UP' Magazine L'innovation pour défi

Le CNRS conforte sa première place mondiale en nombre de publications scientifiques

Selon le classement SIR (Scimago Institutions Rankings) 2014, le CNRS reste la plus importante institution de recherche mondiale en nombre de publications scientifiques.

Il précède l’Académie chinoise des sciences, l’Académie russe des sciences et l’université Harvard (Etats-Unis). La Helmholtz Gemeinschaft et l’Institut Max-Planck en Allemagne, les universités de Tokyo et de Tsinghua (en Chine) sont respectivement en 5e, 6e, 8e et 11e positions de ce classement.

Ce dernier évalue plus de 4 800 universités et organismes de recherche à travers le monde dont la production scientifique dépasse les 100 publications en 2012. Il couvre les années 2008-2012 et se base sur l'indexation des publications scientifiques mondiales dans la base de données Scopus.

Le CNRS est également au premier rang mondial du classement Scimago 2014 portant sur l’innovation, devant l’université d’Harvard et les National Institutes of Health (NIH) aux Etats-Unis. Ce second classement recense les publications scientifiques d’établissements déposant des brevets (http://www.epo.org). 

 

Concours Consolis Awards

CONSOLIS groupe industriel européen du secteur de la construction, des travaux publics et de l’infrastructure ferroviaire et sa filiale BONNA SABLA, leader français des solutions en béton préfabriqué, intervenant dans les secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’aménagement urbain lancent le concours CONSOLIS AWARDS.

Destiné aux étudiants inscrits en architecture et en design d’espace pour l’année scolaire 2014-2015 ainsi qu’aux jeunes diplômés, le concours offre l’occasion aux participants de proposer leur vision du mobilier urbain et d’exploiter toutes les qualités du béton, à travers cinq catégories au choix :

- Espace déjeuner urbain
- Espace de travail
- Espace fumeur
- Borne intelligente
- Mobilier photo souvenir

Plus d'informations et inscriptions : www.consolis-awards.com

Clôture des inscriptions : 31 mars 2015

 

Clôture de réception des projets : 15 mai 2015
Sélection des lauréats : du 15 mai au 15 juin
Remise des prix : fin juin 2014

 

Bienvenue Telecom lauréat du prix Challenge startup 2014

La remise de prix du Challenge Startup 2014 s’est déroulée jeudi 18 décembre chez Bouygues Telecom. Le jury, composé de huit spécialistes des startups, des télécoms et des attentes clients, a remis le Trophée 4G, le Trophée Box Android ainsi qu’un prix spécial à des startups choisies selon trois critères : l’originalité, l’innovation et la capacité à convaincre le plus grand nombre.

Les deux premiers lauréats du trophée 4G, dont Bienvenue Telecom, sont des sociétés proposant aux touristes visitant la France une connexion Wi-Fi pour un prix abordable.

Bienvenue Telecom offre aux touristes internationaux, particuliers ou professionnels, qui visitent la France la possibilité d’utiliser internet mobile via leur smartphone (ou tablette ou PC) comme ils ont l’habitude de le faire chez eux, et en évitant les frais de roaming dissuasifs habituellement pratiqués. La solution repose sur la location d’un hotspot mobile 4G que le client peut glisser dans sa poche et qui lui offre en permanence une connexion wifi très haut débit.
Ce service est également plébiscité en France par les exposants lors des salons professionnels, les propriétaires de residence secondaires.

www.bienvenuetele.com

Appel à candidatures sur Idenergie jusqu'au 15 février 2015

Vous avez une idée innovante ? Un service internet ou un produit physique ? Idenergie est la solution pour réussir le lancement de votre startup innovante ! Vous avez jusqu’au 15 février pour retirer votre dossier d'inscription sur : www.idenergie.fr

Idenergie : le programme pour réussir le lancement de sa startup !

Idenergie, le premier accélérateur de startups créé en France en 2007, revient pour une nouvelle saison avec toujours plus d’innovations ! Idenergie propose d’analyser avec les porteurs de projet toutes les questions fondamentales liées au lancement d’une entreprise, de façon pragmatique et efficace. Les participants bénéficient d’une équipe dédiée, composée d’entrepreneurs mentors et d’experts pour travailler sur leur projet. Ils utilisent les méthodes et les outils les plus en vogue pour réussir leur startup (Business Model Canvas, Lean startup, design thinking, test de personnalité d’entrepreneur, Empathy map, pitch training, …).

Etape 1 : Boostez et validez votre projet (mars à juin) - 18 entrepreneurs sélectionnés

- Des experts et une douzaine de mentors pour booster, tester et affiner votre idée Testez le marché
- Trouvez votre positionnement et votre différenciation
- Pitchez devant un jury pour faire partie des 8 à 12 participants à l’étape 2 :

Etape 2 : Construisez votre projet (juillet à novembre) - 12 entrepreneurs sélectionnés

- Trouvez le business model rentable Prototypez votre produit
- Définissez votre plan d’action commercial
- Maîtrisez l’art du pitch et les réseaux sociaux, comprenez les médias Séduisez les sources de financement, sachez convaincre les investisseurs

Etape 3 : Lancez votre startup - Jury et remise des prix financiers (20 000€)

- Entrez dans l’Incubateur LMT et accéder à un réseau international dans plus de 25 pays
- Lancez votre produit dans notre boutique Neoshop (www.neoshop-laval.fr)

L’aventure de la création d’entreprise innovante vous tente ? Inscriptions sur www.idenergie.fr avant le 15 février 2015

Ils ont participé à Idenergie et l’aventure continue !

Depuis 2007, Idenergie a accompagné 56 porteurs de projet, a permis la création de 34 entreprises innovantes et de 125 emplois directs. Voici quelques exemples de startups :

- Shortways (www.shortways.com) : « Shortways lève 500 k€ […] La société emploie 8 salariés pour 300 k€ de chiffre d’affaires en 2013 mais vise une croissance à deux chiffres. » Lettre API – 10 juillet 2014

- Soyooz (www.soyooz.com) : « start-up de dix personnes entre en phase commerciale. Fondé en 2012, Soyooz se place sur le conseil en ligne de produits techniques complexes. » Soyooz et Shortways ont été sélectionnées par l’Usine Nouvelle parmi les 123 pépites numériques françaises. L’Usine Nouvelle – 16 au 22 octobre 2014

- Alegory (www.alegory.com) et Rys Design (www.jwun.eu) réussissent leurs campagnes de financement participatif sur Indiegogo et Ulule en juillet et novembre 2014 : 25 190 € collectés pour Alegory pour un objectif de 15 000€ et 7567 € collectés pour un objectif de 5 000€ pour Rys Design.

- Red Motion (www.red-motion.fr) : BAM City, le modèle de guidon anti-vibration adapté à un usage urbain (vélo, ville et vtc) a été sélectionné parmi les innovations du salon Inosport en juin 2014.

- Hello Asso (www.helloasso.fr) : Une plate-forme de financement participative dédiée aux associations françaises (+4000) et son co-fondateur est organisateur de la Social Good Week.

YNSECT continue son avancée de produits biossourcés à l'international

Neuf mois après sa première levée de fonds de 1,8 million d’euros, YNSECT – The Insect Company –, entreprise spécialisée dans les biotechnologies « insectes », conclut une nouvelle augmentation de capital de 5,5 millions d’euros. A cette occasion, NEW PROTEIN CAPITAL, société financière basée à Singapour, rejoint YNSECT aux côtés de ses investisseurs actuels, EMERTEC Gestion et DEMETER PARTNERS qui participent eux aussi à l’opération.

Le monde fait face à un défi majeur avec le doublement des besoins alimentaires à l'horizon 2050, auquel les modes actuels de production, que ce soit l’agriculture ou l’aquaculture, ne permettent pas de répondre. Le constat est tout aussi préoccupant pour les besoins en matières fossiles. Face à cette pénurie annoncée de ressources, et en particulier de protéines, la production et la transformation d’insectes peuvent apporter une réponse sérieuse, mais elles n’ont à ce jour jamais atteint une échelle industrielle.

En 2011, YNSECT a été créé avec la vision de développer l’Entoraffinerie©, la bioraffinerie d’insectes (UP' en parlait déjà en 2012). Cette solution technologique unique au monde associe un élevage industriel d’insectes et leur transformation en molécules d’intérêt pour les marchés de la nutrition et de la chimie verte. Au cours des neuf derniers mois, la société a notamment déployé un pilote d’Entoraffinerie©, projet primé au Concours Mondial d’Innovations 2030.

Cette nouvelle levée de fonds permettra à YNSECT de confirmer son avance dans cette nouvelle filière industrielle des produits biosourcés issus d’insectes. Elle renforce également son ouverture à l’international, en particulier en Asie, avec l’entrée au capital d’une société d’investissement singapourienne. En 2015, la société accélérera ses travaux de R&D dans son nouveau centre de 1700m² au Genopole d’Evry, débutera l’industrialisation de ses procédés et poursuivra sa stratégie de partenariats avec des industriels internationaux.

« C’est un grand honneur de voir EMERTEC Gestion et DEMETER PARTNERS nous renouveler leur confiance et d’accueillir dans notre actionnariat NEW PROTEIN CAPITAL. Cet investissement, par son envergure et par sa dimension internationale, place YNSECT comme leader mondial de cette nouvelle filière. Il est un signe particulièrement fort de reconnaissance des technologies de rupture développées par YNSECT et de validation de sa stratégie industrielle. Il va permettre à l’entreprise d’accélérer significativement sa feuille de route industrielle et lui donne ainsi les moyens de répondre rapidement aux fortes attentes de nos partenaires pour nos produits de commodités comme ceux à haute valeur ajoutée. » commente Antoine Hubert, Président d’YNSECT.

www.ynsect.com 

"Nous nous réjouissons de cette seconde levée de fonds pour Ynsect. Nous y participons via le fonds EMERTEC 5 avec la conviction que les atouts d’YNSECT en font un acteur unique armé pour la compétition mondiale.
La société dispose de moyens à la hauteur de son ambition et va accélérer son déploiement commercial et industriel. Avec dynamisme, elle poursuit sa stratégie de développement produits et de propriété intellectuelle." explique Franck Lamy, Directeur de Participations chez EMERTEC.

« DEMETER PARTNERS est heureux de poursuivre son soutien à YNSECT, via son fonds DEMETER 3 AMORÇAGE. Avec cette levée de fonds, YNSECT renforce sa position de leader sur le marché des protéines et molécules d’intérêt à partir d’insectes. YNSECT va dans les prochains mois franchir des étapes importantes en termes commercial, industriel et de propriété industrielle. » déclare Stephane Villecroze, Directeur Général de DEMETER PARTNERS.

« YNSECT a choisi la voie de la haute technologie pour répondre aux problèmes de pénurie de protéines animales dans le monde, conséquence d’une demande toujours exponentielle et d’une capacité de production limitée. Cette aptitude à proposer des stratégies hautement innovantes et économiquement viables est ce qui nous a tout de suite séduits dans la démarche de l’équipe d’YNSECT. Face au défi agricole et environnemental des prochaines années, nous voyons en YNSECT un leader mondial potentiel en termes de recherche et de capacité industrielle sur ce nouveau secteur. » déclare Matthieu Vermersch, fondateur de NEW PROTEIN CAPITAL.

A propos d ’YNSECT :
YNSECT créée fin 2011 par quatre associés (Antoine Hubert, Jean-Gabriel Levon, Fabrice Berro et Alexis Angot) est une société de biotechnologie spécialisée dans la production industrielle d’insectes et dans leur transformation pour la nutrition et la chimie verte. L’entreprise a développé en 2014 à Genopole d’Evry un pilote de bioraffinerie d’insectes. Elle mène des programmes de R&D d’envergure en collaboration avec les principaux centres académiques de référence en France et en Europe (CEA, INRA, CNRS, IFREMER, AgroParisTech, IRSTEA, Wageningen University,…). La société, soutenue par BPI France et la Région Ile-de-France, est membre actif de pôles de compétitivité (Industries Agro Ressources, Vitagora,…). Elle a été lauréate cette année du Concours Mondial d’Innovation 2030 et du Cleantech Open Global Forum à San Francisco.  www.ynsect.com

COLDWAY lance son 1er véhicule utilitaire équipé de sa technologie

A l’origine d’une technologie innovante permettant la production de froid autonome, COLDWAY lance son 1er véhicule utilitaire équipé de sa technologie

Inventeur d’une technologie thermochimique qui permet la production autonome de froid mais aussi de chaleur, COLDWAY fait évoluer ce concept innovant et lance aujourd’hui son premier véhicule utilitaire équipé de cette technologie. Adaptable, quel que soit le cahier des charges de ses clients, notamment le secteur médical, cette technologie mobile fonctionne de manière parfaitement autonome et indépendamment du véhicule réduisant ainsi toute surconsommation de carburant et autres nuisances sonores.

Ce premier lancement d’un véhicule équipé à la demande, marque une nouvelle étape majeure dans les solutions offertes pour le transport de produits thermosensibles. Le CHU de Toulouse le confirme par le choix qu’il a récemment fait. En effet, après testée cette nouvelle solution avec le support d’ingénierie de COLDWAY, le CHU l’a approuvée et la retient comme solution envisageable.

Répondant à la fois aux exigences règlementaires (NF EN ISO 15189, ADR (2)) et aux enjeux de la maîtrise des températures des produits transportés, ces véhicules apportent désormais une réponse supplémentaire aux attentes de laboratoire d’analyses médicales notamment pour le transport des produits thermosensibles tels que les prélèvements biologiques.

Les opérateurs de la chaîne du froid dans le domaine du transport de produits de santé sont en effet confrontés à des exigences règlementaires qui, dans le cadre de collectes journalières, doivent garantir des plages de température allant de -30°C à +37°C.
Bénéficiant d’un système de surveillance en temps réel de la température choisie, d’un système de géolocalisation, de connections électriques sécurisées, ainsi que d’un équipement intégré (Kit ADR, prise maréchal 220V extérieure, signalétique,…), la technologie COLDWAY embarquée s’adapte bien évidemment aux véhicules tout électrique.

Enfin, les conteneurs à température dirigée équipés du système thermochimique COLDWAY – volumes jusqu’à 410L, installés à l’arrière du véhicule, sont qualifiables COFRAC et permettent donc un maintien en température homogène, quelle que soit la température extérieure.

Parcours de COLDWAY

Créée dans les années 2000 par Laurent RIGAUD et Francis KINDBEITER, l’entreprise dispose de près de 15 ans d’expérience et d’une équipe de plus d’une vingtaine de personnes dont un département de R & D de sept personnes. Ce lancement d’une nouvelle solution est le 5ème lancement depuis 2011 et témoigne de la dynamique d’innovation menée par la société.

Brevetée au plan international avec, à ce jour, 15 dépôts en cours, certifiée CE et en cours de certification UL, la technologie COLDWAY trouve aujourd’hui ses développements commerciaux dans l’univers médical et alimentaire. COLDWAY enfin qui bénéficie du soutien d’actionnaires de référence tels que BPI France, Emertec gestion, CM-CIC capital Innovation et Viveris Management a été encore récemment saluée par La Région Languedoc Roussillon et BPI France.
En effet, en mai dernier, COLDWAY a été désignée en tant qu’entreprise innovante de référence dans le cadre d’une signature de convention visant à amplifier leur soutien et leurs financements au profit des entreprises régionales innovantes.

(1) On entend par « température dirigée », le principe qui consiste à permettre et garantir le maintien, la régulation et la traçabilité d’une température à + ou – 2° pour des produits transportés.
(2) L’ADR régit le transport des produits et marchandises dangereuses par voie terrestre (dans le cas présent produits biologiques potentiellement infectieux). Le kit ADR fourni dans le véhicule inclut la trousse médicale, le gyrophare ainsi que tous les accessoires nécessaires à une intervention de premier secours.

A propos de COLDWAY – www.coldway.com
Créée en 2001, COLDWAY est une société innovante française. Issue d’un transfert de technologie CNRS, elle est à l’origine d’une innovation majeure dans la production de froid et de chaleur dont l’application de prédilection est la maîtrise de la chaine du froid.
Coldway se positionne aujourd’hui comme un des acteurs incontournables de la chaîne du froid. Son catalogue de produits se décompose en deux grandes familles « Transport » et « Stockage» des produits thermosensibles. Il répond à toutes les exigences et les besoins identifiés en termes de risque sanitaire et de maîtrise des coûts. A partir d’une analyse rationnelle du besoin client et de son expertise, Coldway propose une solution globale qualifiée couvrant tous les besoins de la chaîne du froid.

santé et innovation

EyeTechCare élue startup de l'année à Berlin

La société française EyeTechCare élue start-up de l’année au Falling Walls Venture 2014 à Berlin grâce à son dispositif médical non-invasif qui pourrait aider 70 millions de personnes touchées par le glaucome dans le monde.

EyeTechCare SA, qui développe pour le marché de l’ophtalmologie, des dispositifs médicaux thérapeutiques non-invasifs basés sur l’utilisation des ultrasons, annonce aujourd’hui avoir remporté le prix de la start-up de l’année au Falling Walls Venture 2014 face à une vingtaine d'entreprises venues du monde entier. Falling Walls est une conférence internationale durant laquelle un jury d’experts récompense les avancées majeures de la science.

Les entreprises participantes, spécialisées dans les domaines high-tech, de l’énergie ou encore des sciences de la vie, ont été sélectionnées par une vingtaine d’investisseurs en capital-risque et d’instituts de recherche. Le jury international composé de 19 membres a salué l’approche commerciale d’EyeTechCare qui comporte peu de risques, avec un produit déjà présent sur le marché.

« Nous plaçons beaucoup d’espoir dans ce traitement, car c’est une maladie qui peut tous nous affecter », souligne le Dr. Stefan von Holtzbrinck, président du jury et PDG de Holtzbrinck Publishing Group, qui édite notamment le magazine Scientific American. « EyeTechCare est une société stable avec un business plan solide. Leur traitement innovant du glaucome nous a convaincus. »

« Ce prix constitue une reconnaissance importante pour EyeTechCare. Je suis très fier de voir une société française gagner un concours international et être primée en Allemagne », indique Dietrich Wolf, Directeur Général d’EyeTechCare. « Il est également extrêmement motivant pour l’ensemble de l’équipe de contribuer à la réalisation du projet et de faire de ce traitement innovant une étape incontournable dans le parcours de soins du glaucome », ajoute-il.

Ce dispositif médical, appelé EyeOP1, a été installé dans une sélection de centres d’excellence en France et en Europe pour traiter des cas de glaucomes avancés. Déjà utilisé afin de soulager plus de 1 000 patients, il a montré un très bon profil de tolérance. EyeTechCare a obtenu le marquage CE pour ce produit qui est déjà disponible à la vente en Europe. Le dispositif mis en place par la société permet de traiter le glaucome par HIFU (Ultrasons Focalisés de Haute Intensité) de façon non invasive.

En parallèle, la société EyeTechCare poursuit ses recherches cliniques. Les dernières données, provenant de patients n’ayant pas encore subi de chirurgie, confirment la bonne tolérance du procédé. Ceci démontre la capacité de la méthode à se positionner plus en amont dans l’arsenal thérapeutique conventionnel. Le traitement par HIFU permettra désormais de proposer aux patients une alternative non invasive à la chirurgie.

A propos du glaucome

Le glaucome est un préjudice irréparable du nerf optique généralement causé par une forte augmentation de la pression intraoculaire. Cette maladie neurodégénérative provoque une perte progressive de la vision qui commence généralement à la périphérie du champ de vision.
Le glaucome concerne essentiellement la population des plus de 40 ans et son incidence augmente avec l’âge. En France, on estime le nombre de patients atteints d’un glaucome à un million de personnes, dont 500 000 seulement sont dépistées et soignées. A l’échelle mondiale, le glaucome touche plus de 70 millions de personnes, faisant de cette pathologie la deuxième cause de cécité dans le monde.

A propos de Falling Walls Venture
Au sein de « Falling Walls », Falling Walls Venture est un espace de dialogue pour les start-ups, les investisseurs et les leaders d’opinions. Falling Walls Venture est organisé par la Falling Walls Foundation en coopération avec ASTP-Proton, l’Alliance des Professionnels du Transfert de Technologie (ATTP), l’Association Européenne du capital-investissement (EVCA), la European School of Management and Technology (ESMT), A.T. Kearney, des universités internationales et des institutions de recherche.
Ce forum s’adresse exclusivement aux entreprises proposant une technologie innovante, à des investisseurs en capital-risque ainsi qu’aux interlocuteurs stratégiques faisant partie de leur environnement scientifique et technologique. Une vingtaine d’institutions de recherche et d’investisseurs en capital-risque présentent les créations d’entreprises innovantes les plus exceptionnelles, profitant pleinement de l’évènement pour leur communication. Le prix est remis par un jury qualifié à l’issue des présentations. Les critères d’évaluation reposent sur le niveau d’innovation, le potentiel commercial et l’impact social.
La conférence « Falling Walls » a lieu le jour anniversaire de la chute du mur de Berlin. Il s’agit d’une conférence au format original, permettant de réunir au cours d’une journée des chercheurs de renom venus du monde entier pour présenter à un public ciblé les avancées réalisées dans leur domaine de recherche.
Le but de cette conférence est de présenter des solutions pour les défis contemporains (climat, énergie, santé, nutrition, sécurité, économie durable, …). La métaphore de la chute du mur est au centre de la manifestation dont le but est de repousser les frontières de la connaissance en faisant tomber les préjugés qui freinent pensées et comportements.
http://www.falling-walls.com

A propos d’EyeTechCare
EyeTechCare SA a développé le produit EyeOP1®, basé sur l’utilisation des HIFU (Ultrasons Focalisés de Haute Intensité) pour traiter le glaucome.
Les traitements contre le glaucome actuellement disponibles incluent les médicaments, le laser et la chirurgie. Aucun de ces traitements n’offre un bon équilibre entre efficacité et sécurité. EyeTechCare entend répondre à ce besoin avec son dispositif non-invasif. EyeOP1 utilise une technologie innovante permettant de rendre inactive une partie des minuscules glandes ciliaires qui produisent l’humeur aqueuse. La précision de ce procédé ciblé permet de réduire la PIO (pression intraoculaire) tout en préservant les structures alentour. Cela explique le très bon profil de tolérance démontré par les études cliniques.
EyeTechCare est basée dans le Rhône, à Rillieux-la-Pape, près de Lyon.

Un deuxième Virtual Data Centre Interoute en Allemagne

Basé à Francfort, une solution de continuité d’activité dans le Cloud pour les entreprises qui veulent que leurs données restent en Allemagne.

Interoute, opérateur propriétaire de la plus grande plateforme de services Cloud d’Europe, annonce l’ouverture, au 1er décembre 2014, d’un second Virtual Data Centre (VDC) en Allemagne : à Francfort. Le VDC de Berlin héberge depuis 2012 les données et applications de nombreux clients. Ce second VDC à Francfort, associé à la capacité réseau public ou privé d’Interoute, répond à la demande croissante des entreprises pour un Cloud sécurisé situé stricto sensu en Allemagne, avec un contrôle complet des données et une latence ultra faible dans le pays offrant une plateforme fiable, flexible et sécurisée répondant à l’ensemble des besoins informatiques. Ajouter deux zones dans un même pays à son réseau de Virtual Data Centres, disponible dans 12 zones géographiques à travers le monde, montre la capacité d’Interoute à répondre aux besoins locaux des entreprises européennes tout en accompagnant leur croissance et leur expansion avec une plateforme internationale.

Jean-Pierre Tournemaine, Directeur Général d’Interoute, déclare : « Etendre l’univers d’une application au Cloud est central dans l’approche d’Interoute. Le contrôle et la localisation de la donnée sont cruciaux pour les Allemands. Notre approche de zones couplées et la gratuité de notre réseau font que nous proposons robustesse et faible latence à l’intérieur du pays, en réduisant la réécriture de code. Combinez cela à nos capacités uniques de Cloud public/privé et les développeurs peuvent créer des environnements virtuels avec des degrés de séparation exceptionnels dans un environnement Cloud. »

Le VDC d’Interoute permet aux clients de provisionner et de contrôler l’informatique, le stockage et l’infrastructure réseau à la demande, à l’échelle mondiale. Les utilisateurs choisissent comment ils provisionnent les ressources informatiques du VDC, avec un Cloud privé, public ou hybride. Interoute propose également un portefeuille de solutions d’hébergement, de colocation, de services réseaux et de communications qui peuvent être intégrés à son Cloud, de manière transparente.

Les entreprises qui doivent répondre à des exigences légales concernant la protection des données peuvent choisir entre villes possédant un VDC pour héberger et stocker leurs données, et bénéficient de la gratuité du transfert entre deux zones VDC chez Interoute, partout dans le monde. Le CloudStore d’Interoute est une marketplace online qui permet aux entreprises d’acheter de nombreuses applications à déployer dans le VDC.

La plateforme Cloud Computing d’Interoute se développe rapidement dans le monde. Le nouveau Virtual Data Centre de Francfort est la 12e zone qui s’ajoute à la plateforme, et la 7e nouvelle zone créée en 20141. Interoute est certifié ISO 20000 et ISO 27001, garantissant la qualité de son système de gestion de la sécurité pour ses solutions Cloud.

1Les zones VDC ouvertes en 2014 par Interoute sont : Milan (26 février 2014), Hong Kong (4 avril 2014), New York (18 juin 2014), Londres et Slough (7 octobre 2014), Madrid (22 octobre 2014) et Francfort.

A propos d’Interoute
Interoute est le propriétaire de la plus grande plateforme de services Cloud d’Europe, avec 67 000km de fibre et 12 Virtual Data Centres, 12 data centres d’hébergement plus 31 centres en colocation reliés à 195 autres data centres chez ses partenaires à travers le continent. Son offre pour une IT unifiée s’adresse aux multinationales ainsi qu’à toutes les grandes entreprises de télécommunications d’Europe et aux principaux opérateurs d’Amérique du Nord, de l’est et du sud de l’Asie, aux états et aux universités. Ces organisations trouvent en Interoute le partenaire idéal pour assurer leur connectivité, l’hébergement de leurs contenus, l’accès à Internet, ou créer de nouveaux services. Sa stratégie pour une IT unifiée se montre attractive pour les entreprises qui cherchent une plateforme sécurisée, évolutive et sans contraintes, sur laquelle elles puissent construire leurs services voix, vidéo, informatique et données, et pour les fournisseurs de services Internet désirant une haute capacité internationale pour leur infrastructure et le transfert de données. Présent au sein de toute l’Europe, en Amérique du Nord et à Dubaï, Interoute possède et gère également plusieurs réseaux métropolitains parmi les plus grands centres d’affaires européens.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.interoute.fr

Saint-Gobain et le CNRS créent une unité de recherche commune au sein du NIMS au Japon

Saint-Gobain, le CNRS et l'Institut japonais de science des matériaux NIMS (National Institute for Materials Science) viennent d'inaugurer le laboratoire LINK (Laboratory for Innovative Key Materials and Structures) en présence de Thierry Dana, Ambassadeur de France au Japon.

Cette unité de recherche internationale a vocation à développer de nouveaux matériaux pouvant avoir des applications dans plusieurs activités industrielles de Saint-Gobain, notamment dans les céramiques, les grains et poudres, les cristaux, le vitrage et les abrasifs. Rattachée à Saint-Gobain et au CNRS, elle est implantée dans les locaux du NIMS, à Tsukuba au Japon, l'un des meilleurs laboratoires de recherche au monde spécialisés dans les matériaux.

C'est la première fois que Saint-Gobain et le CNRS créent une unité de recherche commune à l'étranger

Ce nouveau laboratoire est le fruit d'une longue collaboration entre les trois partenaires : Saint-Gobain, le CNRS et le NIMS. En France, le CNRS et Saint-Gobain disposent de deux Unités Mixtes de Recherche implantées dans les centres de recherche de Saint-Gobain à Aubervilliers et à Cavaillon. Au Japon, les chercheurs de Saint-Gobain et du NIMS travaillent ensemble depuis cinq ans, au sein du Center of Excellence for Advanced Materials situé à Tsukuba dans les locaux du NIMS. Enfin, depuis plus de dix ans, la forte collaboration entre chercheurs du CNRS, de l'université de Rennes 1 et du NIMS, a conduit à la mise en place dès 2011 d'ateliers scientifiques qui se tiennent alternativement en France et au Japon.

Ce projet constitue un modèle original de collaboration, car il implique à la fois Saint-Gobain, le NIMS et le CNRS, intégrant des chercheurs de très haut niveau. Les recherches du LINK porteront sur la création de nouveaux matériaux allant de la synthèse aux procédés de mise en forme et aux études des propriétés physico-chimiques, en relation étroite en France, avec l'Institut des sciences chimiques de Rennes (CNRS/université de Rennes 1/ENSCR/INSA). Sur le plan scientifique, ces travaux seront fortement soutenus par les équipes du NIMS qui possèdent un savoir-faire unique dans la caractérisation structurale des matériaux et la modélisation de leurs propriétés.

Ce projet s'inscrit dans le programme de renforcement de la recherche amont de Saint-Gobain mis en œuvre en collaboration avec des universités et des instituts de recherche publics au niveau international pour augmenter les compétences du groupe et recruter de jeunes scientifiques de talent.
Le CNRS compte déjà trois unités de recherche internationales au Japon, le Laboratory for Integrated Micro Mechatronics Systems (LIMMS), le Joint Robotics Laboratory et le Japanese-French Laboratory for Informatics (JFLI). La création du LINK conforte ainsi la position du CNRS au Japon.

A propos du CNRS
Créé en 1939, le Centre national de la recherche scientifique est un organisme public de recherche (Etablissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle du Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche). Il produit du savoir et met ce savoir au service de la société. Avec près de 33 000 personnes, une implantation sur l'ensemble du territoire national, le CNRS exerce son activité dans tous les champs de la connaissance en s'appuyant sur plus de 1100 unités de recherche et de service. Avec 20 lauréats du prix Nobel et 12 de la Médaille Fields, le CNRS a une longue tradition d'excellence. Pour plus d'informations, rendez-vous sur http://www.cnrs.fr/

A propos de Saint-Gobain
Saint-Gobain, leader mondial de l'habitat, conçoit, produit et distribue des matériaux de construction et de haute performance en apportant des solutions innovantes aux défis de la croissance, des économies d'énergie et de protection de l'environnement. Avec un chiffre d'affaires de 42,0 milliards d'euros en 2013, Saint-Gobain est présent dans 64 pays avec près de 190 000 salariés. Plus d'informations sur www.saint-gobain.com et sur la nouvelle application pour tablette et téléphone mobile « Saint-Gobain Shareholder ».

A propos du NIMS
Le NIMS est le seul institut indépendant spécialisé en science des matériaux au Japon. La mission du NIMS est de gérer la recherche fondamentale en science des matériaux afin de faire progresser le niveau d'expertise dans ce domaine. Dans cette optique, le NIMS collabore avec d'autres centres de recherche au Japon et dans le monde entier. Le NIMS a également vocation à diffuser les résultats des travaux de recherche universitaire, à promouvoir leurs applications pratiques et à former aux sciences et techniques des matériaux des ingénieurs et scientifiques du plus haut niveau. Pour plus d'informations, rendez-vous sur http://www.nims.go.jp/eng/index.html

Habitat connecté : 4 startups sélectionnées

Covéa et Paris Région Lab - Incubateurs dévoilent les quatre startups sélectionnées pour intégrer le nouveau programme d’incubation dédié à l’habitat connecté

Suite à l’appel à candidatures ouvert du 28 mai au 9 juillet 2014 pour identifier les entreprises de l’incubateur Covéa dédié à l’habitat connecté, Covéa et Paris Région Lab ont sélectionné les start-ups 3D Sound Labs, MesDépanneurs.fr, Oxolis et Tallk. Ces jeunes entreprises rejoindront le site Paris Innovation Boucicaut dans les semaines à venir.

Les 4 start-ups vont bénéficier du savoir-faire de Paris Région Lab et des compétences de Covéa en termes d’accompagnement, de conseils et de connaissance du marché, leur permettant ainsi de multiplier les expérimentations de nouveaux produits et services et d’accélérer leur développement.
« Il est apparu naturel à Paris Région Lab de faire confiance à Covéa, par ailleurs investi dans la démarche de l’incubateur E-santé, pour relever le défi d’un nouveau programme lié à l’Habitat connecté. Au-delà de la domotique, ce secteur ouvre la voie à des innovations prometteuses, des objets connectés aux services à la personne adaptés aux nouveaux modes de vie, que sauront développer les start-ups sélectionnées dans le cadre de ce programme », expose Jean-François Galloüin, Directeur Général de Paris Région Lab.

Pour Covéa, la création de l’incubateur « Habitat connecté » et le soutien à ces startups confirment sa volonté d’être un acteur majeur de l’innovation dans l'assurance au service de la sécurité et du bien-être de ses assurés.

Les start-ups sélectionnées

3D Sound Labs développe une technologie de rendu sonore spatial (son 3D). Les applications envisagées visent à la fois le divertissement (Films, jeux vidéo, musique), les casques audios, les usages professionnels (réalité virtuelle et augmentée), ainsi que l’amélioration des performances des aides auditives.

MesDépanneurs.fr est une première plateforme française de commande des services de dépannage en ligne. L’über du dépannage facilite la mise en relation entre d’un côté les personnes rencontrant des problèmes de plomberie, de serrurerie, d’électricité, de vitrerie, de chauffage et de l’autre des entreprises de dépannage qualifiées et disponibles.

Oxolis s'est donné pour mission de créer une nouvelle génération de services à la personne et aux entreprises. Au travers d’un catalogue de solutions favorisant le développement de l’habitat connecté, Oxolis propose des expériences de consommation et de relation client inédites et personnalisées.

Tallk développe des objets connectés sociaux qui permettent de rompre l'isolement des personnes âgées et favorisent leur maintien à domicile.

A propos
Leader en assurance de bien et de responsabilité en France, n°4 en assurance santé individuelle, Covéa réunit les mutuelles MAAF, MMA et GMF et assure plus de 11 millions de Français en 2013. Son chiffre d'affaires dépasse 15,5 milliards d'euros. Le groupe compte plus de 26 000 collaborateurs. www.covea.eu

Paris Région Lab – Incubateurs met son expertise au service des créateurs d'entreprises innovantes depuis plus de 10 ans et les accompagne dans leurs projets en phase d'amorçage et de décollage. Aujourd'hui, Paris Région Lab anime plus de 20 incubateurs sur des thématiques variées. Ainsi, 200 entreprises bénéficient chaque année des apports des équipes d’accompagnement. Fort d'un réseau de près de 500 start-ups, Paris Région Lab - Incubateurs ouvre son éco-système aux grands groupes pour leur permettre de détecter des technologies et de mettre en place des partenariats business avec les start-ups. www.parisincubateurs.com @Paris_Incub

ViaMeca et les marchés de l'énergie du futur

VIAMECA POSITIONNE LES ENTREPRISES DE LA MECANIQUE SUR LES MARCHES PORTEURS DE L'ENERGIE DU FUTUR

Pour aider ses adhérents à développer leur business sur les marchés porteurs de la maintenance et de la déconstruction dans le secteur de l'énergie, ViaMéca organise deux actions significatives cet automne.

Aider les entreprises innovantes de la mécanique à repérer les opportunités et se positionner sur des marchés à fort potentiel de développement est une des vocations des pôles de compétitivité. ViaMéca aborde les marchés de l'Energie (barrages hydroélectriques, nucléaire, éolien...) en proposant aux entreprises de la mécanique de développer des offres globales produit-service : « Les donneurs d'ordres ne veulent plus acheter de la technologie mais un service global de maintenance ou de déconstruction » explique Arnaud Bocquillon, responsable de la thématique Ingénierie des Usages et des Services de ViaMéca.

- En partenariat avec le pôle de compétitivité Tenerrdis et le cluster Indura, ViaMéca a organisé le 25 septembre un premier séminaire à Grenoble sur le thème de la Centrale Hydroélectrique du futur, destiné à stimuler et accompagner les PME dans le développement de solutions globales et innovantes répondant aux attentes fonctionnelles des donneurs d'ordre du marché de l'Energie.

- ViaMéca, en partenariat avec la CCI PACA et CCI-Internationale est également présent du 14 au 16 octobre sur le salon WNE (World Nuclear Exhibition) à Paris-Le Bourget avec l'organisation d'un stand pavillon de 230 m². Le marché du nucléaire civil est un marché mondial en expansion avec plus de 430 centrales en opération dans le monde, de nouvelles constructions de centrales générant une augmentation de 50% de la capacité nucléaire mondiale prévue d'ici 2025, le prolongement de la durée de vie, l'amélioration de la sûreté et le démantèlement des centrales en fin de vie.

Regroupant 23 entreprises, le stand pavillon présente l'offre globale de solutions des entreprises mécaniciennes en Rhône-Alpes-Auvergne et PACA. « Nous accompagnons nos adhérents pour construire une offre produit-service adaptée aux usages et développer la visibilité de leurs compétences auprès des industriels de l'énergie » précise Philippe Baizet, Fédérateur Industrie ViaMéca, en charge de l'organisation de ces deux manifestations.

A propos de ViaMéca
Pôle de compétitivité mécanique, ViaMéca impacte plus de 400 acteurs (Grandes entreprises, ETI, PME, laboratoires et organismes de formation) du Massif Central et de Rhône-Alpes. La vocation de ViaMéca est de fédérer ces acteurs autour de projets de R&D collaboratifs afin de renforcer la compétitivité des entreprises grâce à l'innovation. Dédié à la conception, la production et l'intégration de systèmes mécaniques intelligents, le pôle ViaMéca s'appuie sur quatre thématiques scientifiques : Ingénierie Des Surfaces, Procédés Avancés de Fabrication, Systèmes Intelligents et Robotique, Ingénierie des Usages et des Services. Pour plus d'informations : www.viameca.fr.

Rhepatch, le 1er timbre transdermique breveté par l'INPI

L’INPI délivre un premier brevet au timbre transdermique électronique de Rhenovia, lauréat du Concours Mondial d’Innovation

L’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) vient de délivrer un brevet au timbre transdermique innovant de Rhenovia, lauréat du Concours Mondial d’Innovation (CMI). La protection offerte par ce brevet permet d’envisager un développement ambitieux du produit en partenariat avec un industriel du secteur, sur un marché estimé à plus de 20 Mds d’euros.

Rhepatch™ est un timbre transdermique permettant d’administrer de façon contrôlée jusqu’à sept médicaments, grâce à un système électronique embarqué programmable. Initialement conçu par Rhenovia pour traiter les maladies du système nerveux comme Alzheimer, ce timbre peut être généralisé à la plupart des pathologies chroniques. L’administration transdermique contrôlée des médicaments permet en effet d’obtenir une efficacité accrue, une meilleure biodisponibilité et des effets secondaires réduits. On évite également les oublis ou prises de médicaments anarchiques chez les patients confus ou dépendant d’une aide extérieure.

Le projet de timbre transdermique électronique de Rhenovia est lauréat de l’ambition « Médecine individualisée » du Concours Mondial d’Innovation, qui a pour objectif de faire émerger les talents et futurs champions de l’économie française. Il bénéficie à ce titre du soutien de l’Etat français.

Rhepatch est désormais protégé par un premier brevet délivré par l’INPI. Ce brevet d’invention n°12/50851, publié le 4 juillet 2014 sous le n° 2 986156 au Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle, produira ses effets pour une période de vingt ans. Il a fait l’objet d’une demande d’extension internationale afin de couvrir les principaux marchés visés, notamment l’Amérique du Nord, l’Europe, le Japon, la Chine, l’Inde et la Russie. La délivrance d’un brevet national et son extension au niveau international ouvrent la voie à la signature de partenariats pour les phases de développement, d’industrialisation et de commercialisation du produit. Des discussions ont été engagées par Rhenovia à la fois avec des industriels des dispositifs d’administration de médicaments et des laboratoires pharmaceutiques.

L’enjeu est de taille puisque le marché mondial de l’administration transdermique de médicaments est évalué à 23 milliards d’euros en 2015*, avec une croissance annuelle d’environ 8%. L’administration transdermique, qui intéresse tant l’industrie pharmaceutique que les autorités sanitaires ou les associations de patients, devrait représenter 17% du marché mondial d’administration de médicaments d’ici à 2017, sachant que ces prévisions sont aujourd’hui fondées uniquement sur l’utilisation de timbres transdermiques passifs ne procurant pas les avantages de la solution innovante de Rhenovia.

* source MarketsAndMarkets, avril 2013

A propos de Rhenovia Pharma SAS

Rhenovia Pharma SAS est une société française fondée en 2007 par une équipe internationale réunissant des cadres de l’industrie pharmaceutique et des experts mondiaux des neurosciences et de la modélisation du système nerveux. La société est le leader mondial de la biosimulation appliquée à la prévention et au traitement des maladies neurologiques, neurodégénératives et psychiatriques. Basée à Mulhouse, Rhenovia compte aujourd’hui une vingtaine de collaborateurs en France, en Suisse, en Allemagne et aux Etats-Unis où elle a ouvert une filiale en 2012.

Pour plus d’informations : www.rhenovia.com

Le Pôle Images & Réseaux, choisi par la Commission européenne pour accélérer l’Internet du Futur

Fort de son expérience en tant que pôle de compétitivité à vocation mondiale, Images & Réseaux s’investit depuis plusieurs années dans des programmes européens et plus spécifiquement dans le programme sur l’Internet du Futur, FI-WARE. Dans le cadre du consortium FIC3 dédié à ce projet, Images & Réseaux, seul acteur national impliqué, mènera l’ensemble des appels à projets sur les thématiques de la santé/bien-être, des villes intelligentes et du multimédia/contenu. Pendant 3 ans, le Pôle s’engage à favoriser l’accès des entreprises françaises et au-delà, aux financements européens avec des démarches simplifiées. Premier temps fort : un hackathon qui se déroule dans 6 pays d’Europe et dont l’objectif est de faire émerger les applications de demain. En France, il sera organisé par Images & Réseaux à Rennes, du 14 au 16 novembre.

Le programme FI-WARE, vecteur d’innovation

FI-WARE, une ambition commune…

Lancé en 2011, le programme FI-PPP (Future Internet Public-Private Partnership) est un partenariat public-privé entre la Commission européenne, de grands groupes et les acteurs européens leaders des technologies de l’information et de la communication. Il a pour but de s’assurer que l’Europe soit dans la meilleure position pour saisir les opportunités permises par les applications de l’Internet de demain et que ces évolutions impactent positivement tous les secteurs économiques. L’investissement déjà réalisé par la commission, de plus de 400 millions d’euros, est sans précédent pour un tel partenariat au niveau européen. Avec ses
8 domaines d’applications, 14 accélérateurs en Europe, 38 appels à projets et 80 millions d’euros de financement à destination des entrepreneurs européens, FI-WARE a pour objectif de permettre aux PME et entrepreneurs d’imaginer les technologies et les usages d’Internet. La ville intelligente sera un des domaines d’applications les plus importants du programme FI-WARE. Ce sont au total près de 1 000 entreprises qui recevront à travers les appels à projets successifs plus de 80 millions d’euros de la part de l’Union Européenne.

…et des outils technologiques

De ce programme sont issus les technologies FI-WARE, une boîte à outils technologiques d’interfaces de programmation open source, développées par de grandes entreprises de l’Union Européenne (Orange, Telecom Italia …). Ces briques technologiques permettent entre autres de gérer les hébergements, de publier des analyses de données ou de gérer des infrastructures réseaux. La phase 3 consiste, pour l’UE, à créer un puissant écosystème autour de ces technologies afin de faciliter l’innovation, faire émerger des PME et révéler de nouveaux entrepreneurs. Les 3 années à venir vont permettre le développement d’applications innovantes dans de nombreux domaines comme l’Internet des objets, le stockage en ligne, le traitement et la publication de contenus et de données en temps réel, l’analyse du Big Data, le développement d’interfaces utilisateurs avancées ou encore la co-création de contenus. La volonté est de se positionner en alternatives crédibles aux solutions propriétaires.

Le rôle et les missions d’Images & Réseaux

Des appels à projets aux procédures simplifiées

Images & Réseaux est le seul acteur français sélectionné pour intégrer ce grand projet européen de l’Internet du Futur. Le Pôle a pour mission d’assurer la dissémination des architectures et des briques technologiques, de promouvoir l’écosystème FI-WARE et de proposer aux PME un accompagnement pour répondre aux appels à projets.

Dans cette optique, FIC3 a simplifié la méthodologie des appels à projets permettant de subventionner des projets allant de 50 000 à 150 000€. Le versement des fonds se fait tous les 3 mois sous réserve de résultats en livrables. Le premier appel à projets du consortium est programmé pour début novembre.

Un hackathon « Internet du Futur » à Rennes du 14 au 16 novembre

Pour stimuler la créativité de la communauté des web entrepreneurs et pour marquer le lancement de cette nouvelle phase d’innovation, Images & Réseaux organise, à Rennes, les 14, 15 et 16 novembre, un hackathon dédié aux technologies FI-WARE. Ce start-up week-end, ouvert à tous, se déroulera sur 3 jours. 52h, c’est le temps qui sera imparti aux équipes pour faire émerger de premières idées d’applications, après une formation sur les technologies FI-WARE. Un jury composé d’experts déterminera le projet le plus méritant. Les vainqueurs se verront récompensés par une aide financière et un accompagnement personnalisé d’Images & Réseaux pour la rédaction de leur future réponse aux appels à projets européens.

Images & Réseaux (www.images-et-reseaux.com)

Via les projets collaboratifs et les synergies qu’il développe, le pôle de compétitivité mondial Images & Réseaux stimule l’innovation dans un domaine phare de la nouvelle ère de l’information et de la communication : les services et technologies associés aux nouveaux usages des contenus numériques et des médias. Créé en 2005, le pôle rassemble 260 acteurs – grands groupes, PME, établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche – en Bretagne et Pays de la Loire. A ce jour, plus de 500 projets de recherche et développement portant sur les thématiques du pôle ont reçu son label pour leur caractère innovant et leurs retombées économiques potentielles.

Flexico lutte contre le gaspillage alimentaire

Parce que c’est un sujet désormais prioritaire, le groupe industriel Flexico, soutenu par l’initiative Save Food, ne cesse d’innover pour lutter contre ce fléau.

Aujourd’hui, 21% de la nourriture achetée est jetée

En France, un foyer de 4 personnes jette entre 20 et 30 Kg de nourriture par an dont 7 Kg encore emballés. Cela représente une perte de 400 euros par an et par foyer. En 2012, le gouvernement a crée la première journée nationale contre le gaspillage alimentaire. Ainsi, ce 16 octobre 2014, la population française sera sensibilisée face à ce problème. Flexico, expert des solutions d’emballages souples refermables, développe des produits en ce sens pour jouer un rôle majeur dans ce combat.

Flexico : Un industriel responsable

Le Groupe Français milite pour une meilleure conservation des aliments une fois l’emballage ouvert. Un produit emballé hermétiquement est un produit mieux protégé. Conséquence : sa durée de vie est prolongée et la perte alimentaire est évitée. Ainsi, les experts de Flexico ont pensé de nouveaux systèmes de fermeture plus pratiques pour le consommateur : les solutions zip Clicky et Sensogrip®. Toutes deux travaillées autour des sens (notamment l’ouie et le toucher), ces fermetures sont synonymes pour les produits de fraicheur et de conservation.

Un projet porté par Save Food

De nombreuses entreprises comme Flexico s’impliquent auprès de Save Food. Créée en 2011, Save Food milite pour la réduction du gaspillage alimentaire. Cette initiative met l’accent sur la prise de conscience et la médiatisation. De plus, elle souhaite rassembler les différentes expertises des organisations privées ou publiques, qui veulent adhérer à l’initiative.

« Le gaspillage alimentaire est pour Flexico un véritable fer de lance. Nous mettons un point d’honneur à investir toujours plus dans la recherche et le développement. Ainsi, nous nous efforçons de trouver des solutions qui luttent au quotidien contre le gaspillage alimentaire. Nous espérons que la journée « anti-gaspi » éveillera les consciences des français.» explique Laurent Musitelli, PDG du Groupe Flexico

À propos de Flexico
Flexico est un groupe industriel européen actif sur plusieurs métiers: les solutions d’emballage souple refermable, le Merchandising et les Accessoires de PLV. Entreprise familiale française, fondée en 1950, Flexico est devenue un groupe mondial employant plus de 700 salariés en France et dans ses filiales internationales.
Grâce à son équipe R&D, le groupe Flexico a su développer de manière constante des innovations et détient à ce jour plus de 300 brevets mondialement reconnus.
Expert industriel en plasturgie depuis plus de 60 ans, Flexico poursuit le développement à l’international de son activité phare, le Packaging et s’implante sur le marché européen du Merchandising et des Accessoires de PLV. L’objectif du Groupe : devenir le référent industriel incontournable sur ses 2 activités.

Le Forum pour l’investissement responsable allemand (FNG) choisit Novethic pour développer son label ISR

Novethic est le partenaire stratégique du Forum pour l'investissement allemand, FNG. Il a remporté, en septembre 2014, l’appel d’offres lancé pour développer un label ISR de qualité pour les fonds proposés en Allemagne.

Ce partenariat, qui consolide les bases d’une réflexion européenne pour le Label ISR de qualité, devrait voir le jour en 2015 et répondra aux spécificités de l'investissement responsable dans les pays germanophones.
Novethic est très fier de cette reconnaissance internationale du travail de labellisation ISR des produits financiers qu'il accomplit depuis 2009. « Quand nous avons proposé en 2013 à des sociétés de gestion européennes d’être candidates à notre Label ISR, nous pensions qu’elles seraient intéressées par un label leur permettant d’attester de la solidité de leurs pratiques d’investissement responsable. Ce partenariat stratégique valide cette hypothèse. Nous sommes très heureux de contribuer au développement de l’ISR en Allemagne et nous nous réjouissons qu’il s’appuie sur une démarche de labellisation de qualité.» précise Anne-Catherine Husson-Traore, la Directrice générale de Novethic.

L'Allemagne va ainsi créer son label ISR proposé aux investisseurs, qui devrait accélérer le développement d'un marché en plein essor. FNG est une association qui réunit plus de 160 membres institutionnels. Basée à Berlin, elle existe depuis 2001. Pour Claudia Tober, sa Directrice exécutive, « Novethic dispose d’excellentes connaissances spécialisées et de plusieurs années d’expérience dans les domaines de l’investissement responsable et l’attribution d’un label de qualité ISR. Il faut maintenant travailler ensemble à mettre en œuvre le concept et préparer l’entrée du label de qualité sur le marché l’année prochaine. »

En savoir plus sur les labels Novethic : www.novethic.fr
Novethic est un centre de recherche expert de l'Investissement Responsable depuis 2001. Financé par la Caisse des Dépôts, il est indépendant des offreurs de fonds. Son site novethic.fr propose des dizaines d’études et des milliers d’articles sur l’investissement et l’économie responsables.

En savoir plus sur FNG : www.forum-ng.org
Le Forum Nachhaltige Geldanlagen (FNG) est l’association qui regroupe plus de 190 membres qui s’engagent pour l’investissement responsable en Allemagne, en Autriche, au Liechtenstein et en Suisse. Ses membres sont des banques, des sociétés de gestion d’actifs, des agences de rating, des conseillers financiers, des organisations scientifiques et des membres privés. Le FNG promeut le dialogue et l’échange des informations entre le monde économique, la sphère scientifique et les acteurs politiques et s’engage depuis 2001 pour une amélioration des cadres juridiques et politiques pour l’investissement responsable. Le FNG attribue le Logo Transparent pour les fonds ISR, publie les « Profiles ISR FNG » et la « Matrice FNG ». L’association est un des membres fondateurs d’Eurosif.

ICS Toulouse : le bilan

Du 16 au 18 septembre dernier, l’Innovation Connecting Show, rendez-vous international de l’innovation dans ses dimensions produits, process et services, a ouvert ses portes au public et a totalisé 7 779 entrées. 

Pendant 72 heures, 324 exposants, dont 80 start-up internationales, plusieurs pôles de compétitivité d’envergure mondiale, des clusters nationaux et internationaux, des centres de recherche européens, et des leaders en technologies de transports intelligents, du spatial, de télécommunications ou encore d’énergie, ont exposé les démonstrateurs phares qui figurent au cœur de leur stratégie d’innovation. Tous se sont mobilisés à ICS avec une ambition commune : parier sur la valorisation et la détection des réponses originales et créatrices de valeur apportées aux nouveaux défis de la croissance, entre innovations à haute valeur ajoutée, économies d’énergie et nouvelles attentes des usagers.

Véritable rendez-vous business, la manifestation a généré de belles synergies, en témoignent les 504 rendez-vous d’affaires programmés et les 63 conférences et ateliers thématiques qui ont eu lieu sur les Forums de l’Innovation, dont le taux de remplissage a oscillé entre 60 et 180 %. Le Carré des Financeurs et des organismes de conseils a lui aussi été très sollicité, à la fois par les exposants et les visiteurs.
Introduit par le Forum Economique de Toulouse, le Congrès de l’Innovation a proposé au public des conférences et des tables rondes animées par 40 experts internationaux, spécialistes de la Biologie du Futur, des Smart Cities, de l’Usine du Futur, des Technologies Clés Génériques et de l’Internet du Futur. Des animations qui ont également participé au succès d’ICS, avec 1 650 entrées. Lieu d’animation original et apprécié des exposants et du public, le plateau télévisé d’ICS a permis l’organisation de 36 interviews et de tables rondes thématiques de grande ampleur. Un dispositif qui a notamment favorisé le lancement opérationnel du Lab Invest, à travers l’organisation de pitchs de start-up en multiplex, depuis la Silicon Valley et Paris, et en direct d’ICS. Des pitch sessions qui se sont également multipliées dans le Start-Up Place, au cœur du salon, lequel a mobilisé des start-up françaises et internationales, venues d’Angleterre, d’Israël, ou encore d’Italie.

Le projet Floatgren ouvre la voie de l'éolien en mers profondes

Le projet FLOATGEN se reconfigure et ouvre la voie de l’éolien en mers profondes avec la première éolienne flottante testée au large des côtes françaises.

Sept partenaires, venant de quatre pays Européens, se sont réunis à l’Ecole Centrale de Nantes le 24 juin pour inaugurer la nouvelle configuration de ce projet de recherche sur les éoliennes en mer flottantes. La première éolienne flottante en France, FLOATGEN, sera ainsi testée au large du Croisic sur le site d’expérimentation en mer SEM-REV, avec une turbine de 2 MW.
L’objectif du projet FLOATGEN est de démontrer la faisabilité technique et la viabilité économique de l’éolien flottant, dans le but d’étendre le potentiel de développement de parcs éoliens en mer aux eaux profondes et disposant d’un meilleur gisement de vent. Le projet a également pour objectif de démontrer le fort potentiel de diminution des coûts de l’électricité produite par des parcs éoliens flottants.
Le projet évaluera la performance de la combinaison de l’éolienne et de la fondation flottante afin d’accumuler suffisamment d’expérience pour optimiser la performance de futurs projets utilisant cette technologie.
“ Le projet a subi plusieurs changements, mais il est désormais prêt à tester le premier démonstrateur d’éolien flottant reposant sur une technologie 100% européenne” souligne Mauro Villanueva, Directeur du Développement Technologique de GAMESA et coordinateur de FLOATGEN.
Lancé en janvier 2013, le projet FLOATGEN inclut maintenant l’Ecole Centrale de Nantes et son site d’expérimentation en mer SEM-REV dans le consortium. “ SEM-REV est une zone offshore de 1km² disposant de moyens de mesures océanographiques, d’un centre de recherche à terre, d’un câble électrique sous-marin à haute tension, d’un système de connexion sous-marin et d’une sous-station électrique connectée au réseau national. Aujourd’hui, le site SEM-REV est complètement opérationnel en termes d’autorisations, ce qui correspond parfaitement au planning du projet FLOATGEN ” explique Christian Berhault, directeur de SEM-REV. Le financement de ce projet a été assuré dans le cadre du Contrat de Projets Etat Région 2007-2013, avec une forte contribution de la Région Pays de la Loire.
Le consortium compte désormais 7 partenaires européens, composé au niveau industriel par GAMESA, un fabricant mondial de turbines éoliennes, en coopération étroite avec IDEOL, le fournisseur de la fondation flottante, la contribution de l’Université de Stuttgart soutenue pour les activités de monitoring, pour les études d’impact environnemental et la communication par FRAUNHOFER-IWES et le GROUPE RSK, (biologie marine), ZABALA, société de conseil ainsi que l'Ecole Centrale de Nantes pour la réalisation des tests en mer sur son site d’expérimentation SEM-REV.
Le démonstrateur de 2MW utilisera la technologie « Damping Pool® » brevetée et développée par la société française IDEOL. Il s’agit d’un flotteur de surface, en forme d'anneau rectangulaire, relativement compact, à faible tirant d'eau et au comportement hydrodynamique extrêmement performant, permettant de réduire significativement le coût de l’éolien flottant. Le puits central situé à l’intérieur du flotteur est conçu et dimensionné pour permettre l’amortissement des mouvements du flotteur, grâce aux phénomènes de ballotement de l’eau retenue à l’intérieur, et ainsi de réduire les mouvements induits sur la turbine.


A propos de Gamesa
Gamesa est le coordinateur du consortium et a une forte expérience dans la gestion de projets de R&D financé par la commission européenne, tels que RELIAWIND et WINDTRUST. Gamesa participe également à plusieurs projets, en jouant à chaque fois un rôle de premier plan dans l'industrie de fabrication d'équipement d'origine.
Avec plus de 20 ans d’expérience et plus de 29 000 MW installés dans 43 pays, Gamesa est le leader technologique mondial dans l’industrie du vent. Ses solutions vont du design, à la fabrication, installation et entretien et maintenance des (19 800 MW).
Gamesa est également leader mondial dans le développement, la construction et la vente de fermes éoliennes ayant installé plus de 6000 MW et bénéficiant d’un portfolio à divers stades de développement de plus de 18 300MW en Europe, en Amérique et en Asie.

À propos d'IDEOL 
IDEOL est une entreprise française spécialisée dans la conception et l'installation de fondations flottantes pour l’éolien en mer, . Basée à La Ciotat, la société est issue d’une longue expérience dans les énergies renouvelables et l'industrie offshore parapétrolière. IDEOL a plus particulièrement développé une une solution de fondation flottante reposant sur le concept breveté Damping Pool®, visant une transformation majeure du potentiel de l’éolien en mer en s’affranchissant de la contrainte de profondeur induites par les structures fixées aux fonds marins.

À propos de Centrale Nantes
Membre du Groupe des Écoles Centrale, Centrale Nantes est une grande école d’ingénieurs qui diplôme des ingénieurs, des étudiants de masters et de doctorats à l’issue de parcours académiques basés sur les développements scientifiques et technologiques les plus actuels et sur les meilleures pratiques du management. Créée en 1919, l’École Centrale de Nantes compte sur son campus de 16 ha 2050 étudiants dont 1340 élèves-ingénieurs, 200 élèves-ingénieurs en formation continue et par apprentissage (ITII), 240 doctorants et 270 Masters.
Centrale Nantes s’appuie sur de multiples partenariats industriels et institutionnels pour déployer une recherche académique et appliquée au meilleur niveau européen et mondial. Elle profite d’un territoire géographique d’un grand dynamisme, avec l’ambition de devenir leader sur des secteurs économiques d’avenir tels que les énergies marines renouvelables.

A propos de SEM-REV
SEM-REV est un des grands moyens d’essais de Centrale de Nantes, développé pour le test, en conditions réelles, des systèmes de récupération des énergies marines de type houlomoteur et éolien offshore flottant, voire mixant les deux technologies.
C’est un équipement indispensable au développement d’une nouvelle filière industrielle en France, basé sur l’expertise reconnue de Centrale de Nantes dans le domaine des énergies marines renouvelables, tant en modélisation numérique qu’en essais en bassin de houle et vent. SEM-REV a été développé dans le cadre du Contrat de Projet Etat Région 2007-2013 avec une forte contribution de la Région Pays de la Loire.

Eolementhe démocratise le Media Workflow

La société Videomenthe annonce à IBC (Hall 2 A36F) le lancement européen d’Eolementhe, premier portail indépendant de « Workflow Engine » dans le Cloud.

Le monde de l’audiovisuel a adopté le “tout fichier” du tournage à la diffusion. Videomenthe, distributeur de solutions logicielles dédiées au workflow des fichiers media, pour accompagner les diffuseurs, éditeurs de contenu, lance Eolementhe, un portail pour simplifier les process autour de la gestion, diffusion, transformation des ces fichiers medias. Eolementhe facilite et accélère le transfert sur IP, planifie le transcodage et le contrôle qualité des fichiers media, sans oublier les multiples fonctions associées, comme par exemple l’analyse et la correction de loudness, l’insertion de sous-titres…

« Nous avons conçu Eolementhe sur un marché de plus en plus concurrentiel pour les chaînes de télévision, et toutes les sociétés qui diffusent des contenus. Eolementhe est là pour leur apporter une souplesse et une grande flexibilité au quotidien. Pour une durée définie par leur soin ils peuvent absorber un pic d’activité tout en protégeant leur investissement ». souligne Muriel le Bellac, Présidente de Videomenthe.

Eolementhe permet d’équilibrer et de diminuer le CAPEX, à l’achat des solutions et au renouvellement annuel des contrats de maintenance, et de réduire les investissements matériels et software.

Le Portail Eolementhe permet d’absorber les tâches additionnelles, mais aussi de maîtriser l’imprévu comme la mise en place d’un site de secours, la gestion d’évènements exceptionnels. Le tarif à la carte dépendra des fonctionnalités désirées, du nombre d’utilisateurs, de la volumétrie, de la bande passante…

À propos de Videomenthe 
Videomenthe est éditeur de logiciel et distributeur français spécialisé dans les solutions de wokflows dédiés aux fichiers medias, qui comprennent les transferts de fichiers sur IP, les fermes de transcodage, les fermes de contrôle qualité et de loudness audio. Videomenthe offre des services professionnels autour de ces solutions et porte désormais ces dernières à l’intérieur du Videomenthe Cloud.
Plus d'information disponible sur le site de Videomenthe : www.videomenthe.fr

Tremplin Entreprises : appel à projet pour le concours des entreprises innovantes / ESSEC et SĖNAT

Le SĖNAT et l’ESSEC ouvrent l’appel à candidatures de la 15e édition de Tremplin Entreprises, Concours national des entreprises innovantes

L’ESSEC Business School et le Sénat organisent le 9 février 2015 au Sénat la 15e édition de Tremplin Entreprises sur le thème: « Entreprises innovantes - comment se développer à l'international ». Tremplin Entreprises est un concours national qui permet aux entreprises innovantes d’accélérer leur recherche de fonds en obtenant le label « Tremplin Entreprises », gage de crédibilité auprès des investisseurs, et de gagner l’un des quatre Grands Prix de 10 000 EUR. Evénement de référence, Tremplin Entreprises est animé par 20 partenaires spécialistes du financement et de l’entrepreneuriat.

L’innovation et l’internationalisation : deux enjeux majeurs pour les startups

«Dans une économie de plus en plus mondialisée l’international n’est pas seulement une opportunité, c’est une nécessité. Les startups françaises ont tous les ingrédients pour devenir les prochains leaders mondiaux. Une fois leur position consolidée sur leur propre marché, elles doivent avoir l’ambition de s’ouvrir à l’international mais avec pragmatisme. L’écoute des nouveaux écosystèmes, de la concurrence, d'investisseurs rompus à la dimension internationale, la maîtrise du contexte législatif et culturel sont autant d'atouts pour réussir son expansion. C’est précisément cela que l’ESSEC enseigne à ses étudiants et apporte aux startups qu’elle accueille dans ses incubateurs » déclare Julien Morel, Directeur Exécutif d’ESSEC Ventures.
« S'agissant du rôle des pouvoirs publics", remarque le Président du comité de sélection, Philippe Adnot, Sénateur et Président du Conseil Général de l'Aube, « il faut aller encore plus loin en fluidifiant le passage recherche-transfert-innovation, car seule l’innovation est créatrice de la valeur ajoutée nécessaire aux gains de parts de marché. Il faut aussi essayer de protéger le délicat passage de nos PME-PMI à l’échelle supérieure, le but étant d’éviter qu’elles ne deviennent des proies trop faciles pour les investisseurs étrangers et qu’elles puissent grandir sereinement en France et devenir des ETI. Cela implique de lutter contre la sur-réglementation et de créer un environnement législatif et réglementaire propice. C’est ce que j’essaie de faire en tant qu’élu national, mais aussi d’élu local. »

L’ESSEC et le Sénat invitent les porteurs de projets innovants à déposer leur candidature du 4 septembre au 12 octobre 2014 dans l’une des quatre catégories : Energies, matériaux et composants ; Internet et services ; Logiciels et systèmes ; Sciences de la vie, en cliquant ici.

Un jury de 60 experts sélectionnera ensuite 30 lauréats qui présenteront leur projet à la communauté des investisseurs, des spécialistes de l’innovation et de l’entrepreneuriat le lundi 9 février 2014 au Sénat, lors de la 15e édition de Tremplin Entreprises. Pour clôturer cette journée de rencontres entre entrepreneurs innovants et investisseurs, les meilleurs projets se verront récompenser par l’un des quatre Grands Prix de 10 000 EUR.
Depuis sa création, Tremplin Entreprises a favorisé la mise en relation de près de 390 sociétés avec leurs investisseurs en capital. Une enquête sur les lauréats de 2012 a montré que 22 des 30 lauréats ont levé des fonds pour un montant cumulé de 25,6 M€. 81% des entreprises ont recruté en 2013 avec un effectif moyen de 8,3 salariés, et 59% se sont développées à l’international.

Pour consulter la liste des lauréats 2013, cliquez-ici.
www.tremplinentreprises.com 

Chiffres clefs

Depuis 1999 :
3271 projets examinés
387 lauréats sélectionnés
Pour l’édition 2015 :
250 candidatures attendues, de la France entière
30 lauréats
4 Grands Prix dans les catégories suivantes :
° Energies, matériaux et composants
° Internet et services
° Logiciels et systèmes
° Sciences de la vie

Dates clefs
Ouverture des candidatures : 4 septembre
Clôture des candidatures : 12 octobre
Oraux de sélection des lauréats : 2-3 décembre
Ouverture des inscriptions des investisseurs et business angels : fin novembre 2014
Finale des 30 lauréats, pitch investisseurs, et remise des prix : 9 février 2015

Le retour de la France et de l'Europe au-devant de la scène se confirme

C’est une première dans l’histoire de l’industrie Française. Cette année la semaine même de la fête nationale du 14 juillet, le groupe GM DEVELOPPEMENT basé à Saint-Etienne, spécialisé dans l’industrie de la haute technologie mécanique, a obtenu 3 labels.

Après l’obtention de la norme ISO9001 (série d’exigences qui confirme le système de management de la qualité) en 2013, les entreprises MECAMO et MECATEC obtiennent les normes & labels EN9100 et EPV. Cette alliance de distinctions est unique ! C’est une première mondiale, pour une entreprise de posséder ces trois labels. Mais cela est encore plus extraordinaire que deux entreprises du même groupe soit ainsi certifiées et reconnues !

L’entreprise MECAMO est spécialisée dans la réalisation de composants mécaniques de haute technologie en totale autonomie. MECATEC est spécialisée dans le forage et le montage d’optroniques en salle blanche. Ces 2 PME de la région Rhône-Alpes offrent leurs technologies, expériences et savoir-faire aux plus grands donneurs d’ordres !

Que représentent ces deux labels ?

La norme EN9100 est la norme intercontinentale (Amérique, Europe, Asie) d’assurance de la qualité pour les marchés de l’aéronautique, de l’armement et du spatial. Cette accréditation est délivrée par les autorités nationales. Dans ce but l’IAQG (International Aerospace Quality Group) a mis en place l’OASIS (Online Aerospace Supplier Information System), une nouvelle base de données et d’information des fournisseurs accrédités. Les principaux objectifs sont la maitrise des processus, l’amélioration des performances, l’analyse des risques, etc., dans le but de garantir toujours plus de sécurité et de garantie aux constructeurs et aux utilisateurs.
Le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) est une marque de reconnaissance de l’Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises au savoir-faire artisanal et industriel d’excellence. Ce label est décerné par le ministre de l’Economie et du redressement productif, M. Arnaud Montebourg et Mme Carole Delga, secrétaire d’état chargée du commerce et de l’artisanat, pour distinguer les manufactures attachés à la haute performance de leurs métiers et produits.

Ces ateliers détiennent un patrimoine économique, composé en particulier d’un savoir-faire rare, renommé ou ancestral, reposant sur la maitrise de technique traditionnelles ou de hautes technicité et circonscrit à un territoire. L’obtention de ce label est le fruit d’une sélection minutieuse visant à récompenser les talents uniques.

Une nouvelle page de l’économie de France se tourne, un mouvement est en marche. Le premier jalon du renouveau se bâtit, par une alliance, un rassemblement de la maitrise des savoir-faire, de la technologie et de la qualité.
Le groupe GM Développement et ses filiales MECAMO et MECATEC, ouvrent la porte et construisent officiellement les fondations du dépassement, du possible et du renouveau Français.

Loading...
Loading...