de 50 % à 85 % à celles des systèmes standard de radiologie, et de 95 % inférieures aux doses délivrées par les examens tomodensitométriques les plus simples, ainsi que des solutions logicielles associées. La nouvelle option Micro Dose d'EOS, récemment autorisée par la FDA, permet de réaliser des examens de suivi sur des enfants et adolescents scoliotiques, en accord avec le principe ALARA (As Low As Reasonably Achievable), à une dose équivalente à celle d'une semaine de rayonnement naturel sur Terre.
www.eos-imaging.com

EOS imaging a été sélectionné pour intégrer l'indice EnterNext© PEA-PME 150, composé de 150 entreprises françaises, cotées sur les marchés d'Euronext et d'Alternext à Paris.

A propos d'EOS imaging
Le Groupe EOS imaging conçoit, développe et commercialise EOS®, un dispositif médical d'imagerie innovant fondé sur les travaux du Prix Nobel de Physique Georges Charpak, et les applications associées. Le Groupe a obtenu les autorisations de mise sur le marché dans 48 pays, dont les États-Unis (FDA), le Japon, et l'Union Européenne (CE). Le Groupe a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 20,1 millions d'euros et emploie 107 collaborateurs dont une équipe R&D de 39 ingénieurs. Le Groupe est basé à Paris et dispose de quatre filiales : en France à Besançon, aux États-Unis à Cambridge, Massachusetts, au Canada à Montréal et en Allemagne à Francfort, ainsi que d'un bureau à Singapour.

Le CNRS conforte sa première place mondiale en nombre de publications scientifiques

Selon le classement SIR (Scimago Institutions Rankings) 2014, le CNRS reste la plus importante institution de recherche mondiale en nombre de publications scientifiques.

Il précède l’Académie chinoise des sciences, l’Académie russe des sciences et l’université Harvard (Etats-Unis). La Helmholtz Gemeinschaft et l’Institut Max-Planck en Allemagne, les universités de Tokyo et de Tsinghua (en Chine) sont respectivement en 5e, 6e, 8e et 11e positions de ce classement.

Ce dernier évalue plus de 4 800 universités et organismes de recherche à travers le monde dont la production scientifique dépasse les 100 publications en 2012. Il couvre les années 2008-2012 et se base sur l'indexation des publications scientifiques mondiales dans la base de données Scopus.

Le CNRS est également au premier rang mondial du classement Scimago 2014 portant sur l’innovation, devant l’université d’Harvard et les National Institutes of Health (NIH) aux Etats-Unis. Ce second classement recense les publications scientifiques d’établissements déposant des brevets (http://www.epo.org). 

 

Concours Consolis Awards

CONSOLIS groupe industriel européen du secteur de la construction, des travaux publics et de l’infrastructure ferroviaire et sa filiale BONNA SABLA, leader français des solutions en béton préfabriqué, intervenant dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’aménagement urbain lancent le concours CONSOLIS AWARDS.

Destiné aux étudiants inscrits en architecture et en design d’espace pour l’année scolaire 2014-2015 ainsi qu’aux jeunes diplômés, le concours offre l’occasion aux participants de proposer leur vision du mobilier urbain et d’exploiter toutes les qualités du béton, à travers cinq catégories au choix :

- Espace déjeuner urbain
- Espace de travail
- Espace fumeur
- Borne intelligente
- Mobilier photo souvenir

Plus d'informations et inscriptions : www.consolis-awards.com

Clôture des inscriptions : 31 mars 2015

 

Clôture de réception des projets : 15 mai 2015
Sélection des lauréats : du 15 mai au 15 juin
Remise des prix : fin juin 2014

 

Bienvenue Telecom lauréat du prix Challenge startup 2014

La remise de prix du Challenge Startup 2014 s’est déroulée jeudi 18 décembre chez Bouygues Telecom. Le jury, composé de huit spécialistes des startups, des télécoms et des attentes clients, a remis le Trophée 4G, le Trophée Box Android ainsi qu’un prix spécial à des startups choisies selon trois critères : l’originalité, l’innovation et la capacité à convaincre le plus grand nombre.

Les deux premiers lauréats du trophée 4G, dont Bienvenue Telecom, sont des sociétés proposant aux touristes visitant la France une connexion Wi-Fi pour un prix abordable.

Bienvenue Telecom offre aux touristes internationaux, particuliers ou professionnels, qui visitent la France la possibilité d’utiliser internet mobile via leur smartphone (ou tablette ou PC) comme ils ont l’habitude de le faire chez eux, et en évitant les frais de roaming dissuasifs habituellement pratiqués. La solution repose sur la location d’un hotspot mobile 4G que le client peut glisser dans sa poche et qui lui offre en permanence une connexion wifi très haut débit.
Ce service est également plébiscité en France par les exposants lors des salons professionnels, les propriétaires de residence secondaires.

www.bienvenuetele.com

Appel à candidatures sur Idenergie jusqu'au 15 février 2015

Vous avez une idée innovante ? Un service internet ou un produit physique ? Idenergie est la solution pour réussir le lancement de votre startup innovante ! Vous avez jusqu’au 15 février pour retirer votre dossier d'inscription sur : www.idenergie.fr

Idenergie : le programme pour réussir le lancement de sa startup !

Idenergie, le premier accélérateur de startups créé en France en 2007, revient pour une nouvelle saison avec toujours plus d’innovations ! Idenergie propose d’analyser avec les porteurs de projet toutes les questions fondamentales liées au lancement d’une entreprise, de façon pragmatique et efficace. Les participants bénéficient d’une équipe dédiée, composée d’entrepreneurs mentors et d’experts pour travailler sur leur projet. Ils utilisent les méthodes et les outils les plus en vogue pour réussir leur startup (Business Model Canvas, Lean startup, design thinking, test de personnalité d’entrepreneur, Empathy map, pitch training, …).

Etape 1 : Boostez et validez votre projet (mars à juin) - 18 entrepreneurs sélectionnés

- Des experts et une douzaine de mentors pour booster, tester et affiner votre idée Testez le marché
- Trouvez votre positionnement et votre différenciation
- Pitchez devant un jury pour faire partie des 8 à 12 participants à l’étape 2 :

Etape 2 : Construisez votre projet (juillet à novembre) - 12 entrepreneurs sélectionnés

- Trouvez le business model rentable Prototypez votre produit
- Définissez votre plan d’action commercial
- Maîtrisez l’art du pitch et les réseaux sociaux, comprenez les médias Séduisez les sources de financement, sachez convaincre les investisseurs

Etape 3 : Lancez votre startup - Jury et remise des prix financiers (20 000€)

- Entrez dans l’Incubateur LMT et accéder à un réseau international dans plus de 25 pays
- Lancez votre produit dans notre boutique Neoshop (www.neoshop-laval.fr)

L’aventure de la création d’entreprise innovante vous tente ? Inscriptions sur www.idenergie.fr avant le 15 février 2015

Ils ont participé à Idenergie et l’aventure continue !

Depuis 2007, Idenergie a accompagné 56 porteurs de projet, a permis la création de 34 entreprises innovantes et de 125 emplois directs. Voici quelques exemples de startups :

- Shortways (www.shortways.com) : « Shortways lève 500 k€ […] La société emploie 8 salariés pour 300 k€ de chiffre d’affaires en 2013 mais vise une croissance à deux chiffres. » Lettre API – 10 juillet 2014

- Soyooz (www.soyooz.com) : « start-up de dix personnes entre en phase commerciale. Fondé en 2012, Soyooz se place sur le conseil en ligne de produits techniques complexes. » Soyooz et Shortways ont été sélectionnées par l’Usine Nouvelle parmi les 123 pépites numériques françaises. L’Usine Nouvelle – 16 au 22 octobre 2014

- Alegory (www.alegory.com) et Rys Design (www.jwun.eu) réussissent leurs campagnes de financement participatif sur Indiegogo et Ulule en juillet et novembre 2014 : 25 190 € collectés pour Alegory pour un objectif de 15 000€ et 7567 € collectés pour un objectif de 5 000€ pour Rys Design.

- Red Motion (www.red-motion.fr) : BAM City, le modèle de guidon anti-vibration adapté à un usage urbain (vélo, ville et vtc) a été sélectionné parmi les innovations du salon Inosport en juin 2014.

- Hello Asso (www.helloasso.fr) : Une plate-forme de financement participative dédiée aux associations françaises (+4000) et son co-fondateur est organisateur de la Social Good Week.

YNSECT continue son avancée de produits biossourcés à l'international

Neuf mois après sa première levée de fonds de 1,8 million d’euros, YNSECT – The Insect Company –, entreprise spécialisée dans les biotechnologies « insectes », conclut une nouvelle augmentation de capital de 5,5 millions d’euros. A cette occasion, NEW PROTEIN CAPITAL, société financière basée à Singapour, rejoint YNSECT aux côtés de ses investisseurs actuels, EMERTEC Gestion et DEMETER PARTNERS qui participent eux aussi à l’opération.

Le monde fait face à un défi majeur avec le doublement des besoins alimentaires à l'horizon 2050, auquel les modes actuels de production, que ce soit l’agriculture ou l’aquaculture, ne permettent pas de répondre. Le constat est tout aussi préoccupant pour les besoins en matières fossiles. Face à cette pénurie annoncée de ressources, et en particulier de protéines, la production et la transformation d’insectes peuvent apporter une réponse sérieuse, mais elles n’ont à ce jour jamais atteint une échelle industrielle.

En 2011, YNSECT a été créé avec la vision de développer l’Entoraffinerie©, la bioraffinerie d’insectes (UP' en parlait déjà en 2012). Cette solution technologique unique au monde associe un élevage industriel d’insectes et leur transformation en molécules d’intérêt pour les marchés de la nutrition et de la chimie verte. Au cours des neuf derniers mois, la société a notamment déployé un pilote d’Entoraffinerie©, projet primé au Concours Mondial d’Innovations 2030.

Cette nouvelle levée de fonds permettra à YNSECT de confirmer son avance dans cette nouvelle filière industrielle des produits biosourcés issus d’insectes. Elle renforce également son ouverture à l’international, en particulier en Asie, avec l’entrée au capital d’une société d’investissement singapourienne. En 2015, la société accélérera ses travaux de R&D dans son nouveau centre de 1700m² au Genopole d’Evry, débutera l’industrialisation de ses procédés et poursuivra sa stratégie de partenariats avec des industriels internationaux.

« C’est un grand honneur de voir EMERTEC Gestion et DEMETER PARTNERS nous renouveler leur confiance et d’accueillir dans notre actionnariat NEW PROTEIN CAPITAL. Cet investissement, par son envergure et par sa dimension internationale, place YNSECT comme leader mondial de cette nouvelle filière. Il est un signe particulièrement fort de reconnaissance des technologies de rupture développées par YNSECT et de validation de sa stratégie industrielle. Il va permettre à l’entreprise d’accélérer significativement sa feuille de route industrielle et lui donne ainsi les moyens de répondre rapidement aux fortes attentes de nos partenaires pour nos produits de commodités comme ceux à haute valeur ajoutée. » commente Antoine Hubert, Président d’YNSECT.

www.ynsect.com 

"Nous nous réjouissons de cette seconde levée de fonds pour Ynsect. Nous y participons via le fonds EMERTEC 5 avec la conviction que les atouts d’YNSECT en font un acteur unique armé pour la compétition mondiale.
La société dispose de moyens à la hauteur de son ambition et va accélérer son déploiement commercial et industriel. Avec dynamisme, elle poursuit sa stratégie de développement produits et de propriété intellectuelle." explique Franck Lamy, Directeur de Participations chez EMERTEC.

« DEMETER PARTNERS est heureux de poursuivre son soutien à YNSECT, via son fonds DEMETER 3 AMORÇAGE. Avec cette levée de fonds, YNSECT renforce sa position de leader sur le marché des protéines et molécules d’intérêt à partir d’insectes. YNSECT va dans les prochains mois franchir des étapes importantes en termes commercial, industriel et de propriété industrielle. » déclare Stephane Villecroze, Directeur Général de DEMETER PARTNERS.

« YNSECT a choisi la voie de la haute technologie pour répondre aux problèmes de pénurie de protéines animales dans le monde, conséquence d’une demande toujours exponentielle et d’une capacité de production limitée. Cette aptitude à proposer des stratégies hautement innovantes et économiquement viables est ce qui nous a tout de suite séduits dans la démarche de l’équipe d’YNSECT. Face au défi agricole et environnemental des prochaines années, nous voyons en YNSECT un leader mondial potentiel en termes de recherche et de capacité industrielle sur ce nouveau secteur. » déclare Matthieu Vermersch, fondateur de NEW PROTEIN CAPITAL.

A propos d ’YNSECT :
YNSECT créée fin 2011 par quatre associés (Antoine Hubert, Jean-Gabriel Levon, Fabrice Berro et Alexis Angot) est une société de biotechnologie spécialisée dans la production industrielle d’insectes et dans leur transformation pour la nutrition et la chimie verte. L’entreprise a développé en 2014 à Genopole d’Evry un pilote de bioraffinerie d’insectes. Elle mène des programmes de R&D d’envergure en collaboration avec les principaux centres académiques de référence en France et en Europe (CEA, INRA, CNRS, IFREMER, AgroParisTech, IRSTEA, Wageningen University,…). La société, soutenue par BPI France et la Région Ile-de-France, est membre actif de pôles de compétitivité (Industries Agro Ressources, Vitagora,…). Elle a été lauréate cette année du Concours Mondial d’Innovation 2030 et du Cleantech Open Global Forum à San Francisco.  www.ynsect.com

COLDWAY lance son 1er véhicule utilitaire équipé de sa technologie

A l’origine d’une technologie innovante permettant la production de froid autonome, COLDWAY lance son 1er véhicule utilitaire équipé de sa technologie

Inventeur d’une technologie thermochimique qui permet la production autonome de froid mais aussi de chaleur, COLDWAY fait évoluer ce concept innovant et lance aujourd’hui son premier véhicule utilitaire équipé de cette technologie. Adaptable, quel que soit le cahier des charges de ses clients, notamment le secteur médical, cette technologie mobile fonctionne de manière parfaitement autonome et indépendamment du véhicule réduisant ainsi toute surconsommation de carburant et autres nuisances sonores.

Ce premier lancement d’un véhicule équipé à la demande, marque une nouvelle étape majeure dans les solutions offertes pour le transport de produits thermosensibles. Le CHU de Toulouse le confirme par le choix qu’il a récemment fait. En effet, après testée cette nouvelle solution avec le support d’ingénierie de COLDWAY, le CHU l’a approuvée et la retient comme solution envisageable.

Répondant à la fois aux exigences règlementaires (NF EN ISO 15189, ADR (2)) et aux enjeux de la maîtrise des températures des produits transportés, ces véhicules apportent désormais une réponse supplémentaire aux attentes de laboratoire d’analyses médicales notamment pour le transport des produits thermosensibles tels que les prélèvements biologiques.

Les opérateurs de la chaîne du froid dans le domaine du transport de produits de santé sont en effet confrontés à des exigences règlementaires qui, dans le cadre de collectes journalières, doivent garantir des plages de température allant de -30°C à +37°C.
Bénéficiant d’un système de surveillance en temps réel de la température choisie, d’un système de géolocalisation, de connections électriques sécurisées, ainsi que d’un équipement intégré (Kit ADR, prise maréchal 220V extérieure, signalétique,…), la technologie COLDWAY embarquée s’adapte bien évidemment aux véhicules tout électrique.

Enfin, les conteneurs à température dirigée équipés du système thermochimique COLDWAY – volumes jusqu’à 410L, installés à l’arrière du véhicule, sont qualifiables COFRAC et permettent donc un maintien en température homogène, quelle que soit la température extérieure.

Parcours de COLDWAY

Créée dans les années 2000 par Laurent RIGAUD et Francis KINDBEITER, l’entreprise dispose de près de 15 ans d’expérience et d’une équipe de plus d’une vingtaine de personnes dont un département de R & D de sept personnes. Ce lancement d’une nouvelle solution est le 5ème lancement depuis 2011 et témoigne de la dynamique d’innovation menée par la société.

Brevetée au plan international avec, à ce jour, 15 dépôts en cours, certifiée CE et en cours de certification UL, la technologie COLDWAY trouve aujourd’hui ses développements commerciaux dans l’univers médical et alimentaire. COLDWAY enfin qui bénéficie du soutien d’actionnaires de référence tels que BPI France, Emertec gestion, CM-CIC capital Innovation et Viveris Management a été encore récemment saluée par La Région Languedoc Roussillon et BPI France.
En effet, en mai dernier, COLDWAY a été désignée en tant qu’entreprise innovante de référence dans le cadre d’une signature de convention visant à amplifier leur soutien et leurs financements au profit des entreprises régionales innovantes.

(1) On entend par « température dirigée », le principe qui consiste à permettre et garantir le maintien, la régulation et la traçabilité d’une température à + ou – 2° pour des produits transportés.
(2) L’ADR régit le transport des produits et marchandises dangereuses par voie terrestre (dans le cas présent produits biologiques potentiellement infectieux). Le kit ADR fourni dans le véhicule inclut la trousse médicale, le gyrophare ainsi que tous les accessoires nécessaires à une intervention de premier secours.

A propos de COLDWAY – www.coldway.com
Créée en 2001, COLDWAY est une société innovante française. Issue d’un transfert de technologie CNRS, elle est à l’origine d’une innovation majeure dans la production de froid et de chaleur dont l’application de prédilection est la maîtrise de la chaine du froid.
Coldway se positionne aujourd’hui comme un des acteurs incontournables de la chaîne du froid. Son catalogue de produits se décompose en deux grandes familles « Transport » et « Stockage» des produits thermosensibles. Il répond à toutes les exigences et les besoins identifiés en termes de risque sanitaire et de maîtrise des coûts. A partir d’une analyse rationnelle du besoin client et de son expertise, Coldway propose une solution globale qualifiée couvrant tous les besoins de la chaîne du froid.

santé et innovation

EyeTechCare élue startup de l'année à Berlin

La société française EyeTechCare élue start-up de l’année au Falling Walls Venture 2014 à Berlin grâce à son dispositif médical non-invasif qui pourrait aider 70 millions de personnes touchées par le glaucome dans le monde.

EyeTechCare SA, qui développe pour le marché de l’ophtalmologie, des dispositifs médicaux thérapeutiques non-invasifs basés sur l’utilisation des ultrasons, annonce aujourd’hui avoir remporté le prix de la start-up de l’année au Falling Walls Venture 2014 face à une vingtaine d'entreprises venues du monde entier. Falling Walls est une conférence internationale durant laquelle un jury d’experts récompense les avancées majeures de la science.

Les entreprises participantes, spécialisées dans les domaines high-tech, de l’énergie ou encore des sciences de la vie, ont été sélectionnées par une vingtaine d’investisseurs en capital-risque et d’instituts de recherche. Le jury international composé de 19 membres a salué l’approche commerciale d’EyeTechCare qui comporte peu de risques, avec un produit déjà présent sur le marché.

« Nous plaçons beaucoup d’espoir dans ce traitement, car c’est une maladie qui peut tous nous affecter », souligne le Dr. Stefan von Holtzbrinck, président du jury et PDG de Holtzbrinck Publishing Group, qui édite notamment le magazine Scientific American. « EyeTechCare est une société stable avec un business plan solide. Leur traitement innovant du glaucome nous a convaincus. »

« Ce prix constitue une reconnaissance importante pour EyeTechCare. Je suis très fier de voir une société française gagner un concours international et être primée en Allemagne », indique Dietrich Wolf, Directeur Général d’EyeTechCare. « Il est également extrêmement motivant pour l’ensemble de l’équipe de contribuer à la réalisation du projet et de faire de ce traitement innovant une étape incontournable dans le parcours de soins du glaucome », ajoute-il.

Ce dispositif médical, appelé EyeOP1, a été installé dans une sélection de centres d’excellence en France et en Europe pour traiter des cas de glaucomes avancés. Déjà utilisé afin de soulager plus de 1 000 patients, il a montré un très bon profil de tolérance. EyeTechCare a obtenu le marquage CE pour ce produit qui est déjà disponible à la vente en Europe. Le dispositif mis en place par la société permet de traiter le glaucome par HIFU (Ultrasons Focalisés de Haute Intensité) de façon non invasive.

En parallèle, la société EyeTechCare poursuit ses recherches cliniques. Les dernières données, provenant de patients n’ayant pas encore subi de chirurgie, confirment la bonne tolérance du procédé. Ceci démontre la capacité de la méthode à se positionner plus en amont dans l’arsenal thérapeutique conventionnel. Le traitement par HIFU permettra désormais de proposer aux patients une alternative non invasive à la chirurgie.

A propos du glaucome

Le glaucome est un préjudice irréparable du nerf optique généralement causé par une forte augmentation de la pression intraoculaire. Cette maladie neurodégénérative provoque une perte progressive de la vision qui commence généralement à la périphérie du champ de vision.
Le glaucome concerne essentiellement la population des plus de 40 ans et son incidence augmente avec l’âge. En France, on estime le nombre de patients atteints d’un glaucome à un million de personnes, dont 500 000 seulement sont dépistées et soignées. A l’échelle mondiale, le glaucome touche plus de 70 millions de personnes, faisant de cette pathologie la deuxième cause de cécité dans le monde.

A propos de Falling Walls Venture
Au sein de « Falling Walls », Falling Walls Venture est un espace de dialogue pour les start-ups, les investisseurs et les leaders d’opinions. Falling Walls Venture est organisé par la Falling Walls Foundation en coopération avec ASTP-Proton, l’Alliance des Professionnels du Transfert de Technologie (ATTP), l’Association Européenne du capital-investissement (EVCA), la European School of Management and Technology (ESMT), A.T. Kearney, des universités internationales et des institutions de recherche.
Ce forum s’adresse exclusivement aux entreprises proposant une technologie innovante, à des investisseurs en capital-risque ainsi qu’aux interlocuteurs stratégiques faisant partie de leur environnement scientifique et technologique. Une vingtaine d’institutions de recherche et d’investisseurs en capital-risque présentent les créations d’entreprises innovantes les plus exceptionnelles, profitant pleinement de l’évènement pour leur communication. Le prix est remis par un jury qualifié à l’issue des présentations. Les critères d’évaluation reposent sur le niveau d’innovation, le potentiel commercial et l’impact social.
La conférence « Falling Walls » a lieu le jour anniversaire de la chute du mur de Berlin. Il s’agit d’une conférence au format original, permettant de réunir au cours d’une journée des chercheurs de renom venus du monde entier pour présenter à un public ciblé les avancées réalisées dans leur domaine de recherche.
Le but de cette conférence est de présenter des solutions pour les défis contemporains (climat, énergie, santé, nutrition, sécurité, économie durable, …). La métaphore de la chute du mur est au centre de la manifestation dont le but est de repousser les frontières de la connaissance en faisant tomber les préjugés qui freinent pensées et comportements.
http://www.falling-walls.com

A propos d’EyeTechCare
EyeTechCare SA a développé le produit EyeOP1®, basé sur l’utilisation des HIFU (Ultrasons Focalisés de Haute Intensité) pour traiter le glaucome.
Les traitements contre le glaucome actuellement disponibles incluent les médicaments, le laser et la chirurgie. Aucun de ces traitements n’offre un bon équilibre entre efficacité et sécurité. EyeTechCare entend répondre à ce besoin avec son dispositif non-invasif. EyeOP1 utilise une technologie innovante permettant de rendre inactive une partie des minuscules glandes ciliaires qui produisent l’humeur aqueuse. La précision de ce procédé ciblé permet de réduire la PIO (pression intraoculaire) tout en préservant les structures alentour. Cela explique le très bon profil de tolérance démontré par les études cliniques.
EyeTechCare est basée dans le Rhône, à Rillieux-la-Pape, près de Lyon.

Un deuxième Virtual Data Centre Interoute en Allemagne

Basé à Francfort, une solution de continuité d’activité dans le Cloud pour les entreprises qui veulent que leurs données restent en Allemagne.

Interoute, opérateur propriétaire de la plus grande plateforme de services Cloud d’Europe, annonce l’ouverture, au 1er décembre 2014, d’un second Virtual Data Centre (VDC) en Allemagne : à Francfort. Le VDC de Berlin héberge depuis 2012 les données et applications de nombreux clients. Ce second VDC à Francfort, associé à la capacité réseau public ou privé d’Interoute, répond à la demande croissante des entreprises pour un Cloud sécurisé situé stricto sensu en Allemagne, avec un contrôle complet des données et une latence ultra faible dans le pays offrant une plateforme fiable, flexible et sécurisée répondant à l’ensemble des besoins informatiques. Ajouter deux zones dans un même pays à son réseau de Virtual Data Centres, disponible dans 12 zones géographiques à travers le monde, montre la capacité d’Interoute à répondre aux besoins locaux des entreprises européennes tout en accompagnant leur croissance et leur expansion avec une plateforme internationale.

Jean-Pierre Tournemaine, Directeur Général d’Interoute, déclare : « Etendre l’univers d’une application au Cloud est central dans l’approche d’Interoute. Le contrôle et la localisation de la donnée sont cruciaux pour les Allemands. Notre approche de zones couplées et la gratuité de notre réseau font que nous proposons robustesse et faible latence à l’intérieur du pays, en réduisant la réécriture de code. Combinez cela à nos capacités uniques de Cloud public/privé et les développeurs peuvent créer des environnements virtuels avec des degrés de séparation exceptionnels dans un environnement Cloud. »

Le VDC d’Interoute permet aux clients de provisionner et de contrôler l’informatique, le stockage et l’infrastructure réseau à la demande, à l’échelle mondiale. Les utilisateurs choisissent comment ils provisionnent les ressources informatiques du VDC, avec un Cloud privé, public ou hybride. Interoute propose également un portefeuille de solutions d’hébergement, de colocation, de services réseaux et de communications qui peuvent être intégrés à son Cloud, de manière transparente.

Les entreprises qui doivent répondre à des exigences légales concernant la protection des données peuvent choisir entre villes possédant un VDC pour héberger et stocker leurs données, et bénéficient de la gratuité du transfert entre deux zones VDC chez Interoute, partout dans le monde. Le CloudStore d’Interoute est une marketplace online qui permet aux entreprises d’acheter de nombreuses applications à déployer dans le VDC.

La plateforme Cloud Computing d’Interoute se développe rapidement dans le monde. Le nouveau Virtual Data Centre de Francfort est la 12e zone qui s’ajoute à la plateforme, et la 7e nouvelle zone créée en 20141. Interoute est certifié ISO 20000 et ISO 27001, garantissant la qualité de son système de gestion de la sécurité pour ses solutions Cloud.

1Les zones VDC ouvertes en 2014 par Interoute sont : Milan (26 février 2014), Hong Kong (4 avril 2014), New York (18 juin 2014), Londres et Slough (7 octobre 2014), Madrid (22 octobre 2014) et Francfort.

A propos d’Interoute
Interoute est le propriétaire de la plus grande plateforme de services Cloud d’Europe, avec 67 000km de fibre et 12 Virtual Data Centres, 12 data centres d’hébergement plus 31 centres en colocation reliés à 195 autres data centres chez ses partenaires à travers le continent. Son offre pour une IT unifiée s’adresse aux multinationales ainsi qu’à toutes les grandes entreprises de télécommunications d’Europe et aux principaux opérateurs d’Amérique du Nord, de l’est et du sud de l’Asie, aux états et aux universités. Ces organisations trouvent en Interoute le partenaire idéal pour assurer leur connectivité, l’hébergement de leurs contenus, l’accès à Internet, ou créer de nouveaux services. Sa stratégie pour une IT unifiée se montre attractive pour les entreprises qui cherchent une plateforme sécurisée, évolutive et sans contraintes, sur laquelle elles puissent construire leurs services voix, vidéo, informatique et données, et pour les fournisseurs de services Internet désirant une haute capacité internationale pour leur infrastructure et le transfert de données. Présent au sein de toute l’Europe, en Amérique du Nord et à Dubaï, Interoute possède et gère également plusieurs réseaux métropolitains parmi les plus grands centres d’affaires européens.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.interoute.fr

Saint-Gobain et le CNRS créent une unité de recherche commune au sein du NIMS au Japon

Saint-Gobain, le CNRS et l'Institut japonais de science des matériaux NIMS (National Institute for Materials Science) viennent d'inaugurer le laboratoire LINK (Laboratory for Innovative Key Materials and Structures) en présence de Thierry Dana, Ambassadeur de France au Japon.

Cette unité de recherche internationale a vocation à développer de nouveaux matériaux pouvant avoir des applications dans plusieurs activités industrielles de Saint-Gobain, notamment dans les céramiques, les grains et poudres, les cristaux, le vitrage et les abrasifs. Rattachée à Saint-Gobain et au CNRS, elle est implantée dans les locaux du NIMS, à Tsukuba au Japon, l'un des meilleurs laboratoires de recherche au monde spécialisés dans les matériaux.

C'est la première fois que Saint-Gobain et le CNRS créent une unité de recherche commune à l'étranger

Ce nouveau laboratoire est le fruit d'une longue collaboration entre les trois partenaires : Saint-Gobain, le CNRS et le NIMS. En France, le CNRS et Saint-Gobain disposent de deux Unités Mixtes de Recherche implantées dans les centres de recherche de Saint-Gobain à Aubervilliers et à Cavaillon. Au Japon, les chercheurs de Saint-Gobain et du NIMS travaillent ensemble depuis cinq ans, au sein du Center of Excellence for Advanced Materials situé à Tsukuba dans les locaux du NIMS. Enfin, depuis plus de dix ans, la forte collaboration entre chercheurs du CNRS, de l'université de Rennes 1 et du NIMS, a conduit à la mise en place dès 2011 d'ateliers scientifiques qui se tiennent alternativement en France et au Japon.

Ce projet constitue un modèle original de collaboration, car il implique à la fois Saint-Gobain, le NIMS et le CNRS, intégrant des chercheurs de très haut niveau. Les recherches du LINK porteront sur la création de nouveaux matériaux allant de la synthèse aux procédés de mise en forme et aux études des propriétés physico-chimiques, en relation étroite en France, avec l'Institut des sciences chimiques de Rennes (CNRS/université de Rennes 1/ENSCR/INSA). Sur le plan scientifique, ces travaux seront fortement soutenus par les équipes du NIMS qui possèdent un savoir-faire unique dans la caractérisation structurale des matériaux et la modélisation de leurs propriétés.

Ce projet s'inscrit dans le programme de renforcement de la recherche amont de Saint-Gobain mis en œuvre en collaboration avec des universités et des instituts de recherche publics au niveau international pour augmenter les compétences du groupe et recruter de jeunes scientifiques de talent.
Le CNRS compte déjà trois unités de recherche internationales au Japon, le Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems (LIMMS), le Joint Robotics Laboratory et le Japanese-French Laboratory for Informatics (JFLI). La création du LINK conforte ainsi la position du CNRS au Japon.

A propos du CNRS
Créé en 1939, le Centre national de la recherche scientifique est un organisme public de recherche (Etablissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle du Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche). Il produit du savoir et met ce savoir au service de la société. Avec près de 33 000 personnes, une implantation sur l'ensemble du territoire national, le CNRS exerce son activité dans tous les champs de la connaissance en s'appuyant sur plus de 1100 unités de recherche et de service. Avec 20 lauréats du prix Nobel et 12 de la Médaille Fields, le CNRS a une longue tradition d'excellence. Pour plus d'informations, rendez-vous sur http://www.cnrs.fr/

A propos de Saint-Gobain
Saint-Gobain, leader mondial de l'habitat, conçoit, produit et distribue des matériaux de construction et de haute performance en apportant des solutions innovantes aux défis de la croissance, des économies d'énergie et de protection de l'environnement. Avec un chiffre d'affaires de 42,0 milliards d'euros en 2013, Saint-Gobain est présent dans 64 pays avec près de 190 000 salariés. Plus d'informations sur www.saint-gobain.com et sur la nouvelle application pour tablette et téléphone mobile « Saint-Gobain Shareholder ».

A propos du NIMS
Le NIMS est le seul institut indépendant spécialisé en science des matériaux au Japon. La mission du NIMS est de gérer la recherche fondamentale en science des matériaux afin de faire progresser le niveau d'expertise dans ce domaine. Dans cette optique, le NIMS collabore avec d'autres centres de recherche au Japon et dans le monde entier. Le NIMS a également vocation à diffuser les résultats des travaux de recherche universitaire, à promouvoir leurs applications pratiques et à former aux sciences et techniques des matériaux des ingénieurs et scientifiques du plus haut niveau. Pour plus d'informations, rendez-vous sur http://www.nims.go.jp/eng/index.html

Habitat connecté : 4 startups sélectionnées

Covéa et Paris Région Lab - Incubateurs dévoilent les quatre startups sélectionnées pour intégrer le nouveau programme d’incubation dédié à l’habitat connecté

Suite à l’appel à candidatures ouvert du 28 mai au 9 juillet 2014 pour identifier les entreprises de l’incubateur Covéa dédié à l’habitat connecté, Covéa et Paris Région Lab ont sélectionné les start-ups 3D Sound Labs, MesDépanneurs.fr, Oxolis et Tallk. Ces jeunes entreprises rejoindront le site Paris Innovation Boucicaut dans les semaines à venir.

Les 4 start-ups vont bénéficier du savoir-faire de Paris Région Lab et des compétences de Covéa en termes d’accompagnement, de conseils et de connaissance du marché, leur permettant ainsi de multiplier les expérimentations de nouveaux produits et services et d’accélérer leur développement.
« Il est apparu naturel à Paris Région Lab de faire confiance à Covéa, par ailleurs investi dans la démarche de l’incubateur E-santé, pour relever le défi d’un nouveau programme lié à l’Habitat connecté. Au-delà de la domotique, ce secteur ouvre la voie à des innovations prometteuses, des objets connectés aux services à la personne adaptés aux nouveaux modes de vie, que sauront développer les start-ups sélectionnées dans le cadre de ce programme », expose Jean-François Galloüin, Directeur Général de Paris Région Lab.

Pour Covéa, la création de l’incubateur « Habitat connecté » et le soutien à ces startups confirment sa volonté d’être un acteur majeur de l’innovation dans l'assurance au service de la sécurité et du bien-être de ses assurés.

Les start-ups sélectionnées

3D Sound Labs développe une technologie de rendu sonore spatial (son 3D). Les applications envisagées visent à la fois le divertissement (Films, jeux vidéo, musique), les casques audios, les usages professionnels (réalité virtuelle et augmentée), ainsi que l’amélioration des performances des aides auditives.

MesDépanneurs.fr est une première plateforme française de commande des services de dépannage en ligne. L’über du dépannage facilite la mise en relation entre d’un côté les personnes rencontrant des problèmes de plomberie, de serrurerie, d’électricité, de vitrerie, de chauffage et de l’autre des entreprises de dépannage qualifiées et disponibles.

Oxolis s'est donné pour mission de créer une nouvelle génération de services à la personne et aux entreprises. Au travers d’un catalogue de solutions favorisant le développement de l’habitat connecté, Oxolis propose des expériences de consommation et de relation client inédites et personnalisées.

Tallk développe des objets connectés sociaux qui permettent de rompre l'isolement des personnes âgées et favorisent leur maintien à domicile.

A propos
Leader en assurance de bien et de responsabilité en France, n°4 en assurance santé individuelle, Covéa réunit les mutuelles MAAF, MMA et GMF et assure plus de 11 millions de Français en 2013. Son chiffre d'affaires dépasse 15,5 milliards d'euros. Le groupe compte plus de 26 000 collaborateurs. www.covea.eu

Paris Région Lab – Incubateurs met son expertise au service des créateurs d'entreprises innovantes depuis plus de 10 ans et les accompagne dans leurs projets en phase d'amorçage et de décollage. Aujourd'hui, Paris Région Lab anime plus de 20 incubateurs sur des thématiques variées. Ainsi, 200 entreprises bénéficient chaque année des apports des équipes d’accompagnement. Fort d'un réseau de près de 500 start-ups, Paris Région Lab - Incubateurs ouvre son éco-système aux grands groupes pour leur permettre de détecter des technologies et de mettre en place des partenariats business avec les start-ups. www.parisincubateurs.com @Paris_Incub

ViaMeca et les marchés de l'énergie du futur

VIAMECA POSITIONNE LES ENTREPRISES DE LA MECANIQUE SUR LES MARCHES PORTEURS DE L'ENERGIE DU FUTUR

Pour aider ses adhérents à développer leur business sur les marchés porteurs de la maintenance et de la déconstruction dans le secteur de l'énergie, ViaMéca organise deux actions significatives cet automne.

Aider les entreprises innovantes de la mécanique à repérer les opportunités et se positionner sur des marchés à fort potentiel de développement est une des vocations des pôles de compétitivité. ViaMéca aborde les marchés de l'Energie (barrages hydroélectriques, nucléaire, éolien...) en proposant aux entreprises de la mécanique de développer des offres globales produit-service : « Les donneurs d'ordres ne veulent plus acheter de la technologie mais un service global de maintenance ou de déconstruction » explique Arnaud Bocquillon, responsable de la thématique Ingénierie des Usages et des Services de ViaMéca.

- En partenariat avec le pôle de compétitivité Tenerrdis et le cluster Indura, ViaMéca a organisé le 25 septembre un premier séminaire à Grenoble sur le thème de la Centrale Hydroélectrique du futur, destiné à stimuler et accompagner les PME dans le développement de solutions globales et innovantes répondant aux attentes fonctionnelles des donneurs d'ordre du marché de l'Energie.

- ViaMéca, en partenariat avec la CCI PACA et CCI-Internationale est également présent du 14 au 16 octobre sur le salon WNE (World Nuclear Exhibition) à Paris-Le Bourget avec l'organisation d'un stand pavillon de 230 m². Le marché du nucléaire civil est un marché mondial en expansion avec plus de 430 centrales en opération dans le monde, de nouvelles constructions de centrales générant une augmentation de 50% de la capacité nucléaire mondiale prévue d'ici 2025, le prolongement de la durée de vie, l'amélioration de la sûreté et le démantèlement des centrales en fin de vie.

Regroupant 23 entreprises, le stand pavillon présente l'offre globale de solutions des entreprises mécaniciennes en Rhône-Alpes-Auvergne et PACA. « Nous accompagnons nos adhérents pour construire une offre produit-service adaptée aux usages et développer la visibilité de leurs compétences auprès des industriels de l'énergie » précise Philippe Baizet, Fédérateur Industrie ViaMéca, en charge de l'organisation de ces deux manifestations.

A propos de ViaMéca
Pôle de compétitivité mécanique, ViaMéca impacte plus de 400 acteurs (Grandes entreprises, ETI, PME, laboratoires et organismes de formation) du Massif Central et de Rhône-Alpes. La vocation de ViaMéca est de fédérer ces acteurs autour de projets de R&D collaboratifs afin de renforcer la compétitivité des entreprises grâce à l'innovation. Dédié à la conception, la production et l'intégration de systèmes mécaniques intelligents, le pôle ViaMéca s'appuie sur quatre thématiques scientifiques : Ingénierie Des Surfaces, Procédés Avancés de Fabrication, Systèmes Intelligents et Robotique, Ingénierie des Usages et des Services. Pour plus d'informations : www.viameca.fr.

Rhepatch, le 1er timbre transdermique breveté par l'INPI

L’INPI délivre un premier brevet au timbre transdermique électronique de Rhenovia, lauréat du Concours Mondial d’Innovation

L’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) vient de délivrer un brevet au timbre transdermique innovant de Rhenovia, lauréat du Concours Mondial d’Innovation (CMI). La protection offerte par ce brevet permet d’envisager un développement ambitieux du produit en partenariat avec un industriel du secteur, sur un marché estimé à plus de 20 Mds d’euros.

Rhepatch™ est un timbre transdermique permettant d’administrer de façon contrôlée jusqu’à sept médicaments, grâce à un système électronique embarqué programmable. Initialement conçu par Rhenovia pour traiter les maladies du système nerveux comme Alzheimer, ce timbre peut être généralisé à la plupart des pathologies chroniques. L’administration transdermique contrôlée des médicaments permet en effet d’obtenir une efficacité accrue, une meilleure biodisponibilité et des effets secondaires réduits. On évite également les oublis ou prises de médicaments anarchiques chez les patients confus ou dépendant d’une aide extérieure.

Le projet de timbre transdermique électronique de Rhenovia est lauréat de l’ambition « Médecine individualisée » du Concours Mondial d’Innovation, qui a pour objectif de faire émerger les talents et futurs champions de l’économie française. Il bénéficie à ce titre du soutien de l’Etat français.

Rhepatch est désormais protégé par un premier brevet délivré par l’INPI. Ce brevet d’invention n°12/50851, publié le 4 juillet 2014 sous le n° 2 986156 au Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle, produira ses effets pour une période de vingt ans. Il a fait l’objet d’une demande d’extension internationale afin de couvrir les principaux marchés visés, notamment l’Amérique du Nord, l’Europe, le Japon, la Chine, l’Inde et la Russie. La délivrance d’un brevet national et son extension au niveau international ouvrent la voie à la signature de partenariats pour les phases de développement, d’industrialisation et de commercialisation du produit. Des discussions ont été engagées par Rhenovia à la fois avec des industriels des dispositifs d’administration de médicaments et des laboratoires pharmaceutiques.

L’enjeu est de taille puisque le marché mondial de l’administration transdermique de médicaments est évalué à 23 milliards d’euros en 2015*, avec une croissance annuelle d’environ 8%. L’administration transdermique, qui intéresse tant l’industrie pharmaceutique que les autorités sanitaires ou les associations de patients, devrait représenter 17% du marché mondial d’administration de médicaments d’ici à 2017, sachant que ces prévisions sont aujourd’hui fondées uniquement sur l’utilisation de timbres transdermiques passifs ne procurant pas les avantages de la solution innovante de Rhenovia.

* source MarketsAndMarkets, avril 2013

A propos de Rhenovia Pharma SAS

Rhenovia Pharma SAS est une société française fondée en 2007 par une équipe internationale réunissant des cadres de l’industrie pharmaceutique et des experts mondiaux des neurosciences et de la modélisation du système nerveux. La société est le leader mondial de la biosimulation appliquée à la prévention et au traitement des maladies neurologiques, neurodégénératives et psychiatriques. Basée à Mulhouse, Rhenovia compte aujourd’hui une vingtaine de collaborateurs en France, en Suisse, en Allemagne et aux Etats-Unis où elle a ouvert une filiale en 2012.

Pour plus d’informations : www.rhenovia.com

Le Pôle Images & Réseaux, choisi par la Commission européenne pour accélérer l’Internet du Futur

Fort de son expérience en tant que pôle de compétitivité à vocation mondiale, Images & Réseaux s’investit depuis plusieurs années dans des programmes européens et plus spécifiquement dans le programme sur l’Internet du Futur, FI-WARE. Dans le cadre du consortium FIC3 dédié à ce projet, Images & Réseaux, seul acteur national impliqué, mènera l’ensemble des appels à projets sur les thématiques de la santé/bien-être, des villes intelligentes et du multimédia/contenu. Pendant 3 ans, le Pôle s’engage à favoriser l’accès des entreprises françaises et au-delà, aux financements européens avec des démarches simplifiées. Premier temps fort : un hackathon qui se déroule dans 6 pays d’Europe et dont l’objectif est de faire émerger les applications de demain. En France, il sera organisé par Images & Réseaux à Rennes, du 14 au 16 novembre.

Le programme FI-WARE, vecteur d’innovation

FI-WARE, une ambition commune…

Lancé en 2011, le programme FI-PPP (Future Internet Public-Private Partnership) est un partenariat public-privé entre la Commission européenne, de grands groupes et les acteurs européens leaders des technologies de l’information et de la communication. Il a pour but de s’assurer que l’Europe soit dans la meilleure position pour saisir les opportunités permises par les applications de l’Internet de demain et que ces évolutions impactent positivement tous les secteurs économiques. L’investissement déjà réalisé par la commission, de plus de 400 millions d’euros, est sans précédent pour un tel partenariat au niveau européen. Avec ses
8 domaines d’applications, 14 accélérateurs en Europe, 38 appels à projets et 80 millions d’euros de financement à destination des entrepreneurs européens, FI-WARE a pour objectif de permettre aux PME et entrepreneurs d’imaginer les technologies et les usages d’Internet. La ville intelligente sera un des domaines d’applications les plus importants du programme FI-WARE. Ce sont au total près de 1 000 entreprises qui recevront à travers les appels à projets successifs plus de 80 millions d’euros de la part de l’Union Européenne.

…et des outils technologiques

De ce programme sont issus les technologies FI-WARE, une boîte à outils technologiques d’interfaces de programmation open source, développées par de grandes entreprises de l’Union Européenne (Orange, Telecom Italia …). Ces briques technologiques permettent entre autres de gérer les hébergements, de publier des analyses de données ou de gérer des infrastructures réseaux. La phase 3 consiste, pour l’UE, à créer un puissant écosystème autour de ces technologies afin de faciliter l’innovation, faire émerger des PME et révéler de nouveaux entrepreneurs. Les 3 années à venir vont permettre le développement d’applications innovantes dans de nombreux domaines comme l’Internet des objets, le stockage en ligne, le traitement et la publication de contenus et de données en temps réel, l’analyse du Big Data, le développement d’interfaces utilisateurs avancées ou encore la co-création de contenus. La volonté est de se positionner en alternatives crédibles aux solutions propriétaires.

Le rôle et les missions d’Images & Réseaux

Des appels à projets aux procédures simplifiées

Images & Réseaux est le seul acteur français sélectionné pour intégrer ce grand projet européen de l’Internet du Futur. Le Pôle a pour mission d’assurer la dissémination des architectures et des briques technologiques, de promouvoir l’écosystème FI-WARE et de proposer aux PME un accompagnement pour répondre aux appels à projets.

Dans cette optique, FIC3 a simplifié la méthodologie des appels à projets permettant de subventionner des projets allant de 50 000 à 150 000€. Le versement des fonds se fait tous les 3 mois sous réserve de résultats en livrables. Le premier appel à projets du consortium est programmé pour début novembre.

Un hackathon « Internet du Futur » à Rennes du 14 au 16 novembre

Pour stimuler la créativité de la communauté des web entrepreneurs et pour marquer le lancement de cette nouvelle phase d’innovation, Images & Réseaux organise, à Rennes, les 14, 15 et 16 novembre, un hackathon dédié aux technologies FI-WARE. Ce start-up week-end, ouvert à tous, se déroulera sur 3 jours. 52h, c’est le temps qui sera imparti aux équipes pour faire émerger de premières idées d’applications, après une formation sur les technologies FI-WARE. Un jury composé d’experts déterminera le projet le plus méritant. Les vainqueurs se verront récompensés par une aide financière et un accompagnement personnalisé d’Images & Réseaux pour la rédaction de leur future réponse aux appels à projets européens.

Images & Réseaux (www.images-et-reseaux.com)

Via les projets collaboratifs et les synergies qu’il développe, le pôle de compétitivité mondial Images & Réseaux stimule l’innovation dans un domaine phare de la nouvelle ère de l’information et de la communication : les services et technologies associés aux nouveaux usages des contenus numériques et des médias. Créé en 2005, le pôle rassemble 260 acteurs – grands groupes, PME, établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche – en Bretagne et Pays de la Loire. A ce jour, plus de 500 projets de recherche et développement portant sur les thématiques du pôle ont reçu son label pour leur caractère innovant et leurs retombées économiques potentielles.

Loading...
Loading...